Partagez|

We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 25/02/2016
Pièces d'or : 24
Game Master
Joshua Kiryu
MessageSujet: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Sam 5 Mar - 21:14



We are alive ! The end and
the beginning of Game †





Au final, rencontrer Sora ne m’a pas été d’une grande aide. Il n’en savait pas plus que moi sur l’état de Neku. Décidément, ce cher asocial est ingérable. Même pas capable de parler à ses amis de ce qui ne va pas. Enfin, quand on sait qu’il me considère comme un ami et que je ne suis même pas à ses côtés pour l’aider, c’est peut-être un peu normal qu’il ne cherche plus à se confier. Je soupire. Eh bien, au moins, ça m’aura permis de faire un peu plus connaissance avec ce fameux Sora dont je n’avais eu que l’occasion d’observer de loin. Il est littéralement l’opposé de Neku : toujours souriant et de bonne humeur. Assez bavard aussi. Bon, faut avouer, on a eu du mal à discuter en paix, avec l’arrivée de cette fille de la Confrérie et cet alchimiste à moitié mort. Mais bon, pour en venir aux faits, ce petit voyage à Avalon ne règle pas mon problème.

Ne me reste-t-il donc aucune solution pour mon p’tit Neku ? Si je ne fais rien, son état va s’aggraver. Est-ce que je peux seulement y remédier ? Je pose ma main contre mon menton, réfléchissant. C’est là que le nom de Shiki me revient en mémoire. Oui, il reste une personne en mesure d’aider Neku : sa première partenaire, Shiki. Mauvaise idée. Ça ne m’arrange pas du tout, cette solution. Pas du tout. S’ils échouent, ils seront effacés. S’ils se retrouvent, le Jeu des Faucheurs se terminera. Et les Ténèbres nous rattraperont aussitôt. Je ne peux pas prendre le risque de tous les perdre, juste pour aider Neku. Mais si je le perds, lui, les trois autres survivants vont me le reprocher jusqu’à la fin, surtout cette Shiki d’ailleurs. Et Mr Hanekoma aussi.

Croisant les bras, je soupire de nouveau. Je n’ai définitivement pas le choix, si je comprends bien. Neku est et sera toujours une pièce trop importante à perdre dans ce Jeu. Combien je parie que lui et les autres sont les clés pour sauver Shibuya ? Neku, Shiki, Beat et Rhyme… Très bien, réglons les premiers soucis. Aider Neku. Et pour y parvenir, je dois réunir Shiki et lui dans un monde quelconque. Le Paradis des Farceurs fera l’affaire. Son parc d’attraction est immense, ça sera amusant de les voir courir pour se retrouver en seulement six heures. Avec un peu de chance, ils éviteront les enfants méchants qui pourraient les transformer en âne. Bien que ça serait comique à voir, ça aussi. Je rigole légèrement tout en enroulant une mèche de cheveux autour de mon index.

Sortant ensuite mon portable orange de ma poche, je regarde l’heure. La semaine arrive à son terme. C’est le moment de bouger. Et, sans attendre une seconde de plus, je disparais dans un nuage de plumes pour réapparaître sur le toit du Manoir Oblivion. Je ressens la présence de beaucoup plus de personnes qu’au début de la semaine. Mais au milieu de tous, je détecte facilement le Player Pin de Neku. Un sourire se dessine sur mes lèvres et claque des doigts. Même si je ne le vois pas à proprement parler, je sais qu’il a disparu sans prévenir, direction le Paradis des Farceurs. Néanmoins, avant de le rejoindre, je me rends d’abord sur l’Île du Destin pour récupérer Shiki également. Avec l’aide d’un capitaine pirate aux cheveux blonds, elle est finalement parvenue à vaincre le Dark Hide.

Alors que la jeune fille disait au revoir au pirate, je claque une nouvelle fois des doigts, la faisant se volatiliser sous le regard surpris de l’homme. Enfin, je m’efface pour réapparaître sur le pilier maintenant la grande roue, surplombant ainsi tout le parc d’attraction. Très vite, je ressens l’émission des Players Pins de Neku et Shiki, à des points opposés du parc. J’esquisse encore un sourire amusé et je ressors mon portable de ma poche pour envoyer un message à Neku, reprenant la Mission d’il y a plusieurs semaines : « Retrouve Shiki. Tu as six heures, échoue et tu seras effacé. On se voit tout à l’heure, prépare-toi ! – Game Master. » De même pour Shiki, j’écris un message disant : « Retrouve Neku. Tu as six heures, échoue et tu seras effacée. On se voit tout à l’heure, prépare-toi ! – Game Master. P.S. Mission spéciale : Aide Neku. »

Sans donner plus de précisions sur la nature de l’aide à fournir à mon cher Neku. Mais je suis persuadé que Shiki comprendra en le voyant. Quant au « prépare-toi »… c’est juste pour rire, pour leur faire croire qu’ils vont devoir m’affronter. Je me demande si je n’aurais pas dû ramener Beat et Rhyme ici, par la même occasion. Surtout si je dois relancer une nouvelle session du Jeu des Faucheurs, ça aurait été bien qu’ils soient au courant directement. Hum… ouais, non. Après tout, Neku et Shiki croient toujours qu’ils sont morts, hé, hé, hé…

Partenaires RP

Neku Sakuraba et Shiki Misaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 14/02/2016
Age du joueur : 28
Pièces d'or : 35
Keep Smiling
Shiki Misaki
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Mar 8 Mar - 22:46

We are alive ! The end and the beginning of Game †



Cette mission avait été plutôt sportive sur l'île du Destin, j'étais loin d'imaginer qu'un Dark-Hide était une ombre géante. La bestiole nous avait donné sur fil à retordre, mais avec Edward, nous en étions venus à bout. Je n'avais même pas eu le temps de le remercier que j'étais déjà téléportée dans un autre monde. Josh ... J'espérais revoir un jour le gardien qui avait été un partenaire de jeu très sympathique, j'avais appris pleins de choses grâce à lui, notamment à manier ma Keyblade. J'imaginais la tête qu'il avait dû faire en me voyant m'évaporer si soudainement. Enfin, pester contre Joshua ne me servirait sans doute à rien.

Ce nouveau monde était aussi effrayant qu'étrange, une sorte de parc d'attraction de très mauvais goût où des parents rechigneraient sans doute à y emmener leurs enfants, l'endroit faisait même carrément froid dans le dos ... Mais pas de temps à perdre ... Scrutant les environs un instant, je sortis mon portable, me préparant à recevoir un nouveau mail du Game Master et celui-ci ne se fit pas attendre longtemps. Je restais un instant figé devant le message.

'Retrouve Neku. Tu as six heures, échoue et tu seras effacée. On se voit tout à l’heure, prépare-toi ! – Game Master. P.S. Mission spéciale : Aide Neku.'

Neku ... Neku ... Il était donc ici ? En ce monde ? Notre mission avait donc repris là où elle s'était arrêtée lors de mon enlèvement à Traverse Town. Un sourire passa légèrement sur mon visage, se transformant en une petite grimace de douleur lorsque le timer se grava sur ma paume, m'indiquant les six heures restantes. Aider Neku ...  Il avait des problèmes ... Aider Neku ... Une mission qui tenait à coeur au Game Master. Je levais les yeux, tentant de localiser l'ange et pour une fois, je n'eus pas envie de le provoquer. Je serrais le poing.

"Josh', comptes sur moi !"

Et je me mis en route, courant presque à travers ces attractions douteuses. Je ne savais pas ce qui m'attendais, je ne savais pas sur quelle surface le parc s'étendait, mais oui je retrouverais Neku coûte que coûte. Mais pourquoi ? Pourquoi Joshua nous avait-il "réunis" ? Il savait pourtant que nous réunir nous tuerait, que les ténèbres de Shibuya ne feraient qu'une bouchée de nous ... Mais peu m'importait, aider Neku était ma priorité, après tout n'était-ce pas ce qu'il avait fait lui en me protégeant durant toute une semaine ? En se faisant drainer de son énergie vitale par ces créatures étranges mais pas moins amicales ? Dire qu'à notre première rencontre, nous avions du mal à nous supporter et en une semaine de temps, j'étais devenue son droit d'entrée dans le jeu des Faucheurs, je n'avais d'ailleurs pas abordé le sujet, nous étions bien trop occupés à survivre la semaine suivant mon réveil, sans arme, sans pouvoir, en tout cas pour moi.

Ce fut Mister Mew qui me sortit de mes songes en se jetant sur une ombre noire. Des sans-coeurs ... Par dizaine ... Tendant le bras sur le côté, main ouverte, j'invoquais mon arme, mon pendentif prenant de nouveau sa forme de clé. Je me mis en garde, comme le capitaine m'avait appris et me jetai à l'assaut, transperçant une ombre qui se volatilisa, ma peluche en évinçant une qui me sautait dessus. Les ténèbres ne pensaient qu'à me dévorer, mais hors de question de me laisser abattre. J'en fauchais quelques un, plutôt satisfaite de mon combat, mais il en venait encore un peu plus. Je surveillais Mister Mew du coin de l'oeil pour m'assurer qu'il ne lui arrive rien. Oui il était une simple peluche vu de l'extérieur, mais tellement plus pour moi ...

Une seule chose en tête : ma mission ... Retrouver et aider mon partenaire de jeu.


▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬


Merci Arianne ♥️

Neku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 24
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Dim 20 Mar - 14:27





