Partagez|

Enneigées [PV : Olyvia Mirage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/12/2015
Pièces d'or : 524
Petite sorcière
Yami Silvereyes
MessageSujet: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Jeu 12 Mai - 5:01
Joie ! Bonheur ! Plénitude ! Tels étaient les trois mots qui me venaient à l'esprit. Non mais sincèrement, je vous l'assure ! Qui trouverait quelque chose à redire au fait d'être allongé face contre terre sur une étendue ne neige glacée. Nan mais vraiment ! C'était fantastique !... La vérité était que je ne bougeais pas d'un pouce, essayant de me calmer intérieurement. La neige me brûlait le visage mais je savais pertinemment que si je me relevais à présent, ce serait une défaite de ma part car je me mettrais à hurler contre le monde. Et la glorieuse et parfaite Yami ne pouvait s'abaisser à perdre un duel contre de la stupide eau solide. Mais comment en étais' je arrivée ici après tout ? Cela faisait au moins dix bonne minutes que j'étais étendue ici, combattant la neige avec courage que la raison de cet affrontement m'était sortit de la tête. Mon cerveau sans faille n'eût besoin que de quelques instants pour ce souvenir la raison de mon inconfort et je devais bien avouer que ce souvenir m'agaçait au plus haut point. Oh, je me souvenais parfaitement de ce sentiment désagréable que j'avais pu ressentir. J'avais pu reprendre mes esprits il y a tout juste une heure, dans une salle entièrement maculée de blanc. Rapidement, j'avais pu comprendre ce que je faisais ici. Ces sales vermines de la confrérie avaient utilisé un double de mon corps si parfait pour piéger un bon petit paquet de crétins. Des singes en cage se frappant dessus sans réelle raison, voilà ce que je pensais de ce que j'avais vu. Personne n'avait le droit de prendre mon apparence ! Personne ! Evidemment, ils jouissaient d'une certaine chance. J'étais coincée dans ce stupide cocon, sinon ils n'auraient pas fait un pli face à mes pouvoirs infinis ! J'avais été libérée par un souriceau. Oh, pas n'importe quel rongeur évidemment. Il s'agissait du roi Mickey. C'était fou en un sens, cette sale peste d'Alice était présente dans la salle pour je ne sais qu'elle obscure raison, et elle ne m'avait pas sortie de là. Mais je pouvais comprendre, après tout c'était peut-être trop dur pour ses capacités limités. Non, il lui fallait l'aide d'une petite souris ! Oui, je ne l'avouerais sans-doute jamais, mais j'étais un peu triste que ce soit le roi qui m'ai libérée plutôt qu'elle. Que s'était-il passé ensuite ? J'étais partie avec l'intention de faire comprendre à ce sale vermisseau qui m'avait fait prisonnière de ce cocon, ce sale cafard qui avait décidé de donner mon apparence à un tiers, le chef de toute cette troupe de dégénéré. Personne n'osait s'en prendre à moi sans prendre un revers de coup. Rapidement je pus comprendre que j'avais à faire à la confrérie obscure. Ils allaient tous prendre tarif, oh que oui... Mais avant que je ne reprenne pleinement possession de mes moyens, ils avaient tous fuis la queue entre les jambes comme les lâches qu'ils étaient. Tous ? Non... Il restait celui qui était à la tête de leur petite guérilla. Je m'étais promis qu'il allait prendre pour tous les autres. Petit clown, j'allais te faire comprendre qu'il existait des personne à ne pas embêter. Sauf que ! Le roi étant une sale vermine de couard ayant trop peur de faire les choses quand elles devaient être faites, lui épargna la vie et le laissa fuir. Quel idiot ! Quel crétin ! Jamais je n'avais connue pareille humiliation. C'était vraiment cette saleté de souris ayant trop peur de se mouiller qui m'avait sortie de ma prison ? Ma vengeance s'enfuyait donc ainsi ? En un simple accord ? Je n'eus pas le temps de réagir que le clown était déjà parti. En quel honneur roi pouvait-il faire cela ? En quel honneur sa petite envie passait par dessus celle de chacun ? Nous n'avions même pas le droit à un vote, il était le roi alors comme tout bon tyran, il n'avait guère besoin de consulter son peuple. Ni ses gardiens, ni ceux qui avaient fièrement guerroyé pour lui. Quel égoïsme... Et tout le monde semblait l'accepter ainsi, comme si c'était tout à fait normal. Premièrement c'était un comportement irresponsable et idiot. Le clown frapperait de nouveau si il n'était pas neutralisé par la mort ou au moins par son emprisonnement, mais secondement c'était d'un non respect total pour tous ceux qui avaient souffert de sa faute. A croire que le roi n'avait finalement que faire de son peuple ou de ses princesses. Un sale hypocrite... Comme tous les nobles qui prenaient tant de place inutilement partout dans ces mondes. Voilà pourquoi je haïssais tant la noblesse. Vous aviez un peu de chance à la naissance et tout vous étiez accordé. D'autres comme moi ont du travailler dur et continuent de le faire pour tenter leur ascension sociale. Cela me dégoûtait...

Le clown s'était enfui, comme ça en seulement quelques secondes. Tout ce qu'il me restait était cet arrière goût amer dans la gorge. Celui de n'avoir eût aucun choix, celui de ne pas pouvoir à mon tour avancer mes pièces sur l’échiquier. Je me mise à marcher calmement dans la salle. Retrouvant mon sac ainsi que mon balai. Je fixai alors l'endroit ou se trouvait le portail par lequel le clown venait de s'enfuir et je me promettais avec toute la volonté dont j'étais capable, que les jours de la confrérie obscure étaient désormais comptés. Tous autant qu'ils étaient, ils s'étaient moqués de mon illustre personne, ils m'avaient dépossédé de mon sac et de mon balai... Mon balai. Personne ne touchait à mon balai. Directement, je l'avais inspecté sous tout ses angles, m'assurant qu'il n'avait sur lui pas la moindre trace d'usage, pas la moindre brindille en moins. Ce fût avec horreur que je découvris la grosse fissure qui le parcourait. Si j'avais eus la personne responsable de cela devant les yeux, je pense que je l'aurais mené à trépas. Je bouillonnais de colère, je tremblais, mes pensées étaient floues. J'en voulais à la terre entière. Je vis que certaines personnes s'approchèrent de moi. Mais je ne voulais pas parler, s'en était trop. Je ne voulais montrer les larmes que je retenais. J'étais une grande personne après tout, alors pourquoi me mettrais' je à pleurer pour un simple balai abîmé ? Je n'avais qu'à en acheter un autre, non ? Je ne voulais parler à personne, je ne voulais pas subir les moqueries et brimades de cette peste d'Alice. Je n'avais tout simplement pas le cœur à cela. J'avais été utilisée comme une simple ressource par la confrérie et le roi m'avait maintenue à mon rang de spectatrice en écrasant ma vengeance de son pied. J'ai donc enfourché mon balai et avant même que quiconque puisse me parler ou même m'attraper je me suis enfuie. Loin d'ici. Loin de tout.

Je ne sais pas vraiment ou je suis allée. J'ai simplement volée encore et encore, essayant d'oublier ce que je venais de vivre, d'oublier mes préoccupations. Mon balai m'avait lâché en cours de route. D'un coup je me suis retrouvée à perdre de l'altitude à grande vitesse. Je n'avais aucune idée du monde dans lequel je venais d'arriver. Recouvert de neige, j'arrivais tout de même à percuter le seul arbre sans feuille qui subsistait dans cette étendue de blanc. Et finalement, je m'étais retrouvée ici. Face contre neige. Mon balai avait du arrêter de fonctionner dû à l'énorme fissure qu'il avait désormais... Mon balai, ou était-il d'ailleurs ? D'un coup je me relevais pour chercher sa localisation. Je tremblai, mes yeux étaient rougies par l'humidité, mais je continuais de chercher dans la neige ou se trouvait mon balai. Finalement, je vis le manche qui sortait de la neige un peu plus loin, juste sous l'arbre. En tant normal, j'aurais pesté contre l'arbre qui se serait mis sur mon passage, mais j'avais des priorités. J'empoignais alors le manche de mon balai et tira un grand coup. Ce fût alors avec horreur que je découvris la chose.

"Non... Non, non non non non !"

Mon balai... Ou était l'autre partie !? Pourquoi n'avais' je que la moitié !? Mon poul s'accélérait alors. Cherchant de nouveau vivement l'autre moitié de cet objet qui m'était si cher. Rapidement, je découvris ou se cachait l'autre morceau. Au sommet de l'arbre, il semblait s'y être accroché et ne semblait pas vouloir s'y déloger. Il était hors de question que je le laisse ici, c'était ce balai là dont j'avais besoin. Pas d'un autre. Le balai que m'avait offert papa... Je courrais alors dans la neige pour atteindre l'arbre, m'étalant une fois à cause de la précipitation et me relevant directement. Finalement, je suis arrivé devant le tronc. L'arbre était imposant, très imposant même. J'allais devoir escalader. Sans attendre plus longtemps j'essaya de lever les bras pour atteindre la branche. Je ne l’atteignis malheureusement pas.. Stupide corps... J'essayais alors de sauter, d'attraper le tronc pour grimper. Mais rien n'y fît et tout ce que je gagna furent des écorchures et brûlures sur les paumes de mes mains. J'ai continué ainsi de longues heures avant de m'écrouler dans la neige, contre l'arbre. Je pleurais à chaudes larmes en frappant lentement l'arbre de mes mains avec le peu de force dont il me restait. De toute façon, il ne semblait y avoir personne ici pour observer ma détresse et venir se moquer de moi.

"S'il te plait... Rends le moi..."

Papa avait perdu la vie pour me payer ce balai... Je n'avais pas le droit de le perdre. Evidemment, en façade habituellement je n'étais pas ainsi. Mais s'en était trop. Je venais de perdre mon seul véritable ami. Mon balai. Lui au moins avait toujours été là pour moi, il m'avait toujours accompagné partout et ne m'avait jamais fait défaut... A bout de force, je me laissai choir sur le sol, me recroquevillant sur moi-même. Il faisait froid... Et j'étais seule. Peut-être que je devrais m'accorder un petit somme ? Un tout petit... Je serrai alors le morceau de balai et fermai les yeux lentement. Avant de m'endormir calmement dans la neige qui commençait à recouvrir mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 01/05/2016
Pièces d'or : 44
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Mar 17 Mai - 15:55
Un frisson lui parcourait l'échine de la peau, avançant difficilement dans l'épaisse neige de la montagne. S'arrêtant un instant, elle fouilla le lourd manteau qu'elle portait avant de finalement trouver la carte qu'elle avait, tout comme le manteau, chipé l'instant d'avant. Comme prévu, elle ne trouvait pas le lieu de son rendez-vous... Dante allait encore lui coller une bonne petite engueulade si elle était encore en retard mais là, perdu dans ce paysage blanc, elle avait bien du mal à s'y retrouver. De ce qu'elle savait, il lui avait demandé de le retrouver dans un village, perdu dans les montagnes, qui était malgré tout plutôt connu.

