Partagez|

La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Jeu 17 Déc - 11:00


La princesse aux milles visages




Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis le kidnapping du Roi Mickey et depuis que Nicolas avait été envoyé en mission pour le retrouver, c’était silence radio … Je m’inquiétais … Je m’inquiétais tellement que je n’avais plus l’impression d’être moi-même … C’était comme si il manquait une grande partie de moi … Et c’était tout comme. Ce gardien n’avait pas simplement changé ma vie, il m’avait changé moi. J’étais devenue quelqu’un de meilleur à son contact, j’avais acquis une confiance en moi que je n’avais jamais vraiment eue. Mais son absence me faisait petit à petit perdre ces bons côtés pour m’enfermer dans une tristesse et un isolement que je n’avais que trop bien connu durant mon enfance. J’avais cette impression de l’avoir perdu, cette impression que je ne le reverrai jamais, un mauvais pressentiment … Je faisais de mon mieux pour faire bonne figure lorsque je gérais les affaires du royaume mais une fois que j’avais le malheur de me retrouver seule, j’enlevais ce masque de reine heureuse et épanouie au profit de la tristesse et l’inquiétude qui marquait un peu plus mes traits chaque jour. J’étais forte … Pour beaucoup de choses … Mais pas pour celle-ci … J’étais loin d’imaginer qu’être amoureuse pouvait faire autant souffrir, même si je ne regrettais pas un seul instant notre histoire.

De plus, il s’était passé beaucoup de choses à Arendelle, j’avais rencontré beaucoup de personnes, très différentes pour chacune d’elles. J’avais fait face à plusieurs menaces autour du Royaume, les ténèbres semblaient de plus en plus attirées par celui-ci, surtout qu’il n’y avait pas de gardien digne de ce nom dans les environs. Même si certaines rencontres avaient été étranges, elles avaient toutes été bénéfiques et m’avaient fait un peu sortir de ma routine déprimante. Durant mes explorations dans les contrées de cœur, je m’étais même fait une amie précieuse, Fang, et j’espérais de tout cœur qu’elle ait enfin retrouvé ses amies de son côté. Cette femme était si forte … Autant physiquement qu’émotionnellement, j’aurais tellement aimé prendre exemple sur elle. J’avais continué mes entrainements en solitaire, ce qui m’avait permis d’acquérir quelques nouvelles techniques me permettant non seulement de me défendre, mais aussi à l’offensive.  J’avais hâte de la revoir également pour lui montrer mes progrès.

De bon matin, alors qu’une grande partie du château était encore endormie, je m’éclipsais comme chaque jour. Depuis qu’un sans-cœur s’était « amusé » à provoquer des avalanches pour tenter d’enfouir le Royaume sous une immense couche de neige, je m’étais donnée pour mission de surveiller les environs pour éviter de nouveau ce type d’ennuis. Je ne prenais même plus la peine de me déguiser, de toute façon, les sans cœurs ressentaient ma lumière donc capuche ou pas … Je ne faisais simplement que revêtir des vêtements plus confortables et plus pratiques pour les combats, pull, pantalon et bottes, mes cheveux toujours tissés en cette éternelle tresse sur le côté.  

Les montagnes semblaient étrangement calmes, beaucoup trop. La neige brillait face aux timides rayons de soleil, nous offrant une vue magnifique sur les massifs. J’empruntais le sentier, visible du fait d’une couche de neige moins épaisse, arrivant dans une zone où la végétation hivernale était plutôt dense. Ce jour-là n’était pas comme les autres … Je me sentais observée … pistée … Comme étant la proie d’un prédateur sanguinaire. Un frisson parcourut mon échine tandis que je me retournais régulièrement afin de déceler d’où provenait ce pressentiment. Rien … Juste une étendue d’arbre et de neige … Alors que je me retournais pour regarder devant moi, je fis un bond lorsque je vis un sans cœur se jeter sur moi. Je trébuchais, me prenant les pieds dans une racine en reculant. Je matérialisai une petite lame de glace afin de le transpercer avant qu’il ne m’attaque. Plus loin, une horde de sans cœur s’approchait, mais étrangement, celle-ci se scindait en deux, une partie se dirigeant vers moi, l’autre se dirigeant un peu plus loin derrière. Etrange … J’étais pourtant la seule princesse de cœur dans le coin, ils devraient pourtant être attirés  par moi  … L’ombre d’un instant, je ne sais trop pourquoi, j’avais espéré que ces ombres aient été attirées par quelqu’un d’autre … Nicolas par exemple … Mais je devais cesser de rêver … Lorsque je voulus me relever, une douleur aiguë lança ma cheville, me forçant à rester au sol. Tandis que les bestioles s’approchaient de moi au nombre d’une bonne dizaine, d’un geste de bras, je créai une barrière de glace pourvue de pics, en empalant certains au passage.  J’en profitai pour soigner rapidement ma cheville endolorie et pus enfin me redresser, gelant les sans-cœurs restants sans difficulté.

Je me retournais, entendant des bruits de lutte plus loin et me précipitai vers ceux-ci. Les ombres avaient trouvé une autre cible, une cible vraiment très étrange … Elle semblait hybride … Humaine … Recouverte de fourrure blanche … Je n’avais aucune idée de l’identité de cet être, mais je devais agir. Formant une épée de glace pour remplacer la petite lame, je chargeai les quelques sans cœurs qui s’étaient détournés vers moi. Après quelques minutes de lutte, l’endroit était redevenu calme. Je m’avançai prudemment vers « elle », me voulant rassurante, sans savoir comment elle allait prendre mon approche.

« Est-ce que ça va ? … Je … Je ne te veux aucun mal … Rien de cassé ? »

Ma voix était peu assurée, je ne savais pas trop comment prendre cet être à l’apparence étrange. En tout cas, elle ressemblait plutôt à une femme malgré sa fourrure. Son regard doré perçant me rappelait celui des rapaces. En tout cas, elle ne ressemblait pas non plus à l’abominable homme des neiges …




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Dim 17 Jan - 11:28
Que faisait-elle ici ? Pourquoi était-elle venue en ce royaume de glace et neige ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Pourquoi… Cela n’avait pas vraiment de sens, de toute façon, sa vie n’avait plus vraiment de sens depuis la chute de son royaume… Cyn’del était…perturbée, plus que d’habitude. Il y a quelques temps déjà, elle avait fait la rencontre d’un gardien, un humain du feu répondant au nom de Derek et qui, sans le vouloir, l’avait fait doutée sur sa décision séculaire. Devait-elle encore se tenir à l’écart de l’Ordre constitué pour protéger les gens de son espèce ? Allaient-ils vraiment l’enfermer si l’occasion se présentait à eux ? Devait-elle se signaler officiellement ? Retrouver un peu de quiétude dans sa vie, en échange d’une parcelle de sa si chère liberté ? Ou devait-elle rester cachée, fuir lumière comme ténèbres et prier rester en vie un jour de plus… Vu comme ça, le dilemme semblait simple, et sa raison lui soufflait doucement de se rendre au château Disney sans attendre, la torturant de noms d’oiseaux d’avoir attendu aussi longtemps pour prendre cette décision.
Mais s’il n’y avait eu que ça…oui, s’il n’y avait que ça, sa décision aurait été simple…si simple. Mais rien n’était simple et depuis très longtemps. Elle n’était plus la petite princesse aux cheveux d’ébène courant joyeusement les pavés de la ville-royaume. Elle n’était plus cette humaine au destin un peu particulier, destinée à régner sur un royaume au bord de la ruine. Non, tout ça, c’était du passé. Désormais, elle était un monstre, une bête aux multiples visages, marquée de ce cœur de malédiction, de ce cœur de lumière, comme un animal. Une bête qui courrait sans cesse dans l’espoir un peu vain de s’en sortir vivante, au milieu de ce chaos qu’était devenu les mondes. Oui, sa situation n’était pas simple. Elle n’était pas la fille de ses propres parents, elle n’était d’ailleurs même pas humaine…Mais elle restait une princesse et, bien caché sous les crocs et les griffes, elle gardait cette fierté digne d’une future reine. Ce poids correspondant à son royaume disparu sur ses épaules, elle avançait, les souvenirs la tirant toujours un peu plus en arrière, son envie de vivre et de liberté développant une paranoïa grandissant de minutes en minutes. Elle était fière d’être une princesse, tout comme cette pression menaçait de la faire craquer, tout comme cette peur lancinante que ne la quittait jamais manquait de la faire exploser.
Et s’il n’y avait eu que ça…son choix aurait été si facile…mais non… Dans sa recherche d’un coupable, d’une cause à la chute de son royaume, elle en avait trouvé un…plutôt inattendu. Car avant même d’accuser les ténèbres pour tous ces morts, elle accusait les gardiens pour leur inaction. Comment auraient-ils pu intervenir…Ils étaient si peu et les ombres si fortes… mais elle ne voulait rien entendre… jusqu’à ce que Derek n’arrive dans sa vie… Cet humain avait réussi à voir au-delà de ce mauvais caractère qui en repoussait pourtant plus d’un. Il était venu et avait insinué le doute dans son cœur…
C’est ainsi qu’elle s’était retrouvé au royaume d’Arendelle, cherchant des réponses à des questions qu’elle n’avait pas encore formulé…Pourquoi ce royaume-ci en particulier ? Parce que Cyn’del en connaissait plus ou moins la reine…Elsa. La belle blonde et elle s’était rencontrée brièvement dans le monde numérique de l’ordinateur de la forteresse oubliée. En ces temps troublés, avec ce roi-gardien disparut, l’hybride n’avait rien trouvé de mieux que de lui reprocher sa présence loin de chez elle…Et elle le pensait encore ! Une reine n’abandonne pas ses sujets à la merci des ténèbres dans pareille époque ! Mais… la reine avait un gardien. La reine était une princesse de cœur…Qui d’autre serait la mieux placé pour lui fournir des conseils ? 

Durant presque une semaine, elle observa la jeune femme. Ses dons de métamorphe était si pratique pour ça…Il lui suffisait de changer de visages à intervalle régulier pour éviter qu’elle ne comprenne qu’elle la suivait, qu’elle faisait semblant de se mêler à la population juste pour l’observer dans ses tâches quotidiennes. Et, elle devait malheureusement bien se l’avouer…La reine avait été…irréprochable. Répondant sans cesse aux doléances de ses concitoyens, cet air rieur sur le visage. Elle l’avait observée, le plus possible, ne pouvant juste la suivre lorsqu’elle s’isolait pour ne pas être repérée et néanmoins, une chose la frappa. Qui donc pouvait être son gardien ? Cyn’del avait vu nombre de garde autour de la femme de glace, elle avait vu nombre de conseiller, identifié ce qui pouvait bien être sa sœur, mais…aucune personne se rapprochant de l’idée qu’elle se faisait d’un gardien. Etrange… Deux hypothèses s’offraient à elle. Soit celui-ci avait été déployé ailleurs, dans un lieu plus sensible, soit il était extrêmement doué pour se dissimuler aux yeux du monde. Peut-être était-ce l’un de ces soldats, après tout…

Puis, au matin du huitième jour, elle n’y tenait plus. Elle devait savoir, elle devait la voir. Seule, en tête à tête si possible… Et l’occasion se présenta. Elsa quitta son château, sans escorte, sans garde, sans personne… pas même son gardien ? La femme de glace s’enfonça dans la montagne, ses pouvoirs innés lui permettaient sans difficulté de se déplacer dans la neige. Ce n’était pas le cas de la métamorphe qui dû user de ses faculté pour la suivre. En plus de ce visage plus âgé aux cheveux blanc et très longs, elle s’affubla du regard du rapace, pour ne pas la perdre dans tout ce blanc. Elle renforça légèrement ses jambes et se para d’une fourrure immaculée. Oui, quelque part, elle voulait lui parler, mais d’un autre côté, sa fierté lui disait de ne pas le faire…alors, à mi-chemin dans cette étrange réflexion, elle fit tout pour se fondre dans la neige, pour rester à bonne distance mais…elle continua de la suivre. Bizarre…pourquoi se rendait-elle dans un endroit aussi reculé ? Aussi loin de toutes habitations ? C’est alors qu’au loin, elle remarqua une masse grouillante et noire qui se dirigeait vers la jeune femme…Des sans cœurs, évidemment… même elle ne pouvait être tranquille alors… Il est vrai que quelque part, elle aussi avait cette cible en forme de cœur gravée sur son corps. Cyn’del voulut aller l’aider, aller la prévenir de ce danger mais cette horde funeste se scinda de suite en deux sous-groupes d’égale importance, l’un pour Elsa, l’autre pour elle. Evidemment…cela aurait été trop beau qu’ils ne fassent que l’ignorer. Tant pis, la reine de glace allait devoir se défendre seule, elle ne pourrait pas gérer et ses ennemis et les siens. 

Secrètement, elle souhaita qu’il ne lui arrive rien. Secrètement, alors que ça ne lui était encore jamais arrivé avant, elle fut heureuse de prendre une partie de ces monstres à son propre compte. Extérieurement, elle jura entre ses dents, convoquant cette faux blanche parcourue de filet d’or.

Et les ombres attaquèrent. Telles une masse informes et pourtant extrêmement dangereuse, elles partirent à l’assaut de leur objectif, deux proies de choix, deux filles de pure lumière. Elle ne pouvait pas voir ce qui se passait un peu plus loin pour sa ‘collègue’, elle put juste se concentre sur sa propre bataille, tranchant les imprudents qui osaient entrer dans son périmètre, attrapant à pleine main d’onyx une tête passant par-là, l’éclatant entre ses griffes. Car plus elle combattait, plus ‘la bête’ se frayait un chemin vers l’extérieur de sa prison de chair. Ses bras déjà s’étaient parés de noir et effilées dangereusement, appelés par cette rage contre les ténèbres, appelés par cette urgence à vouloir finir le combat, appelés par le besoin d’avoir plus de force.
C’est alors qu’encore en plein combat, la reine des glaces, armée d’une épée translucide, vint à son secours, prenant une partie de ses ennemis par sa seule présence…Et heureusement ! Car les ombres avaient commencé à se regrouper par attaquer d’une seule voix la métamorphe qui aurait été en mauvaise posture.
 