We are alive ! The end and the beginning of Game †


Une nouvelle fois, il venait de basculer, de basculer dans le monde de pure noirceur. Le changement avait été…brutal. L’instant d’avant, il se tenait dans ce manoir immaculé, entouré de bien trop de personnes à son goût, même s’il n’avait pas eu le choix au final, comme d’habitude. Une ‘mission spéciale’ voilà ce que son GameMaster lui avait imposé. Il ne savait pas comment, ni pourquoi, mais il lui semblait que, désormais, le Roi des Gardien avait un moyen de le contacter, voir même de les contacter tous les deux. Il avait sa petite idée sur ce qui s’était passé, même s’il n’avait pas la moindre preuve pour étayer ses propos. Pour lui, Joshua devait s’être présenté à Mickey d’une façon ou d’une autre et ce dernier en avait profité pour lui demander une faveur, sous forme de lettre codée et d’une pièce légendaire à retrouver en pleins milieu du territoire de l’ennemi. Puis, son ami en avait fait une mission ‘officielle’, gravant ce timer rouge et noir sur sa paume, le forçant à réaliser les souhaits du Roi, au risque d’être effacé… Comme d’habitude. Sa première ‘mission de porteur’ en quelque sorte. Neku n’aimait pas tellement qu’on lui force la main de cette façon, encore maintenant, il ne souhaitait tout simplement pas s’impliquer dans cette guerre entre Gardien et Confrérie, entre ténèbres et lumière. Même s’il avait bien compris que l’obscurité le suivrait où qu’il aille, s’il avait bien compris qu’il ne pourrait pas se soustraire à l’influence de la Clef qui, elle, possédait ce désir brulant de pourfendre des sans cœurs. Puisqu’il n’avait pas le choix, il affrontait les engeances des ténèbres venant à sa rencontre, mais ça s’arrêtait là. Il n’allait pas de lui-même se mettre au-devant du danger inutilement. Il ne pouvait prendre le risque de sombrer dans l’ombre, ou d’échouer sa mission, ses missions. Tout ce qui comptait, c’était survivre. Survivre pour pouvoir retrouver Shiki… En sachant pertinemment que les ténèbres les accueilleraient en leur sein au moment où ils se retrouveraient.
C’était les mots de son GameMaster, il avait confiance en lui… mais il devait la revoir. Il devait réparer ses fautes, il devait la soustraire à l’influence de « l’homme en noir ». Shiki… Cela faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas vue… Cela faisait si longtemps que cet homme lui avait enlevé. Il devait l’atteindre. Par tous les moyens. Il devait confirmer s’ils étaient bien amis plus que partenaire, il devait savoir dans quel ordre replacer ses souvenirs et images floues. Il devait savoir. A chaque fois. Inlassablement. À chaque fois qu’il était à deux doigts d’abandonner, de laisser son défaitisme reprendre le dessus, à chaque fois, c’était bien son objectif de mettre la main sur sa véritable partenaire qui lui avait donné le courage de se relever. À chaque fois. Revoir cette personne souriante qui hantait le fond d’écran de son portable. La revoir. La revoir…au risque de sombrer en effleurant le bout de ses doigts. Si longtemps…Les parties s’étaient enchainées sans discontinuer, les rencontres aussi. Partenaires de remplacement jeté en pâture au jeu par la force du destin, nouveau amis parfois, l’adolescent n’avait souvent pas eu d’autre choix que de se forcer à s’ouvrir. Au moins un petit peu. Se forcer à se détacher de ce comportement qu’il adoptait, conformément aux souvenirs étranges et sans sens de lui-même qui hantait la brume de son cerveau. Se forcer à se détacher de sa chère et paradoxale solitude.
Il ne comprenait pas. Son esprit, ces images, lui disaient qu’il était une personne foncièrement fermée, qui repoussait le contact, antipathique même parfois. Une personne chérissant la solitude et la tranquillité par-dessus tout, une personne n’ayant besoin que d’elle-même dans ‘son’ monde. Il avait essayé de se conformer à ses anciennes paroles, à ses anciens mantras…Et pourtant… et pourtant, il avait bien remarqué de cela ne lui suffisait pas. Plus du tout même. Il faut dire qu’il avait eu son lot de solitude ces dernières semaines…De très longues heures passés seul, en tête à tête avec lui-même. Il avait eu le temps de réfléchir…beaucoup de temps. C’est étrange, mais quand sa propre existence se voit décomptée par une horloge cruelle et inéducable, on a tendance à prendre véritablement conscience du temps qui passe. À la fois courtes et très longues, ces semaines, ces missions avaient le don de distordre la perception de l’écoulement des minutes.
Douce et paradoxale solitude, conflit entre ses souvenirs et son cœur sous cloche, volonté de retrouver celle qui causerait sa perte au final, désaccord avec cette Lame-Clef qui s’était liée à lui, ce trou qu’il avait à la place de sa mémoire, tout ça déstabilisait sa personnalité plus que de raison, créant un shift, une faille, une crevasse, entre son cœur et son corps. Un gouffre qui, bien vite, s’était comblé de pures ténèbres, celles de Shibuya. Il n’était pas corrompu, il ne possédait aucun désir de faire le mal, mais, tout comme il portait la Keyblade, il portait également une part de ténèbres grouillantes et grandissantes qui s’étaient lovée tout contre son cœur. Cette noirceur n’était pas la sienne, mais la résultante serait la même.
Tout ça était extrêmement dangereux. Tout ça finirait par le conduire à sa perte, lentement, mais surement. Et, en fermant les yeux une dernière fois sur les mondes, il emporterait le reste de ses amis avec lui dans sa chute, à n’en pas douter. Mais ça, Neku n’en avait pas conscience, il n’en avait jamais eu conscience.
Il avait toujours été relativement instable de ce point de vue-là et ça ne datait pas uniquement de la destruction de Shibuya. Déjà avant qu’il n’entre dans le Jeu pour la première fois, il existait une fissure qui, par miracle, arrivait à rester plus ou moins stable… Jusqu’à ce qu’il soit précipité dans ces parties sans fins. Plus que le fait d’être au bord de la mort à chaque instant, c’était plutôt son « droit d’entrée » qui avait été le souci. Perdre ses souvenirs avait aggravé la crevasse, faire équipe avec son GameMaster actuel n’avait pas aidé, de par sa nature et sa manie à toujours vouloir le déstabiliser. Et l’histoire recommençait. Une nouvelle fois, il avait été privé de sa mémoire. Une nouvelle fois, la faille s’était élargie. En temps normal, l’ouverture aurait été lente à creuser, et se serait sans doute stabilisée au fil des rencontres positives, stabilisé par la présence de ses partenaires et surtout de Shiki, à ses côtés. Mais, il y avait trois données supplémentaires à prendre en compte : La Keyblade, la disparition de son amie et ces ténèbres qui lui collaient à la peau.
Sans la présence de sa partenaire de Jeu à ses côtés, sans la présence d’aucun des deux d’ailleurs, il était impossible de stabiliser son cœur et, sans sa mémoire, l’adolescent retrouvait son attitude asociale et antipathique, cherchant l’isolement sans savoir que ce comportement le mènerait à sa perte. Aussi paradoxale que cela pouvait être, il avait besoin des autres pour aller mieux, mais refusait catégoriquement tout contact avec les personnes extérieures à son monde. A moins d’y être forcé. Forcé par le Jeu, justement.
Où intervenait la Keyblade dans tout ça ? Non content de déstabiliser son cœur un peu plus, de déstabiliser un peu plus son être, de par sa puissance présente écrasante et sa volonté inébranlable, la Clef souhaitait plus qu’ardemment s’accorder avec son porteur. Histoire d’ensemble, ils forment un duo efficace dans la lutte contre les ténèbres. Inlassablement, dès que Neku avait un moment de répit entre ses parties, quand son esprit était moins encombré par ses missions incessantes, elle tentait de le contacter, de l’emmener dans un lieu réconfortant, le seul point de rencontre que ces deux membres de ce duo si mal accordé avait : Le Cœur de l’adolescent, cet immense vitrail représentant son noyau, celui que les élu pouvaient atteindre au moins une fois dans leur vie. Palier de l’Eveil. Pour avoir une chance de faire entendre raison au jeune borné, la Lame souhaitait l’amener sur son palier, qu’il comprenne une bonne fois pour toute la tâche qui lui incombait, qui leur incombait.
C’est ce qu’elle faisait, sans répit sauf un seul, elle l’appelait de toutes ses forces sur le palier…et y parvenait à chaque fois, sans pourtant réussir à l’atteindre. Et à chaque fois, ces mêmes sensations.
Noirceur. Solitude. Réconfort…et Angoisse.
Tout comme le lieu où il se tenait à cet instant.
Car, une fois encore, sans savoir depuis combien de temps il y était arrivé, Neku se tenait au milieu de l’ombre. Déjà aphone et sourd, ayant déjà perdu ses membres inférieurs dans la brume noire et vorace, les yeux mi-clos, sa vue avait commencé à dangereusement se brouiller. Presque aveugle…pour ce qu’il y avait à contempler dans ce lieu, de toute façon. Angoisse et réconfort. Il avait essayé de hurler, en vain. Il avait essayé de se débattre, en vain. Il avait essayé d’appeler son arme, ses avales-rêves, en vain. Il avait essayé de comprendre, en vain. Il ne savait toujours pas si ce n’était que le fruit d’une illusion ou la réalité. Depuis qu’il avait quitté Traverse Town, ces visions nettes et lui semblant tellement réelle le poursuivaient. Et c’était de pire en pire à chaque fois. Comment pouvait-il ressentir réconfort, angoisse et panique en même temps ? Cela n’avait pas de sens, juste pas de sens. Il ne comprenait pas, et, à vrai dire, n’essayait même plus de comprendre. Il sentait ses sens s’engourdir entre chacune de ses parties, toujours un peu plus, pour finalement qu’ils lui soient rendus quand il reprenait contact avec la réalité. Il aurait voulu en faire par à quelqu’un, mais, ici, il n’y avait personne. Il était affreusement seul… Même si l’instant d’avant, il était entouré de nombreuses personnes, il se sentait affreusement seul….Sans même comprendre pourquoi la solitude ne lui suffisait plus. Vision floue, il approcha sa main de son champ de vision. Il ne savait même pas dire s’il était couché, debout ou s’il chutait inexorablement dans le champ obscur où il se trouvait. Brouillé…était-ce le bout de ses doigts qui venait de disparaitre ? Comment savoir… bientôt, il foulerait un nouveau monde, bientôt une nouvelle mission lui serait imposée. Bientôt…il sortirait d’ici, comme d’habitude. Il ferma les yeux.
Cette fois-ci ne ferait pas exception.
Pourvu que cette fois-ci ne fasse pas exception.
Angoisse et Réconfort…Encore combien de semaines avant que le noir ne le digère ?

****

Réveil difficile, pour tout dire, il n’était même pas certain d’avoir dormi, il en doutait sérieusement. Mais, une fois encore, il ouvrit les yeux sur un monde nouveau. Il passa une main sur son visage, inspirant et expirant longuement. Soulagé, il était entier. Bientôt, il aurait droit à une nouvelle mission, à un nouveau partenaire. Sept jours de répit avant de revoir la noirceur réconfortante. Sept jours… Neku regarda autour de lui, cherchant à comprendre son environnement. Un parc d’attraction ? Et ce ciel nocturne…un parc d’attraction en pleins milieu de la nuit ? A moins que le soleil ne perce jamais le ciel ici aussi. On aurait dit le début d’un très mauvais film d’horreur… mais il connaissait l’humour plus que douteux de son GameMaster. Joshua…encore une fois, il ne lui parlerait que par message, n’est-ce pas ? Une sonnerie trop connue retentit et, machinalement, il sortit son portable pour lire l’e-mail.

Retrouve Shiki. Tu as six heures, échoue et tu seras effacé. On se voit tout à l’heure, prépare-toi ! – Game Master.

Son cœur loupa un battement avant de s’accélérer. Il écarquilla les yeux. Shiki ? Shiki était ici ? Comment ? Et l’Homme en Noir ? Comment pouvait-elle être ici ? Pourtant…pourtant, Joshua l’avait mis en garde : S’ils quittaient le jeu, s’ils accomplissaient cette ultime mission, ils ressortiraient de l’UG…pour mieux être jeté en pâture aux ténèbres qui les attendaient voracement. Une douleur lui vrilla la main et il leva sa paume à sa vue. Six heures. Six heures et non sept jours comme d’habitude. L’ancienne mission, la plus importante qu’il ait eut s’était remise en marche. Shiki était ici. Il devait la trouver. Il devait retrouver sa partenaire, son amie.
Retrouver Shiki, au risque de sombrer. Ne pas réussir et ils seraient effacés. Avait-il seulement le choix, au final. Les deux pouvaient sonner comme une sentence de mort, tout simplement. Mais, invariablement, Neku avait confiance en son GameMaster. Non, il ne s’était pas lassé d’eux. Non, il ne souhaitait pas les précipiter dans le néant. La seule idée qui lui traversa l’esprit était qu’il avait enfin trouvé une solution à leur calvaire sans fin, et qu’il souhaitait les revoir pour leur en faire part. Dans ce cas, pourquoi ne pas l’avoir emmené directement auprès de sa partenaire ? Pourquoi ne pas avoir organisé une rencontre à trois ? La réponse était tellement simple qu’il n’eut pas à y réfléchir.
Pour le Jeu.
Ah ! Ce que son ami pouvait aimer jouer avec eux. L’adolescent serra le poing. Si le marasme s’était un peu emparé de lui suite à son séjour dans le monde étrange, il n’en était plus rien désormais. Déterminé, seul comptait sa mission. Enfin…enfin il allait revoir ses partenaires de Jeu, ses Véritables partenaires de Jeu. Son cœur battait vite et fort dans sa poitrine et, choisissant une direction au hasard, il partit à la recherche de Shiki.
Il n’aurait aucun répit avant de l’avoir retrouvée.
De longues minutes passèrent, frénétiquement, l’apprenti Keyblade Master fouillait le moindre recoin qui entrait dans son champ de vision, derrière les stands déserts de malbouffe, sous les attractions, dans les wagons…Il n’omettait rien, au risque de paraitre un peu ridicule. Parfois, il cherchait même dans des lieux qui ne pouvaient avoir la place pour contenir un être humain. Mais il ne voulait rien omettre. Il ne savait pas si Joshua l’avait emmené dans le monde où Shiki était détenue ou si celle-ci était à nouveau libre de ses mouvements, aussi, se prépara-t-il mentalement à combattre cet homme détesté.[/center]
[center]Soudain, alors qu’il approchait d’un stand de test de force, de ceux où l’on frappe avec une masse pour lever un poids et faire sonner une cloche, un son cristallin retentit. Quelqu’un, il y avait quelqu’un qui s’amusait avec la lourde masse de l’attraction. Neku se précipita à la rencontre de l’inconnu… Mais tomba uniquement face à face avec un énorme sans cœur, un rondouillard et ses trois petites ombres de compagnies. Cette grosse engeance des ténèbres s’était assise sur le mécanisme et, avec sa masse, avait déclenché la cloche.
Sans attendre, sa Keyblade s’imposa dans ses mains, sans qu’il ne l’appelle. De toute façon, il comptait le faire de lui-même. Pas de pacte, pas d’avales-rêves. Il ne lui restait que cette Lame-Clef pour se battre. Il resserra sa prise sur le manche. Il avait vu à Fantasia comment se battre contre eux. Viser la tête, viser le dos, l’avant n’était sensible qu’à la magie…qu’il ne possédait pas. Laisser faire l’instinct. Alors que le balourd peinait à se remettre sur ses trop courtes jambes, les ombres s’attaquèrent à lui. Se fondant dans le sol, deux d’entre-elles sautèrent de face, toutes griffes dehors. Simplement, il laissa faire son corps. Un coup horizontal, net, précis, et il trancha les engeances des ténèbres. C’est ce moment que la troisième ombre choisit pour émerger dans son dos. Profiter de l’inattention sans doute. Il se décala, esquivant ce bond et la laissa revenir devant lui pour mieux poignarder ce petit corps noir.
Déjà trois en moins, mais ce n’était que de sbires…Le plus gros restait à pourfendre. Seul. Il s’avança et arme son poing, prêt à l’écraser sur son crâne tendre d’humain. Premier coup, Neku esquiva, laissant le sans cœur, déstabilisé par son propre poids, se rattraper de quelques pas supplémentaires. Il en profita pour passer dans son dos et enchainer ses frappes. Il frappait fort, très fort, simplement emporté par l’urgence d’en finir, par l’urgence de détruire les ténèbres, par l’urgence du timer noir et rouge. Une frappe, deux frappes, trois frappes, à s’en blanchir les jointures, il serrait le manche de son arme, la mission avant tout, et ce n’était pas ces inlassables ennemi de l’ombre qui allait le ralentir. Quatre, cinq, six, le septième, où il recula d’un pas avant de s’avancer pointe en avant, le transperça. Il n’avait pas de temps à perdre. À vrai dire, il n’avait même pas songé à ses propres coups, laissant faire son arme pour le mieux. Le rondouillard se figea alors tressaillit un instant avant de s’évaporer dans le néant.
L’adolescent observa les alentours redevenir plus calme, puis, fit disparaitre sa Clef. Il avait encore les mains légèrement tremblantes d’avoir frappé trop fort pour sa stature. Mais il s’en fichait, seule sa mission comptait.