Olyvia se souvint alors de son arrivé dans ce monde... Elle n'avait pas eu un atterrissage facile au milieu de cette forêt de bambou mais, par chance pour la jeune porteuse, elle était tombé sur une femme très aimable bien que très étranges. Cette dernière, pour soi disant protéger son père, essayait de se faire passer pour un homme afin d'intégrer une armée... Quelle idée stupide aux yeux de le néphilim : pourquoi se faire passer pour un être aussi pitoyable qu'un homme ?  
Ce n'était certainement pas elle qui ferait une telle bêtise et pourtant elle avait pu profiter de cette situation pour infiltrer aussi le camp, de manière bien plus discrète que sa partenaire temporaire... Elle avait pu subtilisé une carte des lieux et, sur conseil du petit dragon Mushu, un manteau bien chaud : Dante ne l'avait pas prévenu, lorsqu'elle avait reçu un message de sa part, que le lieu de rendez vous n'était pas vraiment dans un coin très chaud...

- Mais quelle idée débile lui ai passé par la tête ? Pouvais me dire de le retrouver à Hawaii ??? Ça aurait été tellement mieux... Elle repensa alors à ce qui c'était passé au camp. Pff... Tous ses hommes et leurs soi-disant "virilité", se croient vraiment tout permis ceux là !!!

Elle frissonna encore, repensant à cette homme rond et tout doux qui l'avait attrapé quand elle portait le manteau, la prenant sans doute pour un de ses frileux collègues... Elle tremblait rien qu'à l'idée qu'un homme avait porté les mains sur elle. Heureusement qu'elle portait déjà ce truc bien lourd, elle n'avait pas eu à supporter le contact répugnant de ses mains sur sa peau pâle : elle n'aurait sans doute pas pu quitter le camp aussi discrètement...

Olyvia sentait doucement la neige craqué sous ses bottes, souriant un peu au souvenir qui lui revenait en tête... Elle se revoyait bien, avec sa famille, en train de faire des jeux d'hiver, à Lucis. Sa famille... Elle lui manquait beaucoup, surtout son père et sa mère. Pour ses frères, entre un qu'elle voyait trop et l'autre qu'elle ne voulait même plus imaginer en peinture : elle était plutôt partagée. D'ailleurs, ses yeux n'aimait pas se poser sur ce paysage blanc... Elle avait l'impression de se remémorer la crinière d'argent de Vergil et c'était sans doute la pire chose qu'elle pouvait avoir en tête.

Elle se mit à se concentrer un peu plus par ce qu'elle voyait aux alentours, constatant avec un dépit des plus grands que ce n'était que du vide, mis à part un arbre qui trônait dans ce vide blanc. Elle se remit à lire la carte, essayant de comprendre où elle pouvait bien être paumée mais... Elle fut assez vite tiré de sa lecture par une petite voix non loin.
Des non répétée avait résonné non loin de la jeune femme qui, surprise, regarda vite autour d'elle dans l'espoir d'en apercevoir l'origine et c'est alors qu'elle vit une petite fille ou du moins l'ombre de ce qui semblait être une petite fille : elle était encore un peu trop loin pour le percevoir avec précision...

La porteuse resta longuement interdite, observant la petite ombre s'escrimer contre l'arbre comme si elle souhaitait y grimper ou le faire chuter mais, ce qui l'a fit vraiment réagir par un long tremblement, ce fut lorsqu'elle perçut une longue peine qui résonnait à travers de chaude larme. Elle se mit à courir, du mieux qu'elle pouvait dans la neige, vers la source de ses larmes. Elle se sentait paniquée, elle avait l'impression qu'une vie souhaitait s'éteindre dans un silence...
Elle atteignit enfin le corps étendu d'une petite fille, yeux fermés, allongé paisiblement dans la neige. Olyvia vint lui prendre une main, constatant avec terreur qu'elle était déjà très froide, et retira son manteau pour l'en entourer, la soulevant un peu pour bien l'enfermer dans le chaud duvet. Elle fit ensuite apparaitre sa Keyblade avant de lancer un sort Rafale autour d'elles, repoussant ainsi une grande partie de l'air froid bien que la chaleur qui les entourait restait très faible. Elle concentra ensuite sa magie dans sa main avant de lancer un Soin + qu'elle laissa recouvrir le corps de la petite fille. Elle regarda ensuite l'étrange bout de bois qu'elle serrait encore dans ses mains avant de porter son attention sur l'arbre. Au sommet, elle repéra alors un autre morceau de bois avec un peu de paille au bout, semblable à un balai, qui pendait lamentablement dans le vide.

Elle avisa le part cassé de ce que la petite tenait en main et, au vue de son excitation précédente devant l'arbre, elle se douta un peu de ce qu'elle souhaitait prendre. Elle prit une grande inspiration, se concentrant ensuite sur la neige blanche à ses pieds afin de repenser à Vergil ce qui, petit à petit, fit naitre une large colère dans son cœur, laissant sa part démoniaque prendre le dessus. L'arme argenté vira alors au noir ébène, le porte-clé rouge virant au bleu, et elle murmura doucement deux petits mots en collant la lame contre son front.

- Black Wing...

Deux ailes noirs, aux formes de celle des chiroptères, apparurent dans son dos et elle trembla un peu de dégout... Elle n'aimait vraiment pas ses pouvoirs là. Usant de leur douce force, elle décolla un peu puis monta au niveau de la cime de l'arbre. Elle voulu s'avancer vers ce dernier mais, le soudain changement d'air en sortant de sa Rafale la fit reculer d'un coup. Elle avait du mal à garder un vol stable, trimballé avec fureur par le vent glacial... Et elle ne portait plus sa chaude tenue.

-ça va être folklorique... Dante se moquerait bien de moi si il me voyait !

Elle prit une grande bouffé d'air et, usant de sa keyblade noir, elle lança un aria de vent qui lui permit de gagner en densité et en force. Elle put ainsi nettement plus facilement s'approcher de l'arbre où elle délogea sans peine le bout de bois. Elle l'examina longuement... Il semblait vieux et usé mais, en même temps, elle avait l'impression qu'il était empreint d'une certaine magie. Préférant ne pas trop s'en préoccuper, notamment parce que le vent se faisait plus froid, elle atterrit dans sa protection où elle annula ses ailes et son aria, récupérant par la même sa Keyblade argenté. Frigorifiée, elle décida de se glisser avec la petite fille dans le lourd manteau, la serrant contre sa poitrine en espérant vraiment qu'elle se réveillerait...

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/12/2015
Pièces d'or : 524
Petite sorcière
Yami Silvereyes
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Dim 10 Juil - 4:16
Tout était flou. Les murs, le sol, le plafond ou encore chaque objet constituant la pièce dans laquelle je me trouvais. Et pourtant, je pouvais affirmer sans crainte de me tromper connaître l'endroit ou je me trouvais. Ce lit, ces quelques livres et jouets. Ils étaient mien auparavant. Je me voyais, assoupisse sur le lit, un livre recouvrant mon visage. Pourquoi pouvais' je me voir ? Ne suis' je pas sensée être unique ? Pourquoi tout était flou ? Pourquoi me trouvais' je ici alors que cet endroit appartient au passé ou alors à un futur qui n'aura jamais lieu étant donné que je semble être plus grande que je ne le suis actuellement ? Bien que je pouvais voir ce qu'il se passait dans la pièce, je ne semblai pas pouvoir agir avec les événements qui s'y déroulaient. Je n'étais pas physique, je n'avais pas d'apparence en ce lieu. Mon esprit hautement supérieur à la moyenne ne mît guère de temps à comprendre la signification de tout ceci. Je m'étais endormie, dans le froid hivernal. C'était drôle en un sens, ce sera finalement cette neige que j'ai tant aimé et détesté qui aura eu raison de moi, la sorcière éternelle. Étrangement, je n'étais pas particulièrement agacée ou terrifiée à l'idée de m'éteindre ici une bonne fois pour toute. Recouvert par la neige, personne ne retrouverait jamais mon cadavre et ainsi personne ne me verrait jamais dans cette position de faiblesse. Je n'avais pas besoin de garder un masque ici, je pouvais penser librement sans que personne ne vienne me gêner ou m'épier. La vérité est là, je ne suis qu'une gamine se donnant de grands airs, cherchant la gloire, cherchant à ce que tous les yeux soient rivés sur moi pour combler ma solitude. Mais en réalité, je suis juste une ratée. Je n'ai jamais rien accomplie de ma vie et tout ce que j'ai jamais tenté ne s'est soldé que par un échec, parfois très amer. Peut-être en suis' je arrivé à un point ou je me rends compte de la futilité de continuer d'exister. Jamais je ne pourrais ramener Papa, je n'avais pas du tout la carrure pour tenir aux côtés d'Alice et de son groupe de soi-disant dangereux psychopathes, je n'avais pas été capable de garder mon bien le plus précieux intact.

Je venais à me demander pour quelles obscures raison j'avais commencé à apprendre l'art des potions et de la magie alors que je n'avais aucun talent en la matière. J'étais même très mauvaise, ratant chaque potion, ne sachant pas faire apparaître une simple petite flamme. Je n'étais pas née sorcière, je l'étais devenue. Je n'étais qu'une simple humaine tout ce qu'il y avait de plus banal. Une petite fille vivant avec son père, pas particulièrement sage, forte ou encore rusée. Je pouvais voir toutes ces personnes autour de moi qui faisaient des choses fantastiques grâce à leurs dons acquis à la naissance. Halloween Town, une ville de monstres, de fantômes et de sorcière. Et moi, au milieu de tout cela je n'étais qu'une simple humaine sans réel capacité magique. Alors pourquoi j'avais décidé d'apprendre la magie ? C'était il y a si longtemps, ma mémoire me ferait-elle défaut ? Un bruit me sortit alors de mes pensées. La porte du fond qui menait normalement au salon venait de s'ouvrir en grinçant. Elle avait toujours grincé ainsi et je m'étais opposée fortement lorsque Papa avait souhaité la changer. Sur cette porte grinçante qui menait à ma chambre se trouvaient des marques gravées dans le bois. Chaque année, Papa me mesurait ici et y traçait un trait. Je pouvais voir les traits que j'avais atteint un jour et que je ne pourrais plus jamais effleurer. Le temps est vraiment une chose horrible. Un concept vicieux, un démotivateur incessant. Il nous fait souffrir en nous rappelant le passé qu'il soit bon ou mauvais, il nous fait espérer qu'un futur meilleur se produise un jour, il nous rappelle à chaque instant que le présent ne durera jamais indéfiniment. J'avais voulu jouer avec ce temps, le maîtriser, le soumettre à ma volonté pour finalement me confronter à la réalité. Je me suis pris un mur en pleine face. La plus cuisante des défaites. J'ai perdu mes années, j'ai perdu mon futur, j'ai perdu ma seule famille. Était-ce car le temps est une valeur fixe et non une variable ? Ou alors était-ce simplement car mes pouvoirs n'étaient pas à la hauteur ? Combien de temps avais-je travaillé sans relâchement pour obtenir ce résultat ? Combien de temps avais-je été coincée dans cette boucle sans fin ? Je suis une horrible personne, c'est pour cela que je n'aurais plus jamais droit au bonheur, c'est pour cela que je resterais à jamais seule.