Au bout de quelques minutes de combat supplémentaire, les sans cœur furent anéanti, laissant les deux princesses en face à face. Le cœur de Cyn’del s’emballa. Ce n’était pas ce qu’elle avait prévu… Oui, l’avoir seule juste là, c’était plus ou moins son plan au départ mais…pas comme ça, non, elle ne s’était pas encore préparée à lui parler, préparée à cette confrontation inévitable entre elles deux. 

 « Est-ce que ça va ? … Je … Je ne te veux aucun mal … Rien de cassé ? »

D’un seul coup, elle se senti incroyablement stupide. Quelle idiote ! Elsa ne pouvait pas la reconnaitre ainsi transformée puisqu’elle ne l’avait vu qu’en forme humaine et n’était absolument pas au courant pour ses capacités. Restait qu’elle était toujours armée de son immense faux et que ses mains, dépassant de ses manches, avaient toujours cet aspect étrange semblable à celles des ombres. D’un revers de main, elle renvoya son arme et, un petit sourire sur le visage, cachant ses bras derrière son dos le temps qu’elle puisse leur faire reprendre une apparence plus ‘normale’, elle lui répondit, fort peu à l’aise.

« Ça va, je n’ai rien, en partie grâce à toi, je t’en remercie. » elle lâcha un petit rire nerveux « Il semblerait que c’est moi qui devrait te rassurer, ne t’inquiète pas, je ne mords pas souvent. »
Malgré tout, malgré que dans sa panique, elle décida de cacher qui elle était réellement, Cyn’del ne put se résoudre à la mettre sur un piédestal, elle ne put se résoudre à la vouvoyer comme le voulait pourtant le protocole. Elle était son égale et se voyait comme tel. Après tout, c’était la reine irresponsable qu’elle avait en face d’elle, et, même si cette certitude vacillait depuis quelques jours, son comportement en cette matinée en était une preuve flagrante. Sortir seule et sans escorte, et si ces sans-cœurs avaient réussi à la tuer ? Que serait devenu le royaume sans elle ? Cette constatation énerva quelque peu la jeune femme qui ne put s’empêcher de lui en faire la remarque.

« Je  t’ai vu sortir seule et partir vers la montagne. Je me suis inquiétée, donc je t’ai suivie, je suppose que j’ai eu un peu raison. » Elle croisa ses bras désormais redevenu plus humains sur sa poitrine, prête à lui faire sa petite leçon de morale détournée. « Ce n’est pas très prudent de sortir sans gardien, tu ne penses pas ? »

Quelque part, c’était un peu l’hôpital qui se foutait de la charité. Elle-même n’avait pas de gardien, après tout, mais la métamorphe ne se sentait pas concernée par tout ça, puisque son royaume lui avait été arraché. Seul comptait cette éventualité : si Elsa avait été tuée par ces ombres, son royaume aurait été plongé dans un chaos sans nom et peut-être mortel pour ce monde. C’était seulement sa fierté d’héritière de couronne qui parlait en ce moment, peut-être un peu teinté de jalousie ou de mépris. Voyant que si elle voulait garder sa couverture, il lui faudrait se présenter en bonne et due forme, elle chercha rapidement un nom au hasard dans sa mémoire.

« Au fait, je suis Mailynn » Elle fit un petit signe de la tête, bien loin de la révérence qu’elle aurait dû faire. « Enchantée. »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Sam 23 Jan - 13:51


La princesse aux milles visages




Une fois de plus, les sans-coeurs m'avaient suivie ... Une fois de plus, je dus leur faire face ... Heureusement, cela devenait de plus en plus facile pour moi de les combattre, bien que sans mes pouvoirs de soins, j'aurais pu finir en pâture pour monstre avec ma cheville blessée. Etrangement, il semblerait que quelque chose ou quelqu'un d'autre ait attiré leur attention puisque certains s'étaient dirigés vers une autre direction. Une fois mes assaillants éliminés, je décidai d'aller jeter un oeil un peu plus loin, entendant des bruits de lutte. Je ne prêtai pas tout de suite attention à leur victime, se débarrasser des ténèbres étant la priorité pour l'instant. Aussi, je fus surprise de voir une personne assez étrange, une femme si je ne me trompais pas. Tandis que je tentais de la rassurer, sans vraiment savoir comme elle réagirait, je la détaillais de mon regard océan. Les cheveux blancs, le regard profond comme si un aigle vous scindait, une épaisse fourrure blanche également. Je n'avais jamais vu une "personne" sous une telle apparence. Je m'arrêtais un instant sur la grande faux qu'elle tenait entre ses mains.

Les sans-coeurs l'avaient attaquée alors que je n'étais pas loin ... Habituellement, il privilégiait leur attaque sur moi, princesse de coeur ... Est-ce que cette étrange "femme" en était une ? Mais que ferait-elle ici, sans gardien ? Bon en même temps ... Moi aussi j'étais seule sans gardien ... Et pour l'instant, je n'avais pas assez d'informations pour confirmer mes soupçons. Elle fit disparaître son arme, un petit sourire fendant son visage avant de me répondre qu'elle allait bien et me remercier. Après un petit rire, elle m'informa qu'elle ne mordait pas souvent ... Pas souvent ? Etait-ce une forme d'humour ? Elle avait sans doute décelé ce manque d'assurance dans ma voix. Je finis par lui sourire.

"Tu n'as pas à me remercier, je ne pouvais pas te laisser lutter seule ..."

Elle semblait nerveuse, je ne savais pas vraiment pourquoi, sans doute l'adrénaline qu'elle avait dû généré durant l'attaque ? Peut être n'avait-elle pas l'habitude de se mesurer aux ombres ? Pourtant sa faux m'indiquait le contraire. Pour se promener avec une telle arme, il était évident qu'elle avait dû mener déjà plusieurs combats. Je réfléchissais à comment amener le sujet de mes soupçons sur son identité lorsqu'elle reprit la parole. Alors comme cela, elle m'avait suivie ... Elle s'était inquiétée pour moi ... Mais pourquoi ? Je ne la connaissais ni d'Eve, ni d'Adam ... Tout en croisant les bras sur sa poitrine, elle continua sur ce qu'il semblait être des reproches. Elle savait donc pour les gardiens ... Elle savait donc qui j'étais ... Mais comment ? Je fus un instant déstabilisée par ces informations qu'elle détenais déjà sur moi alors que moi, je n'avais que des soupçons. Je n'eus pas vraiment le temps de répliquer puisqu'elle finit par se présenter, m'adressant un petit signe de tête. Son prénom ne me disait absolument rien.

"Et bien ... Enchantée Mailynn. Je suis Elsa, mais je suppose que tu le savais déjà puisque tu me suivais."

Je n'avais pas pris un ton de reproche, ceci était une simple constatation. Je croisais les bras à mon tour, en fixant la jeune "femme", le regard soupçonneux. Puisqu'elle semblait vouloir dire ce qu'elle pensait, je décidai d'en faire de même, après tout, elle savait qui j'étais, elle semblait au courant du fait que j'étais une princesse de coeur.

"Comment connais-tu l'existence des gardiens ? Devrais-je en conclure que tu es ... comme moi ? Sinon pourquoi les sans-coeurs t'ont attaquée toi aussi ?"

Je repensais à sa réflexion concernant le fait qu'il n'était pas prudent de sortir sans gardien. En effet, elle n'avait pas tort, mais que faire quand celui-ci était absent ? Ou disparu ... Je me lançais dans quelques explications.

"Mon gardien n'est pas là en ce moment et je me dois de protéger mon royaume des ténèbres, c'est pour cette raison que je me rend dans les montagnes, il y a déjà eu quelques incidents et je ne souhaite pas que cela se reproduise. Ne t'inquiètes pas, je suis plus forte que j'en ai l'air."


Je lui souris de manière bienveillante, ne tenant plus vraiment compte de sa petite pique concernant ma mise en danger, j'y étais habituée après tout ...Bien que l'on puisse me prendre pour une irresponsable en connaissant les dangers qui me guettaient, au contraire, je prenais mes responsabilités de souveraine et jugeait qu'en l'absence de Nicolas, je devais moi-même éliminer les menaces qui pesaient sur mon royaume. Certes c'était dangereux, mais jusque là, je m'en étais toujours sortie, j'étais plus entrainée, et le danger ne m'avait jamais faut reculer. D'une voix douce, je m'adressais de nouveau à elle.

"Dis moi Mailynn, est ce que ... Est-ce que tu as toujours cette apparence ?"

Si elle me suivait, ce n'était certainement pas la première fois et jusqu'à maintenant, je ne l'avais encore jamais vue, elle était plutôt exceptionnelle pour qu'on ne la remarque pas.





▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Lun 15 Fév - 20:22
Cette rencontre ne se passait pas comme elle l’avait prévue. Non, loin de là. Il avait fallu qu’une bade d’ombres s’interposent, il avait fallu que les ténèbres s’en mêlent, comme d’habitude. Et évidemment, elle n’avait pu cacher sa position à l’ennemi. Elle ne le pouvait jamais. Quoiqu’elle fasse, quel que soit l’apparence qu’elle prenait, toujours, les ténèbres finissaient par la retrouver. Que ce soit au beau milieu d’une foule, ou ici, dans cet endroit désolé et isolé. Peu importait le temps ou les efforts qu’elle mettait à parfaire sa couverture, c‘était tout connement inutile. Elle était une princesse de cœur et cette marque en forme de cœur n’était pas tellement honneur, plus une cible dans le dos. Juste une marque permettant à tous de savoir ce qui régnait sur son cœur. Une lumière…la plus pure des lumières… Rien que ça. Une fois encore, cette lumière ne l’avait pas aidée, attirant sur elle une horde de sans cœur. Ce statu était parfois si compliqué à porter… Il aurait été un honneur, une grâce ultime si sa chère Andara n’avait pas été emportée dans l’ombre…Si elle avait pu user de cette lueur pour sauver les personnes qui lui étaient chères, elle aurait très bien pu supporter ces petits désagréments. Elle se serait sacrifié avec joie, servir de cible et d’appât, si cela avait été pour sauver la ville-royaume. Mais non. Ce destin cynique avait offert la solution au problème de sa dynastie le même toujours où les ténèbres y ont mis fin. Tout simplement. Un véritable abandon de la lumière, tout simplement. Tous comme ces gardiens, elle était, elle aussi, arrivée trop tard…Comme continuer à faire confiance quand ces symbole du bien étaient incapables de vous protéger ?
Sans doute était ce pour ça que Cyn’del n’avait jamais réussi à déclencher les pouvoirs contenu dans son cœur. Oui…Princesse de cœur elle était, mais de lumière, c’était encore autre chose. Elle n’avait jamais extrait ce don d’elle-même, et celui-ci ne s’était jamais manifesté de lui-même. Enfin, quelque part, si. En attirant une partie des sans cœur sur elle, pour ménager la reine Elsa qu’elle suivait, quelque part, c’était bien la lumière de son cœur qui se manifestait. Dommage que c’était toujours au détriment de sa personne. Mais soit, elle combattit ces êtres voraces, anéantissant leur engeance maline avant qu’ils ne causent plus de dégât. Pour un royaume de cœur, Arendelle avait pas mal de soucis avec l’ombre. Peut-être était-ce dû à la célébrité de sa suzeraine et princesse de cœur ? A moins que ce ne soit qu’un symptôme montrant superbement que les mondes vont mal…si mal… Si seulement tout s’était passé comme elle l’avait prévu… mais non. Elle qui voulait seulement épier la Reine des Glaces dans l’une de ses sorties, la voilà qui lui faisait face.

Dire qu’elle possédait encore cette apparence si peu flatteuse. Fourrure immaculée, regard perçant, tout ce qui fallait pour survivre en montagne, moins pour faire bonne impression auprès d’une noble dame. Car malgré tout, le protocole restait gravé en elle. Celui qui lui disait qu’elle était son égale, qu’elle n’était pas obligée d’approfondir le respect entre elle. Stupide fierté de princesse batarde. Elle allait lui faire commettre des erreurs…Elle et cette jalousie certaine. Car elle…elle…elle avait encore son royaume sr lequel elle veillait. Elle avait encore ses proches. Elle avait encore sa famille. Elle avait encore sa vie.
Mais pas la métamorphe.
Non, on ne lui avait pas permis ça…

Et une fois de plus, à cause de ça, à cause de ces ressentis, Cyn’del avait fini par faire des erreurs, voulant démontrer des choses qu’Elsa savait sans doute depuis longtemps. Trop. Elle en avait tout simplement trop dit. Il faut dire que cette gêne d’avoir été surprise l’épiant, cette panique en voyant le noir couvrir peu à peu ses membres, n’avait pas vraiment aidé. Oui, elle faisait n’importe quoi… Pourquoi ne pouvait-elle pas seulement reprendre cette apparence sous laquelle elles s’étaient rencontrées dans le monde numérique ? Juste lui expliquer qu’elle la suivait pour en savoir plus…Juste qu’elle voulait lui poser des questions…
Mais non, non…à la place, elle avait osé s’emparer du prénom de sa mère comme vulgaire couverture. Ah…Elle s’en sentait tellement indigne. La reine se présenta. C’était évidemment inutile, et elle le lui fit remarquer. Elle n’était pas dupe cette femme…déjà, elle se doutait de quelque chose…Sans doute cette ‘couverture’ ne tiendrait pas bien longtemps. Peu importait, peut-être pourrait-elle en savoir plus juste en discutant avec elle ?