Sans reprendre son souffle, il repartit à la recherche de Shiki. Six heures…c’était si court…


▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 25/02/2016
Pièces d'or : 24
Game Master
Joshua Kiryu
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Sam 26 Mar - 17:29



We are alive ! The end and
the beginning of Game †





Perché sur le pilier maintenant la grande roue, les bras croisés, j’observe le parc d’attraction tout entier, m’attardant sur deux points précis. Deux points se situant aux extrémités du parc. Deux points où se trouvent chacune une personne : Neku et Shiki. À cette distance, je ne peux distinguer leur expression, mais leurs gestes ne peuvent tromper personne. Ils sont surpris par cette mission inattendue. Ou plutôt, par la reprise de cette mission. Un sourire vient se dessiner sur mes lèvres. Je peux comprendre leur étonnement. Après tout, je leur avais clairement dit qu’avec la suspension de cette mission, le Jeu ne pouvait pas se terminer et nous protégeait ainsi des Ténèbres. Et cet avantage m’arrangeait assurément.

Malheureusement, un certain Neku Sakuraba m’a forcé à changer mes plans. Mon regard s’attarde sur ce dernier alors qu’il s’est mis en marche avec l’objectif de retrouver Shiki. Je laisse échapper un soupir. Je n’aime guère modifier mes plans. C’est moi qui mène les autres vers ce que je veux, et non l’inverse. Cependant, c’est plus fort que moi. Je ne peux pas laisser Neku dans cet état trop instable. Pourquoi ? Qu’est-ce qui me pousse à m’inquiéter autant pour son sort ? La réponse est simple : notre amitié. Quelle amitié ? Nous ne pouvons pas être amis. Je le perdrai tôt ou tard, comme tous les autres avant lui. Je n’ai pas besoin de lui. Je n’ai besoin que de pions pour rétablir Shibuya. Donc je dois protéger mes pions, c’est aussi simple que ça.

Protéger des pions. Ça sonne tellement incohérent. Quel est l’intérêt de veiller sur des pions ? Aucun. Alors, il faut bien que je l’admette un jour. Si je les couvre, tous les quatre, ce n’est pas uniquement parce qu’ils peuvent m’aider à ramener notre monde. Mais bien parce que je les considère comme des amis. Comment, moi l’assassin, ai-je pu devenir ami avec ma propre victime, au point de m’inquiéter pour elle désormais ? Ma logique m’échappe quelques fois, hé, hé, hé… Nouveau soupir. Je reporte mon attention sur le jeune rouquin qui se retrouve confronté à d’amicales créatures noires. Un coup d’œil en direction de la fille aux cheveux roses m’informe qu’elle se trouve dans la même situation.

Décidément, ces faux Noises des Ténèbres ont choisi de venir nous ennuyer pile aujourd’hui. Comme si ces deux-là avaient le temps de les affronter, sérieusement ! Je pose une main sur mon visage, secouant légèrement la tête de gauche à droite, exaspéré. Il leur reste moins de six heures et ils trouvent le moyen de s’occuper à combattre des Sans-cœurs, ce n’est pas possible. Je suppose que je vais devoir un peu les aider, au moins pour cette fois en tout cas. Le Game Master… non, le Composer lui-même qui intervient pour secourir des Joueurs… Je crois qu’on aura tout vu dans ce Jeu. Un nouveau sourire amusé apparaît quelques secondes tandis que je saute du pilier pour atterrir sur le toit de la maison hantée, avant d’en descendre pour rejoindre les allées. Moins rapide comme voie, mais plus discret que courir sur les attractions.

Et plus dangereux aussi car très vite, j’aperçois des ombres prendre une étrange forme de manière anormale. Tsss. Je n’ai pas le temps de jouer avec eux. J’installe ma barrière invisible pour parer un maximum de dégâts et poursuis ma course en suivant l’émission de l’un des Players Pins, celui de Neku, étant le plus éloigné de la grande roue vers laquelle je compte les diriger. Étonnamment, cette « scène » aurait presque pu ressembler à celle où je me rendais à la fresque murale de Mr Hanekoma. Sauf qu’à l’inverse d’y tuer mon p’tit Neku, je viens lui prêter mon aide. Bon, dans ce cas, il manque Sho également, mais c’est sans importance. Ayant rejoint la position de l’adolescent, je dresse un mur invisible derrière moi pour bloquer l’avancée des créatures noires toujours à ma poursuite.

Débarrassé d’eux, j’emprunte un petit raccourci – appelé le toit des bâtiments des attractions – pour passer devant Neku. Restant moi-même dans l’ombre des stands ou autres cachettes, je matérialise des murs, comme le faisaient les Reapers pour ralentir les Joueurs. Étant le Composer, j’ai un contrôle total sur l’UG et je peux faire la même chose qu’eux. L’avantage, c’est qu’ainsi, je trace une route directe vers la grande roue, et que les Sans-cœurs ne peuvent pas les traverser. Par contre, j’ai dû y aller trop à l’improviste… ce qui explique la situation actuelle. Mon ami a foncé dans un mur. Oui, vraiment. Il s’est réellement pris le mur. Et je n’ai pas pu m’empêcher de rigoler, ce qui a sûrement trahi ma présence. Alors, le temps qu’il reprenne ses esprits, je me dépêche d’aller coller un message sur le mur disant : « Attention aux murs invisibles ! – Game Master. »

Sincèrement, si j’avais su, je crois que j’aurais filmé la scène, tellement c’était comique à voir ! Enfin, après m’être assuré que, malgré le choc, mon ancien partenaire s’en sort indemne, je file à la rencontre de Shiki. Cette fois-ci, pas d’erreur. Je saisis l’opportunité qu’elle affronte les Sans-cœurs pour laisser le même message sur l’un des murs invisibles. De nouveau, je pars en tête pour les guider jusqu’au centre du parc, au pied de la grande roue, afin de les y attendre tranquillement, et qu’eux aussi n’aient plus besoin de se soucier des faux Noises. Bien… mais quand ils vont se réunir, le Jeu prendra fin. Les murs aussi dans ce cas. Nous serons de nouveau confrontés aux créatures des Ténèbres. Mais bon, à trois contre eux, nous devrions nous en sortir facilement.

Partenaires RP

Neku Sakuraba et Shiki Misaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 14/02/2016
Age du joueur : 28
Pièces d'or : 35
Keep Smiling
Shiki Misaki
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Ven 1 Avr - 21:53

We are alive ! The end and the beginning of Game †



Je ne savais combien de temps s'était écoulée lors de ma captivité à la Confrérie Obscure, une semaine ? Plusieurs ? J'avais perdu toute notion du temps. Pour l'instant, tout ce dont j'avais connaissance, c'était qu'une semaine de jeu s'était déroulée sur l'Ile du Destin où j'avais été spontanément arrachée par le Game Master. Ce timer sur ma main ne comptait que le temps restant à cette mission inachevée, celle de retrouvait Neku, celle que j'avais débutée à Traverse Town avant de tomber sur la mauvaise personne, cet homme en noir contre qui je n'avais plus aucun moyen de défense. Je ne pouvais mentir sur le fait que cette expérience avait été relativement angoissante pour moi, seule dans cette tour froide et vide, silencieuse ... Toute seule. Combien de fois avais-je espéré de voir apparaître mon partenaire de jeu à l'encadrement de cette petite fenêtre incrustée dans la porte et agrémentée de barreaux ? Voir simplement cette touffe rousse, cet éternel casque violet sur les oreilles et sans doute une expression de soulagement sur son visage. Mais non ...

Je ne pouvais pas nier que je m'étais énormément inquiétée pour Neku, et c'était encore le cas aujourd'hui. Mon coeur se serra en voyant le nom de mon ami s'affichait dans ce mail et cette mission spéciale accentua ce malaise. Il n'allait pas bien ... Je savais que Joshua avait une certaine affection pour l'adolescent et sans doute ressentait-il la même inquiétude que moi. C'était mauvais signe, le Game Master étant omniscient, il devait connaitre l'état d'esprit de ses joueurs et ce post scriptum me prouvait qu'il devinait un mal être chez mon partenaire de jeu. Je me devais de remplir cette mission au mieux, pour lui qui avait été là durant cette dernière semaine des plus difficiles et des plus dangereuses, pour lui qui n'avait pas hésité à laisser pomper toutes ces forces par ces créatures étranges et multicolores pour me protéger. Je me sentais redevable et je lui rendrais la pareille, je m'en faisais la promesse. Et puis, les amis étaient fait pour ça.

Mes pensées n'allèrent pas bien loin puisqu'une horde de sans coeurs se rapprochait. C'était plutôt de mauvais goût, tout comme ce sombre et sinistre parc d'attractions. Quel enfant voudrait s'y aventurer ? L'ambiance était pesantes, les manèges rebutant, ce monde était vraiment très étrange. L'affluence d'ombres noires n'aidaient pas au décor. Je ne pouvais échapper au combat et tandis que Mr Mew se lançait déjà dans le combat, mon pendentif se changea de nouveau en arme, atterrissant directement dans ma main. Je serrais le manche, attendant les premiers assauts de mes adversaires. Le timer continuait à s'écouler inlassablement, les secondes filant à une vitesse fulgurante. Six heures, c'était si peu ... Je savais que je ne devais pas perdre de temps, mais laisser ces ténèbres dans les parages n'étaient peut être pas un bon plan. Je devais me battre pour la lumière, pour devenir plus forte. Je me débarrassais plutôt facilement de la première vague à l'aide de mon chat animé mais une autre me menaçaient. Cette incarnation des ténèbres logées dans le coeur de certaines personnes, comment pouvait-on être si obscure ?

Je sentis quelque chose agripper mon pied et fut choquée de voir qu'une ombre s'était glissée sous mes pieds. Dans un violet coup de pied, je parvins à me libérer mais me retrouver nez à nez avec une ombre beaucoup plus imposante qui me ceinturait déjà. Mr Mex passa à l'action, se propulsant dans le ventre du sans coeur qui me relâcha sous le choc. Me mettant en garde, l'air déterminée. Je m'élançais une fois sur lui, le frappa de toute mes forces avec autant d'agilité que je le pus, ma peluche me suivant dans mes assauts. Un sort de glace siffla à mes oreilles. je fis volte face tandis qu'une ombre volante affublée d'un chapeau de magicien virevoltait face à moi. Je n'avais jamais vu ce style d'ombre et fut surprise pendant un instant. Un autre sort de glace, je me baissais instinctivement, celui-ci atteignant mon imposant adversaire, je souris, me disant que je pourrais tirer profit de cette situation et me jeter sur lui pour lui asséner plusieurs coups de keyblade simultanés jusqu'à le faire disparaitre. Haletante, je me retournais hâtivement pour planter mon arme dans l'ombre magicienne. Enfin, plus de sans coeur ...

Je gardais mon arme en main, en cas de nouvelle offensive et remarquai que les ombres suivantes semblaient comme retenues par un mur invisible. Je repérai rapidement le message qui me fit arracher un sourire. Comme au bon vieux temps pourrais-je dire. Pour le coup, je penserais à remercier Josh dans l'un de mes nombreux monologues qui agrémentaient parfois mes missions. Je repris ma route, tâtonnant un peu de temps en temps pour éviter de me prendre un mur invisible de plein fouet. J'arrivais enfin à ce qu'il semblait être le centre du parc, au pied d'une grande roue. Je me stoppais un instant en voyant la silhouette que je reconnus immédiatement. Une tête blonde avec une chemise blanche, notre Game Master nous faisait l'honneur de se montrer aujourd'hui. Je ne savais pas si je devais m'en réjouir ou non puisque le voir était soit signe de bonne ou mauvaise nouvelle. Peut être avait-il trouvé un moyen de nous ramener à Shibuya ? Je me hâtais, courant presque jusqu'au jeune homme pour l'interpeler, l'inondant de questions.

"Joshua ! Tu as trouvé une solution pour Shibuya ? Et pourquoi cette mission spéciale ? Que se passe-t-il ? Où est ..."

Je me stoppais lorsque je le vis arriver par le chemin opposé au mien. Il était là, à quelques mètres de moi. Mon coeur loupa littéralement un battement. Cet ami que j'espérais revoir depuis tout ce temps était face à moi. Je le fixais, l'ombre d'un instant un peu apeurée à l'idée que Joshua me fasse disparaître loin de lui. Je finissais ma phrase presque dans un murmure.