Papa entra alors dans la chambre. Il avait une petite mine certainement à cause de son épuisement quotidien. Entre ses mains il tenait une épaisse couverture bleue. Il s'avança lentement vers moi. Enfin, l'autre moi. Celle qui était assoupie sur le lit. Il borda la jeune fille qui aurait du être moi dans le futur avant de retirer le livre qui reposait sur son visage. Je pu enfin voir de quel livre il s'agissait. Sur la couverture du livre était inscrit en lettres dorées : [Manuel avancé de magie]. Oui, je passais énormément de temps à travailler sur ces livres de magie. C'était vraiment quelque chose qui m'avait accroché la magie... Mais pourquoi ? Papa feuilleta un peu le livre avant de rire doucement et laissa échapper : "Je suis fier de toi ma fille. Continue comme ça, poursuis tes rêves." Il souhaita bonne nuit à la personne sur le lit avant de lui baiser affectueusement le front, puis il sortit calmement en rangeant le livre dans ma petite bibliothèque. Les souvenirs me revenaient peu à peu. Tout avait commencé par mon envie de débuter car j'avais vu une personne faire de la belle magie. Puis je m'étais accroché à cet art difficile pour deux raisons. Oui j'adorais découvrir chaque nouveaux chapitres de mes livres, chaque possibilitées qu'il était possible d'atteindre avec la magie, les effets de chaque ingrédients, les différentes règles qui régissaient le monde magique. Oui, c'était vraiment quelque chose qui me plaisait, alors pourquoi est-ce qu'aujourd'hui je ne la considère plus que comme un simple outil ? L'on en vient à la seconde raison. La magie était faite pour émerveiller les autres, à chaque fois que Papa voyait mes avancements il souriait, me félicitait et m'encourageait à poursuivre mes efforts. Mais maintenant qu'il n'était plus là, qui me donnerait le courage de continuer ? Qui m'a félicité pour ce que je savais faire depuis sa disparition ? Alice ne pensait pas du tout ce qu'elle m'avait dit et je savais qu'elle ne voyait en moi qu'un potentiel pion que sa maîtresse pourrait disposer comme bon lui semble. J'avais été naïve. Comment pouvais-je émerveiller les gens si je me reposais uniquement sur mes acquis ? Depuis le début j'avais trimé comme rarement pour arriver au point même de pouvoir voyager dans le temps. Et pourtant je n'avais vu qu'une parcelle de ce que le monde magique avait à m'offrir. Je veux créer mes propres sorts et potions, je veux prouver aux autres qu'en travaillant dur nous pouvons surpasser les concurrents et arriver au sommet de l'échelle. Et arriver ou j'en étais sans don pour la magie relevait déjà de l'exploit, alors pourquoi m'arrêter maintenant ? Pour ramasser de l'argent et avoir mon petit château et vivre une vie éternelle dans le luxe ? Je vais revoir mes objectifs. Il me faut de l'argent, un maximum d'argent certes. Mais pas pour me reposer sur mes lauriers. Je vais reprendre mes études de magie et percer encore plus loin qu'auparavant, j'irais bien plus loin que quiconque n'ait jamais allé ! Et une fois que cela sera fait, je continuerais encore à creuser plus loin ! Je suis bloquée à cette âge là, alors j'ai tout mon temps après tout. Puis je formerais une école de magie, mon école de magie ! Ouvrez-bien vos oreilles car je ne le répéterais pas, la grande et surpuissante Yami en cours d'étude pour partager son savoir avec ceux qui veulent apprendre et qui sont prêt à travailler ! Tu pourras être fier de moi Papa. Je me souviens encore de la promesse que je t'avais faites, celle de ne jamais abandonner la magie et de travailler dur. Je deviendrais la sorcière la plus sage et puissante qu'il ait existé, et là tout le monde sera obligé de m'accepter. Même toi Alice.

C'était drôle en un sens, que je doives frôler la mort pour m'apercevoir de cela. Pour me souvenir de mon passé et ainsi savoir ou aller. Une fois de plus, c'est toi Papa que je dois remercier. Ne te fais plus de soucis désormais, tu peux reposer en paix et compter sur moi. Je suis vraiment une personne formidable ! Qu'il est bon de reprendre confiance en soit après un petit coup de mou ! Allez, il faudrait voir à pas mourir de froid désormais, hop réveil-toi corps !
[...]
Corps ? Corps m'entends-tu ? Je t'ai demandé de te réveiller désormais, sinon je vais simplement m'éteindre dans la neige. Il est hors de question que je termine ainsi ! Il est hors de question que je termine tout court ! Les salles de la pièce commençaient à se glacer et je sentait que je perdais peu à peu pied avec la réalité. La peur de disparaître apparût d'un coup et je commençai à avoir le vertige, à me sentir mal. Mes mains commencèrent à trembler lentement, mes dents claquèrent peu à peu de plus en plus fort. C'était donc ça, la peur de mourir ? La peur de disparaître pour de bon ? En un sens cela me réconfortait, savoir que mon inconscient se refusait à mourir m'indiquait qu'il me restait des choses à faire, que mes paroles n'étaient pas que du vent ! Je pouvais me laisser choir sur le sol, me serrer entre mes bras et attendre d'être frigorifiée. Ou alors, je pouvais me relever la tête haute avec tout l'honneur et l'assurance qui était miens ! Je suis égoïste et je continuerais de jouir des plaisirs de la vie pour l'éternité. Et ceux qui essayent de me barrer la route... Je les écarterais sans ménagement.

Mes poings se serrèrent lentement, arrêtant alors ainsi de trembler. Je ne savais pas si il s'agissait réellement d'un rêve ou d'une hallucination mais je m'en fichais éperdument à vrai dire. De toute manière j'étais de ceux qui vivaient leurs rêves et non de ceux qui rêvaient leur vie.  Toutes mes pensées étaient tournées vers un seul objectif : Me lever. Ma promesse en tête, les murs de la pièce ne tardèrent pas à se fissurer. On aurait vraiment dit une scène d'un cliché monstrueux, de ceux qu'il était possible de voir dans certaines série vidéos à la réflexion limité. Je détestais les clichés. Et personne ne saurait jamais ce qu'il s'est passé ce jour là. J'allais me lever, récupérer ce qui m'appartenait et repartir d'un pas assuré. Et je dis bien personne, ne sera mêlé à tout ceci.
Étrangement, je commençai à ressentir une douce chaleur envahir la pièce. Pas un simple changement de température mais une vraie aura protectrice. Je ne saurais dire d'ou cela venait, mais c'était agréable... Finalement comme guidée par cette aura, je pu être capable d'ouvrir les yeux. Il faisait sombre et seul un infime rayon de lumière semblait traverser le cocon qui était le mien. Je n'étais plus étendue dans la neige après tout, je me trouvais dans une douce carapace protectrice qui ébruitait légèrement le bruit du vent qui semblait faire rage au loin. Immobile et silencieuse un son bien particulier commença à résonner à mes oreilles. Un boom-boom régulier, calme, inoffensif. Ce son était parfaitement reconnaissable, il s'agissait des battements d'un cœur. C'était un son très reposant, je faillis bien refermer les yeux pour me laisser bercer par ce battement régulier. Cependant, certainement à cause de ma méfiance surélevée du au fait de ce que je venais de vivre je restai bien éveillée, les yeux grands ouverts, immobile. J'étais en train de partager ce cocon de fourrure avec une autre personne. Une femme qui me serrait contre elle. Pourquoi faisait-elle ceci ? Je ne trouvais pas les réponses aux questions qui fourmillaient dans mon esprit. Qui était-elle ? Comment m'avait-elle trouvée ? Qu'essayait-elle de faire exactement ? Peu m'importait pour le moment. Je décidai de rester ainsi quelques minutes. Cela... me faisait du bien.

Depuis combien de temps n'avais-je pas reçu le moindre contact humain ? Depuis combien d'années personne ne m'avait-il prit dans ses bras. Une réaction stupide, un automatisme, mon corps se mit à produire des larmes. C'était idiot. Peut-être que ça m'avait... Non ! Je suis une grande personne ! Comment pourrais-je être touchée par des choses aussi triviales qu'un câlin ?! Pour qui se prenait-elle ? Oser m'enquiquiner sans même demander mon consentement ? Je vais lui apprendre à respecter la surpuissante sorcière que je suis ! Pourquoi m'étais' je inconsciemment collée à elle ?! Le froid doit m'avoir fait perdre la raison ! D'un coup je la repoussai et roula en arrière ouvrant alors ce qui semblait être un lourd manteau pour me retrouver dans la neige de nouveau. Mes habits étaient trempés, mon humeur était redevenue exécrable, et il y avait de la neige, de la neige partout ! Je me relevai alors d'un coup sec et commença à piétiner le sol neigeux en pestant.

"Je hais la neige ! Je déteste cet arbre ! J'ai horreur de ce monde idiot ! Le froid m'insupporte ! Et plus que tout, la neige m'exaspère !" Je relevais mon regard sur la femme. Désormais je pouvais voir son apparence complète. De longs cheveux clairs et lisses, une fine silhouette, de drôles d'habits. Elle ne semblait pas méchante. Je la pointai alors du doigt, les joues toujours rosées par la colère. "Et t-t-t- Et toi ! Je t'aime pas ! Du tout !" Mes joues se gonflèrent et je commença à faire les quatre-cents pas en mimant de grands signes avec les mains pour approuver mes propos. Étrangement il faisait beaucoup moins froid que lors de mon arrivée, mais je décidai de ne pas m'en soucier pour le moment et continua mon discours d'une voie assurée.
"Pour commencer, tu te trompes complètement ! Je n'étais pas du tout en train de me faire recouvrir de neige à moitié inconsciente ! Je faisais une simple sieste et j'avais la situation bien en main ! Alors que l'on soit clair tout de suite, je n'avais pas besoin de ton câlin !" Je me remarqua alors que je n'avais pas encore séchée les larmes qui étaient miennes et j'entrepris de le faire d'un mouvement de bras. "Tu sais sur qui tu es tombée ? Non ? Tu as devant toi la plus grande sorcière de tout les temps ! Et elle veut être traitée avec le respect qui lui est dû ! La grande et surpuissante Yami n'est pas n'importe quelle paysanne avec qui tu peux user de tes odieux câlins !" Evidemment, je me gardais bien de lui dire être restée dans ses bras quelques temps une fois éveillée avant de la repousser. Les câlins c'était pour les enfants après tout, ou ceux qui nous étaient chers. C'était peut-être pour cela qu'après réflexion je l'avais mal pris. Je me rapprochai alors tout proche d'elle pour la regarder droit dans les yeux. Evidemment, cela m'obligea à lever la tête ce qui ne me plu guère.
"Bon ! Après réflexion la fantastique personne que je suis, daigne bien te pardonner ton affront, je veux bien comprendre que toute cette détestable neige t'ai chamboulée un peu les pensées. Et tu ne semblais pas penser à mal quand tu... Une minute ! Tu crois vraiment m'avoir avec une excuse aussi bidon ? Je veux ton nom ! Je veux savoir ce que tu fais là ! Et je veux savoir pour quelle raison tu as fais ceci ! Et je veux des réponses, tout de suite !"