Mais, quel répondre à cette première question ? Elle ne pouvait tout simplement pas admettre qui elle était, tout comme elle ne pouvait nier ces arguments imbattables qu’elle avançait. Elle en avait trop dit. Aussi, elle ne répondit pas, trop honnête pour oser lui mentir plus qu’elle ne le faisait déjà, trop coupable pour revenir en arrière. Elle se mordait les lèvres et la laissa simplement continuer à parler sur son gardien. Un peu une délivrance de la voir changer de sujet d’elle-même.

Pourquoi ? Pourquoi ?

Pourquoi ne pouvait-elle pas juste n’être d’une sotte irresponsable ?

Pourquoi ?

Pourquoi, plus elle en savait sur elle, plus elle ne voyait que noblesse dans ses actions ?
Elle avait…tellement raison. On ne pouvait pas toujours compter sur les gardiens pour se débarrasser de l’ombre. Elle ne faisait que son devoir de Reine. Epargner à son peuple une tâche qu’elle pouvait plus aisément effectuer. Pourquoi ne pouvait-elle pas juste lui montrer à quel point elle était indigne de son rang ?

Mais non…définitivement…non.

Elle remplissait son devoir exactement comme elle-même l’aurait fait, si Andara était toujours debout. Cette belle assurance ne tiendrait pas longtemps si elle continuait à lui exposer à quel point elle s’était trompée sur son compte… Dire qu’elle n’était même pas hautaine ou autoritaire… Elle savait qu’elle la suivait et pourtant Elsa ne lui en tenait même pas rigueur. Cyn’del tenta de faire bonne figure, mais, ce n’était pas si facile que ça.

Heureusement pour elle, sa seconde question, détourna ses pensées de cette erreur de jugement qu’elle commençait à appréhender.

Perspicace la reine tout de même… mais admettre ses pouvoirs devant elle serait une défaite totale pour la métamorphe. Elle préféra donc l’évitement à la franchise.

« Pourquoi ? Je ne te plais pas comme ça ? » Elle passa une main dans ses cheveux, tentant de garder son sourire d’assurance. « C’est vrai que c’est pas commun mais j’aime assez, ça me différencie un peu des autres. » Elle chercha ensuite une excuse qui tiendrait un peu la route, ne trouvant qu’une banalité à lui dire. « Avec une bonne cape, je peux toujours me cacher de ceux qui ont peur de moi. »

Changer de sujet, dévier la conversation sur autre chose. Ne pas savoir, elle ne doit pas savoir…pas savoir… Elle fit quelques pas dans la neige, contemplant cette montagne couverte de blanc…immaculée, comme virginale. Et pourtant elle pouvait contenir les plus noires engeances. Changer de sujet, jouer sur son sens du devoir peut-être…n’importe quoi. Elle passa à côté d’elle, préférant lui tourner le dos que d’affronter l’océan de son regard, cherchant comme la suite du chemin.

« On ne peut pas toujours faire confiance aux gardiens, c’est vrai. Laisse-moi t’aider, si tu le veux bien, il semblerait que ces monstres apprécient plus ou moins mon odeur, ça devrait être un avantage certain. »

Et encore, elle n’avait pu s’empêcher de lancer une pique à l’encontre des gardiens…Elle n’aurait pas s’abstenir mais non. Elle reprit simplement la route, supposant qu’elle la suivrait. Patrouiller dans la montagne, elle en avait l’habitude… Cela lui rappelait sa drôle de rencontre avec le gardien des flammes. Lui qui avait réussi à semer le doute dans ses convictions… Idiot.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Jeu 25 Fév - 0:01


La princesse aux milles visages




J'étais tout de même soupçonneuse face à la jeune fille étrange, dénommée Mailynn. Elle semblait relativement bien au courant des gardiens et il allait de soit qu'elle connaisse mon statut de princesse de coeur. De plus, le fait que les sans-coeurs se soient également attaqués à elle ne faisait qu'augmenter mes doutes. La jeune femme était-elle aussi une princesse de coeur ? En tout cas, au moins un être de la lumière, sinon les ombres ne s'en seraient pas prises à elle. Ma curiosité prit le dessus quand à l'apparence des plus étranges de mon interlocutrice, on ne voyait pas cela tous les jours, et même je n'avais jamais vu une personne avec une telle apparence. Si elle me suivait depuis un moment, je m'en serais certainement aperçue ... D'une voix douce, je l'interrogeais.

Répondre à ma question par une autre était plutôt malin pour détourner la chose, mais je n'étais pas dupe, et ceci me confirmait que la demoiselle me cachait bel et bien quelque chose. Ca pour la différencier des autres, c'était gagné, mais je sentais un léger malaise chez elle. Je lui souris lorsqu'elle évoqua le fait que porter une capuche pouvait la cacher au monde. C'était bien vrai, je le faisais moi-même après tout, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Mais dorénavant, je faisais beaucoup plus attention aux personnes portant des capuches autour de moi depuis que j'avais appris l'existence de Nicolas. Je la fixais un instant, lui répondant distraitement.

"Sans doute oui ..."

Mailynn passa à côté de moi, me tournant le dos, peut être de façon intentionnelle ? Elle fit une seconde fois mention des gardiens. Avait-elle une dent contre eux ? Pour ensuite me proposer de m'aider à combattre les sans coeurs. Mais que me voulait-elle exactement ? Il y avait certainement anguille sous roche, je commençais à me méfier. Je la rejoignis, me postant devant, scrutant son regard de mes pupilles couleur océan.

"Tu as torts, on peut faire confiance aux gardiens, j'en ai rencontré plusieurs jusqu'à maintenant, et ils accomplissent leur tâche à merveille ..."
Je me stoppais un instant, la fixant toujours dans les yeux, cherchant la moindre réaction de sa part, puis repris toujours aussi calmement. "Je ne peux qu'accepter ton aide, nous ne serons pas trop de deux pour nettoyer les montages, j'ai l'impression que les ombres se font de plus en plus nombreuses ces derniers temps, je ne sais pas pourquoi ... Peut être qu'ils savent que le Royaume est plus vulnérable en l'absence de mon gardien ?"

Je détournais le regard pour analyser l'étendue blanche immaculée, recherchant la moindre pointe de noir, mais pour l'instant, rien à l'horizon, nous étions seules, je pouvais donc continuer à chercher qui était cette jeune femme qui me semblait si familière alors que pourtant je ne l'avais jamais rencontrée. Elle qui se permettait de me tutoyer sans même me connaitre, en connaissant mon rang de Reine, non pas que cela me dérangeait, je n'y attachais aucune importance. Revenant vers son regard de rapace, je repris un air des plus sérieux.

"Où est ton gardien ? Princesse de coeur ..."
Même si je n'en avais pas la certitude, j'avais de sérieux doutes et peut être que la mettre au pied du mur la ferait avouer. "Sois honnête avec moi ... Les sans coeurs qui s'en prennent à toi alors qu'elles ont si je puis dire une cible de choix ... Seul un coeur aussi pur que le mien a pu les faire venir vers toi. Et cette ... dent contre les gardiens ... Le tien t'aurait-il mal protégée ? Que fais-tu ici Mailynn ?"





▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Ven 1 Avr - 22:47
En équilibre instable, sa couverture reposant sur ses paroles, sur ses mensonges si mal assurés, Cyn’del n’en menait pas large face à la Reine des Glaces. Si seulement…Si seulement ces ombres n’étaient pas intervenues, si seulement elle avait pu rester cachée dans la blancheur immaculée, resté à l’observer, observer son quotidien à défaut de le vivre elle-même. Mais non, ce n’était jamais si simple, sa vie n’était jamais aussi simple, et tous ses plans, si minutieusement échafaudés, s’écroulaient souvent comme un château de carte. Prise au dépourvue, elle tentait tant bien que mal de faire bonne figure, se sachant pertinemment en faute et sur le point d’être démasquée. Pourquoi ne s’était-elle pas simplement dévoilée face à son interlocutrice au regard inquisiteur ? Que risquait-elle ici ? Que risquait-elle sinon le rejet de la part d’Elsa ? Au pire, elle s’offusquerait de sa présence et lui demanderait de quitter ses terres…Dire qu’elle ne pourrait même pas l’en blâmer, elle aurait sans doute réagit de cette façon, après tout. 
Elle s’était embarquée dans le mensonge, sans doute par fierté, sans doute parce qu’elle n’avait pas pu réfléchir à ce qu’elle pourrait bien lui dire, sans doute aussi un peu par honte. Elles étaient de rang équivalent pour elle, forgées dans le même bloc de noblesse qui composer toutes personne élevée pour diriger du royaume, un monde. Le même bloc… si seulement. Mais si le sang le plus bleu devait couler dans les veines de la jolie blonde, il n’en était pas de même pour elle. Bâtarde, elle ne pouvait même pas se prétendre l’enfant d’un seul de ses deux parents. Aucun lien du sang ne la rattachait à eux, juste, un amour et un respect profond, est ce que ça suffisait ? Dans son cœur, elle se sentait encore leur fille, oui, elle l’était. Mais il suffisait de constater le don étrange dont elle avait été affublé pour comprendre que jamais, elle n’avait pu être engendrée par quoique ce soit d’humain. Au final, la reine avait bel et bien tout ce qui lui avait été refusé : un royaume, un peuple à défendre, la sécurité sans pour autant en avoir perdu sa liberté, le fait de pouvoir vivre sans cette peur qui laboure les entrailles…Et en plus, elle était humaine.
 La jalousie n’est pas un ‘bon’ sentiment, il n’est ni sain, et ne même à rien, au final. Car c’est sur soi-même qu’il faut réaliser ce travail, plutôt que de s’énerver vainement sur autrui. Se réjouir de ce que l’autre a, plutôt que de l’envier. La métamorphe savait tout ça, ces leçons apprises par cœur qu’elle récitait avec joie à une époque. Elle le savait mais l’appliquer lui semblait tellement difficile. Il lui avait suffi de l’observer quelques jours pour que tout le revienne en plein visage. Sa condition, sa situation, sa précarité. Elle détestait ça. Elle détestait sa vie actuelle. Elle détestait ce qu’elle avait dû ‘sacrifier’ pour obtenir cette liberté de façade. Car elle n’avait jamais été aussi entravée que depuis qu’elle avait quitté les murs imposant de sa Ville Royaume. Et pourtant, elle ne trouvait rien à faire pour l’améliorer, alors que la solution lui courrait après depuis des années, sans doute. Elle avait besoin de retrouver un « chez elle », de pouvoir se poser autre part que sur la terre froide, de pouvoir à nouveau fermer les yeux sans qu’une terreur glaciale ne s’emparer d’elle, de pouvoir…juste…dialoguer avec quelqu’un, sans imprimer la peur dans ses yeux. De petites choses simples, de petites joies dont elle avait peu à peu oublié les codes au profit de cette paranoïa qui guidait chacun de ses gestes désormais.
Mais, peut-être avait-elle décidé de changer tout ça. Encore incertaine du comment modifier ce statu quo, de la méthode à employer. Elle n’avait pas vraiment de plan précis, juste une vague idée.
Pour éviter son regard, pour masquer son incertitude, celle de son mensonge si mal camouflé, la prétendue Mailynn fit quelques pas dans la neige histoire de la devancer. Elle espéra, elle espéra qu’elle oublie ses questions au profit de sa mission, celle d’annihiler les sans cœur résident dans la montagne. Pourvu qu’elle oublie que sa curiosité s’échappe d’elle. Mais, en faisant cela, elle ne put s’empêcher de mentionner une fois encore les Gardiens. Et une nouvelle fois, ce fut par une remarque négative…Alors que tous, tous baignant dans la lumière sans exception, portaient haut leur foi envers cet ordre de combattant. Rien que pour ces quelques mots, elle en devenait étrange et intrigante, inquiétante aussi peut-être, tel un être des ténèbres qui souhaitait duper son monde, mais qui ne pouvait masquer ses pensées profondes. Comme elle le craignait, Elsa la rejoignit, se plantant face à elle pour plonger son regard inquisiteur dans le sien. Cyn’del avait juste l’impression d’être déjà démasquée par ces yeux d’un bleu infini, comme si elle ne pouvait se dérober à sa lumière. Son cœur s’emballait, son cerveau réfléchissait sans cesse à comment s’extirper de cette situation pourtant tout sauf dangereuse. Elle essaya de soutenir son regard, s’attendant à chaque seconde passant à se faire démasquer. Mais la Reine rebondit sur sa remarque concernant les gardiens. Ainsi, elle leur vouait une grande confiance…comme elle s’y attendait. De nombreux ? Combien avait-elle bien pu en rencontrer ? De combien de membres disposait cet ordre ? Elle ne s’était jamais vraiment posé la question, les considérants comme un tout, une seule entité mouvante, sans chercher à les dissocier. Elle n’en avait rencontré qu’un seul, au caractère bien trempé mais au sens du devoir bien présent. Etaient-ils tous plus ou moins comme lui ?
 Cependant, elle savait de source sûre qu’ils n’accomplissaient pas tous leur tâche à la perfection… Aussi, elle ne répondit pas, une fois encore, pour éviter de prendre ce ton assassin qu’elle sentait naitre au fond de sa gorge. Equilibre étrange entre son ressentiment dirigé vers les mauvaises personnes, et son envie de savoir s’ils étaient vraiment dignes de confiance. Heureusement pour elle, Elsa changea d’elle-même de sujet, acceptant sa proposition de l’accompagner dans la chasse aux sans cœur. Soulagée, la princesse fugitive se détendit. Bien, elle avait réussi à détourner l’attention de ses questions, même si cela soulevait un autre problème ? Le royaume était vraiment plus en danger que d’habitude ? Plus en proie aux ténèbres que d’habitude ? Pas bon… Elle savait ce qu’un royaume de cœur pouvait subir s’il restait trop longtemps dans la ligne de mire des ombres. Et l’absence de son gardien… Pourquoi ne revenait-il pas ? Pourquoi n’avait-il pas de remplaçant désigné encore ? Était-ce vraiment à cause de la perte d’un seul homme que l’obscurité tentait de s’étendre sur les monts enneigé d’Arendelle ? Tant de questions…Et aucunes réponses qui se profilaient à l’horizon. S’en était décourageant. La métamorphe l’observa détourner le regard pour se reporter sur la montagne calme et immaculée. Elle scrutait l’horizon, comme si elle pouvait déceler d’aussi loin le moindre problème, le moindre trouble dans la neige…Et peut-être le pouvait-elle, en réalité. Petit à petit, elle commença à se calmer, à se dire, que, peut-être le plus dur était passé.
Soudain, la Reine des glaces reprit la parole, déclenchant un frisson glacé le long de sa colonne, alors que son cœur lui, loupa un battement avant de se remettre à s’emballer. Démasquée, son ton ne laissait plus de plus au doute et à la confusion, il était assuré. Elle était sûre s’elle… de ses avances dont elle lui avait déjà exposé tant de preuves. Cyn’del recula d’un pas et détourna le regard, coupable. Elle se mordillait les lèvres, pour s’empêcher de révélé sa piètre supercherie au monde. Mais…Elle ne trompait personne. Elle n’avait jamais pu tromper les gens bien longtemps. Toujours, toujours ils finissaient par percer son secret, sa carapace effritée. 
Honte, elle n’était vraiment pas fière de sa supercherie et le regard en biais, rivé sur le sol, elle prit la parole.