"Neku ..."

J'avais cette impression que le temps s'était arrêté à cet instant, si heureuse de revoir mon partenaire de jeu sain et sauf ! Mais pourtant le compte-à-rebours sur ma paume continuait de défiler. Un léger sourire se décida sur mes lèvres tandis que je m'avançais vers lui, un peu émue. Lorsque je fus relativement proche de lui, je ne pus m'empêcher de passer mes bras autour de son cou, posant mon menton sur son épaule en le serrant contre moi. C'était lui, mon ami ... Mais pourtant, il me semblait tellement différent ...

"Neku, je suis heureuse de te revoir ..."

Ma voix était quelque peu brisée par l'émotion, mais une chose continuait à s'imposer dans ma tête : "P.S. Mission spéciale : Aides Neku.". Quelque chose n'allait pas c'était certain, je devais découvrir la cause de son mal être.





▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬


Merci Arianne ♥️

Neku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 24
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Mer 4 Mai - 2:17





We are alive ! The end and the beginning of Game †


Combien de temps s’était écoulé depuis qu’il avait quitté cette bataille, tous ces gens dans ce manoir immaculé ? Il ne savait pas. Il ne pouvait jamais le savoir. Il n’avait même pas eu le temps de repenser à tous ces évènements, à tout ce flot, à tout ce courant entrainant. Cette première mission en tant qu’élu… à croire que tous aimaient à lui forcer la main. C’est bien à contre cœur qu’il avait participé à ce conflit, un parmi tant d’autres. Mais, malgré tout, malgré toutes ses réticences, il gardait tout de même cette impression, ce sentiment flou, inconsistant, celui d’avoir fait les choses biens. Il n’avait pas bien compris les tenants et les aboutissants de cette histoire, et il doutait même se retrouver un jour en compagnie de la moitié des personne ayant participé à la même mission que lui mais… il avait fait les choses biens. Essentiellement parce qu’il s’était trouvé un but, un objectif à ce heurt. Et pas n’importe lequel, celui d’aider un de ses anciens partenaires. Un autre « élu » prisonnier de son œuf translucide, assoupis. Comment il s’était retrouvé dans cette situation ? Il ne savait pas. Qui était tous ces gens qui s’opposaient à celui qu’il avait cru reconnaitre comme le Roi des Gardiens ? Il ne savait pas…Du moins, pas exactement. Mais il se doutait de leur identité. Un groupe voué aux ténèbres. Un groupe aux objectifs sibyllins mais définitivement mauvais. Un groupe dont le chef, celui venu après tous les autres pour stopper cette bataille, portait un long manteau noir. Le même que celui qui lui avait enlevé Shiki. Le même. Juste pour ça, sachant qu’il s’était confronté aux ravisseurs de celle qu’il pensait être son amie sans en être jamais certain, il sut qu’il avait accompli quelque chose. Était-il prêt à recommencer ? Pas le moins du monde. A moins d’y être obligé. Car le Jeu passait avant tout et, s’il ne pouvait se soustraire à l’influence de son « amie de métal », il pouvait néanmoins éviter un maximum de s’impliquer. Qu’on le laisse tranquille. Qu’on le laisse courir en vain, accomplir ses missions sans fins. Ah ! Que dirait ce jeune homme qui l’avait plus ou moins pris sous son aile pour lui enseigner les bases de ce qu’il savait ? Le premier à lui en avoir tant dit sur cette arme étrange. Cette arme qu’il parvenait à peine à tolérer dans ses mains, tout en lui reconnaissant une certaine utilité. Parfois. Juste quand il était incapable d’user de ses avales-rêves, juste quand il n’avait d’autre choix que de brandir sa lame de lumière.
Un élu qui refuse de s’impliquer dans son devoir. Voilà ce qu’il était. Car plus il restait loin des heurts de clarté et d’ombre, moins on en attendait de lui. Tout simplement. Cette mission au manoir serait, il l’espérait, une exception dans son parcours. Si seulement… Si seulement il pouvait retrouver cet intérêt sans arrière-pensée pour les autres. Celle perdue dans les limbes. Trop bien cachée, trop bien enfouie, trop liée à ses souvenirs qui se faisaient trop flous pour avoir un sens quelconque. Ainsi, Neku se souciait de ses amis, de ceux dont il se souvenait, refusant d’élargir le cercle de son univers à d’autres. A moins d’y être obligé. À moins d’être forcé à l’interagir avec l’inconnu.

Combien de temps s’était écoulé depuis qu’il avait quitté le sol de marbre du manoir ? Il ne pouvait jamais le savoir. Il ne pouvait jamais savoir combien de temps il passait dans cette noirceur angoissante et réconfortante. En se « réveillant », il n’avait pas cherché à comprendre. Lui qui avait fini cette bataille complètement épuisé, blessé, essoufflé, se sentait reposé comme après une semaine de sommeil Il n’avait plus mal. Il n’avait plus de mal à rester éveillé. Et son poignet, où une marque de sang avait été laissée par un ennemi habillé d’un costume, avait simplement disparu. Mais il n’avait eu le temps d’y songer. Il n’avait eu le temps de trouver des explications à ce phénomène, tout simplement car plus important l’attendait. Une sonnerie, un message, une mission. Mais cette fois-ci, la mission n’était pas n’importe laquelle. Shiki…Retrouver Shiki. La revoir. Enfin. Mettre un terme à ce Jeu de mort. Enfin. La revoir. La revoir. Était-elle saine et sauve ? Ou est-ce que son GameMaster n’avait fait que l’amener dans le monde où ses ravisseurs la détenaient ? Il ne le savait pas. Il n’avait juste pas le temps de se préparer à tous les cas de figures. Car six heures…Juste six heures…C’était si court…Bien trop court.

Le timer de rouge et de noir au creux de sa paume, il se mit alors à courir. Trouver Shiki. Juste, trouver Shiki. C’était bien cette pensée qui l’avait maintenu à bout de bras durant toutes ces semaines de jeu. Et tout ça, sans même savoir si elle était bien ce qu’il pensait être. Une amie. Un simple mot, mais pour l’adolescent, cela signifiait tellement plus. Pourtant…N’était-il pas quelqu’un de profondément solitaire ? Comment démêler le vrai du faux quand tous ce qu’on a pour se raccrocher ne sont que des morceaux de papier déchirés, aux images à peine visibles ? Mais cette question qui l’avait trituré durant si longtemps, il n’y pensait pas. Seul comptait sa mission. Et Rien ni personne ne l’empêcherait de l’accomplir. Pas même ces engeances de l’ombres, ces sans cœurs qui avaient tenté un peu vainement de se mettre au travers de sa route.
Encore essoufflé par son combat, encore tremblant d’avoir trop forcé, il avait repris son chemin au travers ce parc d’attraction, sous ce ciel nocturne. Inlassablement. Mais les ombres ne comptaient pas le  laisser en paix. Non, loin de là. Porteur de Keyblade. La « malédiction » permettra d’anéantir les ténèbres, autant qu’elle les attire. Courant sur le chemin de pavé qui serpentait entre les attractions, il les vit, du coin de l’œil. D’autres sans cœurs, leur corps torturés se fondant dans le sol, guettant la moindre faille pour venir à l’assaut. L’apprenti Keyblade Master pesta contre elles mais ne fit rien pour ralentir sa course. D’elle-même, sans qu’il ne l’appelle, sa Lame apparut dans ses mains, avides de pourfendre les ténèbres de la lumière éclatante. Une nouvelle fois, il maugréa. Comme si c’était le moment pour un nouveau combat ! Mais la douce brulure s’était de nouveau allumée dans sa frêle poitrine. Mais de nouveau il ressentait sa trop fidèle « amie » lui susurrer la marche à suivre, avant, il n’en doutait guère, lui imposer simplement.

Bats-toi.

Mais il refusa. Préférant sa course effrénée.

Bats-toi !

Il refusa, mais ne put s’empêcher de ralentir légèrement.

Il ne pourrait lutter bien longtemps à l’appel du combat. Mais profita tout de même de ces quelques minutes pour explorer un maximum. C’est alors que les ombres émergèrent du sol, et, toutes griffes dehors, lui sautèrent dessus. Du moins, c’est ce qu’elles pensaient faire. Mais, de façon inexpliquée, elles furent repoussées par une espèce de…mur. Invisible, il n’apparaissait subtilement qu’en cas de choc, révélant son pattern en nid d’abeille. Était-ce une des particularités de ce monde ? S’il avait payé un peu plus attention à celui qui se cachait dans l’ombre des attractions, à bonne distance sans jamais se montrer, il aurait compris. Compris qu’il s’agissait d’une intervention de son ami et GameMaster, Joshua. Compris également que sa nature un peu espiègle allait lui jouer un tour. Sans doute aurait-il dû continuer à ralentir, conformément au souhait de son arme avide. Mais non. Si bien qu’il rencontra de plein fouet l’un de ces murs sans couleur. Il en tomba au sol, un peu groggy et passa une main sur son front pour atténuer la douleur.

« Si je tenais celui qui a mis ces murs au milieu du chemin… » Comme si la providence venait exaucer son vœu, un message s’inscrivit là où il avait laissé l’empreinte de son visage. Un message l’alertant de faire attention où il mettait les pieds…Et c’était évidemment signé de la main de son ami. « Josh’… » Il soupira. « J’aurai dû m’en douter. »

Mais cette mésaventure lui permit d’apprendre une information capitale. Joshua était ici, dans ce monde. Il ne les avait pas juste réuni pour finir cette mission…non… il était là en personne. Neku ne savait comment réagir à ça. D’un côté, il avait hâte de retrouver ses deux amis, cet objectif l’avait porté durant les moments de longue solitude mais…avant sa mémoire en vrac… qu’aurait-il à leur dire ? Et si… Et s’ils ne possédaient pas la relation à laquelle il pensait ? Et s’il se trompait ? Et s’ils le trouvaient changé, différents d’avant ? Une fois encore, les questions sans réponse envahissaient son esprit, profitant du temps qu’il prenait pour les retrouver pour s’imposer. Il se releva, toujours un peu pensif, et épousseta son pantalon blanc des éventuelles poussières qui s’y était collées. Pourquoi ? Il se fichait bien de son apparence pourtant, ou même de ce qu’on pourrait bien penser de sa tenue. Mais il sentit qu’il devait le faire. Avant de revoir sa partenaire, sans trop savoir pourquoi.
Désormais debout, il passa sa main sur le mur invisible, l’autre tenant toujours sa Keyblade qui ne le lâcherait pas de sitôt, observant les ombres bloquées de l’autre côté. Un problème de moins. Il suivit l’enceinte sur quelques pas, comprenant finalement qu’il avait été placé dans une espèce de couloir. Un couloir ne possédant qu’une seule destination : La grande roue centrale du parc. Est-ce que son GameMaster avait décidé de lui faciliter la tâche ? Il lui semblait bien. Car cela ne pouvait être un piège. Il avait confiance en lui. Cela ne pouvait en être un. Aussi avança-t-il sur ce nouveau chemin, une main tendue s’assurant de plus faire de mauvaises rencontres.
C’est à ce moment qu’il les vit. Là-bas. Au pied de cette roue immense. Il se stoppa. Net. Son cœur se stoppa avant de se mettre à battre fort, très fort, à lui en faire presque mal. Là-bas…Un jeune garçon blond habillé de blanc…Joshua. Là-bas, une jeune fille aux cheveux roses, accompagnées de ce chat étrange qui possédait cet air un peu porcin selon lui….Shiki. Ils étaient là. Tous les deux. Il les avait cherchés. Partout. Encore, encore et encore. À presque en perdre la raison. Combien de fois avait-il failli tout abandonner, écrasé sous la pression ? Combien de fois n’avait-il pas songé à les retrouver ? Combien de fois ces pensées ne l’avaient pas fait se remettre debout ? Un nombre…incalculable de fois. Et maintenant, ils étaient là. Si proches… Mais, il hésita. Il hésita à aller à leur rencontre. Quelques instants, il resta planté là, à les observer échanger quelques mots…Ou plutôt observer Shiki inonder Josh de millier de paroles… Comme d’habitude ? Pourquoi pensait-il cela ? Oui…bavarde, elle l’était. C’était bien vrai.

Un pas de plus. Il les avait cherchés pendant si longtemps…Il ne pouvait reculer maintenant. Il révoqua son arme, la voila à leurs regards. Malgré que les ombres martelaient leur mécontentement sur le mur de transparence. Une phrase laissée en suspend. Sa partenaire le remarqua alors, et son prénom s’échappa de ses lèvres. Lui resta muet. Comment réagir ? Il ne savait pas… Il ne savait pas ! Immobile, il l’observa s’approcher de lui, un sourire aux lèvres. Que faire ? Il avait beau chercher dans toutes cette compilations d’images en lambeau, il n’arrivait pas à déceler de réaction appropriée ! Du moins…Pas de réaction ‘satisfaisante’. C’est alors que, sans crier gare, Shiki passa ses bras autour de son cou, se rapprochant bien plus qu’il n’avait l’habitude de la part des autres. Pris de court, presque par reflexe, il eut un mouvement de recul. Il ne lui rendit pas son étreinte. Au contraire. Il recula et, le visage fermé, se détacha d’elle. À ça, il savait quoi répondre, avec ce petit ton qui pouvait parfois être cassant.