Après ce monologue que j'avais réussi à placer sans lui laisser le temps de ne serait-ce que me faire entendre le timbre de sa voix, je croisai les bras et continuai de la fixer. Honnêtement, je savais qu'elle venait de me sauver la vie. Mais jamais je ne pourrais l'accepter. Elle va surement me réclamer de l'argent pour m'avoir aidé ou va attendre quelque chose de moi. Je déteste ce genre de personne qui aident sans avoir demandé pour ensuite réclamer une récompense. Allez, vas-y ma grande. Impressionne moi, tu veux quoi ? Soyez créatif pour une fois... Bon... C'est vrai qu'en la regardant plus précisément, elle ne semblait pas être le genre de personne bien détestable. Peut-être qu'elle demandera simplement de la reconnaissance ?... Ou alors peut-être même qu'il s'agit d'une de ces personnes trop rares qui... Non... Ne nous faisons pas de faux espoirs. Maintenant parle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 01/05/2016
Pièces d'or : 44
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Sam 27 Aoû - 12:51
Elle tremblait encore, lentement d'abord mais de plus en plus vite tandis que ses forces la quittait peu à peu. Elle commençait à regretter la protection de Rafale qui était en train de pomper son énergie, se souvenant d'ailleurs d'un conseil très net de la part de Kat sur l'usage de la magie : la faire durer le moins possible !
Et voilà que la porteuse était en train de maintenir une protection magique aussi couteuse en force... La mana de son corps se vidait vite et, alors que ses yeux épuisés regardaient la petite évanoui, elle se mettait à prier profondément pour son réveil. Sans s'en rendre compte, ses derniers commencèrent à se refermer très lentement... Puis elle plongea temporairement dans un sommeil comateux, sa magie maintenu de façon inexpliqué.

Là, dans un état de semi-sommeil, elle contempla ses jumelles noire et blanche qui la regardait le plus simplement du monde : l'une avait un regard dégouté tandis que la seconde lui lançait un regard attristé.

- Mais c'est pas possible d'être aussi bête bon sang !!!

Celle à la peau noire venait de l'invectiver gratuitement avant de recevoir un regard sombre de la seconde ce qui la fit se taire dans un grondement. Lentement, Blanche lui expliqua longuement qu'elles étaient en train de maintenir la magie de son corps, conservant ainsi sa santé et l'état de son sort, pendant qu'elle se reposait de force. Bien sûr, cette solution d'urgence ne devait pas être utilisé à la légère et elles ne l'avaient fait que parce qu'elles n'avaient pas non plus le choix. Alors que Blanche terminait peu à peu son explication, Noire sembla soudainement paniqué et leurs voix se firent distante... puis un éclat blanc lui masqua la scène suivi d'une terrible douleur.


Elle cligna longuement des yeux, son ventre lui faisant légèrement tandis qu'elle regardait, hébétée, la place vide en face d'elle. Olyvia chercha, profondément paniqué, la petite sorcière avant de rapidement l'entendre invectiver... A peu prêt tout ce qui devait être présent en ce jour et lieu, elle compris. Elle continua de cligner des yeux, sans pouvoir répondre, tandis que la petite furie maintenant son flot de parole à un rythme effarant et elle ne put que rester interdite quand cette dernière passa des reproches les plus gratuit du monde aux remerciement les plus orgueilleux. Elle essaya de placer un mot, ne serait ce qu'un minuscule petit mot mais ce fut en vain : elle lui coupait toujours le sifflet avant qu'un souffle dépasse ses lèvres. Cette petite effronté commençait à vraiment l'agacer !

Alors qu'enfin la sale petite peste terminait de déverser son flot, Olyvia frissonna d'un coup : sa barrière s'était interrompu en même temps que son réveil, sans doute à cause du coup que cette petite avait du lui mettre. La porteuse n'en revenait pas ! Elle venait, telle une bonne âme, de lui sauver la vie et c'est ça les "remerciements" qu'elle lui donnait !? Quelle petite peste arrogante... "Elle va recevoir une belle punition !" pensa t'elle. Elle avait à peine entrevue les larmes sur ses joues, bien trop énervée par le comportement soudain de la petite. Mais, en même temps, elle s'inquiétait profondément : pourquoi cette petite était si extrême ? A l'entendre, on aurait dit que la pauvre porteuse venait d'abuser d'elle de la pire manière possible !
La jeune femme se redressa alors, les jambes tremblantes, serrant contre son corps le lourd manteau en lançant un lourd regard sur la petite sorcière. Elle était plutôt furax... et ça se sentait dans chacun de ses gestes.

- Écoute-moi bien, petite peste arrogante, je n'ai que faire d'une quelconque récompense : je t'ai aidé car mon cœur m'a dit de le faire, point à la ligne. Alors des remerciements aussi pathétique tu peux te les garder ! Maintenant, je vais te laisser bien tranquille et je vais rejoindre mon frère : comme ça, ton "incroyable" personne n'aura pas à me supporter plus longtemps !

Elle se retourna d'un coup sec, rabattant la capuche sur son crane avant de commencer à marcher dans le sens opposé à la jeune fille. Elle ruminait, grondait et soupirait : Dante avait sans doute raison sur le fait que les gens ne méritent pas d'être aidé...
Elle serra fortement la main sur sa Keyblade alors que ses pas l'emmenait un peu plus loin dans le blizzard, sans se rendre compte que ce n'était pas son arme qu'elle serrait mais un petit bout de bois qui attendais de rejoindre sa vraie propriétaire... Qu'Olyvia retrouva un instant plus tard.

La porteuse resta interdite : avait elle fait demi-tour sans s'en rendre compte dans le blizzard ambiant ? Si telle était le cas alors elle était bien mal barré...
Sans sa Rafale, la neige s'était faite plus dense et elle n'arrivait qu'à distinguer la jeune fille, sans pour autant savoir si cette dernière s'était déplacé ou si Olyvia était juste retourner sur ses pas.

- Eh, toi : tu as bougé ou je suis revenu en arrière ??? Et tu as intérêt à me répondre sans détour !

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/12/2015
Pièces d'or : 524
Petite sorcière
Yami Silvereyes
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Sam 10 Sep - 2:38
La jeune femme que je venais d'incendier se dressa alors face à moi. Je pouvais voir la colère déformer ses gestes les rendant hésitants voir même tremblants, le regard qu'elle avait en disait long sur ce qu'elle ressentait. Peut-être aurais' je du retenir un peu plus mes mots que je ne l'avais fait ? Non, elle n'avait que ce qu'elle méritait. L'on en venait surement au moment ou elle m'extorquait un quelconque bien pour m'avoir rendu service. C'est ainsi que le monde tournait après tout, je ne pouvais réellement lui en vouloir pour cela, moi même je ne faisais rien si je ne pouvais en tirer un avantage. Ce qui m'agaçait cependant, c'était d'avoir eu besoin d'elle et évidemment elle en faisait les frais. Je ne pouvais la remercier ainsi, moi la grande et surpuissante Yami, sauvée pas cette paysanne ? C'était incroyable, impossible, impensable ! Je n'ai pas besoin des autres, ils ne servent qu'à profiter de nous et nous enfoncer ensuite le moment venu. Quoi qu'il pu en être, il était temps pour moi d'entendre ses explications, pour quelle raison avait-elle fait cela, pourquoi était-elle présente dans ce lieu minable ?

Elle commença donc à grogner avec les habituelles insultes et abaissements qui étaient propres à chaque personne que je pouvais rencontrer. Certainement de la jalousie, moi même ne pensait pas être captivante au point tel de faire cet effet sur chaque personne que je pouvais rencontrer. Petite peste arrogante, voilà qui était du vu et du revu. Pour la plupart des paysans que je pouvais malheureusement rencontrer, j'étais définie comme une personne extrêmement arrogante. Pourtant ce n'était pas du tout le cas, je ne faisais que m'efforcer à bien souligner mes traits sans pour autant les enjoliver. Je suis parfaite après tout, ce n'était pas de l'arrogance que de le rappeler au tiers qui me faisaient face. Evidemment je fis un effort hors du commun pour ne pas la couper et l'incendier de nouveau. Non, j'attendrais qu'elle ait terminé de me révéler les informations demandés pour cela. La suite de son discours me déstabilisa quelque peu, mon grand sourire plein de fierté s'affaissa légèrement et ma tête se baissa quelque peu. Selon ses dires, elle n'attendait rien de ses actes. Elle avait agi sur le moment sans réfléchir. Il s'agissait certainement d'une astuce de voyou pour que je sois touchée et que je lui offre tout de même un bien. Elle avait bien une tête de voyou à bien y réfléchir ! La prudente Yami ne tombera pas dans tes pièges grotesques ! Elle continuait ses dires toujours un poil énervée pour me prévenir qu'elle partait sans attendre rejoindre son frangin et qu'ainsi je serais enfin libérée de sa présence. Elle se tût alors, se retournant rapidement en rabattant sur son crane la capuche de ce manteau dont l'esthétique était à revoir tandis que moi je croisais les bras, souriante de ma victoire. Elle reviendrait bientôt vers moi en pleurant, me demandant un bien. Il ne me suffisait que d'être patiente.

Les secondes passèrent alors et sa silhouette disparaissait de plus en plus dans le froid de l'hiver. Pas une fois elle s'était retournée, pas une fois elle ne m'avait jeté un coup d'oeil, pas une fois elle n'avait dit quelque chose de plus. Mon sourire se perdit complètement au profit d'une moue. Avait-elle dit la vérité ? Non, elle allait certainement se retourner, n'est-ce pas ? Allez, retourne toi... S'il te plait...
Finalement, la demoiselle s’éclipsa dans la neige et de sa silhouette ne resta aucune trace. Étrangement, il recommençait peu à peu à geler ici et le vent transperçait mes habits qui ne tarderaient pas à redevenir trempée à cause des chûtes de neige. Je ne tardai pas à hurler en direction de la jeune femme désormais introuvable.

"Eh bien tant mieux ! J'ai pas besoin d'une pimbêche telle que toi d'abord ! Je peux très bien me débrouiller toute seule dans le froid ! J'espère que tu t'étoufferas avec toute cette neige et que ton frère doive te décongeler ! Comme tu l'as si bien dit, la grande et surpuissante Yami était de toute façon ennuyée par ta présence ! Greluche irresponsable ! T'es comme les autres !" Sous le coup du froid, je posais un genou au sol. "Je te déteste ! Tout ça c'est de ta faute !... Reviens s'il te plait..." Mes yeux s'embuèrent. Une fois de plus on m'abandonnait lâchement derrière. Le froid, le vent, la neige, la solitude. Ce n'était que des ennemis à terrasser et après tout ce que je m'étais juré, il était impensable que j'abandonne ici. Même si nous aurions pu sortir de cette neige ensemble, même si elle avait dit la vérité concernant la raison de son coup de main. Après tout, j'ai toujours été seule depuis la perte de papa. Je me suis toujours débrouillée seule et cela ne changerait pas. Serrant la neige dans mes mains comme pour l'affronter, je me relevais péniblement et essuyai les larmes qui faillirent couler le long de mes joues. Je n'avais jamais eu que papa. Aucun ami, aucune autre famille, aucun animal. Les relations amicales n'étaient que pures hypocrisies, je n'en avais pas besoin et encore moins de cette idiote au câlins réconfortants qui faisaient le plus grand b-... Une minute, j'étais en train de dire n'importe quoi ! Le froid me montait aussi à la tête ! Voilà ce que j'allais faire, récupérer mon balai, trouver un moyen de le réparer pour enfin quitter à jamais cet horrible monde recouvert de neige !