« Mère avait raison… Je ne suis vraiment pas douée pour mentir. »

Le souvenir de ses parents la hantait constamment, les souvenirs de son enfance dorée et heureuse, bien avant l’âge sombre de l’époque actuelle. Et pourtant, malgré la façade de bonheur que la ville lui avait toujours offert, c’était bien dans l’angoisse des ténèbres que tous vivait.  Depuis sa plus tendre enfance, la princesse n’avait jamais été très douée pour le mensonge, sa franchise finissant toujours par ressortir…A moins qu’elle ne soit tout bonnement incapable d’en produire de crédible. Si elle pouvait compter sur son don pour tromper son monde, il suffisait qu’elle ouvre la bouche pour que l’on se rende compte du décalage entre ses mots et son apparence. Toujours… Une personne âgée à la voix trop cristalline, employant des mots hors de son époque, une petite fille trop mature pour sa stature… Ce n’était pas aisé de savoir doser l’aspect parfait, tout en sachant qu’on ne pouvait jamais modifier sa nature profonde. Démasquée, elle ne voyait plus tellement l’utilité de son déguisement, enfin, de son piètre déguisement. Elle passa ses mains sur son visage, se frottant les yeux de ses doigts, comme si elle venait de se réveiller d’un trop long rêve, d’un trop long cauchemar. En réalité, elle aurait très bien pu modifier l’aspect de son visage sans avoir à le toucher, mais n’aimait pas que l’on regarde son état de transition. Trop affreux se disait-elle, trop monstrueux, pensait-elle. Quand ces mains se décollèrent de sa peau, c’était comme si elle venait de retirer un masque invisible. Plus jeune, tous ses traits généraux avaient changé, reprenant ceux de la jeune fille que la Reine avait rencontrée brièvement dans le monde numérique. Ses yeux perçant reprirent leur teinte d’azur, reprirent un aspect plus humain, et définitivement plus animal. De toute façon, sa ‘proie’ était trop proche pour que le regard du rapace lui serve encore à quelque chose. Dans un même temps, elle perdit sa fourrure immaculée progressivement, alors que sa chevelure reprenait sa teinte d’onyx. Exactement comme dans cet étrange ordinateur. Comme si rien n’avait changé depuis cette époque. Comme si elle n’avait pas changé d’un pouce depuis cette première rencontre. Sentant désormais le froid sur sa peau, elle s’emmitoufla un peu plus sous sa cape puis inspira profondément, comme pour se donner du courage. Un faible sourire sur le visage, elle reprit la parole, essayant de soutenir l’océan du mieux qu’elle put. 

« Tu… te souviens de moi ? » Il est vrai qu’un certain temps avait déjà passé depuis leur rencontre « Excuse-moi pour… tout ça, j’ai un peu paniqué, je crois. »

Elle ne semblait vraiment pas fière d’elle en cet instant, comme si elle s’attendait à être réprimandée comme une enfant…Tout en sachant qu’elle riposterait sans aucun doute sèchement à ce type de paroles. Les seuls à avoir eu de l’autorité sur elle étant devenu une nourriture de choix pour les ténèbres. Est-ce qu’elle comptait compliquer cette soudaine métamorphose ? Absolument pas, comme si ce sujet était bien moins important. L’effet de surprise passé, elle eut un certain regain d’assurance. 

« Quand à mon gardien, encore faut-il qu’ils m’en attribuent un. Je plains sincèrement celui qui aura cette tâche d’ailleurs. » Elle n’y avait jamais vraiment songé, mais si un gardien était bel et bien à ses trousses, elle ne comptait pas lui rendre la tâche facile. Gagner la confiance de l’héritière d’Andara n’était pas une mince à faire. « Je suis venue pour te voir, Elsa, je ne savais pas qui aller voir d’autre. »

 Triste à dire, mais c’était vrai. La seule personne a avoir dialogué avec elle était le gardien des flammes, dont elle ignorait la localisation, et la Reine des glaces. En dehors, elle n’avait personne. 

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Dim 24 Avr - 9:50


La princesse aux milles visages





De son comportement, ses paroles et des sans coeurs s'en étant pris à elle alors que j'étais en quelque sorte une "cible de choix", j'étais presque certaine qu'elle était l'une de mes semblables. Malgré le fait que son apparence ne s'y prêtait pas, je ressentais à l'intérieur une personne fragile, détenant certainement un lourd passé et avec une certaine rancoeur pour les gardiens. Sans paraitre trop inquisitrice, je m'adressais à elle pour lui faire comprendre que je n'étais pas dupe. Sous cette fourrure immaculée, se cachait un coeur de pure lumière. Son regard détourné ne fut qu'une confirmation de ma conclusion, et j'attendis calmement qu'elle se livre à moi. Effectivement, pas douée pour mentir, mais le mensonge n'était pas une qualité à avoir. La jeune brune semblait de plus embarrassée de m'avoir caché la vérité.




J'assistais à une métamorphose, ainsi, comme j'aurais pu le pressentir, elle ne s'était pas montrée sous son vrai jour. Lorsque je vis ce visage juvénile encadré d'une longue chevelure de jais, je reconnus immédiatement cette personne que j'avais face à moi. Ceci pu éclaircir plusieurs points dans mon esprit notamment le pourquoi de ses cachoteries. Cyn'del ... Princesse de coeur ... Je l'avais rencontrée dans le monde virtuel lorsque le Roi Mickey avait été enlevé et la jeune femme ne semblait pas me porter dans son coeur à cet instant, me reprochant une certaine irresponsabilité quant au fait que je m'étais éloignée de mon royaume. Je doutais que cette rancoeur cachait quelque chose de bien pus profond et j'allais profiter de cette nouvelle rencontre pour le découvrir. Non, je ne lui tenais pas rigueur de son comportement antérieur, je l'aiderais s'il le fallait. Une fois sa métamorphose terminée, je lui souris doucement, répondant à ce faible étirement de lèvre, son expression teintée de honte. Je fus surprise de l'entendre proférer des excuses. La fixant avec bienveillance, je lui répondis toujours avec un sourire aux lèvres.



"Bien sûr que je me souviens de toi ... Cyn'del. Il n'en aurait pu être autrement. Tu n'as pas à t'excuser. Il est vrai que notre première rencontre avait été ... assez particulière, mais celle-ci appartient au passé, tu ne penses pas ? On devrait repartir de zéro si tu es d'accord." Je penchais la tête, l'air amusé. "Je suis vraiment heureuse de te revoir Cyn'del ..."



Ainsi, elle n'avait pas de gardien attitré et semblait avoir confiance qu'elle n'était pas quelqu'un de facile, c'était tout à son honneur de le reconnaitre, mais j'en fus peinée. Elle ne devait pas être si méchante qu'elle ne le paraissait, certainement emprunte de souffrances passées. Elle était apparemment venue à Arendelle pour me voir. Je soupirai un peu, cherchant à capter son regard.



"Ne dis pas cela, je suis certaine qu'un gardien pourrait se montrer digne de ta protection et que de ton côté tu le seras tout autant. Et saches que si tu as besoin de mon aide, je serais ravie de te l'apporter." J'hésitais un instant, mais finit par la questionner. "Pourquoi voulais-tu me voir ? Tu n'as nul besoin de te dissimuler devant moi, dis moi tout, je t'écoute. Et si tu le souhaites, nous pouvons nous rendre au château, les lieux seront plus sûrs pour discuter tu ne penses pas ?" Une fois de plus, je marquais une pause, avant de prendre un air sérieux et attristé. "Je sais que tu ne me portes pas dans ton coeur Cyn'del, mais je suis vraiment très heureuse que tu sois venue me voir ... Tu es la bienvenue à Arendelle et tu y seras toujours accueillie à bras ouverts."






▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Lun 16 Mai - 23:34
Percée à jour, la Reine des Neiges avait réussi à voir si clair dans son jeu mal assuré. Cela avait été si…facile pour elle. Quelques paroles, quelques gestes et déjà, elle avait pressenti ce statu que Cyn’del n’assumait pas encore tout à fait. Car, si la jeune femme était fière de celui d’héritière du trône d’Andara, si elle le revendiquait, unique lien tenu et si peu concret de sa filiation avec ses parents, il n’en était pas vraiment de même pour le second, celui de fille de pure lumière. C’est au moment où son royaume sombra que le souhait d’une population au bord du gouffre s’accompli. Destinée cynique et cruelle, elle avait été marquée de ce sceau qui aurait pu sauver bien des vies, s’il lui avait été attribué plus tôt…juste un peu plus tôt. Mais non, c’est en ce jour maudit où la peur étreignit son cœur pour la seconde fois de son existence qu’elle reçut sa marque de cœur, symbole d’espoir, véritable cible qui avait fait de sa vie un véritable calvaire depuis. Oui, son cœur n’abritait que lumière, mais une lueur si blafarde comparée à celle qu’elle imaginait briller au fond de la poitrine d’Elsa. Oui, elle possédait les « qualités », toutes très bien cachées derrière son armure de rejet et d’épine. Dignité, grâce, gentillesse, bonté, devoir, fierté, compassion, envolé d’une éducation à deux teintes, autant militaire que protocolaire, tels avaient été les conditions pour son accession à ce statu si…particulier. Nulles ténèbres n’étaient nées du creux de ses paumes et il n’en serait jamais le cas, aussi longtemps qu’aucune descendance féminine ne prenne place en son sein, aussi longtemps que son sang et sa lignée ne serait passés à la génération suivante. Mais…Au milieu de tout ça, après toutes ces années de solitudes et de combat, de fuite et de traque, que restait-il ? Une jeune femme méfiante, sans cesse sur ses gardes, la peur lui labourant les entrailles, sans jamais s’arrêter. Car depuis ce jour où elle l’avait connu pour la seconde fois, elle ne l’avait quittée. Douce compagne de son existence sans sommeil et sans gloire. Il était bien loin désormais le temps des réceptions, des rires, des chants et des danses. Si loin, le temps de l’éternelle clarté au sein de son royaume réduit à une simple peau de chagrin. Et pourquoi ?

Parce que la lumière les avait abandonnés. Parce que son bras armé n’était jamais parvenu jusqu’à leurs terres reculées.

Comment pouvoir se prétendre et assumer ce rôle empli de tant d’honneur quand l’on ne croit plus en cet élément emplissant pourtant son être ? Comment croire en l’éclat quand celui-ci n’avait rien tenté pour empêcher sa vie de sombrer dans l’ombre ? Comment croire quand on a perdu la foi en un avenir meilleur ? Si la métamorphe était une princesse de cœur, elle n’avait encore jamais déclenché le moindre don lié à sa lumière. Nulle capacité à soigner autrui, pas même la plus ténue des lucioles n’avait le jour entre ses doigts. En comparaison à d’autre, c‘est à peine si elle méritait la cicatrice logée entre ses omoplates. Car, jour après jour, épreuve après épreuve, un cruel filin d’acier rongeait son essence. Elle n’avait plus la foi en la lumière, comment aurait-elle pu développer ses dons envers elle ? Elle n’avait plus la foi envers l’Ordre chargé de lui venir en aide, comment aurait-elle pu se présenter à leur porte ? Du moins, c’est ce qu’elle pensait, avant cette rencontre au sommet de la montagne de Chine. Ce…gardien, c’était difficile pour elle à l’admettre car elle était têtue, mais, il avait su trouver les mots. Ces simples petits mots pour faire vaciller ses convictions. Ebranler ses certitudes trop ancrés dans sa peur et son appréhension. Et depuis, elle cherchait des réponses, tout en continuant à survivre. De toute façon, qu’avait-elle de mieux à faire ? Rien. La vacuité de son existence lui donnait parfois le vertige, aussi essayait-elle de ne pas y penser. De ne penser d’une princesse sans royaume à diriger, sans peuple à gouverner n’est plus qu’une relique sans aucune valeur. Elle n’avait que sa fierté pour prouver son statut qui pouvait sonner si faux. Et face en d’elle, cette femme représentait tout ce qu’elle aurait pu être.
Une Reine, digne représentante et protectrice de son peuple, les guidant vers la lumière. Elle avait tout, alors que la métamorphe, non. C’est ce qu’elle voyait de son regard bleuté si souvent coloré d’une autre teinté. Devant elle, elle voulait se montrer à la hauteur. Digne de son statut un peu patiné et délavé. Elle voulait lui parler d’égale à égale, avoir ces discussions qu’elles auraient pu avoir lors d’un diner protocolaire ou d’un bal en l’honneur de l’un ou l’autre évènement. Faire abstraction de cette montagne glaciale, retrouver un tant soit peu de cette prestance dont elle était si fière. C’est aussi pour ça qu’elle ne souhaitait pas que la honte l’étreigne plus que de raison. Qu’elle ne se rabaisse devant la Reine qu’elle prenait autant pour son égale qu’elle ne ressentait la différence flagrante entre elle. Sans exposer encore toutes les raisons de sa venue en ces terres de glaces, Cyn’del se contenta d’affirmer être venue pour la voir elle, non sans avoir été de son petit commentaire sur l’hypothétique malheureux qui serait chargé de sa protection.