« H-hey ! Mon espace personnel ! » Il fit un autre pas en arrière, de quoi instaurer une distance de sécurité entre eux, puis attrapa un des pics constituant sa chevelure rousse entre ses doigts. « La prochaine fois, évite de suivre le premier inconnu venu. Je t’ai cherché partout, Stalker. »

On faisait mieux comme retrouvaille, il en avait bien conscience, mais dans l’état actuel des choses, il n’était tout simplement pas capable d’avoir une autre réaction que ce léger rejet. Parce que c’était ainsi qu’ils le connaissaient…non ? Distant et un peu froid. Il avait usé de ce surnom, parce qu’il était dans ses souvenirs, parce qu’il reflétait cette habitude qu’elle avait de le suivre partout, sans savoir qu’il était depuis longtemps devenu obsolète. Et il se détourna un peu de sa première partenaire, passant à côté d’elle pour rejoindre le second devant lequel il se planta, les bras croisés.

« Je suppose que je dois te remercier pour les murs »

Autant dire qu’il ne le ferait pas, à moins que ce ne soit sa façon bien à lui de le faire justement. 


▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 25/02/2016
Pièces d'or : 24
Game Master
Joshua Kiryu
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Dim 15 Mai - 20:55



We are alive ! The end and
the beginning of Game †





Eh bien ? Qu’est-ce qu’ils fabriquent, ces deux-là encore ? Je les ai débarrassés des faux Noises des Ténèbres. Je leur ai tracé un chemin directement au pied de la grande roue. Alors pourquoi sont-ils si lents ? Je suis persuadé que même des escargots seraient plus rapides qu’eux. Tsss. Ils ne vont pas m’obliger à me déplacer pour les guider jusqu’ici en plus, tout de même ? Ils sont assez grands pour suivre une route, j’espère ? Bien que la notion de « grand » soit plutôt comique, de mon point de vue. Quinze ans, est-ce vraiment « grand » pour un humain ? Certains humains appellent les gens de cet âge-là : des « adolescents ». C’est aussi de cette manière qu’on me considère, quelques fois, avec cette apparence. En soi, ce n’est pas comme si elle me dérangeait. Elle ne vieillit juste pas. De toute façon, les lois sont strictes. Je ne peux pas dévoiler mon véritable statut d’Ange. Et encore moins en ce moment, vu que j’ai perdu une partie de mes Pouvoirs en intégrant le Jeu des Faucheurs. Néanmoins, le Jeu arrive bientôt à son terme, ce qui signifie que je vais les retrouver complètement. Pour combien de temps ? Très peu. Vraiment très peu comparé à la durée de vie d’un Ange, si encore est-il possible que je meure un jour. Dire qu’à côté, le temps des humains est court. Extrêmement court.

Parfois, je me demande à quoi ils peuvent bien penser s’ils savaient que leur vie se terminait demain. Vivent-ils à fond tous les jours pour rendre leur existence heureuse à chaque instant ? Quel destin ennuyeux. Ils se battent constamment pour transformer leur futur en un paradis. À quel moment me suis-je intéressé aux humains ? Pour quelle raison ai-je décidé de détrôner Mr H. afin de devenir le nouveau Composer ? Était-ce pour mieux observer les humains ? Pour leur offrir une seconde chance lorsqu’ils mourraient trop tôt ? Tout cela remonte trop loin. Ce dont je me souviens aujourd’hui, c’est que j’ai fini par me lasser de ces êtres trop faibles. Et pourtant, aujourd’hui aussi, je me retrouve embarquer dans une histoire avec quatre d’entre eux, à essayer d’échapper aux Ténèbres. Qu’est-ce qui ne tourne pas rond ? Quand est-ce que j’ai changé d’avis sur leur compte ? Ah oui, c’est vrai. Ça, je m’en rappelle que trop bien. C’est à cause de lui, Neku Sakuraba. Je suis pathétique. Moi qui rechigne tant à me lier aux humains, pourquoi lui cherche-t-il tant à resserrer ce lien improbable ? Est-ce uniquement à cause de ses souvenirs effacés ? Daignera-t-il enfin m’oublier lorsqu’il les recouvra ou devrais-je faire disparaître moi-même toute trace de cette amitié ? Ah, si seulement pour une fois, il pouvait être comme Shiki qui n’a aucune confiance en moi, ça me faciliterait bien les choses.

En parlant d’elle… la voilà qui apparaît enfin, accompagnée de sa peluche noire vivante, et qui s’approche directement de la grande roue. Je l’observe venir vers moi, les bras croisés. À peine s’est-elle arrêtée devant moi qu’elle commence à m’harceler de questions. J’avais oublié à quel point elle était vraiment, vraiment, vraiment bavarde, celle-là. Une solution pour Shibuya ? Je n’en ai pas. Pas encore. À vrai dire, la seule que je possède risque de ne pas plaire à tout le monde. C’est là que Shiki intervient avec sa Mission Spéciale. Je ne fais que retenir les Ténèbres de s’étendre sur l’UG. Je ne peux rien faire d’autre, et je l’ai bien compris. Mais eux, mes chers protégés le peuvent. Notamment Shiki et Neku. Ils ont été élus, et je pense qu’ils sont la clé pour libérer définitivement Shibuya. Si Shiki réussit à raisonner mon p’tit Neku… alors ils pourront enfin rentrer chez eux. Et ils seront enfin épargnés de la participation au Jeu des Faucheurs. Il a duré trop longtemps pour eux. Je reste silencieux, écoutant chacune des questions de la jeune fille, jusqu’à l’une d’entre elles qu’elle ne termine pas. Ou du moins, qu’elle finit quand le concerné se pointe à son tour. Je tourne la tête vers le nouvel arrivant, le retardataire comme toujours. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. L’adolescente aux cheveux roses se dirige immédiatement vers son premier partenaire pour finalement le serrer dans ses bras.

Alors que je m’attendais à ce que le jeune rouquin réponde à cette étreinte après l’avoir tant cherchée en vain… je dois bien admettre que je suis surpris de le voir la repousser si facilement. Son état instable s’est-il aggravé en l’espace de quelques heures, ou bien, ses souvenirs sont-ils si effacés ? Dans les deux cas, ça ne va pas rendre la Mission Spéciale de Shiki aisée à terminer. Même en lui concluant le Jeu, je ne garantis pas qu’il retrouve toute sa mémoire d’un coup. Que faire ? Tenter le coup malgré tout ? Tandis que je n’ai pas bougé de ma place, toujours adossé à l’un des piliers maintenant la grande roue, les bras croisés, je vois mon cher Proxy s’avancer vers moi. Je ne prononce pas un mot, préférant le laisser parler comme souvent à vrai dire. J’esquisse un plus grand sourire amusé face à ses remerciements exagérés pour les murs invisibles. J’hausse légèrement les épaules, me retenant de rire en voyant la marque du mur sur son front. Je constate alors que les murs n’ont pas encore disparu, retenant les créatures noires autour de nous. Je plisse les yeux, intrigué, avant de comprendre que la Mission ne s’est pas clear. Ah, le pacte ne s’est fait, si je comprends bien. Je suppose que je vais devoir jouer le Game Master méchant quelques minutes ? Oh, eh bien, je ne pense pas que ça leur changera tellement de d’habitude.

« Est-ce vraiment le moment de discuter ? Avez-vous oublié la Mission du septième jour ? Qu’attendez-vous ? Je suis là, juste devant vous. »

À vrai dire, il est probable aussi que ce soit la Mission Spéciale de Shiki qui bloque la fin du Jeu. Mais j’en doute fortement. Les règles du Jeu des Faucheurs sont strictes : une seule mission par jour. Bien que là, avec le mode automatique, ce soit une mission par semaine. Je leur ai lancé ce petit défi pour qu’ils passent le pacte, cependant, ils ne sont pas stupides, je le sais bien. Ils vont certainement remarquer que j’ai dit ça juste pour m’amuser ou les faire marcher. Je n’ai aucunement l’intention de les affronter. Et malgré que mes Pouvoirs soient diminués, ça m’étonnerait qu’ils parviennent à me vaincre. Même si je suis le Game Master de cette partie, je reste aussi le Composer. Ce titre à lui seul est l’un des plus élevés du Jeu. On ne l’obtient pas en claquant des doigts. Enfin… je dois avouer que si Neku le voulait vraiment, il pourrait le devenir. Comme ce jour-là où il aurait pu, car je lui en avais donné l’occasion. Sauf qu’il a choisi de « fuir ». Et s’il était devenu le Composer à ce moment-là, Shibuya sera-t-il dans les Ténèbres à l’heure qu’il est ? Peut-être qu’en lui cédant la place, Megumi aurait été rassuré et n’aurait pas entraîné la chute de notre monde. Tout est définitivement de ma faute, n’est-ce pas ? Hé, hé, hé… J’ai causé tout ça. C’est à moi de remettre tout en ordre. Alors pourquoi faut-il encore que je m’appuie sur mes petits protégés ? Ils en bavent déjà pas mal avec les missions folles que je leur envoie… ils devraient en plus m’aider à rétablir Shibuya ? Depuis quand suis-je tombé à en demander de l’aide aux humains ? Eh bien, eh bien… je suppose que je me ramollis un peu.

Discret soupir. Je pose mon regard améthyste sur le duo tandis que j’enroule une mèche de cheveux autour de mon index. Je leur adresse un petit sourire provocateur, semblant presque leur dire « Vous avez peur ? ». Je me demande si Shiki s’est aperçue de l’état instable de Neku, également. Une main dans ma poche, je frôle un badge que mon vieil ami m’a confié après la destruction de Shibuya. Un badge que je suis censé remettre à mon cher Neku. Mais comment engager le sujet ? Comment leur expliquer qu’ils vont rester coincés dans l’UG encore pas mal de temps ? Comment leur demander leur aide ? De but en blanc sera la solution la plus simple, celle à laquelle je suis habituée en gardant quelques mystères de côté comme toujours, mais avec l’état aggravé de Neku… ça ne semble plus être la meilleure. Je pense que, pour cette fois, je vais les laisser poser les questions. Et je répondrai à celles qui m’intéressent.

Partenaires RP

Neku Sakuraba et Shiki Misaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 14/02/2016
Age du joueur : 28
Pièces d'or : 35
Keep Smiling
Shiki Misaki
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Sam 4 Juin - 15:05

We are alive ! The end and the beginning of Game †



Joshua n'avait pas l'air décidé à répondre à mes questions, comme s'il attendait quelque chose pour le faire ou ... quelqu'un ? A moins que tout simplement, comme à mon habitude, j'étais bien trop bavarde, je n'avais pas laissé assez de temps entre chacune de mes questions pour lui laisser le loisir de répondre, mais j'avais bien trop d'interrogations en tête pour me taire, sa présence n'était pas anodine, cela était des plus certains puisqu'il se présentait assez rarement à nous. Il se passait quelque chose. Avant même que je ne prononce le prénom de mon partenaire de jeu, je le vis apparaitre dans mon champ de vision. Immédiatement, je m'approchais de lui, si soulagée de le voir sain et sauf, je n'avais pas réellement eu le loisir de le remercier du fait qu'il m'ait protégée lors de notre dernière semaine de jeu ensemble, lorsque nous nous étions retrouvés face aux sans coeurs pour la première fois, bien trop habitués aux Noises et à la Psych. Cette fois-ci avait été différente.

De façon plus que naturelle, je l'enlaçais, tenant toujours fermement ma keyblade d'une main, trop heureuse de le revoir depuis notre séparation à Traverse Town. Je m'étais tant inquiétée pour lui, ayant peur qu'il lui était arrivé quelque chose en parallèle de mon propre enlèvement et ma captivité à Illusionopolis. Mais pourtant, au contraire de ma pensée, Neku eut spontanément un mouvement de recul, me forçant à le lâcher. Sans comprendre, je lui lançais un regard à la fois interrogateur et abasourdi. Son espace personnel ... Depuis ne l'avais-je pas entendu prononcer ces mots ? Un bon bout de temps. La gorge serrée, je restais silencieuse, encore incapable de lui parler tant sa réaction m'avait surprise et attristée bien plus que je ne le pensais. Je clignais des yeux comme si je rêvais en écoutant ses nouvelles paroles et ce surnom qu'il ne m'avait pas donné non plus depuis un certain temps, depuis le début de cette première semaine de jeu ensemble.