Sans attendre, je me retournais en direction de l'arbre pour y fixer le sommet. Evidemment, comme rien ne pouvait jamais être simple pour moi, à croire que chaque chose se liguait contre la parfaite Yami pour tenter de la faire chuter de son statut de perfection, la moitié de mon balai ne s'y trouvait plus. Je soupirais un coup avant d'essayer d'entrevoir les possibilités sur l'emplacement de mon balai. Le vent aurait très bien pu l'emmener loin d'ici. Cependant il semblait tout de même bien accroché tout à l'heure lorsque j'essayais corps et âme de le faire descendre. Je continuais de marcher autour de l'arbre en réfléchissant pour éviter que le froid ne me paralyse de nouveau. Après seulement quelque secondes la vérité éclata ! Je ne pus m'empêcher de m'écrier. "Sale petite peste ! Voleuse ! Brigande ! Femme malhonnête !" Je me rappelai désormais de sa silhouette s'écartant peu à peu de moi, avec ma moitié de balai en main. Elle m'avait bien eu la fourbe ! Prétextant ne rien vouloir pour me faire baisser mes gardes, elle m'avait subtilisé mon bien le plus précieux. Cependant cela ne se passerait pas comme ça ! Que nenni ! D'un regard plein de détermination je plongeais deux doigts dans la neige pour en récupérer un peu et me tracer deux traits sous les yeux, comme dans les livres qui parlaient de peintures de guerre. Evidemment, la neige fondit et je fis un petit bond en réalisant qu'en effet, la neige était gelée. Tu payeras aussi pour ça, voleuse ! Sous le coup de la colère, je bondissais sur place pour frapper la neige de mes pieds. Et contre toute attente, je me mise à traverser la neige.

La chute fût rapide mais catastrophique. Je tombais dans une crevasse et pu me rattraper de peu à une corniche intérieure. Baissant la tête, je ne pu apercevoir qu'un trou béant sans fond. Evidemment, je glapissais au vu de la hauteur. Et tout cela était évidemment directement mis sur le dos de cette sale teigne de voleuse. Respirant un grand coup, je sentis alors que je commençais à glisser à cause de la glace sur la roche à laquelle je me retenais de justesse. Il était temps pour mes pouvoirs de servir ! Faisant apparaître deux runes de flammes sur la glace, j'entrepris de les faire fondre lentement. Si j'avais été adulte, je me serais contenter de brûler intégralement ce fichu paysage de neige ! Et je n'aurais eu aucun souci en n'ayant pas besoin d'atterrir ici... Finalement, je pu enfin remonter au prix d'un grand effort et me retrouver enfin hors de cette situation de mort imminente. Je me laissais tomber sur le sol pour respirer un peu. Ce maudit corps enfantin n'était pas fort pour un sou. Heureusement que mon intelligence hors du commun me permettait de contrebalancer largement cette caractéristique. Continuant de reprendre des forces, je fixais le plafond de neige et de glace. Je semblais être à l’intérieur d'un tunnel de glace qui menait vers une crevasse et malheureusement pour moi, la seule lumière qui me permettait de me repérer venait du trou que j'avais causé, trou qui était bien entendu au dessus du précipice. A croire que parfois, lorsque la journée s'est décidée à être mauvaise elle n'y va pas avec le dos de la cuillère. Je ne pouvais pas remonter par le trou que j'avais causé. Il était bien trop haut et une sale voleuse avait la moitié de mon balai. Et en plus de cela, la sortie se payait le luxe d'être au dessus d'un trou sans fond. Je me relevais alors et du rapidement en conclure que je n'avais guère le choix que d'emprunter ce tunnel. Quelle plaie. Je me promis évidemment de faire payer à cette sale petite chapardeuse pour tout le mal que j'avais subi. Faisant apparaître une petite rune sur mon pouce droit pour y créer une flamme, je m'engouffrai dans les ténèbres.

Mes membres tremblaient. Je me refusais à conclure qu'il s'agissait de la peur et préféra affirmer que le froid commençait à me paralyser. Je me forçai alors à accélérer légèrement le pas. Il devait bien y avoir une sortie quelque part ! Je ne sais guère combien de temps je marchai ainsi dans ce couloir sans fin sans pour autant trouver un espoir de sortie. Finalement, je m'assise sur le côté, soupirant une nouvelle fois. Les ténèbres, le froid, la solitude. Je pouvais presque me considérer l'égale de ces émos-gothiques de similis. Je baissais alors la tête pour tomber nez-à-nez avec une fleur d'exception ! Une chrysanthème, ici au beau milieu de ce froid ! Il semblerait que j'avais de la chance dans mon malheur ! Cette fleur ne pourrait normalement pas survivre ainsi dans les ténèbres, elle récupérait de l'énergie quelque part ! Je me mise donc à genoux pour mieux l'examiner.

"Hum... Traces magiques sur les pétales... Couleur sombre inappropriée... Semblant de vaisseaux sanguins parcourant la tige... Pas de doute." Je venais de tirer le gros lot ! Une fleur gavée d'énergie de sans-cœur ! Ce qui voulait non seulement dire que je pouvais soit la vendre pour une bonne petite somme, soit l'utiliser en tant que composant pour potion. Mais surtout qu'elle était reliée d'une façon x ou y à un sans-cœur. Sans réfléchir plus que nécessaire, j'arrachai d'un coup sec la fleur pour la déposer au sein de mon sac. Fière de ma trouvaille, je voulus me remettre en route, cependant le sol se mît à trembler, les murs à s'agiter, la neige à chuter. Un bruit sourd se faisant de plus en plus important semblait à deux doigts de sortir du sol. "Evidemment... Ça ne pouvait pas être simple..." Une masse noire fendît alors le sol pour s'en éclipser. Je tombai malencontreusement dessus. Je n'eus le temps de ne rien distinguer que la masse qui semblait gagner en volume et en taille se propulsa pour traverser le plafond. Ce fût douloureux. Très douloureux. Evidemment je ne manquait pas de me rappeler de cogner cette voleuse sur le crane pour lui faire aussi payer pour cela.

Pendant un instant, je ne touchai pas terre et pu voir le détestable paysage du monde enneigé de plus haut. Avant de bien évidemment retomber telle une pierre en plein dans la neige. La tête qui ne voulait s'arrêter de tourner, je me relevai alors péniblement. Le spectacle qui se montra alors à moi était admirablement terrifiant. Un immense sans-cœur volant me faisait face. Semblable à un dragon fantomatique ornés de plusieurs cercles dorés avec deux grandes cornes sur le sommet de son crane. Il n'avait guère de pattes mais ses deux gigantesques ailes étaient impressionnantes. Main sur mon sac je lui fis face. D'après mes souvenirs et surtout d'après mon savoir encyclopédique, cette chose se nommait Membranator. Encore un nom idiot, j'aimerais bien croiser l'inventeur de leurs noms un jour. Et donc ce sans-cœur avait la particularité de ne faire qu'un avec la foudre au point de pouvoir l'absorber. De plus, seules les deux cornes biens exposées sur son crane étaient réellement physique et pouvait le blesser. Me dressant face à cette chose, j'entrepris de le regarder de haut. Il semblerait que je venais de libérer cette bête, et elle allait prendre pour tous les malheurs qui m'étaient arrivés dernièrement. Du mois, si elle décidait de s'en prendre à moi. Je pouvais bien lui pardonner ce petit tour de voltige pour m'avoir fait sortir.

"Bien, monsieur le Membranator... C'était super chouette cette petite rencontre, mais je suis attendue ailleurs." La bête hurla devant moi et quelques éclairs parcoururent son corps. "Oh, ne fais pas le malin avec moi ! Des comme toi j'en ais calmé plus d'un par le passé ! Tu as affaire à la grande et surpuissante Yami ! La plus douée de toutes les sorcières ! Alors ne t'avises pas de recommencer !" Il voleta alors dans le ciel, s’écartant de moi. Bien, c'était une bonne chose...
Mais rapidement il fît demi-tour pour me charger ! Mon frêle corps d'enfant n'eut pas le temps d'esquisser le moindre geste. Je fus sévèrement électrisée et projetée loin de lui. Crachant un peu de sang sur ma robe trempée, je peinai à me relever. Tous mes membres étaient engourdis. La saleté de bête ! M'avoir ainsi par surprise ! J'avais sacrément mal, je ne sentais plus entièrement mes membres, bégayant sans le vouloir je me frottai alors le visage. Heureusement, j'étais une sorcière et les blessures aussi graves soient-elles n'étaient pas une fatalité pour moi. Il était temps pour moi d'utiliser ce petit truc que j'avais appris dans les steppes. Une petite lumière verte commença à m'envelopper tandis que je me concentrais. Finalement je m'écriais : "Soin !" Et la douleur quitta peu à peu mon corps.

Cette sale bête allait payer. Et alors que je me préparais à lui faire sa fête, j'entendis de nouveau une voix très désagréable. La petite fourbe de chapardeuse était désormais là, et elle avait bien dans sa main la moitié de mon balai. Derrière elle, l'énorme dragon nous fonçait dessus et elle en semblait pas l'avoir vu. Quelle agréable organisation... Le dragon se rapprochait à grande vitesse et il risquait de la percuter dans peu de temps. Tu vas donc payer pour ce que tu m'as fait... Et je récupérerais sur ton corps endoloris mon balai...
Et pourtant elle m'avait aidée... Pour mieux me voler ensuite... Mais elle aurait simplement pu récupérer le balai lorsque j'étais inconsciente... Et elle ne semblait pas être entièrement une menteuse... Et puis... Me protéger du froid... De la neige que je déteste tant... Si Alice était là elle se moquerait de moi, mais comme je lui ais dit je ne suis pas une tarée comme elle qui ne jure que par la destruction. Je me considère comme mercenaire, si il n'y a pas intérêt à faire le mal gratuitement alors je ne le ferais pas. Si cette maléfique que je n'avais jamais croisé me demandait de ramener la peau de cette fille alors je le ferais certainement. Et puis... Oh et puis zut ! Il faut bien que les gens vivent pour constater la grandeur de mon être ! Et puis nous serons quittes !

D'un coup je plongeais sur la jeune femme pour que nous nous retrouvions toutes deux au sol, laissant passer l'imposant sans-cœur juste au dessus de nous. La vérité, c'est que je ne sais toujours pas pourquoi j'ai fais cela. Pourquoi je n'arrivais pas encore à faire pleinement le mal ?...

"Salutations, petite chapardeuse ! Belle journée pour la chasse au dragons n'est-il pas ?" Lui reprenant des mains mon balai, je me relevai. Il fallait que j'ai l'air parfaitement certaine de mes agissements devant elle. Une fois de plus je voulais impressionner, que les gens reconnaissent mes qualités. "Si vous voulez vous enfuir lâchement comme tout à l'heure, je ne vous en tiendrais pas rigueur. Après tout ce dragon peut se montrer très très très effrayant pour une jeune femme telle que vous." De toute manière, ce sans-cœur irait plus vite que moi si j'essayais de courir. Je n'avais qu'un seul choix. Lui faire face. Je jetais alors un rapide coup d’œil à mon sac. Ces sales escrocs qui m'avaient fait enfermé avaient au moins eu la bonté de remplir mon sac de quelques potions d'usages. J'allais devoir improviser sur le moment.