Et Elsa répliqua sur ce sujet pour commencer. Avait-elle à ce point confiance envers l’Ordre pour lui affirmer qu’il existerait bien l’un de ses membres qui soit digne de la protéger, qui soit digne qu’à son tour, elle lui confie sa vie ? C’était pour ce son de cloche qu’elle était venue, savoir si cette organisation de lumière pourrait vraiment être digne de sa confiance, mérité son pardon si difficile à obtenir parfois. Elle continua, souhaitant en savoir plus sur le pourquoi de sa venue, sur le pourquoi de cette entrevue en privé, loin des doléances de ses citoyens. Elle l’invita même chez elle, ouvrant de ses paroles, les portes de ses appartements royaux. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas simplement assise sur un fauteuil, une tasse de chocolat fumant entre ses mains, un livre reposant sur ses genoux ? Il est vrai de que ces lieux devaient être les plus sûrs de ce monde… Mais serait-elle seulement digne d’eux ? Après tout, elle n’était pas habillée de façon des plus nobles aujourd’hui. Ces éternels vêtements sombres pris au hasard d’un fil étaient bien loin de ce qu’elle avait pu porter un jour. Mais à peine pu-t-elle y songer, que la Reine reprit la parole, se dépréciant face à elle. Elle avait raison, Cyn’del ne la portait pas particulièrement dans son cœur, du moins, jusqu’à cette dernière semaine passée à l’observer et à l’épier. Car elle ne pouvait nier la dévotion de cette femme pour son devoir. C’était une qualité qu’elle appréciait et respectait plus que tout. Le devoir. Elle avait donc raison, mais à la fois tort, car elle ne lui portait plus les mêmes sentiments que lors de cette brève rencontre dans le monde numérique.

« Oublie ça, on reprend de zéro, non ? » Elle se força à un petit sourire. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée que nous nous rendions au château, je… ne suis plus très à l’aise avec la foule et… » Un instant, une nouvelle fois, elle détourna le regard. « Je suis loin d’être présentable »

 Il faut dire que trois années passées à vagabonder de monde en monde lui avaient appris à faire avec ce qu’elle avait, c’est-à-dire pas grand-chose. Si elle ne possédait pas ce don rendant sa peau si parfaite comme dans ses souhaits, elle aurait sans nul doute une mine et un teint affreux. Mais c’était ainsi, et même si elle avait très envie de pouvoir se reposer pour une fois auprès d’un véritable feu de cheminée, elle prit ces prétextes pour décliner son offre puis revint vers son regard d’océan. Le vent de la montagne se leva alors, jouant un eu trop avec sa lourde cape d’hivers. Sa tenue ne semblait pas vraiment adaptée pour les conditions montagnardes, un peu trop légère pour ça, mais elle s’était habituée à se parer de fourrure dans ces situations-là. Pourquoi ne le faisait-elle pas en cet instant ? Car c’est avec son apparence de princesse qu’elle voulait lui parler. Cette apparence qu’elle pensait être sa véritable, sans que la certitude ne t’étreigne de ses bras rassurants. Elle resserra les pans de son vêtement et frissonna un peu. Quand elle parlait, quand elle respirait, des volutes de vapeur s’échappaient de ses lèvres roses. Avant de reprendre la parole, elle regarda tout autour d’elles, méfiante. Elle ne voulait pas qu’autrui entende leur conversation, même si cette précaution semblait de trop dans cet environnement.


« Je suis venue te demander conseil, même si je me rend compte à présent que je ne sais par où commencer. » Il est vrai qu’elle n’avait pu formuler ses questions réellement. « Je… j’aimerai ton avis sur plusieurs choses, mais surtout sur l’Ordre des Gardiens. » Elle hésita un peu avant de continuer. « Je ne leur fait pas confiance mais… J’ai rencontré l’un d’entre eux et depuis, je ne sais pas vraiment quoi penser. »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Ven 26 Aoû - 22:38


La princesse aux milles visages




Se retrouver face à cette princesse était pour Elsa l'occasion de repartir de zéro avec elle. Leur rencontre au monde numérique lors de la disparition du Roi Mickey avait été plutôt tumultueuse, la jeune femme ayant prise rapidement en grippe le Reine d'Arendelle. Celle-ci n'avait pourtant aucune rancune contre elle et lui proposer de faire table rase. Peinée pour elle, elle tenta de la rassurer, mais était certaine qu'elles seraient bien mieux à discuter au château. La blonde était prête à lui venir en aide si Cyn'del le souhaitait, il en était après tout de son devoir de Reine. Elle ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle accepta le fait de reprendre de zéro toute les deux et acquiesça doucement d'un signe de tête, heureuse de voir naitre un sourire sur le visage de la princesse bien que quelque peu forcé, mais c'était un bon début.

Cyn'del déclina pourtant son invitation à se rendre au Château, prétextant ne pas être à l'aise dans la foule, enchainant également sur le fait qu'elle ne soit pas assez présentable. Elsa voulut la contredire mais elle préféra la laisser s'exprimer avant. Sa tenue semblait beaucoup trop légère pour le climat ambiant, la blonde ne pourrait la laisser dans cet état, c'était hors de question. De plus, elle ne semblait pas totalement rassurée en ces lieux, son regard scrutant régulièrement les alentours. Elle était nerveuse, cela se voyait.

Ainsi, elle voulait des conseils, en particulier l'avis de la Reine d'Arendelle concernant l'Ordre des Gardiens. Comme celle-ci le pensait, la métamorphe ne leur faisait aucunement confiance, mais il semblerait que l'un d'entre eux l'ait quelque peu déboussolée. Ce gardien pourrait-il être Nicolas ? La Reine des glaces ressentit un léger pincement au coeur lorsque cette pensée lui traversa l'esprit, mais l'Ordre comptait de nombreuses recrues. Elle essaierait bien entendu de connaitre l'identité du gardien mais avant, elle devait convaincre son égale d'accepter de la suivre jusqu'à la ville.

L'air calme et attentif, Elsa réfléchit un instant, gardant ses pupilles océan sur le visage juvénile de son interlocutrice. Elle espérait que cette nouvelle rencontre avec la brune lui permettrait de la connaitre un peu plus et peut être de s'en faire une amie ?

"Je répondrais à toutes les questions que tu te poses et j'essaierais de t'aider au mieux. Mais je pense que ce n'est réellement pas le meilleur endroit pour discuter d'un sujet si important, tu ne crois pas ?" Elle marqua une pause, laissant réfléchir la jolie brune. "S'il te plait, suis moi jusqu'au château, tu es gelée, tu vas finir par attraper la mort comme ça ... Ne t'inquiètes pas, je te prêterais des affaires pour que tu te sentes à ton aise. Je peux même te faire préparer une chambre si tu veux rester quelques jours, ou même autant que tu le souhaiteras." Lui souriant doucement, elle ajouta : "Tu peux me faire confiance tu sais ... Je te promets que tout ira bien."

Attendant la réponse de la métamorphe, Elsa finit par lui indiquer le chemin à prendre pour rentrer au château, le trajet s'effectua sans encombre, sans attaque et elles purent gagner leur but sans problème. Aucun garde ne chercha à relever l'identité de la jeune femme qui accompagnait la Reine, il ne se permettait plus tellement de la contrarier, elle qui était plus que têtue. Comme pour rassurer un peu plus son invitée, la blonde lui esquissa un large sourire.

"Nous allons monter à l'étage, dans ma chambre, on devrait pouvoir te trouver des vêtements !"

A ces mots, elle commença à gravir les marches et à suivre le couloir jusqu'à la porte de sa chambre qu'elle n'avait pas verrouillée. Tournant la poignée dorée, elle entra la première, adressant un signe de tête à Cyn'del pour qu'elle lui emboite le pas et referma la porte derrière elle. Immédiatement, elle se dirigea vers sa garde robe qu'elle ouvrit, cherchant un vêtement qu'elle avait déjà en tête. "Tu vas te changer et ensuite, nous passerons dans le salon devant un bon feu de cheminée pour que tu puisses te réchauffer." Elle trouva enfin son bonheur et le présenta à la princesse : une robe verte émeraude de velours à longues manches ornée de fins fils argentés au niveau des coutures, plutôt légère mais qui avait pour mérite de tenir chaud. Elsa espérait qu'elle ne soit pas trop longue pour Cyn'del bien qu'elle n'était pas plus petite qu'elle même. "Voilà, si elle ne te plait pas, tu peux en prendre une autre si tu le souhaites mais je pense que ça devrait aller. C'est la robe préférée de ma sœur cadette." Toujours souriante, elle pointa une porte du doigt à l'opposé de la pièce. "La salle de bain est située là bas pour te changer, tu peux même prendre une douche, tout est à ta disposition. Je t'attendrais ici."

La belle s'installa dans un lourd fauteuil de velours, attendant de pouvoir poursuivre leur conversation dans un endroit plus chaleureux.




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Ven 9 Sep - 21:42
Quel est le propre d’un Roi, d’un royaume, d’une dynastie ? Depuis ce jour tragique qui l’avait arraché à sa destinée toute tracée, Cyn’del avait eu tout le temps du monde pour y songer. Reconnait-on un Roi à son royaume, à ses sujets qu’il gouverne avec plus ou moins de diligence ? Dans ce cas, elle ne l’était plus, pour peu qu’elle l’eût été un jour. Le reconnait-on au nombre de ces gens prêt à tous pour lui, au risque d’y prendre le cadeau le plus précieux de l’univers ? Dans ce cas, elle ne l’était plus, même si ses souvenirs fourmillaient de preuves qu’elle l’est été, pour cette raison. Combien ? Combien s’étaient évaporés sous ses yeux ? Engloutis dans une masse sombre et dévorante pour mieux revenir déchiqueter ses pairs. Reconnait-on un Roi uniquement au travers de son travail de chef des armées, de chef total sans être totalitaire ? Dans ce cas, elle ne l’était, car nulle armée n’avait jamais suivit ses désirs. Reconnait-on un Roi à cause de la justesse de ses décisions, de la sagesse de ses paroles ? Dans ce cas elle ne l’était, car elle regrettait encore et encore la seule décision qui avait pu sauvegarder sa vie. N’aurait-elle pas dû rester aux côtés de son peuple au bord du gouffre ? Jusqu’au bout, jusqu’à la dernière seconde, telle la capitaine d’un vaisseau à l’unique destin funeste. Reconnait-on un Roi à cause de ses campagne militaire, de toutes ces terres qui possèdent et sur lesquelles il fait prospérer un peuple ? Dans ce cas, elle ne l’était, car aucune terre n’était sus sa gouvernance, et aucune ne le serait plus jamais. Reconnait-on un Roi à la richesse de son accoutrement, à sa prestance royale, au charisme qu’il dégage et qui impose sa volonté à l’assistance ? Dans ce cas, elle ne l’était, car son apparence était si loin de l’idée même de la royauté. Nulle voix tonnante ne s’échappait de sa gorge pour remonter le moral, pour soutenir l’optimisme vacillant de la lumière. Non, il n’y avait là qu’une peur si profonde, si ancrée qu’elle en avait écrasé tout le reste. Nulle tenue d’apparat n’avait couvert sa peau en de très nombreuses années. Non pas que ce touché lui manquait, non pas que de simple vêtement de civil ne lui convenait guère, mais plutôt que retrouvé une certaine habitude, faisant écho aux souvenirs des jours heureux, ne pourrait que l’aider.

Dans ce cas, si la princesse en exil ne pouvait se reconnaitre au travers de « ce qui fait un Roi », pouvait-elle véritablement se prétendre royale ? En réalité, ce simple titre un peu désuet était tout ce qui lui restait. Tout ce qui restait de son ancienne existence. Car pour elle, si elle n’avait plus les attributs matériels d’un Roi, il lui en restait toujours l’esprit, même s’il était bien camouflé derrière sa paranoïa galopante. La fierté d’une Reine. La fierté qui empêche que l’on se rabaisse à quémander quoique ce soit, préférant compter sur ses maigres forces. Oui, elle était fière. Un sens du devoir, du la justice, car un « bon Roi » ne pouvait être que juste. Un sens empêchant de sombrer totalement dans l’obscurité, entretenant la faible lueur régnant en son cœur.

Cette lueur qu’elle avait déjà maudit plus d’une fois.

Et pourtant, cette fierté, après des années terrées dans la terreur, elle avait décidé de la ravaler. De la ravaler pour demander assistance à ce que l’on pouvait appeler une consœur. Une femme de pure lumière, comme elle. Une Reine éclairée, comme ce qu’elle aurait dû être. Une gouvernante qui lui avait prouvé sa sagesse pendant cette semaine à l’abris des regards indiscrets. Une grande Dame qui lui forçait un certain respect, mais aussi une faible jalousie. Qu’à cela ne tienne, il n’était plus temps pour elle de s’arrêter à ses propres états d’âme sur la demoiselle. Elle était venue la trouver pour avoir des réponses à ses questions, même si au final, c’est le contraire qui se produisit. Mais bon, le mensonge n’avait jamais été le fort de la métamorphe.