Son attitude était clairement peu normale et je compris enfin cette mission spéciale que m'avait confiée Josh. Pourquoi était-il redevenu si distant avec moi ? Nous avions pourtant acquis une complicité flagrante et solide, enfin à ce que je pensais. L'aurait-il oublié ? Oublié ... Je fus frappée par le souvenir de son premier droit d'entrée : ses souvenirs ... Les aurait-il perdu de nouveau pour participer à ce fichu jeu ? Mais pourquoi se souviendrait-il de moi mais non de notre amitié. Tandis que je réfléchissais à ce que je pourrais rétorquer, le jeune roux passa à côté de moi, me snobant totalement pour rejoindre Joshua. Ses mots, prononcé d'un ton froid et cassant raisonnaient dans ma tête et je baissais la tête l'ombre d'un instant pour fixer le sol. Oui, peut être sans le vouloir, il m'avait blessée, lui qui était mon ami, mon partenaire de jeu en qui j'accordais une extrême confiance. Les bras ballants, serrant un peu plus mon arme entre mes mains, je me retournais pour le regarder s'avancer vers le Game Master, mon attention attirée par l'arme que Neku tenait lui aussi dans sa main. J'en avais presque oublié les propos de Josh sur l'Ile du Destin lorsqu'il m'avait expliqué que mon partenaire et moi étions devenus des porteurs, combattants de la lumière.

Je sentis quelque chose effleurer ma jambe et baissai les yeux pour croiser le regard de tissu de Mr Mew. Faisant disparaitre mon arme, je m'abaissais pour le prendre dans mes bras, le serrant contre moi avant de revenir vers les deux garçons, n'adressant pas même un regard vers mon ami, une petite rancoeur serrant ma poitrine. Pensive, j'écoutais distraitement les paroles du blondinet avant de relever mon regard noisette vers lui, mesurant ses propos. Je fronce un peu les sourcils à son égard, décelant ce sourire de provocation tellement habituel chez lui et ... agaçant. Fallait-il réellement le défier comme chaque partie normale ? Jetant un oeil à Neku avant de me reporter sur les pupilles améthyste de l'autre garçon, ce fut à mon tour de reprendre la parole, d'un ton plus cassant qu'à l'accoutumé, la mine lugubre.

"Très drôle Joshua ... Mais ne me tente pas ..."


Je serrais un peu plus ma peluche dans mes bras, toujours un peu choquée de la réaction du second porteur face à nos retrouvailles. Je ne pouvais discuter de son état avec Joshua devant lui, mais en avais pourtant une grande envie. La fin de la mission allait-elle rendre ses souvenirs à Neku, pour le faire redevenir cet ami sincère auquel je m'étais habituée ? Soupirant, un peu impatiente, je trépignais quelque peu.

"Qu'as-tu à nous apprendre Joshua ? Y'a-t-il du nouveau concernant Shibuya ? J'aimerais rentrer ..."

Comment avais-je plus oublié le plus important ? Me dirigeant vers Neku, je lui attrapais le poignet, ne me formalisant pas de son besoin "d'espace personnel". L'air détaché, je m'adressais à lui.

"Nous avons un pacte à sceller tu ne penses pas ?"



▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬


Merci Arianne ♥️

Neku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 24
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Ven 9 Sep - 21:19





We are alive ! The end and the beginning of Game †



Au bout de ce couloir de transparence, érigé par le GameMaster de cette session qui n’avait pas de fin, se trouvait l’attraction vers laquelle il avait été guidé. La grande roue, centre du parc d’attraction nocturne et perclus de sans cœur. Ils étaient là. Ils étaient bien là… Si proches… à portée de voix, à portée de toucher. Après tout ce temps, après toutes ces semaines stressantes, sans fin, Neku les avait enfin retrouvés. Ses partenaires de Jeu, ses véritables partenaires, ceux à qui il confierait sa vie, son existence sans la moindre hésitation. Il l’avait déjà fait, après tout, avec l’un, puis l’autre, repoussant les frontières sans cesse bousculées de « son monde » de solitude et de calme. Loin du tumulte de Shibuya. Pour une confiance forcée par un jeu cruel. Pour une confiance sans d’autre choix sinon l’effacement de la réalité. Pour une confiance qui s’était muée en une amitié véritable au fil de ce timer commun courant sur leurs paumes. Fissurer ce mur de verre qu’il avait construit autour de lui avait été si…compliqué, si difficile. Pourtant fragilisé par sa toute première entrée dans le Jeu, par son entry fee effaçant les raisons de son mutisme, de son rejet.

Et pourtant.

Et pourtant. C’est bien ce petit exploit que Shiki avait réalisé, presque dans une autre vie.
En l’espace d’une seule semaine, de quelques heures en réalité, elle était devenue si importante pour l’adolescent silencieux. Si importante, assez pour lui promettre de la revoir, quand tout deux serait de retour dans le monde des vivants. Lui qui clamait haut et fort des paroles blessantes et acérées, fabriquées, pensées pour faire mal, pour ne surtout pas attirer une quelconque sympathie. Lui ignorant sciemment les idées de sa partenaire, préférant suivre les siennes. Lui pensant qu’elle n’était qu’une autre de de ces filles, piégée dans une éternelle et fausse bonne humeur de façade, dans une hypocrisie vrai visage de Shibuya. Lui qui ne s’était jamais autant trompé. Elle avait réussi à faire en sorte qu’il s’inquiète pour elle, qu’il s’implique pour elle, pour la première fois depuis l’incident qui l’avait plongé dans son mutisme. C’était bien lui qui lui avait fait cette promesse sincère.
Quelque serait son apparence de l’autre côté, ils se retrouveraient. Une fois le jeu terminé.
Oui, elle était aussi importante que cela pour lui. Au point d’être emportée pour lui permettre de retenter sa chance une fois encore.

Mais Neku n’avait pu tenir Sa promesse.

Cette deuxième semaine, ce deuxième et énigmatique partenaire… Joshua. Si étrange, si mystérieux, si cachotier. Un « humain », un « adolescent » qui en avait les traits mais qui n’en possédait pas les mots, ni la force. Il lui avait tant pris et en même temps tant donné. S’amusant à chaque instant de ses réactions, le guidant sur un chemin qu’il avait lui-même tracé. Influence. Au final, il n’avait été qu’un jouet dans ses mains blanches et pourtant pas si innocentes. Mais malgré tout, même en sachant tout ce qu’il lui avait fait, son objectif véritable, même en devinant sa réelle identité, il n’avait pu. Il n’avait pu mettre fin à la vie du « Monstre ». À cause de cette confiance sans faille, sans borne qu’il lui portait à l’époque. Une confiance absolue en l’être qui l’avait le plus trahis en apparence.
Il avait pris sa vie. Il l’avait manipulé. Et alors qu’il menaçait d’effacer son existence lors de ce duel final d’arme à feu.

Il n’avait pu tirer.

Oui, il avait aussi confiance en lui que cela. Au point de s’exposer à sa ligne de mire, désarmé.
Mais Neku n’avait pu s’expliquer avec cet être qui semblait ne vouloir que lui échapper.
Une troisième semaine, un troisième partenaire. Si brusque, si bruyant, si éloigné de ce que Neku était. Entier, C’est le mot qui le qualifiait le mieux. Beat. Beat qui n’avait cherché qu’à retrouver sa sœur disparue si cruellement lors des premiers jours. Beat qui n’avait jamais baisser les bras, même lorsque tout espoir semblait perdu. Il avait fait preuve d’un optimisme à tout épreuve, mais également d’une inconscience dans borne. Beat qui n’avait jamais porté de gant en s’adressant à lui, n’hésitant à dire la vérité qui écorche la peau, qui expose la chair à vif. Sans sa détermination, sans sa propension à n’en faire qu’à sa tête, il ne serait plus là. Il n’aurait pu se battre pour récupérer cette partenaire si importante à ses yeux. Il n’aurait pu passer les obstacles pour atteindre ce lieu mythique, objectif que cet énigmatique partenaire lui soufflé non sans arrière-pensée.
Mais Neku n’avait pu lui rendre la pareille.
L’un comme l’autre, ils avaient participé à forger ce qu’il était, à ouvrir les barrières, à étendre les frontières de « son Univers » où il s’était enfermé.

Il avait oublié, une fois encore.

Tout ce temps passé à deux. Tous ces mots échangés, à cœur ouvert. Toutes ces batailles, tous ces conflits qu’ils avaient traversés. Ensemble.

Perdu dans un flou trop artistique pour être distinguable. Perdu dans un torrent sans queue ni tête. Il ne restait que des impressions, annihilant tout ce qu’ils avaient construit, tout ce qu’elle avait changé dans son cœur. Un terreau parfait, presque idéal pour élargir la brèche le séparant de son cœur. Un cocon idéal pour des ténèbres qui n’avait pas leur place dans l’essence d’un porteur. Des ténèbres perfides, nocives, qui n’attendaient que leur heure pour pouvoir terminer leur travail. Car elles avaient été appelées en ce monde de technologie pour une seule et unique raison : l’anéantir, lui et tous ses habitants.
Si peu de survivants avait pu subsister, alors que la ville sans repos était constituée de millier et de millier de personne, il n’en restait désormais qu’une poignée, à peine plus que les doigts d’une main. Une poignée de survivant, dont la majorité devait cependant toujours lutter avec acharnement pour ne pas sombrer. Voilà à quoi était réduit désormais l’orgueilleuse Shibuya. Quelques adolescents, d’autres êtres pseudo-humains et rien d’autre.  Pourtant, il existait bel et bien une solution, un espoir si fin, si ténu, qu’à chaque instant, il pouvait s’évaporer. La providence avait fait de deux des survivants des élus de l’arme fabuleuse de lumière. Une arme dirigée contre les ténèbres, ne souhaitant que les dévorer avidement, à condition de savoir l’user à son avantage.
Ils étaient là, enfin, après tout ce temps.
Mais quelque chose avait changé, presque comme si rien ne lui paraissait naturel. Comme s’il avait besoin de se forcer pour ne fusse qu’être avec ces personnes qu’il avait pourtant tant chercher.
Neku avait tant perdu, sans même le savoir.

Difficilement, il s’était mis dans cette ancienne peau trop étroite mais qui lui semblait conforme à ses souvenirs. Il n’avait osé. Il n’avait osé répondre à l’étreinte de sa partenaire, même s’il en crevait d’envie, après tout ce temps. Parce que cela ne lui ressemblait pas. Il n’avait pas osé poser cette question lui brulant les lèvres à l’instant où il avait aperçu l’arme de lumière dans ses mains, la désignant porteuse d’un fardeau bien trop lourd, tout comme lui. Parce que cela ne lui ressemblait pas. Il était… peiné. Peiné de la savoir elle aussi liée à la lame-clef, la désignant comme une cible idéale pour les engeances obscures s’agitant vainement derrière le mur de transparence. Et Joshua qui n’avait pas pris la peine de le prévenir… comme d’habitude.
Il avait agi comme ce qu’il pensait devoir le faire avec eux. Froid, distant, avare en parole… Normal, non ? C’est ce qu’il pensait, mais ce n’était pas forcement la réalité. A peine quelques paroles jetées au visage de Shiki, alors qu’elle méritait tellement plus, et il avait rejoint Joshua. En réalité, il ne savait quoi lui dire. Il n’avait plus grand-chose à se raccrocher. Plus de souvenir en commun… que dire à part qu’il l’avait cherchée partout ? Qu’elle avait été son seul et unique objectif pendant des semaines ? Qu’il eût presque fait qu’elle un étendard à brandir pour justifier ses actes ? Que dire à part ça… S’en était presque ridicule… Alors une fois de plus, le silence lui irait mieux. Mais il n’ignorait pas. Il n’ignorait plus. Si la réaction de l’adolescente n’avait pas eu la moindre importance à une époque, cela n’était plus le cas. Comme s’il n’avait pas vu… Comme s’il n’avait pas vu sa perte d’enthousiasme quasi immédiat, elle qui était pourtant si envahissante. Le savait-elle ? L’avait-elle deviné juste au travers de ces quelques mots ? Son état, son instabilité, sans cesse sur la brèche, près à exploser, prêt à se jeter en pâture à ces ténèbres étrangères lovées pourtant en son sein. Peut-être n’espérait-il que cela. Que cette relation de distance qu’il pensait avoir avec elle ne soit qu’invention de son esprit. Qu’ils soient plus l’un pour l’autre. Peut-être n’espérait-il qu’elle désamorce cette situation si étrange, par un geste, par un sourire, par une parole lui confirmant qu’il ne s’était trompé en s’accrochant à leur amitié comme ça.
Mais rien ne vint. Sans qu’il ne sache pourquoi.