"La sorcière contre le dragon ! Acte second !"

Honnêtement, bien que je ne pouvais l'affirmer à haute voix, j’espérais que la petite chapardeuse me vienne en aide. Quelques potions et flammèches semblaient bien peu pour affronter un ennemi de cette taille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 01/05/2016
Pièces d'or : 44
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Ven 7 Oct - 15:57
Elle sentait bien les vents glacials se glissés sournoisement sous les plis de ce manteau bien trop large pour son corps mais pour rien au monde elle ne serait resté une minute de plus avec cette petite peste. Sa "keyblade" tenue fermement dans sa main, elle continuait de s'enfoncer lourdement dans la neige craquante, priant apercevoir la sortie de ce cauchemar blanc où elle aurait enfin le loisir d'enguirlander Dante... La porteuse était loin de se douter que ce n'était que le début des catastrophes.

Alors qu'elle s'attendait enfin à se rapprocher d'une quelconque civilisation, voilà qu'elle retrouvai la petite de toute à l'heure. "Mais.. mais... C'est une plaisanterie j'espère ?!" pensa-t'elle incrédule avant de lui demander clairement les choses, le ton acide toujours fortement présent. Alors qu'elle terminait enfin sa phrase, elle se mit à sentir quelques choses d'étrange. Les vents autour d'elle semblait perturbé, comme si ils étaient à la fois attirés et repoussés avec force derrière elle. Alors qu'elle allait se retourner un choc soudain la fait basculer en arrière et elle arrive tout juste à entrapercevoir une forme monstrueuse la raser de prêt.
Elle reste longuement interdite, allongé dans la neige, essayent simplement de comprendre ce qui venait de se passer... Quand la voix de la petite revint lui faire saigner les tympans avant de lui arracher un objet des mains. Abasourdie, Olyvia cru qu'elle venait de lui prendre sa Keyblade avant de comprendre enfin qu'elle s'était plantée : c'était le morceau de bois, celui qu'elle avait été récupéré difficilement dans l'arbre. Elle comprenait mieux pourquoi le poids n'était pas tout à faire le même...

La jeune blonde se redressa péniblement, grelotant d'un coup en sentant la neige et la glace glissé le long de sa nuque : c'était pas une sensation très agréable. Alors qu'elle regardait l'immonde dragon, elle se mit à se demander ce que ce truc pouvait bien être... Un démon ? Elle ne se souvenait pas en avoir vue d'aussi gros avec Dante même si ce dernier lui avait affirmer qu'il en existe facilement qui ferait la taille de gratte-ciel -elle ne l'avait jamais cru sur ce point surtout qu'il se ventait toujours d'en avoir vaincu des aussi grand- mais celui ci était étrange. En fait, elle lui trouvait un aspect presque cartoon par rapport aux monstrueux démons difformes qu'elle avait pu croiser. Et si... c'était tout autre chose finalement ?

Elle écouta sonné les paroles de la petite. Un... un dragon, ce truc ? Un simple dragon pouvait il vraiment être ainsi ? Non, quelques chose ne collait pas dans cette histoire et puis.. Elle n'allait tout de même pas fuir et laisser une gamine se battre seule contre un titan ?!
Mais, que pouvaient elles faire face à ce colosse ? Certes, à ce qu'elle avait pu entendre et voir, la petite semblait posséder plus d'un tour dans son sac. Une sorcière, qui l'aurait cru... Olyvia en connaissait quelques unes, notamment Kat, mais jamais des aussi jeune. En repensant au morceau de bois, elle comprit mieux l'intérêt que la petite sorcière avait manifesté devant l'arbre : c'était sans doute un artefact magique précieux.

Même si le choc l'avait sonné, la jeune voleuse parvint quand même à appelé sa Keyblade mais elle resta immobile. Comment, même avec une sorcière, pourraient elles terrassés cette créature ? Et puis, sa Keyblade serait elle vraiment efficace face à un telle monstre ? Son "cœur" se mettait à trembler, suivi vite par son corps et ses yeux s'embuèrent. Elle était censé être l'adulte ici et pourtant, à ses yeux, elle n'avait pas plus de force qu'un bébé...
Le dragon les chargea de nouveau. La petite évita sans souci apparent alors qu'Olyvia, hors de portée, ne bougea pas. Ce fut une erreur des plus redoutable...

Un éclair déchira l'air, frappant le sol à sa gauche, déchirant sa manche et mordant sa chair au passage. Elle ne put que hurler avant de s’effondrer à genoux, son sang gouttant sur le manteau blanc qui se couvrait un petit peu de vermeille. Elle était perturbé, tremblante et souffrait le martyre mais, en même temps, elle sentait comme de douce main qui venait soudainement l'entourer. Une voix douce et une autre brutal lui donnèrent comme un coup de fouet au cœur et elle se releva en chancelant. Murmurant un simple "Soin...", elle sentit sa chair se refermé et la douleur s'en allé après un dernier élancement dans son bras.

La colère montait un peu en elle, la rage de se sentir aussi inutile et trouillarde alors qu'une petite fille se démenait déjà mieux qu'elle. Sa keyblade argenté céda la place à l’ébène tandis qu'une flamme bleuté semblait s'allumer au fond de son œil droit. Sa main porteuse sembla échapper à son contrôle tandis que la keyblade noir se dirigeait d'elle même face aux géant. Ainsi, elle voulait se battre contre ce truc... Et bien, la porteuse allait tout faire pour la contenter !

S'avançant au niveau de la sorcière, Olyvia se tourna vers elle avec un regard d'intense rage.

- Je ne sais pas qui tu es vraiment ni ce qu'est cette chose mais voilà le deal : on le détruit, ensemble, et ensuite on se barre d'ici... Tu connais son point faible ou quelques chose du genre ?

HRP:
 

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/12/2015
Pièces d'or : 524
Petite sorcière
Yami Silvereyes
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Ven 21 Oct - 14:56
Aussitôt le monstre chargea, il semblait s'être bien décidé sur le fait de ne plus faire semblant. Je dois bien avouer que je ne m'attendais pas à une attaque frontale si rapide, il était peut-être agacé d'être tellement mauvais qu'il n'arrivait guère à supprimer deux adversaires devant faire au moins un dixième de sa taille. Oui, il était grand, immense même, mais sa taille n'était rien face à ma grandeur d'esprit qui le coucherait bientôt au sol telle la sale bête qu'il était. De manière tout-à-fait calculé, et je met bien le point dessus, je me marchai sur le pied et trébuchai alors dans la neige à plat ventre, le visage dans la neige. Je pense qu'il devait y avoir une certaine connexion entre la neige et moi, quoi que je fasse je me retrouvais à chaque en train de tomber dessus. Il devait certainement s'agir d'un complot visant à atteindre ma personne, la neige était vraiment ma pire ennemie. Si je n'avais pas eu plus urgent sur les bras, je me serais certainement mise à râler envers la petite voleuse l'accusant de tous mes maux pour le simple plaisir de pouvoir accuser quelqu'un, d'ailleurs que devenait-elle ? Était-elle partie ? Je me relevais alors rapidement pour la chercher du regard.

Ce fût son cri de douleur qui me permit de la trouver instantanément malgré son camouflage fourni par son manteau entièrement blanc. A genoux, elle tremblait tandis que son manteau prenait peu à peu une teinte rouge sombre, ou du moins la manche manche gauche de ce dernier. Comment avait-elle pu être touchée ? Elle était si loin. Je n'irais pas jusqu'à dire que cette peste ne l'avait pas volé, mais elle semblait vraiment avoir mal. Et ce sang... Elle méritait que je lui tire les joues, que je lui tire les oreilles, mais surement pas d'avoir mal au point d'en être si affectée. Ce n'était plus drôle. Le sans-cœur méritait une mort rapide, sans quoi il continuerait de faire des dégâts. Il avait décidé de s'attaquer à la chapardeuse ce qui voulait dire que quoi qu'il arrive il ne la laisserait pas partir. Que l'on soit bien clair, je ne me sentais pas du tout mal pour cette voleuse ! Mais après l'avoir vu si pitoyable, je me sentirais mal si je venais à lui tirer les oreilles comme je l'avais prévu. Mon envie de faire disparaître ce monstre était totalement et purement personnelle. J'étais une méchante après tout, un génie du mal. Je n'avais pas le droit de m’inquiéter pour les autres n'est-ce pas ? Seule ma personne comptait. Mais je ne pouvais pas non plus la laisser comme ça... Stupide voleuse !

Je commençai à courir vers elle pour lui prodiguer les premiers soins, mais ce ne fût pas nécessaire. Une légère lumière verte l'entoura et sa plaie se referma peu à peu. Elle était donc capable d'utiliser la magie de soin, pas mal. Je pouvais désormais voir l'endroit ou elle avait été touché de plus près. Des traces de brûlures sur son imposant manteau, un énorme choc dans la neige juste à sa gauche. Un sort de feu ? Non, sinon il y aurait bien plus de vapeur que cela. Que ce soit de la magie ou non, je ne pouvais en déduire qu'une seule chose : La foudre avait frappée à cet endroit précis. Un sans-cœur maniant la foudre... Super, de grands moments de joies en perspective...

Alors que je soupirai devant la bête qui semblait faire un tour pour se préparer à charger de nouveau, la jeune racleuse vint s'exprimer. Elle avait vraiment l'air enragée, mais pourquoi me fixer ainsi avec ce regard noir ? Je n'y étais pour rien si elle n'était pas capable de faire un pas sur le côté. A moins que cette colère ne soit dirigée contre la créature des cieux, ce qui déjà avait plus de sens. Elle venait me proposer une alliance contre la vermine volante. Sur ce point, je n'étais pas forcément en désaccord avec elle. Du moment qu'elle ne faisait pas n'importe quoi. Et puis elle savait soigner, elle était peut-être capable de plus. Et puis, ce serait la toute première fois que moi la grande et surpuissante Yami, m'allierait avec quelqu'un. Elle devrait s'en sentir des plus honorée !

"Bon, bon... Je veux bien t'accorder l'immense honneur d'être ma partenaire pour éliminer dans les plus brefs délais cette chose immonde. Quant à son point faible, eh bien-..."

Je m’arrêtai alors remarquant ce qu'elle tenait entre les mains. Elle portait une clé démesurément grande. Je savais de quoi il s'agissait mais rien n'y faisait, je trouvais toujours cela tellement ridicule de combattre avec une clé. Mes joues se gonflèrent tandis que j'essayais de réprimer un rire. J'avais alors des tas de choses méchantes à lui dire sur sa clé mais je parvins à me retenir, il y avait plus important pour le moment. Et puis ces clé marchaient assez bien sur les sans-cœurs après tout donc bon... Quoi qu'il en fût je n'arrivais pas à détourner mon regard de son arme premier prix.