Ce n’était que lorsqu’elle avait été percée à jour par la Reine des glaces qu’elle tomba ce masque malhabile, qu’elle repoussa définitivement sa fierté, sans pour autant oublier sa nervosité d’être ainsi à découvert et à la merci d’un ennemis tapis dans l’ombre.
Cyn’del osa et amorça le début de ses interrogations. Mais Elsa ne comptait pas y répondre, ou du moins pas tout de suite, pas en ce lieu. L’héritière d’Andara, frissonnante, ne put qu’acquiescer du chef aux arguments de la jolie blonde. Une montagne, on faisait mieux pour aborder des sujets aussi sensibles que l’Ordre du Roi Mickey et puis... Elle était bel et bien gelée, parce qu’en voulant lui parler d’égal à égal, elle avait repoussé ses attributs animaux pourtant si utile face au froid. La Reine lui proposa non seulement de la suivre au château, ce qu’elle avait déjà refusé une fois, mais aussi de lui prêter une tenue plus seyante au lieu, et même de l’héberger. Sa gentillesse n’avait-elle donc pas de limite ? Dire qu’elle lui avait si mal parlé dans le monde numérique... Et qu’elle n’en gardait pas la moindre rancœur. Peut-être était-ce ça, une « véritable princesse de cœur ». La métamorphe hésitait, même si tous les arguments étaient en faveur de son départ vers le château. Depuis combien d’années n’avait-elle pas dormis dans une bâtisse de brique ? Trop longtemps... L’idée de pouvoir effleurer du doigt cette vie qu’elle possédait jadis lui faisait tellement envie, tout en l’angoissant. Jusqu’à présent, elle ne devait sa survie qu’à sa capacité à changer de lieu rapidement et de manière aléatoire. Alors, se fixer... Se fixer en un lieu pour une longue période. Elle ne pensait pas que ce simple fait pourrait retenir son envie à ce point. Néanmoins, la Reine, voyant sa réticence, fit son maximum pour la rassurer. Peut-être avait-elle raison ? Qu’elles seraient plus à l’aise pour discuter autre part qu’ici ? Et puis... Si jamais quelque chose tournait mal, elle avait encore la capacité de s’enfuir. Cela faisait plusieurs jours que son cristal avait repris son énergie.
Aussi, elle accepta la proposition dans un soupire, bien qu’un peu nerveuse.

« C’est d’accord, emmène-nous au château. »

Sans aucun doute plutôt contente d’avoir réussi à la faire changer d’avis, Elsa montra le chemin au travers la montagne. Sur ce sentier de neige, la progression était lente et difficile pour Cyn’del qui n’avait voulu user de son don pour lui faciliter la marche. Et avec sa tenue si peu adaptée, de profonds frissons ne mirent pas longtemps à apparaitre. Mais la princesse en exil tint bon, essayant d’occulter la température ambiante en focalisant son esprit sur un autre point problématique : La ville.
Car au fur et à mesure qu’elles s’approchaient du château, les bâtiments se faisaient plus voyant, et plus proches. Et qui dit bâtiments, dit forcement personnes, beaucoup, beaucoup de personnes. Elle n’aimait pas le foule, ou plutôt, elle ne s’y sentait plus à l’aise, comme si elle s’attendait encore à recevoir une pluie de pierre alors qu’elle arborait plus son apparence monstrueuse. Les habitudes ont la vie dure, les craintes également. Lorsque l’orée de la ville fut en face d’elles, l’héritière rabattit sa capuche sur son visage, s’y camouflant comme si sa vie en dépendait. Nul de devait la voir, nul ne devait savoir qui était cette inconnue qui accompagnait la Reine de leur royaume. Le plus discrètement possible, elle la suivit, jusqu’au château, essayant de faire fit de son angoisse et de sa peur. Sous sa cape, sa main avait rejoint d’elle-même cette pochette de tissus contenant son bien le plus précieux : son cristal-portail. Une simple précaution. Mais nul ne se mit au travers de leur route. A l’entrée de l’édifice royal, la garde vint à leur rencontre. Mais nul ne se mit au travers de leur route. Son cœur battait à tout rompre face à ce service de sécurité, mais une nouvelle fois, Elsa la rassura comme elle put. Ce n’est que lorsqu’elles rejoignirent les appartements royaux, après nombre de volées d’escaliers et de dédales de couloirs que la princesse put souffler un peu et se détendre.
Comme elle s’y attendait, sa chambre était digne de son rang. Joliment décorée, propre et soignée, elle était comparable à celle qu’elle avait eu dans un passé pas si lointain. Peu à l’aise, Cyn’del se contentait de rester debout, près de la porte, tout en observant son hôte s’affairer dans ce qui lui sembla être une garde-robe. Elle allait vraiment lui faire porter une de ses tenues ? Juste comme ça ? Sans même la connaitre plus que ça ? La Reine revint vers elle accompagnée d’une robe de velours vert sombre et plutôt richement décorée.  Véritablement splendide bien que peut-être un peu petite ou trop ajustée. Mais ce genre de considération n’atteignait plus la jeune femme depuis qu’elle avait découvert son don. Touchée par ce geste, elle prit le vêtement et passa doucement ses doigts sur le col. Perdue dans sa contemplation, elle entendit à peine la suite des paroles de son hôte. Elle ne savait pas quoi lui dire... Ou plutôt si, elle le savait, même si ce simple mot avait parfois du mal à franchir ses lèvres.
Elle se dirigea alors vers la salle d’eau qu’on lui avait indiquée mais s’arrêta à l’encablure de la porte. Une main sur le montant, sans oser se retourner, elle prononça ce simple mot si difficile.

« Merci... Vraiment. Merci. »

Avant de disparaitre et de refermer la porte derrière elle. Une salle de bain, voilà quelque chose qu’elle n’avait pas côtoyée depuis un long moment, encore moins dans cet état si impeccable. Produit d’hygiène et de beauté, miroir, serviettes doucement tiédies par un feu prévu à cet effet, rien ne manquait. Rien du tout. Elle s’adossa à la porte en observant ce petit coin de paradis. Comment en était-elle arrivée là ? Ou plutôt, comment cette Reine pouvait partager ainsi ses appartements sans rien savoir ou presque de son invitée ? Était-ce uniquement à cause de cette marque qu’elle avait entraperçue dans le monde numérique ? Il était vrai que jamais l’idée de lui faire du mal lui parviendrait à l’esprit mais tout de même... Elle le connaissait si peu. Cyn’del n’aimait guère devoir quelque chose à quelqu’un, ais devait bien l’admettre que ravaler sa si forte fierté l’avait conduit à améliorer plus que significativement sa situation. Pour une fois. Elle se décolla de la porte et la ferma à clef avant de tester la solidité du verrou. Prudence, toujours cette prudence. Ce n’est qu’après qu’elle se décida enfin à enlever sa tenue de voyage. Le temps et la route l’avaient quelque peu déchirée et salie, mais changer régulièrement de vêtement était un luxe dont elle avait dû se passer. Elle commença donc par remplir un baquet d’eau légèrement savonneuse pour y faire tremper son haut et son bas. Elle n’était pas certaine du temps qui lui restait ici et se devait donc d’anticiper le pire, comme toujours. Puis, elle rejoignit la cabine de douche et laissa l’eau chaude effacer les dernières tensions et froidures de sa peau. Dieu, que ce filet d’eau pouvait lui faire du bien. Elle passa de longues minutes à se laver et à laver sa longue chevelure corbeau. Une fois encore, elle ne put que constater que pour une jeune femme perdue loin de chez elle et en fuite depuis de très longues années, sa peau était d’un éclat et d’une propreté fort peu naturelle. Et pour cause, elle ne l’était pas. Pouvoir manipuler son corps à sa guise, son état, son aspect avait des applications parfois plus terre à terre que l’on pouvait imaginer. Une fois terminé, elle s’enveloppa dans une large serviette et se sécha sommairement les cheveux. Une fois encore, quelques manipulations de son corps le rendraient complètement imperméable et l’eau n’aurait plus qu’à ruisseler d’elle-même au sol. Avant de s’habiller, elle ressortit ses vêtements du baquet, les rincer, et les mis à sécher près du feu. Puis elle enfila la plus jolie robe qui lui avait été donné de voir depuis longtemps. Comme elle l’avait pensé, elle était un peu trop serrante et petite mais quelques ajustements au niveau de sa silhouette la rendirent juste à sa taille. Qu’étaient quelques centimètres, ou une carrure plus fine face à la possibilité d’enfiler une pareille tenue après tout ?
La princesse accrocha son précieux pochon de tissus frappé de l’emblème de sa si chère ville royaume à sa taille et déverrouilla la porte. Elle hésita un peu avant de tourner la poignée et de revenir dans la pièce. Elle ne semblait toujours pas très à l’aise en ce lieu mais déjà un peu plus qu’avant. Elle mit un certain temps avant d’oser s’avancer vers la Reine et de s’installer à ses côtés. Néanmoins, affubler de cet apparat seyant au gens de son rang, c’était une toute autre personne. C’était presque naturel pour elle de se déplacer avec autant de tissus sur le dos, dans un tel environnement royal.

« Ça m’a fait un bien fou. Cela fait une éternité que je n’avais pas pu prendre une douche, encore moins avec de l’eau chaude. »

Mais elle n’en ajouta pas plus. La Reine ne devait rien savoir de son exil et loin d’elle l’idée de l’apitoyer plus que nécessaire. Elle n’avait pas besoin de sa pitié, mais plutôt de réponses à ses questions. Et selon ce qu’elle entendrait de la bouche de sa consœur, sa route prendrait ou non au tout autre chemin. C’est pourquoi elle reprit la parole, et le fil de leur conversation amorcée sur la montagne.

« Le gardien que j’ai rencontré, il s’appelle Derek et... » Elle marqua une pause, hésitante. « Je me suis rendue compte qu’au final, je ne connais pas très bien l’Ordre. Que ce soit ses actions ou les membres qui la composent. Je les ai toujours soigneusement évités. » Elle reporta sur Elsa et se décida enfin à poser sa question. « Que peux-tu me dire sur eux ? Qu’est-ce qu’ils t’apportent de plus que ta garde personnelle ne peut faire ? »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Sam 10 Sep - 14:35


La princesse aux milles visages




Ainsi, la Reine avait réussi à convaincre la jeune femme de l'accompagner au Château, là où elles pourraient parler librement, là où elles pourraient se réchauffer, là où elle serait en sécurité. Malgré sa surprise, Elsa fut heureuse que Cyn'del accepte sa proposition, la suivant sans rechigner. Elle ne put s'empêcher de remarquer qu'elle se cachait volontairement sous son capuchon. La princesse de coeur en eut la gorge serrée, que lui était-il arrivée pour qu'elle soit aussi méfiante ? Cela ne pouvait être naturel, elle en était certaine. Que se cachait-il sous cette carapace saillante ? La blonde espérait se rapprocher assez d'elle pour le découvrir, pour l'aider à faire face à ses démons.

Parce que la Reine faisait preuve d'une bonté hors pair, parce qu'elle ne connaissait pas la notion d'égoïsme et parce que son intuition lui dictait qu'elle pourrait être d'une grande aide pour cette princesse perdue. En quelque sorte, la présence de celle-ci aiderait également Elsa, elle qui se sentait si seule en l'absence de son gardien, son cher Nicolas ne donnant plus signe de vie depuis un certain temps. Ne plus penser à lui ? Elle n'y parviendrait guère, sachant parfaitement que Cyn'del attendait des réponses. Mais elle pourrait parler librement de lui, en faire ses éloges, peut-être non totalement objectives mais en grande partie vraies.

Enfin arrivée au sein du Château royal, profitant de la chaleur environnante, la Reine des glaces informa la métamorphe qu'elle la guiderait jusqu'à sa chambre, l'emmenant dans les dédales du château. Une fois au lieu dit, la blonde se dirigea directement vers sa garde robe, son amie se sentirait bien mieux dans une tenue propre. Après avoir déniché une robe qui irait sans doute parfaitement avec son teint et sa crinière corbeau, Elsa lui indiqua où se situait la salle de bain, lui précisant que tout était à sa disposition. Les mots de la métamorphe la touchèrent, la faisant sourire. "Tu n'as pas besoin de me remercier ..." Après cela, elle s'installa dans l'un des fauteuil de sa chambre le temps de laisser la jeune brune se débarbouiller et se changer.

La princesse de coeur se recroquevilla sur elle-même, s'amusant distraitement avec les mailles de son pull. Se laissant aller à ses pensées, elle ne vit guère le temps passer et sursauta même lorsqu'elle entendit le verrou de la porter tourner. La blonde se redressa, s'asseyant convenablement affichant un large sourire en observant Cyn'del. La brune était très jolie dans cette tenue, faisant ressortir sa prestance de princesse. La couleur du vêtement lui allait à ravir, Elsa se sentant satisfaite de son choix. Tandis qu'elle s'installait à ses côtés, la Reine d'Arendelle se permit un commentaire.

"Cette robe te va à ravir Cyn'del."


Celle-ci semblait presque reposée et la mage de glace en comprit la raison lorsqu'elle lui expliqua qu'il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pu profiter d'une douche d'eau chaude. Bien qu'Elsa aurait aimé en savoir plus sur elle, sur son passé et même sur son présent, elle ne la questionna guère, préférant si possible que la brune se confie d'elle-même à elle. Mais au lieu de cela, elle reprit cette conversation à propos des gardiens. La Reine des neiges fut surprise d'entendre le prénom de Derek, gardien et ami de Nicolas qu'elle avait elle aussi rencontré précédemment. Malgré un certain caractère chez le pyromane, elle avait apprécié sa compagnie. Mais la douce reine ne l'interrompit pas, la laissant poursuivre jusqu'à ce que ce fut à son tour de prendre la parole. Elle se lova un peu plus dans le confortable coussin en balayant le visage de son interlocutrice de ses pupilles d'océan.