Et comme elle quelque part, il s’était tourné vers le seul détenant les réponses selon lui. Un acte qu’il devinait pourtant un peu inutile quelque part. Son GameMaster d’ami n’était connu que pour ses mystères, pour ses paroles qui en cachait une multitude d’autres sans jamais les dévoiler. Il semblait… attendre quelque chose. Quelque chose d’eux ? Mais quoi… ? Et pourquoi, pourquoi alors qu’ils étaient réunis cette mission n’avait pas cessé ? Pourquoi son timer était toujours là ? Pourtant, il avait trouvé Shiki. Est-ce qu’il avait oublié de faire quelque chose ? Quelque chose d’important ? Qu’est-ce qu’il avait oublié une ou l’autre règle du jeu ? L’espace d’un instant, le trouble se perçu sur ses traits. « La mission du septième jour » ? A quoi pouvait-il bien faire allusion ? Rien de semblable ne lui avait été imposé ces dernières semaines de Jeu. Rien, encore le vide. Rien ne lui venait pour y répondre et l’air à mi-chemin entre l’amusé et le défi que Joshua leur lançait ne l’aiguillait pas tellement. Cette situation était encore plus lourde qu’à l’accoutumée, faire ainsi référence à ce qu’il aurait dû savoir mais qu’il ne savait plus... Était-ce délibéré ? Mais loin de lui l’idée de poser des questions, il lui fallait maintenir l’illusion, celle où il était « comme d’habitude », sans vraiment l’être en réalité. Il ne servait à rien de les inquiéter inutilement, d’attirer leur attention sur ce point, surtout sans savoir exactement s’il avait bien raison de les considérer comme ses amis. Aussi, il laissa simplement Shiki lui répondre. Son ton était moins léger qu’à l’accoutumée, moins joyeux également, à croire qu’elle ne portait leur GameMaster dans son cœur, même lui pouvait s’en rendre compte. Mais il ne releva pas plus que cela, c’était essentiellement leur problème et non le sien.
Au moins, cette réponse cinglante eut pour mérite de l’aiguiller un peu mieux. Cette défiance lancée, elle n’y croyait pas, n’y voyant sans doute qu’une autre facétie. Soit. Elle devait savoir de quoi il retournait concernant cette fameuse « mission du dernier jour », et il décida donc de se ranger à son avis, sans vraiment le dire ou le montrer. Un soupire et sa partenaire repartit dans ses séries de questions dont elle avait le secret. Rentrer... même s’il ne gardait de Shibuya qu’une désagréable sensation de bruits et de mouvement perpétuel, l’idée était vaguement séduisante. Rentrer dans leur monde signifierait être délivré du Jeu, mais également délivré de leur nouveau devoir commun. Combattre les ténèbres n’était pas pour lui, voire même pour eux. Ils avaient leur propre combat à mener. Peu importait ces histoires « d’élus » et de « devoir », de « guerre » et de « lumière », il n’était juste pas question de se faire forcer la main de la sorte. Comme il l’avait déjà énoncé à un autre porteur, il ferait le strict nécessaire pour être tranquille et rien de plus.

« Elle a raison. S’il existe un moyen de rentrer, je veux le savoir. » Et il ajouta, tout en montrant d’un simple geste les nuées d’ombres aux yeux voraces s’agglomérer contre les murs transparents. « Tout ça, ce n’est pas notre problème. »

Alors qu’il terminait sa phrase, sa partenaire de jeu se retourna vers lui et, avant qu’il puisse amorcer le moindre mouvement de recul, lui attrapa le bras. Elle n’avait pas dû apprécier qu’il la repousse une première fois. Le pacte... maintenant qu’elle en parlait, il est vrai qu’ils n’en avaient scellé aucun ? Était-ce la raison pour laquelle la mission ne se terminait pas ? Et d’ailleurs, pourquoi n’en avaient-ils pas scellé il y a quelques minutes, leur de leur premier contact physique ? Les autres semaines, c’était bien comme ça qu’il avait entrainé de parfaits inconnus dans le Jeu, alors pourquoi pas cette fois-ci ? Parce qu’elle était elle aussi une véritable joueuse, et non un partenaire de remplacement provisoire ? Sans aucun doute, il ne fallait pas être un génie pour deviner ça. Dommage que la marche à suivre pour lier contrat entre deux joueurs ne lui revenait pas à l’esprit. Si cela continuait, elle finirait bien par se rendre compte de quelque chose, il était déjà assez difficile de ne pas lui montrer à quel point il était soulagé de les voir en vie, en face de lui. Combien de temps il allait continuer ce petit jeu ? Le plus possible, comme d’habitude, il était tellement plus facile de se taire que d’aborder ce qui n’allait pas. Neku ne chercha à se désengager, du moins, pas tout de suite et se contenta de hocher la tête. Un simple « D’accord » s’échappa de ses lèvres et une lumière éclatante, aveuglante implosa entre eux, scellant ce pacte tant attendu. Il ferma les yeux devant l’éblouissante clarté et masqua ses paupières de son bras. Cette sensation... Celle à la fois de lier sa survie à celle d’un autre, associé à celle accompagnant l’éveil de ses créatures. C’était bien ça. C’était si simple que ça ? Il n’allait pas s’en plaindre. L’éclat s’estompa et l’adolescent se dégagea de la prise de sa partenaire. Il massa un instant son poignet.

« Tu n’étais pas obligée de serrer si fort. »

Ses mains rejoignirent ses poches emplies de ses discrets compagnons de route. Du bout du doigt, il put sentir que l’un d’eux possédait une température anormalement élevée. Pas non plus brulante, mais plus chaude que le métal glacé de ses congénères. Un appel ? Maintenant que le lien entre lui et ses avales-rêves était rétabli, ce n’était pas impossible. Il sortit le pin’s incriminé. « Hip Snake » ... ‘évidemment’ manqua-t-il de rajouter dans un soupir. Et à peine cette pensée lui traversa l’esprit, que l’esprit fit son apparition, sans jamais avoir été appelé. Dans un léger nuage de fumée, un serpent perché sur deux pattes émergea. Son corps long hérissé d’épines était d’une teinte dégradée entre le bleu et le vert. Mais le plus étonnant était ailleurs. En effet, l’étrange reptile semblait porter d’une espèce de sweet-shirt frappé de l’emblème des esprits, et possédait bel et bel une paire de chaussure rappelant vaguement les siennes. De plus, la tête bleutée de l’animal des rêves était affublée d’un casque noir à étoiles jaune et ébouriffée d’une touffe de cheveux orangées fortement inspirée de celle de son propriétaire et batterie vivante. De toutes les créatures qui s’amusaient à drainer son énergie vitale, celle-ci la plus étrange, parce qu’elle semblait avoir changé à son contact. Petit à petit, son aspect s’était transformé, et, non content de lui ressembler, elle était devenue moins obéissante. Elle s’amusait régulièrement à échapper à son contrôle, sans jamais s’en prendre à lui, toujours emprunte de cette affection étrange. Neku porta une main à son visage, un peu dépité. Il soupira longuement avant de se mettre à hauteur de la joyeuse créature.

« Sudo, c’est pas le moment » ‘Sudo’ se figea alors et baissa la tête quelques instants. Puis il la releva et commença à sautiller, agité, alerté. Il poussait de petits cris, entre le sifflement et la voix humaine. Bien que contrarié, l’adolescent sentit qu’il ne lui laissait pas la paix avant de l’avoir écouté. Il posa sa paume sur la tête bleutée. « Ok, c’est bon. Je t’écoute. »

Le serpent coloré se dégagea et fit un pas en arrière. Il regarda successivement les deux intrus qu’il n’avait pas encore jamais vu, inquiet. Un geste de la tête de son maitre le rassura. Il se ramassa sur lui-même et entama une danse étrange. En réalité, il se balançait de gauche à droite sur un rythme qu’il semblait le seul à entendre et tenta d’imiter ce qui ressemblait à un feulement. La scène était plus qu’étrange, voire même complètement ridicule, mais elle eut le mérite de faire comprendre un début de massage au porteur.

« Quoi, Neko ? Il est... » Sa main rejoignit sa poche, pour ressortir son badge ‘cutie beam’ et sa phrase resta en suspens quand il comprit qu’il ne le retrouverait pas. Il pesta et réfléchit brièvement. La dernière fois qu’il avait usé de cet avale-rêve, c’était lors de la bataille du Manoir Oblivion... Soit un peu plus tôt dans la journée, soit la veille, il n’était pas certain du laps de temps écoulé. Il voyait clairement sa créature se faire balayer de se replier dans son réceptacle, mais, dans la cohue, il n’avait pas eu le temps de le récupérer... Puis Josh l’avait téléporté ici. Non... quelqu’un, un autre invité dans la bataille, l’avait ramassé. Un complet inconnu en plus. Il se releva et ajouta « Ok, j’ai compris »

Cette nouvelle le contrariait. La probabilité qu’il retrouve cet inconnu était proche de zéro, surtout qu’il n’avait pas le choix de ses destinations. Vu ce qu’ils venaient de voir, ses amis avaient droit à leur explication, succincte, évidemment.

« Sudo m’a prévenu qu’un de mes avales-rêves avait disparu. Il doit être dans le monde où j’étais avant. »

Et il s’arrêta là. A vrai dire, il était plutôt persuadé que son badge avait été emporté encore autre part, soit dans le monde de l’inconnu de la bataille.


▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 25/02/2016
Pièces d'or : 24
Game Master
Joshua Kiryu
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Lun 12 Sep - 12:57



We are alive ! The end and
the beginning of Game †





Les bras croisés, un petit sourire perdu entre l’ironie et l’ennui, j’observe le duo en plein conflit, constatant avec un désespoir complètement caché l’apparition de nouvelles taches obscures sur l’Âme de Neku et Shiki. Ce n’est pas exactement ainsi que j’imaginais comment allaient se passer leurs retrouvailles. Ai-je encore commis une erreur dans mon jugement ? Impossible. L’erreur est humaine, et je ne suis pas humain. L’état de mon cher, cher partenaire devenait de plus en plus instable. Je pensais que ce serait une bonne idée de les réunir. N’était-ce pas ce qu’ils voulaient tous les deux ? Je soupire légèrement. J’ai l’impression que Shiki ignore totalement sa Mission spéciale. Je ne lui ai pas demandé de se battre avec lui, mais de l’aider. Quel mot a-t-elle compris de travers ? Les humains sont parfois vraiment incompréhensibles. Enfin, est-il possible que les souvenirs perdus affectent beaucoup plus mon cher Proxy que je ne le croyais ? Durant la longue partie contre Megumi, Sanae m’avait prévenu que la perte de ses souvenirs avait perturbé l’Âme de Neku. Et voilà que la même situation se reproduit. Mais n’est-elle pas pire que la première fois ? Eh bien, pour le moment, je ne peux guère y remédier. Eux seuls peuvent mettre un terme au Jeu en mode automatique.

Mais ça risque d’être très long s’ils continuent de se repousser comme ça. Je prends une expression encore plus ennuyée qu’il y a quelques minutes. Les bras toujours croisés, mon index tapote avec agacement mon bras opposé. J’ai peut-être toute la vie – ou ma non-vie – devant moi pourraient-ils se dépêcher de trouver un point d’entente ? D’habitude, je sais me montrer très patient. Pourtant là, je ne peux dire exactement pour quelle raison j’ai perdu mon sang-froid. Comme un sentiment naissant au fin fond de mon cœur mort. Whatever. Je choisis de l’ignorer alors qu’il s’agit peut-être du Cœur de Shibuya qui essaye de me communiquer quelque chose d’important. Et je reporte mon attention sur les deux adolescents. Je recouvre mon habituel sourire ironique avant de tenter de les forcer à passer le pacte avec une petite ‘’menace‘’. Toutefois, ça ne fonctionne pas non plus. Entre Shiki qui prend ça comme une blague et Neku qui affiche un air troublé l’espace de quelques secondes, je saisis vite que cette astuce ne mènera nulle part. Nice. Ou du moins, c’est ce que j’ai cru. À peine deux minutes se sont écoulées que la jeune fille aux cheveux roses attrape mon cher, cher partenaire au poignet pour former le pacte. Tandis que je regarde la lumière aveuglante réunir les deux adolescents, j’entends mon téléphone portable émettre un bip-bip. Je ne prends pas la peine de lire le message. Je sais déjà que c’est pour me signaler que la Mission est bien accomplie. Le timer a probablement disparu sur leurs mains.

Peu après le pacte scellé, mon ex-Proxy sort un Pin de ses poches. J’hausse discrètement un sourcil en ne le quittant pas des yeux, éventuellement sur mes gardes. Aurait-il compris tout compte fait en quoi consistait la Mission du septième jour ? Cependant, très vite, je le vois prendre un air exaspéré, tandis que le Pin se change en une créature bleue-verte. Je devine que c’est l’un de ses Avales-Rêves. Mais est-ce que je rêve où celui-ci a des ressemblances frappantes avec son maître ? À croire qu’un Neku ne suffit pas, hee hee. Les deux commencent à discuter dans une langue complètement inconnue, même pour moi. Silencieusement, je jette un rapide coup d’œil à Shiki pour voir si elle comprend mieux que moi, mais apparemment non. Tout ce que je sais de ces étranges créatures est qu’elles possèdent un certain lien avec Shibuya. Un lien que je peux sentir à travers l’Âme de Shibuya, bien que je ne puisse pas dire en quoi il consiste exactement. Finalement, Neku reporte son attention sur Shiki et moi pour nous expliquer la situation. Un de ses Avales-Rêves a disparu. Je soupire avec lassitude avant de rétorquer :

« Cher Neku, combien de fois t’ai-je dit de ne pas laisser traîner tes affaires ? » Je m’arrête un instant pour plonger mon regard améthyste dans ses yeux azurs avant de continuer : « Surtout quand ça appartient à Shibuya. »

Peut-être que cette dernière phrase paraît puérile, je ne sais pas exactement si c’est le Cœur de Shibuya qui parle à ma place ou non, mais je ne supporte pas quand quelque chose ou quelqu’un qui est lié à ma chère Ville se perd ou se retrouve loin d’elle. Je n’aime pas que des gens extérieurs à la bruyante Ville mettent la main sur des choses qui lui appartiennent. Pas le choix, il va falloir que je retourne au Manoir Oblivion pour voir si je retrouve le Pin perdu. Quelle perte de temps. Ne peut-il donc pas faire attention de temps à autres ? Tsss. Et s’il n’est plus là-bas, comment fait-on, hein ? Il y a pensé à ça ? Il compte que je le fasse traverser tous les mondes pour récupérer un Pin ? Bien qu’un peu agacé, j’hausse les épaules avant de me décider à recentrer les pensées divergentes de deux autres sur le sujet qui leur porte à cœur : Shibuya. Enfin… avant ça, une petite ‘’conclusion‘’ s’impose.