"Mes excuses, je viens de me rappeler quelque chose de vraiment tordant. Donc, nous parlions de vaincre ce sans-cœur exact ? Alors je ne suis pas experte dans ces choses-là mais je sais qu'un oiseau sans ailes ne vole pas. Si tu pouvais les lui couper ce serait bien. Sinon il y a tout ces trucs ronds sur son corps. C'est comme si ils nous criaient : Oh frappez-nous s'il vous plait ! Nous sommes des cibles !" Je commençai à fouiller dans ma sacoche à la recherche de ce que je pourrais bien utiliser. "Après tu sais, il y a des concepts universels qui ne changent point. Personne n'aime se faire frapper en pleine tête, en plus regarde ses yeux, ils sont énormes. Un œil c'est pas bien résistant." Finalement j'en sortais l'une des quelques potions qui étaient à l’intérieur et la lui tendais. "La grande et généreuse personne que je suis, t'autorise à boire ceci. En toute logique, cela te fera sauter plus haut." En toute logique évidemment, il n'y avait pas d’étiquette dessus et j'avais trouvé ces potions dans ma sacoche une fois sortie de ce stupide cocon. Je ne pouvais que supposer au vue de la couleur du liquide. Si cela se trouvait, elle pourrait se retrouver avec un effet tout autre sur les bras, on verra bien. Je frappai alors dans mes mains. "Hop, hop, hop ! Ce sans-cœur va pas se tuer tout seul ! Au boulot ! Ah, et tu feras attention, ta.... clé.... est en métal, et si t'as suivi un peu comment le monde fonctionnait, le courant peut parcourir le métal. Essaye juste de pas faire n'importe quoi avec, je voudrais pas que tu te fasse mal bêtement..."

Pendant ce temps-là, la bête nous chargeait tandis qu'elle faisait tomber la foudre derrière elle. C'était assez impressionnant et il allait sans dire que si nous ne faisons rien, il n'aurait très certainement pas besoin de refaire un tour pour nous terminer. A cause de ce corps d'enfant, je ne pouvais pas réellement compter sur ma magie pour me défaire de cette créature. A la limite, avec un peu d'ingéniosité je pourrais faire quelque chose de mes runes, mais ce sera pour plus tard. Je me plaçai derrière la chapardeuse avant de la pousser un peu au niveau du dos. "Fonce ! La grande et surpuissante Yami te suivra !" Evidemment, je n'étais pas capable de tenir un combat au corps à corps, j'étais bien plus utile à distance pour le moment. Il était impératif que la porteuse de clé arrête la charge de la bête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 01/05/2016
Pièces d'or : 44
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Mar 1 Nov - 2:20
Olyvia sentait monté telle un fleuve la rage en elle. D'abord doucement, les remous s'étaient rapidement intensifié sous le contrecoup de la douleur. Sa douceur habituelle ne pouvait jamais contenir ce sentiment de rejet total qu'elle éprouvait envers la douleur et ce rejet venant de Ce souvenir, il avait fini par s'étendre à Eux. Elles ne les haïssaient pas dans le fond car elle en avait surtout peur, peur de la douleur qu'Ils pouvaient lui causer... Et ça réveillait toujours cette flamme au fond d'elle. Cette petite flamme azuré qui amenait avec elle sa haine envers Eux et Vergil, cette même flamme qui avait fait naître "Demonic Ouragan", son arme noir.
Aujourd'hui, ce n'était que la douleur qui avait éveillé ses ténèbres, la douleur fulgurante que cette éclaire avait provoqué en déchirant sa chair. Et elle n'avait pas tardé à comprendre d'où venait cette attaque...

Alors qu'elle s'avançait au niveau de la petite sorcière, elle ressentait cette colère irrésistible se transmettre à sa Keyblade qui lui répondait en faisant grandir sa rage davantage, muant sa douceur en une irrépressible envie de détruire.
Ses émotions se bousculaient en elle, telle le torrent déchainé des tempêtes marines, mais une en particulier se détachait et s'exprimait en se gravant dans chaque fibre de son corps : la Haine.
Elle ne se contrôlait qu'à moitié, regardant de manière involontaire d'un regard lourd alors que sa colère était loin d'être dirigé à son encontre. Même son ton fut âcre lorsqu'elle s'adressa à cette dernière, voulant pourtant juste s'enquérir de la suite des événements.
La réaction qu'eut la petite ne fit d'ailleurs que l'irriter davantage.  

Elle n'avait pas raté l'effort conséquent que la gamine fit pour retenir son fou rire mais elle ne pigeait pas vraiment ce qu'il y avait de drôle dans la situation. Elle se demandait même si cette petite n'était pas un peu folle en fin de compte...
Elle écouta cependant chaque mots du flots de paroles que la petite Yami déversa juste après sans mot dire, craignant que la moindre référence à ce qui venait de se passer ne brise la trop fragile alliance.
Lorsqu'elle lui tendit cette étrange fiole -soi disant, le liquide allait lui permettre de sauter plus haut... Elle n'avait pas trop confiance pour le coup - elle la refusa d'un geste de la main mais ne put faire guère mieux puisqu'elle l'encourageai déjà à partir à l'assaut.
Cette peste avait vraiment un petit quelques choses qui insupportait grandement Olyvia...

La jeune porteuse incanta d'un geste vif plusieurs aria de vent et de foudre pour se rendre insensible ou presque à ces deux éléments. "Black Wing !" cria t'elle au vent fougueux de l'hiver avant de sentir ses deux ailes noires de chiroptères apparaitre dans son dos, laissant choir son lourd manteau, ne lui laissant que sa tenue en cuir avant d'aller défiez les vents.
Ses aria lui permettant de lutter contre les bourrasques, elle put maintenir une bonne allure en chargeant le colosse volant. Elle ne sut pas si c'est lui qui l'avait repéré ou si il avait simplement lancé une attaque au hasard mais elle fut pris de court par la charge tournoyante de l'animal. Elle ne rencontra d'abord que la résistance du vent que le monstre déchainait par sa masse avant de voir l'immense tas foncer dans sa direction et, par extension, celle de la petite resté au sol. Elle put à peine incanté Deus Corona pour renforcer son corps que le choc la fit valser un peu plus haut alors que le gros poursuivait son avancé tournoyante en direction de Yami. Et il s'arrêta d'un coup, à plusieurs mètres au dessus de la sorcière.

Ayant retrouvé sa stabilité, la jeune femme essaya de voir ce qu'il se passait mais elle ne put qu'entendre comme des sons de cymbales qui fut vite suivi d'explosion qu'il lui permit de retrouvé le monstre. Invoquant Burnia, elle fondit à pleine allure sur le dos du colosse avant d’asséner un coup sur l'une de ses cornes. Elle avait frappé un peu au hasard, visant le plus gros morceau qu'elle avait pu voir avant de se laisser tomber sur le dos du monstre qui se mit à remuer soudainement. Elle ne savait pas si c'était elle ou la petite mais ce truc venait de subir quelques qui lui déplaisait, c'était presque certain... S'agrippant de toute ses forces au premier pic venu, elle se sentit emporter par le monstre dans une vrille soudaine avant qu'il se calme d'un coup. Pensant le tout redevenu plus calme, elle entrouvrit un œil avant de sentir l'air crépiter autour d'elle. L'éclair la délogea sans attendre du dos et elle atterrit lourdement dans la neige. Sans le secours de Deus Corona, elle en aurait surement baver bien plus que ça pour se relever.

- Mais c'est pas possible... Comment on peut buter un truc aussi gros ?!

Une voix dans son dos lui fit clairement comprendre qu'elle n'était vraiment pas seule dans ce combat...

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/12/2015
Pièces d'or : 524
Petite sorcière
Yami Silvereyes
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Mar 15 Nov - 13:34
C'était fou ! Personne n'acceptait jamais les miraculeuses potions que j'offrais. Je me mise à soupirer. Evidemment, je l'aurais très mal pris si il s'agissait d'une de mes créations. Mais là, je les avais trouvés dans mon sac une fois sortie de cet horrible cocon. Nul doute que si il s'était avéré que ce soit une potion de la sorcière la plus compétente sur terre (et par cela j'entends donc : moi) cette petite voleuse aurait suppliée à genoux que je lui confie cette potion ! Je ne voyais pas d'autre solutions possible. Cette dernière ne bondissait pas directement au combat, à la place elle... Je ne savais pas trop ce qu'elle faisait mais en tout cas elle le faisait et finalement elle sembla enveloppé de légers éclairs et vents qui pouvaient êtres entendus en plissant l'oreille. D'un coup, elle se mise à hurler. Je n'en pouvais plus, j'explosai de rire derrière elle. C'était tellement cliché ! A quoi ça servait d'hurler ce qu'elle allait faire ? D'hurler sa technique ou sa compétence ? Heureusement que notre ennemi n'était pas bien malin, quoi qu'avec un nom aussi ridicule que Black Wing il était normal de ne pas la prendre au sérieux. Son manteau tomba alors sur le sol, laissant apparaître deux grandes ailes noires de chauve-souris plutôt impressionnantes. Elle s'élança bien rapidement contre le sans-cœur, me laissant derrière sur le sol enneigé. J'essuyais la larme que j'avais à l’œil, au moins elle aurait-eu le mérite de me faire rire. Je restais ainsi les bras croisés face au spectacle qui s'offrait devant moi. Elle volait plutôt bien, dans les deux sens du terme, c'était indéniable. Et maintenant, je comprenais mieux pourquoi elle avait refusé cette potion. Elle n'en avait pas besoin, et ce n'est pas moi qui irait la boire. Je me repassais en tête ce que je pouvais potentiellement faire pour l'aider. Quelque chose était certain, je ne pourrais me permettre de le toucher directement. Je n'avais pas d'ailes moi, je ne possédais qu'un fantastique balai qui n'est pas opérationnel pour le moment. Et même si je parvenais à venir assez près pour le toucher et lui écrire une rune sur sa vilaine tête, cela ne lui ferait finalement pas grand chose. Je devais me rendre à l'évidence, dans ce corps d'enfant je n'étais pas spécialement utile... A moins que ! L'idée du siècle traversa mon esprit, je devais la mettre en oeuvre !

Je reportais mon attention sur le combat qui avait lieux un peu plus loin. La chapardeuse s'envolait haut dans le ciel tandis que la bête fonçait vers moi. Je restais ainsi quelques seconde un sourire figée sur le visage tentant d'assimiler ce qui se produisait devant moi. Finalement, je commençais à paniquer. On ne peut vraiment compter sur personne ! Et encore moins sur cette petite voleuse ! La bête arrivait bien trop rapidement, il était inutile pour moi de courir, de m'enfuir. Elle me rattraperait quoi qu'il lui en coûte. Je me mise en boule et attrapai une potion au hasard dans mon sac avant de la secouer et de la jeter dans les airs. Avec beaucoup de chance, il se passerait quelque chose. Avec moins de chance... Je préfère ne pas y penser. Un crépitement se fît alors entendre, suivit d'un second. Puis des détonations se firent entendre. Je relevais lentement la tête pour voir se dévoiler un grand feu d'artifice haut en couleurs. Une potion de fête... La créature s'arrêta au dessus de ce dernier, ne sachant pas réellement si il s'agissait de quelque chose de dangereux ou non. Je n'y croyais pas. Sauvée par des feux d'artifices. Le hasard aimait décidément se moquer de ma personne supérieure. Evidemment, ce n'était que quelques feux d'artifices, nul doute que la créature n'aurait rien senti en les traversant. Mais heureusement pour moi, il semblait douter sur l'essence de ce spectacle de sons et lumières. Relevant pleinement la tête, je parvins à voir une flèche sombre descendre à toute vitesse vers le sans-cœur. Heureusement, elle n'était pas morte ! Je lui interdisait de mourir ! Je devais encore lui remonter les bretelles pour avoir failli causer ma perte ! J'en profitais pour prendre de la distance avec la créature, courant dans la neige tant bien que mal avec ces petites jambes. La créature poussa alors un cri, me signifiant que la jeune porteuse venait de terminer sa descente. Parfait, cela lui laissait normalement un peu de temps pour préparer son plan de génie.