"Les gardiens sont des personnes surentrainées, capables de faire face à de nombreuses situations. Comme tu le sais, il serait regrettable que nous retombions entre de mauvaises mains. Je pense que ma garde ne serait pas en mesure de vaincre les pures ténèbres. Ils peuvent me protéger des humains mal intentionnés, mais pas d'un être surnaturel possédant des pouvoirs pouvant dépasser nos pensées." Elle baissa les yeux, réfléchissant à ses mots. "Avoir un gardien, c'est comme avoir une ombre qui nous suit partout, qui veille sur nous, prêt à intervenir au moindre danger. Pour être honnête, je peux facilement semer les hommes de la garde royale, mais un gardien ne se laisserait pas facilement berner. Je me sens beaucoup plus en sécurité avec Nicolas qu'avec tous les gardes du château réunis ..." Certes, ses sentiments devaient y être pour quelque chose, mais elle s'abstint de le mentionner. "Je pense que tout ceci repose surtout sur la confiance que tu accordes à l'Ordre. Tout ce que je peux te dire est que leur principal objectif est notre protection."

Scindant son regard du sien, elle finit par la questionner à son tour. Bien sûr, Cyn'del était très différente d'elle et le lien qu'Elsa partageait avec Nicolas était particulier, peut-être même unique. Mais elle ne révélerait pas cette relation dite interdite, non par manque de confiance en la métamorphe, mais plutôt par peur d'être jugée.

"Qu'as tu pensé de Derek ? Penses-tu que tu aurais pu être capable de remettre ta vie entre ses mains ?" Elle marqua une pause. "Je l'ai moi-même rencontré lors d'une de ses visites à Arendelle et même s'il semble avoir un caractère bien trempé, je pense qu'il est un combattant remarquable, à l'image de l'Ordre entier."




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Mar 18 Oct - 11:48
Qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Qu’est-ce qu’elle faisait dans ce château ? Pourquoi avait-elle suivi cette presque inconnue ? Elle pouvait très bien vouloir lui tendre un piège, la livrer aux Gardiens, contre son gré, pour qu’ils l’enferment dans une jolie cage dorée. Conserver le cœur que la lumière honnie avait décidé de bénir, le protéger des ténèbres, le protéger de tout et de tout le monde, dans l’unique but de gagner cette guerre séculaire qui n’aurait de toute façon jamais de fin. Dans l’esprit de la princesse, toutes ces questions s’entrechoquaient dans un ballet au tempo rapide, discordant, angoissant. Toutes ces interrogations étaient nées de sa peur constante, de ce sentiment étreignant qui ne la quittait pour ainsi dire jamais. Sans cesse, quel que soit sa situation, elle imaginait le pire scénario possible. Elle ne pouvait s’en empêcher, elle pouvait empêcher sa paranoïa galopante s’emparer de son imagination pour lui faire songer à d’horribles, horribles pensées. C’était dur, parfois si dur de s’empêcher de s’enfuir, de s’isoler de tout et de tout le monde. Pour toujours et à jamais. Retrouver ces habitudes qu’elle avait embrassée non de son plein gré mais parce que la situation l’exigeait.
Les ténèbres la terrifiaient depuis... depuis ce jour, mais en réalité depuis bien plus longtemps, depuis toujours même. Mais qu’en savait-elle ? Nulle archive ne mentionnait un transfert de nourrisson entre deux mondes si différents et quand bien même elles existeraient, elles avaient été détruites en même temps que son si cher Royaume. Quant à La lumière, elle n’avait que des reproches à lui faire, facile de comprendre pourquoi elle lui refusait sa force, pourquoi parmi toutes ses consoeurs, Cyn’del devait être des plus faibles. Ethérée, immobile, immuable, la clarté n’avait pas agi pour son peuple, elle n’avait pas guidé son armée encore naissante pour qu’elle puisse trouver sa petite étoile en proie à l’ombre et à la désolation. Comme une douce maitresse sédentaire, bloquée dans son état depuis des siècles et des siècles et pour des siècles et des siècles, jamais elle n’avait levé le petit doigt, se contentant cyniquement de marquer le creux des omoplates de la métamorphe. Malgré sa prestance retrouvée dans cette tenue richement décorée, Cyn’del n’en restait pas moins sur ses gardes. Une tension lui parcourait le corps, comme si elle s’attendait à chaque instant de voir des dizaines d’hommes en arme faire irruption pour l’enfermer. Une peur véritable lui saisissait les entrailles de se trouver désormais dans un environnement clos, presque à la merci d’une attaque ennemie.

Pourtant, elle le savait.

Elle savait qu’il ne s’agissait que de sentiments irrationnel et irraisonné. Elle savait qu’ils ne reposaient sur aucun fondement plausible, elle savait qu’elle se trouvait en sécurité entre ces murs et que nul ne pouvait lui faire du mal. Elle le savait et, de ce fait, combattait de toutes ses forces l’envie irrépressible de faire appel au pouvoir de son cristal, reposant dans le pochon frappé de son sceau royal. Cette petite poche ne la quittait jamais, comme un grigri porte-bonheur qu’elle n’aurait jamais voulu avoir, préférant largement le retour de son monde à ce vulgaire caillou. Toujours, il restait à portée, le plus souvent même dans ses mains. Cette présence à la fois peinant et rassurant. Petit à petit, elle retrouvait ces anciennes sensations qu’elle avait préférée oublier pour ne pas étouffer son cœur, le froissement du tissus d’une robe sur sa peau, la caresse de l’eau chaude, la chaleur d’un feu de cheminée, le moelleux d’un fauteuil, le compliment sur sa plastique, bien qu’elle trouvât ce dernier quelque peu étrange et juste... anormal, puisqu’elle pouvait prendre n’importe quelle apparence d’un claquement de doigt. C’était...plaisant, et elle ne pouvait nier que cette pointe de nostalgie lui faisait plaisir, sans vraiment réussir à la détendre complètement.

La métamorphe amorça la discussion, celle qu’elle avait mis trop d’années à repousser, celle que son appréhension lui disait de ne pas avoir. Mais elle le devait. Elle le devait pour pouvoir avancer, pour trouver une solution. La reine des glaces était une princesse de cœur reconnue, elle devait avoir un gardien -bien qu’elle ne l’ait pas encore vu-, elle devait en savoir beaucoup plus. Elle devait être de bon conseil, elle l’était bien pour son peuple, après tout. Sa réponse fut quelque part, celle qu’elle attendit. Les gardiens étaient des hommes et des femmes entrainées spécialement pour combattre les ténèbres, ce que le commun des mortels n’était pas. Même sa garde ne pouvait pas la protéger contre les sans-cœur, ce qui expliquait pourquoi elle partait seule dans la montagne pour s’en occuper en quelque sorte. La seconde partie était ce qu’elle redoutait et attendait en même temps. Un gardien -elle mentionna le prénom « Nicolas », son propre gardien sans doute- ne vous quitte jamais, une ombre à vos trousses qui jamais ne détache son regard de vos gestes, de votre personne, entrainé pour vous protéger du pire. Où était la liberté dans tout ça ? Peut-être était-elle simplement là... Depuis ce fameux jour, Cyn’del n’était pas réellement libre. Piégée par son propre esprit et parfois par son propre corps, coincée dans une routine, une habitude de terreur qui se traduisait dans chacun de ses gestes. Pourrait-elle oublier un peu sa peur, si un autre était chargé de sa protection ? Mais pour ça, pourrait-elle seulement faire assez confiance au pauvre fou qui aurait à veiller sur elle ? Elle en doutait, réellement. Elle n’avait toujours fait confiance qu’à ses propres forces pour se sortir de mauvais pas. Et pour cause, quand elle avait eu besoin le plus d’aide, personne ne s’était montré, pire, d’autres l’avaient rejetée. Pourrait-elle faire confiance à cet Ordre sur lequel elle rejetait une grande partie de la faute ?

La reine continua son raisonnement, passant désormais à Derek. Ainsi, elle l’avait elle-même rencontré. Oui, c’était même certain à la vue de la description qu’elle en faisait. Le gardien du feu était un homme borné, irascible et irritant, et, si sa raison ne l’avait pas arrêté à temps, elle en aurait bien croquer un bout, juste pour faire taire ces remarques acerbes. Mais... mais malgré ça, malgré tout, il avait formé une bonne équipe contre ce sans cœur de la montagne. Sans lui, elle n’aurait pas pu l’affronter, et sortir triomphante de la bataille. Plus que probablement, elle se serait caché dans sa grotte, sous la menace de cette chose ténébreuse, jusqu’à ce que son cristal ait fini sa recharge. En danger, en stress pendant des heures et des heures, voir même, s’il l’avait débusquée, plus là pour le raconter. Quand il avait fallu, le gardien était arrivé. Au bon moment, au bon endroit. Et, comme il lui avait dit en apprenant la vérité sur Andara, désormais, l’Ordre était là.
La princesse en exil, restée bien droite dans son fauteuil jusqu’à présent -une question d’étiquette-, ramena ses genoux sur sa poitrine. Il ne fallait pas faire ça en présence d’autres personnes royales, ce n’était pas le protocole, ce n’était pas convenable, ce n’était pas la norme, mais elle le fit quand même, perdant son regard dans la contemplation du sol, jouant distraitement avec le rebord de sa robe.

« Ce que je pense de lui ? » Un léger et doux sourire s’épanouit sur son visage. « C’est l’homme le plus borné et le plus énervant que j’ai rencontré ces dernières années. » Elle marqua une pause. « Sans lui, je ne serais sans doute plus présente pour en parler. » Même ‘la bête’ n’aurait rien pu faire contre l’oiseau des neiges frappé du symbole de la mort. Elle eut un léger rire en songeant à ce qu’elle lui avait fait subir après coup, même si sur le moment, elle avait eu très peur pour lui. « Il a failli ne pas ressortir entier de sa rencontre avec moi, et pas à cause de ce sans-cœur géant, donc je doute qu’il veuille me revoir. » Même si elle savait que c’était faux, puisqu’il n’en avait pas gardé rancœur.

Puis, elle resta là, à fixer le sol, pensive, durant de longues minutes. Elle avait besoin de réfléchir à tout ça. De peser le pour et le contre dans cette affaire. Il n’était pas facile de lui faire admettre ses erreurs de jugements, d’ailleurs, ce n’était facile pour personne, mais plus elle en apprenait, plus elle constatait que son ressentit envers l’Ordre était peut-être trop excessif.

« ... Mais, après toutes ces années, c’était bien d’avoir quelqu’un sur qui compter en cas de besoin. Je crois que j’aimerai bien le revoir, un jour. » Plus qu’un simple protecteur, c’était de quelqu’un, dont elle avait besoin. On ne referme pas les blessures à vif uniquement avec de la dévotion pour son devoir. Elle resserra la prise autour de ses jambes. Evidemment, l’autre gros point noir était sa liberté. Contrairement à la reine Elsa, elle n’avait plus de royaume sur lequel veiller, donc plus de point de chute, plus de gardes, plus de peuple. Et Cyn’del avait peur que ce fait serve de prétexte à son enfermement. La métamorphe n’aimait pas les cages, sans doute un effet secondaire de ses dons de métamorphoses animales. Peut-être en saurait-elle plus en la questionnant ? « Je... » Elle déglutit, visiblement hésitante, il s’agissait aussi d’une des raisons pour laquelle elle ne se sentait pas totalement à l’aise au château. « Je ne veux pas être enfermée. Je ne veux pas être enfermée au Château Disney. » Oui, le repaire des gardiens ne lui était pas inconnu, pour qui l’était-il de toute manière ? « J’ai mes habitudes maintenant, je ne m’en sors pas trop mal dehors. » C’était faux. Et elle se retint d’ajouter ‘malgré que je sois terrorisée en permanence’. Elle redressa son visage, lançant à la reine un sourire des plus faux. Ce n’était pas un sujet léger. « Je ne veux pas qu’ils m’enferment sous prétexte que je n’ai plus personne à protéger. »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 2204
Date d'inscription : 07/09/2015
Age du joueur : 26
Pièces d'or : 393
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Sam 26 Nov - 11:24


La princesse aux milles visages




Elle était différente de leur première rencontre. Bien sûr son tempérament n'avait guère changé, mais Cyn semblait avoir maintenant plus de respect pour la Reine d'Arendelle. Si celle-ci s'en demandait les raisons, elle finit par le deviner lorsque la brune évoqua la connaissance d'un gardien, gardien avec qui Elsa avait elle-même passé un peu de temps. Derrière son caractère explosif, Derek restait un homme bon et compréhensif et repenser à certaines paroles du pyromane ne pouvait que la faire sourire. La belle se demanda ce qu'il était devenu, lui aussi, tout comme Nicolas qui ne donnait plus aucun signe de vie à sa si Chère Princesse, sa bien aimée.

Ainsi, Elsa commença les éloges de l'ordre des Gardiens, à qui chaque Princesse de coeur devait la vie certainement. Malgré tout, la Reine des Neiges manquaient quelque peu d'objectivité quand on connaissait les sentiments qui la liaient à son Gardien, mais elle fit tout son possible pour que cet amour ne se retranscrive pas dans ses mots, dans sa voix, dans son regard. Aussi, un instant, elle baissa les yeux pour cacher sa trop grande inquiétude. Peut-être pour détourner l'attention de la métamorphe, elle finit par la questionner sur ses impressions à propos de Derek, ce qui pourrait également l'aider à prendre conscience de l'importance et la dévotion des Protecteurs.

En apercevant ce sourire inhabituel sur les lèvres de la jolie brune, la Princesse la fixa d'un regard amusé, écoutant les remarques de son homologue. Elsa décela une certaine "affection" dans les paroles de son amie au sujet de ce Gardien qui lui avait apparemment sauvé la vie. Rien d'étonnant, elles étaient la cible première des Ténèbres et Cyn'del se mettait en danger à parcourir chaque monde. Dans un sens, la Reine commençait à comprendre pourquoi on l'empêchait de vadrouiller comme bon lui semblait, comprenant ainsi son irresponsabilité pour retrouver son amour.

La métamorphe avait accordé sa confiance à cet homme qui l'avait protégée, un bon point lorsque l'on voyait le comportement de la jeune femme. Tout simplement, elle était seule, beaucoup trop pour mener une vie convenable. Princesse en cavale. Mais Elsa ne pouvait la question sur ce sujet qu'elle devinait beaucoup trop douloureux pour elle. Touchée par les paroles de la brune, la mage de glace aurait voulu rebondir sur son aveu, mais se tut lorsqu'une hésitation franchit ses lèvres. La regardant avec compassion, presque même avec tristesse, son coeur se serra. Elle avait peur qu'on l'enferme, comme un animal. De son regard d'océan, elle soutien celui de la jeune femme avant de lui répondre, se voulant des plus rassurantes.

"Tu ne seras pas enfermée Cyn'del, je te le promets."

Elle aurait voulu lui prendre la main dans un geste amical, mais avait compris que ce n'était pas réellement une bonne idée. Elle s'abstint, pesant ses mots.

"Même si tu n'as plus personne à protéger, tu restes un être humain et une princesse qui a besoin de protection. Jamais ils ne te traiteraient comme un simple réceptacle, ils ne sont pas comme ça, fais-moi confiance. Cyn'del, tu te mets en danger à chaque Royaume où tu atterris et même si je ne doute pas de ta force, tôt ou tard, tu pourrais tomber sur plus fort que toi ..." Elle baissa un instant les yeux. "Tu dois sans doute penser que je te juge, mais je t'assure que c'est faux. Moi non plus, je ne suis pas du genre à rester les bras croisés lorsqu'il se passe quelque chose et je suppose que c'est un tort ... Je suis loin d'être parfaite tu sais." Puis elle releva ses pupilles d'azur vers son homologue, regard des plus sincères. "Tu as besoin de quelqu'un. Je peux être cette personne sur qui tu peux compter. Si tu veux bien m'accorder ta confiance. Et tu seras toujours la bienvenue à Arendelle, tu n'y seras jamais retenue contre ta volonté. Mais en attendant, tu es en sécurité ici." Marquant une pause, elle réfléchit un instant. "S'il le faut, je peux t'accompagner jusqu'au Château Disney. Et je te promets que je n'hésiterais pas à intervenir s'ils te forcent à faire quelque chose contre ta volonté, quitte à me faire enfermer moi-même."

Loin d'être des paroles en l'air, Elsa était prête à beaucoup pour aider une personne qui lui était chère. Et en ce court laps de temps, elle s'était attachée à cette jeune princesse rebelle. Puis après quelques minutes, elle reprit sur un ton plus léger, plus joyeux.

"Tu dois certainement être affamée ! Tu veux que l'on descende dans la grande salle pour manger un bon repas ? Ou je peux faire un tour en cuisine et te ramener quelque chose ici si tu préfères !" Elle rit un peu en précisant quelque chose. "On risquerait peut-être te tomber sur Anna, ma petite soeur. Elle peut être un peu curieuse et agaçante parfois, mais je ne sais pas ce que je ferais sans elle. Je suis sûre que tu pourrais bien t'entendre avec elle, toi aussi."

La Reine ne voulait pas lui exposer son bonheur et son entourage, simplement, elle voulait faire comprendre à Cyn'del qu'elle aussi, elle pouvait trouver des personnes sur qui elle pourrait compter et Elsa serait aux premières loges si c'était le cas. Faire confiance à quelqu'un était difficile, certainement encore plus pour la métamorphe qui semblait avoir un passif douloureux et tumultueux, mais elle le pourrait, à terme.




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear) Sam 7 Jan - 16:08
Il est parfois si compliqué de faire confiance de nouveau. Il était parfois tout aussi compliqué de comprendre les agissements de la princesse sans royaume. A la fois effrayée par les gens, par les ténèbres, sans cesse en proie à la terreur et pourtant, ne pouvant abandonner sa si chère liberté au profit de la sécurité. Trop lumineuse pour passer inaperçu parmi les sans-cœurs, pas assez pour pouvoir les combattre efficacement. Cyn’del est une princesse de cœur à la si faible clarté. Elle bat, pulse doucement dans sa poitrine, mais ne peut s’exprimer pleinement. Impossible pour elle d’en user, impossible pour elle de se remettre à cette déité sans visage et sans sentiment. Impossible de faire confiance en ce statut qui régit sa vie depuis trois longues années. Rancœur d’une époque révolue à cause de la sclérose de ceux qui auraient dû lui venir en aide, leur en venir en aide. Peur de l’inconnu, de ne savoir quoi trouver de l’autre côté des murs infranchissables de son royaume, mais émerveillement d’en voir toujours un peu plus, que ses ailes de la liberté l’emmènent encore et toujours plus loin. Si seulement, si seulement elle avait pu trouver l’aide de ceux qu’elle considérait comme ses semblables à l’époque. Mais rien, rien ne s’est passé comme prévu. Face à la monstruosité qu’elle était devenue à l’époque, ce fut le rejet qu’elle reçut de plein fouet. Le rejet et l’enfermement dans sa prison de solitude, dans sa carapace piquante, dans sa rancœur envers la lumière, envers les Gardiens. Cyn’del n’est pas humaine. Elle le sait, sans réussir à comprendre de quelle race étrange elle peut provenir. Son corps est malléable et flexible. Il se plie à sa volonté, se tord et se modifie selon ses souhaits. Et elle ne sait pas pourquoi. Elle n’est pas humaine et chaque jour qui passe le lui rappelle. De part ce simple fait, il lui arrive de douter de sa légitimité de princesse, avant de se hurler qu’elle est la fille des seules personnes qu’elle a toujours appelé « ses parents ». Elle est à la fois bête, et reine sans royaume. A la fois ombre et clarté, sans que ni l’un, ni l’autre ne l’accepte totalement. Car elle ne peut oublier son devoir et sa loyauté, car elle ne peut oublier sa rancœur et sa peur.  
Et au lieu d’aller trouver ceux qui auraient pu l’aider à résoudre ses problèmes, trouver du contact humain, elle préfère rester dans ce flottement, sans point d’ancrage concret. Ne serait-ce pas trahir son royaume et sa mémoire de s’établir ailleurs ? De recommencer ailleurs ce que les ténèbres lui avaient enlevé ?
Si compliqué, de retrouver cette confiance, d’avancer sans oublier ni trahir.
Mais l’espoir demeurait dans ses mots malgré tout. Un espoir ténu quand elle énonçait non sans une certaine émotions sa rencontre avec le gardien des flammes. Cette tête de mule si désagréable qu’elle avait failli lui arracher la gorge. Littéralement. Un nouvel espoir, celui de trouver enfin un but à tout ceci, un pourquoi, un comment. Celui de recommencer à vivre, sans se tordre de peur à chaque instant. Cyn’del a peur. Même en ces lieux, ce château si bien gardé, même en compagnie du trésor d’Arendelle, si puissante de cœur et de magie. Elle a peur. Sans cesse. Même si elle semble se détendre, presque plaisanter, elle a peur. Elle a peur de perdre sa liberté au contact des gardiens. Elle a peur de perdre son cœur au contact des ténèbres. Elle a peur de perdre son humanité au contact des humains. Alors, dans un dernier coup de folie, elle en fit part à la Reine des glaces, elle qui pouvait être la plus à même de comprendre sa situation délicate. Sans doute ne cherchait-elle qu’une simple excuse, de simples arguments pour se convaincre du bienfondé de se dévoiler aux gardiens. Juste une excuse, n’importe laquelle ferait sans aucun doute l’affaire. Elle avait besoin de simples mots, de quoi retrouver foi en cette humanité qui l’a déjà tellement déçue.
La sainte reine entrouvrit ses lèvres. Serait-ce enfin ce qu’elle attend de cette rencontre sans oser y songer ? Elle était venue pour l’observer, pour la juger, sans doute aussi pour l’envier, mais être réconfortée n’était pas plus mal. Cyn’del ne détacha son regard d’elle durant toute sa réponse, ne perdant pas la moindre miette de ses explications. Avait-elle si fort confiance envers cette caste armée pour affirmer ça ? Elle semblait si certaine de ce qu’elle avançait, qu’ils n’étaient pas des bourreaux arracheurs d’ailes, trop peureux de perdre leur lumière pour en enfermer cruellement le conteneur. Elle avait cette impression tenace, celle qu’elle pouvait la croire sur parole, sans même devoir rencontrer son propre gardien. Pourquoi ? Seulement parce qu’elle était sans aucun doute dans l’impossibilité de mentir du fait de son statut ? Peut-être. Ou peut-être parce qu’elle était une personne de confiance, tout simplement. Les mots « personne de confiance », « bienvenue » et « sécurité » furent prononcés. Ils serrèrent si fort le cœur de la princesse qu’elle porta ses mains sur sa poitrine. Si touchant, était-ce tout ce dont elle avait besoin au final ? Une simple confirmation du chemin à emprunter ? La possibilité, l’espoir, de pouvoir changer de vie, sans trahir la mémoire de son peuple, de ses parents ? Juste une lueur au bout de ce long tunnel sombre, une lueur qui a la forme d’un flocon étincelant, à l’image de la Reine, à l’image de son royaume. Elle l’invitait à rester, à partager son château, juste comme ça, sans rien demander en contrepartie, sans même vraiment la connaitre. Était-ce là le véritable comportement d’une princesse de cœur ? Emplie de bonté et d’attention pour les mondes ? Cyn’del était loin, si loin de cette image éthérée présente dans le cœur et l’inconscient collectif qu’elle se demandait souvent pourquoi la providence l’avait marquée de la sorte, si ce n’est par pitié. Dire qu’Elsa était prête à se laisser enfermer, à se confronter à l’Ordre gardien pour une quasi-inconnue. Une telle bonté, ne pouvait être que la marque de la lumière. Cette lumière contre laquelle elle n’avait que rancœur. Était-ce un acte de rédemption de sa part ? De quoi lui montrer, lui prouver qu’elle avait toujours été là, l’accompagnant à chaque pas malgré les difficultés ?
Doucement, de petites perles salées naquirent de ses paupières. C’était trop. Juste trop. Elle sourit, tout en laissant perler ses larmes. Un endroit où rester, des gens sur qui compter, l’espoir ténu de juste ne plus avoir peur. De ne plus avoir froid, de ne plus avoir faim, de ne plus subir la vindicte populaire ou celle des ténèbres. Elle porta sa main à sa bouche, pour cacher les quelques soubresauts de bonheur qui secoue sa gorge. Un instant, puis deux, et elle sèche le ruisseau creusant ses joues.

« Tu... tu me laisserais vraiment rester ici, au château... ? » Elle le sait, ce n’était pas de simple parole en l’air que la reine lui a lancé. Ses mots sont sincères, comme son cœur. Cyn’del se recroqueville un peu plus sur le confortable fauteuil. Elle sourit, depuis combien de temps n’a-t-elle pas sourit ainsi ? Longtemps, trop longtemps. Entre bonheur et larmes commencera sa nouvelle vie. Elle acquiesce, restant tout de même un peu réticente à l’idée de rencontrer les gardiens dans la semaine. « J-j’ai besoin de réfléchir, à tout ça, avant de me décider. » Son regard se perd un instant dans la contemplation avant de revenir vers la Reine. « Si tu savais à quel point ta proposition me fait plaisir... Merci. » Elle hésite. « Si tu le veux bien, alors j’accepte de rester. Je crois que ça me fera du bien de... me poser un peu. »

Et elle soupire longuement à ses mots. Elle n’a guère accepté d’aide d’autrui depuis des années. Enfin, à l’exception de la part du gardien des flammes. Qui aurait cru qu’il serait le déclencheur d’un déclic chez la jeune femme ? Sans doute pas lui, encore moins elle. Quelques instants solennels passèrent, durant lequel Cyn’del tenta de mettre ses idées en place. Elle avait commencé la journée dans le froid de la neige et elle se terminerait apparemment auprès de la chaleur d’un feu. Plus légère, la Reine reprit la parole. Elle énonça la possibilité d’un bon repas chaud, en compagnie d’autres personnes et plus particulièrement de sa sœur, Anna. Si l’idée d’un repas était loin de déplaire à la princesse métamorphe, l’idée de se retrouver en compagnie d’inconnu l’angoissait encore. Aussi adorable pouvait être sa sœur, elle n’arrivait juste pas à s’imaginer en compagnie d’autres personnes pour l’instant. Un peu honteuse de cette faiblesse qui ne devrait appartenir à la royauté, elle finit par avouer, tout en partant dans la contemplation du sol.

« Je... Je ne suis pas très à l’aise au milieu des gens. J’adorerai pouvoir rencontrer ta sœur mais... ça m’angoisse. » Elle eut un petit rire nerveux. « J’ai mis un long moment avant d’oser t’aborder, tu sais. » Ce dont elle avait surtout besoin, en plus de ce repas, c’était de repos. Tout ce torrent de nouvelle et d’émotion l’avait épuisé. Aussi finit-elle par la regarder de nouveau. « Si ça ne te dérange pas, j’aimerai aussi beaucoup me reposer. Je n’ai pas eu droit à un vrai lit depuis... des années. »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear)
Revenir en haut Aller en bas

La princesse aux milles visages (Ft. Cyn'del Lanfear)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» monocle. ☆ une galerie aux milles visages
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» Athkire la demoiselle aux milles couleurs {by Ayael}
» (campagne) les milles marches
» L'Amour a deux visages...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Arendelle-