Je plantai la moitié de son balai dans la neige et entama le dessin d'un grand cercle dans la neige s'aidant de ce morceau de bois. Je ne pouvais créer aucune rune puissante ou trop grande avec ce corps, mais que se passerait-il si je venait à dessiner à la main cette dite rune ? Peu importe qu'elle ne soit pas très puissante, si elle compensait par une taille imposante cela irait. Mon intelligence hors du commun me surprenait encore parfois. Je vais dessiner dans cette stupide neige la plus grande rune jamais écrite ! Mais alors que j'arrivais au quart du cercle, j'entendis un bruit sourd plus loin. La chapardeuse était étalée dans la neige et semblait se relever avec difficulté. Ce n'était pas bon du tout ! Cette idiote faisait partie de mon plan, elle n'avait pas le droit d'être hors service maintenant ! J'attrapais une boule de neige que je tentai de lui jeter dessus. Malheureusement, la force de ce corps ne fût pas suffisante pour que cette dernière atterrisse sur la tête de ma coéquipière. Je fronçais les sourcils et passait mes mains devant ma bouche de façon à faire écho pour crier envers la chauve souris humaine.

"C'est tout ? Du nerf ! La grande et surpuissante Yami est déçue ! Très déçue même ! T'as pas le droit d'être battue ! Sinon je te donnerais la punition que tu mérites ! Alors retourne au combat !"

Voilà une bonne chose de faite. Ah oui ! Si je ne la préviens pas de ce que je compte faire, elle va encore faire n'importe quoi.

"Je vais dessiner quelque chose dans la neige ici ! Quand ce sera terminé, essaye d'amener le monstre par ici, juste au dessus pour être précise ! Ah, et inutile de préciser que mon importante personne ne souhaites pas être dérangées tant que ce ne sera pas le bon moment ! Et euh... Bonne chance surtout !"

Je me remettais au travail, elle n'avait pas besoin d'en savoir plus pour exécuter les ordres de la magnifique personne que j'étais. Mais pour faire simple, j'allais créer une zone de froid intense forçant la créature à chuter sur le sol. une fois immobilisée miss grosse clef pourra l'achever tranquillement avant qu'elle ne puisse reprendre son envol. J'avais même si cela me fait mal de l'admettre, besoin d'elle. Tout en traçant ce cercle je me chantonnais à moi même.

"La plus fantastique, c'est Yami ; La plus géniale, c'est Yami ; La plus grande, c'est Yami ; La plus sage, c'est Yami ; La plus puissante, c'est Yami ; La plus intéressante, c'est Yami ; Et la plus parfaite de tous ? Toujours Yami !"

Une magnifique chanson de mon invention dont je chantonnais les paroles parfois lorsque je devais me concentrer. Le fait que le monstre ne soit toujours pas venue m'embêter doit signifier que la jeune fille doit faire son travail efficacement, ce qui était une bonne chose. De toute manière, je n'avais pas réellement d'autres choix que de lui faire confiance. Derrière moi j'entendais des crépitements, des rugissements, la foudre tomber. Rien de bien inquiétant en somme, elle doit bien s'en sortir. Et finalement ce magnifique temps qu'elle venait de m'offrir apporta ses fruits. Une grosse rune de glace en plein dans la neige. Je me concentrai et tenta d'y injecter de la magie. Pour qu'elle puisse marcher, elle avait besoin d'une impulsion magique. Heureusement, donner cette impulsion était un jeu d'enfant comparée à la créer directement par magie. La rune s'alluma alors faiblement d'une lueur bleutée. Parfait, tout était en place. Je ne devais pas perdre le contact avec la rune, c'était difficile de garder en marche cette magie qui ne demandait qu'à devenir instable à la première seconde d’inattention.

"Chapardeuse ! Amène-le ici !"

Bien, elle avait déjà réussie à garder cette sale bête loin de moi tout ce temps. Elle était peut-être plus douée que je ne l'aurais pensé. Il ne lui restait plus qu'à l’amener ici, rien de bien trop difficile en soit, n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, j'étais prête à activer le piège à la seconde ou cette atrocité entrerait dans l'air d'effet. Espérons qu'elle parvienne à réussir la tâche que je venais de lui confier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 01/05/2016
Pièces d'or : 44
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage] Mer 25 Jan - 4:58
Olyvia se releva péniblement de sa longue chute. Cette chose était tenace et, mine de rien, redoutable... Deus corona avait beau l'avoir aidé à tenir, un frisson la parcouru entièrement quand elle eut fini de se relever : un peu de neige s'était infiltré sous son haut et avait glissé le long de sa nuque pour finir de fondre au creux de son dos. La sensation n'était pas agréable et les froides bourrasques qui l'entouraient n'aidait pas, d'autant qu'elle ne portait plus rien de très lourd.

Repensant au étranges explosion qu'elle avait pu entendre, la jeune femme chercha rapidement du regard la petite sorcière mais ce fut la voix de cette dernière qui finit par l'attirer.

- C'est tout ? Du nerf ! La grande et surpuissante Yami est déçue ! Très déçue même ! T'as pas le droit d'être battue ! Sinon je te donnerais la punition que tu mérites ! Alors retourne au combat

Olyvia lui jeta un regard noir mais elle doutait profondément que la petite l'est vu... Elle préféra soupirer un bon coup pour reporter plutôt sa colère contre le monstre. Pas besoin de se faire un autre ennemi !

- Par contre, elle va payer pour son arrogance quand ce sera réglé... Se promit elle avant de décoller doucement.
Ses ailes, affaibli par le dernier choc et le froid, la faisant doucement souffrir et elle songea même à les abandonner pour tenter d'affronter le colosse depuis le seul mais la simple vue de la masse à quelques dizaines de mètres d'elle lui fit vite changer d'avis.
Alors qu'elle s’apprêtait à s'envoler pour de bon, espérant pouvoir replacer un autre piquet bien douloureux -tout du moins, elle espérait vraiment que c'était efficace- une voix agaçante l'arrêta instantanément.

- ... Dessiner.... Choses.... Neige... Terminé.... Amener le monstre.... Dessus... Inutile.... Importante personne.... Pas être dérangées.... Bon moment... Bonne chance...

Si la porteuse n'avait définitivement pas tout compris à son babillages, elle avait plus ou moins saisi l'essentiel : Elle allait servir d’appât... Et ça lui plaisait mais alors vraiment pas le moins du monde.

-J'espère que cette frimeuse sait vraiment ce qu'elle fait...

Et elle prit enfin son envol.

Rapidement, elle parvint à arriver à la même hauteur que la créature mais la sensation gelée qu'elle percevait sur ses ailes ne la rassurait pas... "Je ne peux pas rester en vol trop longtemps... Je vais finir par m'écraser..." pensa-t'elle en se mordant un peu la lèvre. La situation devenait vaguement ennuyante pour le coup. Elle était obligé d'affronter cette adversaire dans les aires mais, en même temps, c'était quelques choses qui devenait relativement impossible dans son état. Elle l'observa cabrioler dans le ciel un instant... Avant de filer droit sur lui.
Si la petite voulait un appât, elle allait l'avoir !

Elle passa devant la créature telle une fusée, rasant de prêt son étrange visage, avant de remonter d'un battement sec. La serrant à deux mains, elle se laissa chuter sur le monstre avant d'abattre son arme noire entre ses deux yeux. Un terrible rugissement jaillit alors de la créature tandis que des lambeaux noires semblèrent s'effilocher là où elle avait frappé avant de rétablir son vol. Olyvia resta interdite devant la plaie obscure. Regardant sa Keyblade, elle resta un moment perplexe... Était-ce vraiment elle qui avait le blesser ainsi ? Et, à en juger par la nouvelle fureur qui animait ses yeux jaunâtres, il n'avait vraiment pas apprécier.
Elle n'entendit qu'un crépitement avant que la foudre ne s'abattent sur elle mais son instinct avant enfin pu réagir à temps.

-FOUDRE + !!!

Elle avait prit la décision de lutter contre le feu par le feu... Et ça paya, à moitié tout du moins. Au lieu de prendre la foudre, elle ne fut que repousser, assez violemment mine de rien, par le choc des deux magies. Prenant une grande inspiration, elle laissa ses forces se remettre un peu avant de décoller au plus haut, suivi d'abord du regard par le monstre avant d'être littéralement poursuivi par ce dernier.
Elle s'arrêta à hauteur maximal, invoquant tout ses arias d'améliorations : Deus eques et deus corona. Se sentant enfin suffisamment solide, elle serra son arme en lançant un regard vers le colosse qui poursuivait une plus lente ascension, ascension cependant bien plus impressionnante de par sa masse. La porteuse utilisa toute les dernières ressources de ses ailes pour lui foncer dessus, lame prête à trancher...

Mais le choc ne vint jamais.
Que ça soit par peur ou juste par pur instinct, le colosse se décala un peu en la voyant arriver sur lui ce qui ne fut pas suffisant pour éviter l'assaut mais fut bien assez pour ne pas se prendre la totalité des dégâts. Elle ne put finalement que lui faire une très longue estafilades noirâtres le long de son corps qui lui fit pousser un nouveau rugissement suivi par une trombe électrique qu'elle ne put vraiment pas éviter.

Son corps ne fit alors que chuter tandis que son esprit était à moitié assommé par les lourds dégâts. Le monstre essaya vaguement de rattraper son corps pour l'achever mais le poids mort qu'elle était devenu tombait bien plus vite et elle fini par s'écraser lourdement. Sa seule chance fut qu'elle n'était plus aussi haut quand la foudre la frappa...

Une autre chance avait eu lieu mais ça, elle ne le savait pas.
Dans sa violente confrontation, elle avait certes maintenu le monstre à distance mais ce n'était que de la hauteur : au loin, sur la montagne, une petite s'évertuait à tracer un symbole sans sens pour les non-initiés... Et cette même petite venait de voir la porteuse s'écraser à seulement deux mètres de son dessin.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Enneigées [PV : Olyvia Mirage]
Revenir en haut Aller en bas

Enneigées [PV : Olyvia Mirage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Le conte d'une vie...", Olyvia Mirage
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» terrain enneigé
» Union enneigée, Union pour l'éternité
» Paris enneigée, le début d'un long voyage ♪[PV Olwen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Terre des dragons-