« Très bien, passons au Jeu. Toutes mes félicitations. Vous êtes les vainqueurs. Le Jeu vous a plu ? Je suis le Game Master de cette partie, Yoshiya Kiryu. Et en ce qui concerne votre destin… d’après la décision de mes Supérieurs… vous avez tous le droit de revenir à la vie, ou choisir de devenir un Reaper ~ » Un petit sourire amusé se dessine sur mes lèvres : « Cependant, étant dans l’incapacité de communiquer avec le RG, le retour à la vie s’avère impossible. Alors, avant que le prochain Jeu ne commence… Permettez-moi de vous rendre vos frais d’entrée précédents. »

Eh bien, tous ces discours sont vraiment d’un ennui mortel… bien qu’encore faudrait-il que je sois mortel. Comment Megumi faisait-il pour gérer tout ça ? Je sens que trouver un Conductor pour le remplacer à l’avenir va être vraiment difficile. C’est limite s’il ne s’occupait pas de tout. C’est limite si je n’avais pas du temps libre à l’infini devant moi grâce à lui. Il aimait Shibuya plus que n’importe qui, c’est certain. Quel dommage de perdre une telle personne investie. Mais c’est pour le bien de Shibuya, n’est-ce pas ? Et puis… mes ‘’Supérieurs‘’, hein ? Quelle ironie. C’est le Composer qui juge qui revient à la vie ou non. De ce que je me souviens encore, c’est mon titre. Mais ça ne fait rien ~ Je veux juste voir leur réaction, à eux deux qui le savent ~ Je ferme les yeux, imaginant mentalement le Jeu et toutes ses règles pour écrire que le Jeu se termine. Et les frais d’entrée conservés apparaissent sous la forme d’une boule de lumière avant d’être renvoyés vers le propriétaire respectif : les souvenirs de Neku, l’apparence de Shiki, les souvenirs le concernant à Rhyme et enfin, les rêves de Rhyme. Malgré que ces deux derniers ne soient pas présents, je sais qu’ils sont auprès de Sanae. Une cinquième boule lumineuse apparaît pour venir se loger au niveau de mon Âme. Je rouvre les yeux au même moment de sentir un frisson désagréable me parcourir le corps.

Presqu’aussitôt, ce frisson se change en un puissant flux d’énergie traversant tout mon corps. Je perçois ma fréquence jusqu’à présent stable commencer à vaciller. Eh bien, je n’avais pas du tout prévu ça. Le Cœur de Shibuya veut me ramener de force sous ma forme de Composer, mais je ne tiens pas plus que ça à la prendre devant Neku et Shiki. Prenant une petite inspiration, je me concentre fortement pour calmer mes Pouvoirs m’étant revenus d’un coup après plusieurs mois ayant été verrouillés par le Jeu. Après ce qui me semble une bonne longue minute et demie, je parviens à restabiliser ma fréquence, gardant ainsi ma forme de RG dans l’UG. Je souffle avec soulagement avant de lever les yeux vers mon cher, cher partenaire et son amie pour constater que leurs frais d’entrée leur sont bien revenus également. C’est alors là que la Musique de Shibuya devient plus forte dans ma tête. Argh… ! J’avais oublié qu’avec mes Pouvoirs diminués, la mélodie était plus faible. Ma tête… néanmoins, je résiste à l’envie de prendre ma tête entre mes mains. Difficile mais pas impossible. Heh ? Je ne peux tout de même pas montrer une faiblesse à des humains, enfin ! Pour le coup, je suis persuadé que si Neku et Shiki se concentraient un peu, ils seraient capables de l’entendre juste en étant à côté de moi. Vraiment perturbant.

Tentant tant bien que mal de calmer mon énorme mal de tête soudain, je profite d’avoir récupéré tous mes Pouvoirs pour envoyer une empreinte aux deux. L’empreinte s’avère être l’image d’une Shibuya plongée dans l’obscurité et envahie de Sans-cœurs. Après tout, n’est-ce pas ce qu’ils voulaient savoir ? Y-a-t-il du nouveau concernant Shibuya ? Voilà la réponse. Rien de nouveau. Au contraire, tout va de pire en pire. Mais ça, peuvent-ils vraiment le constater aussi facilement que moi qui m’y rends suffisamment souvent pour maintenir la Musique de Shibuya ? N’attendant pas de voir leur réaction, qu’elle soit de surprise ou de dégoût ou quoi que ce soit d’autre, je m’approche d’eux. Dissimulant mon hésitation, j’avance mes mains vers leur front pour leur faire écouter la Musique chaotique de Shibuya. Cependant, comme je m’y attendais, ceux-ci répondent par un mouvement de recul. Instinctif ou non. Je soupire une nouvelle fois avant de ravancer dans leur direction, quitte à les immobiliser comme ce jour-là dans la Room of Reckoning. Finalement, je parviens à les atteindre.

« C’est l’état actuel de Shibuya. » Après quelques secondes à leur faire écouter la mélodie, je me recule, fredonnant distraitement la vraie Musique : « Tout ce que je peux faire est de la maintenir ainsi. Si je veux pouvoir améliorer les choses, il faut que je retrouve Megumi et que je l’arrête. »

L’arrêter au point de l’effacer complètement et pour toujours. Je supppose que je n’aie plus le choix. J’ai eu beau réfléchir au problème pour essayer de le régler sans avoir à blesser plus de personnes, en vain. Mais depuis quand je m’inquiète pour les autres, hum ? J’enroule à nouveau une mèche de cheveux autour de mon doigt. Le temps nous est compté désormais. Tôt ou tard, je ne pourrai plus accéder à la Room of Reckoning, et ce sera la fin de Shibuya. Mais comment puis-je leur demander de l’aide, à eux ? Surtout à Neku qui est clairement contre l’idée d’affronter les Ténèbres ? Dire que j’avais promis aux Survivants de les ramener sains et saufs dans leur monde d’origine. Suis-je seulement capable de tenir une promesse dans ma non-vie ? Je lui avais fait la promesse de toujours veiller sur Shibuya. Je ne l’ai pas tenue. Hé, hé, hé… quel Composer indigne. Parfois, je me demande même comment Shibuya arrive à me supporter. En tout cas, je ne peux pas les forcer à m’aider. Vont-ils comprendre l’appel au secours silencieux… ?

Partenaires RP

Neku Sakuraba et Shiki Misaki

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« This is my city. I'm Shibuya's Composer. And you belong in Shibuya. »



Yoshiya J. Kiryu - Thème « Samuzora Messenger » ou Thème « Still Here »

Mici Lili ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 14/02/2016
Age du joueur : 28
Pièces d'or : 35
Keep Smiling
Shiki Misaki
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Mer 14 Sep - 20:53

We are alive ! The end and the beginning of Game †



Le rejet et l'indifférence de son ami avait eu tendance à lui serrer le coeur, ils étaient pourtant si proches la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Privée de ses pouvoirs, Shiki avait vu Neku redoubler d'efforts pour la protéger, ces créatures étranges et multicolores drainant son énergie pour exister. Ce même ami qu'elle espérait tant revoir depuis qu'elle avait été enlevée par un membre de la Confrérie Obscure. En s'échappant, en se voyant porteuse, l'adolescente y avait vu un espoir, un espoir de retrouver son si cher ami. Peut-être aurait-elle pu accepter son rejet et son besoin de distance entre eux en prenant compte de la mission spéciale que le Game Master lui avait confié, mais ces mots qu'il lui avait jeté aux visages ...

Ces derniers mots qu'il avait prononcé tout en la contournant lui avaient fait beaucoup de mal, elle ne pouvait le niait. La porteuse avait tout simplement l'impression de revoir ce Neku des premières heures. Où était donc passé celui qui aurait tout donné pour la protéger ? Shiki resta un moment à encaisser le coup, tentant d'évacuer cette boule s'étant formée dans sa gorge, tentant tout simplement de ne pas lui hurler combien il avait pu la blesser. Mais dans l'état dans lequel il était, il s'en ficherait, c'était ce qu'elle pensait. Le Neku qu'elle avait rencontré se fichait de tout, ignorant l'avis ou les sentiments des autres, comme à cet instant.

Une fois revenue auprès des deux garçons, Mr Mew dans les bras, elle resta distraite quelques instants, avant de réagir aux propos de Joshua. Toujours le mot pour "rire" ... Malheureusement, la rose n'était pas réellement d'humeur à de telles plaisanteries. Non, elle voulait retrouver son partenaire tel qu'il était lorsqu'ils s'étaient quittés de force. Peut-être que celui-ci rechignerait un peu à son étreinte, mais il ne la repousserait pas de cette façon. Afin de se détacher de ce sentiment de mal aise qu'elle éprouvait, la native de Shibuya questionna le garçon blond à propos de leur retour en ville, priant intérieurement qu'il ait trouvé une solution à leur problème. Car elle voulait rentrer chez elle, retrouver sa meilleure amie à laquelle elle avait "volé" l'apparence. Même si elle devrait revêtir son propre visage, son propre corps, elle voulait rentrer chez elle.

Son ami semblait avoir le même point de vue qu'elle, rejetant en bloc son élection de porteur. Shiki l'observa, cela lui ressemblait bien de vouloir rejeter cette responsabilité pour pouvoir s'enfermer dans sa bulle et rien de plus. Enfin pour elle, il était beaucoup moins dans cette optique, avant ... Cette situation insupportait l'adolescente, elle devait agir et vite. S'avançant vers le garçon roux sans prendre réellement de gants, elle lui saisit le poignet, l'incitant à former ce pacte auquel ils étaient tous deux destinés. Elle n'eut qu'à attendre cette discrète confirmation et la lumière aveuglante les entoura, Shiki détourna le regard pour ne pas se laisser éblouir par celle-ci. Elle ne prit guère la peine d'observer sa paume qui devait certainement s'être parée d'un timer.

Sans réellement s'en rendre compte, sa main s'était crispée sur le poignet de son partenaire qui se dégagea non sans lancer une nouvelle pique. Cette fois-ci s'en était juste trop pour elle, mais avant qu'elle ne puisse littéralement exploser dans une leçon de morale bien sentie, Neku plongea une main dans ses poches. Shiki se tut, attendant de voir ce que son ami cherchait, contemplant ainsi le pin's qui semblait le tourmentait. Ainsi, elle put observer cette étrange créature, une sorte de reptile aux couleurs vivifiantes, sans grand étonnement puisque certaines d'entre elles étaient déjà apparues lors de leur précédente partie ensemble. Pourtant, celle-ci eut le mérite d'arracher un sourire à Shiki lorsqu'elle vit l'expression dépitée de son partenaire, car cette réaction ressemblait au Neku qu'elle connaissait. Il y avait des choses qui n'avaient guère changée chez lui.

La scène était relativement étrange, les deux semblant se comprendre malgré le fait que le reptile ne s'exprimait pas en langue humaine. L'échange durant quelques instant où Shiki et Joshua restèrent silencieux, attendant les explications de l'adolescent qui ne tardèrent pas. La nouvelle semblant le contrarier, la rose ne put que radoucir son expression envers lui, elle lui lança un air compatissant.

"Je suis désolée Neku, j'espère que tu le retrouveras."

La porteuse serra un peu plus sa peluche dans ses bras, se disant qu'elle serait fortement peinée de perdre son cher Mr Mew, confectionné de ses propres mains, peut-être Neku ressentait-il la même chose ? Mais Joshua intervint à son tour de son ton de lassitude qui le rendait certainement beaucoup plus âgé qu'il ne semblait l'être. Particulièrement agacé, le jeune blond reprit la parole, balançant les banalités de fin de jeu. Shiki ne savait guère comment le prendre, elle n'arrivait pas à le cerner et lorsqu'elle vit ce petit sourire amusé se dessinait sur lèvres, elle s'attendit au pire. Il ne les ramènerait pas dans le RG, cette boucle recommencerait, encore et encore, mais jusqu'à quand ? La porteuse observa les ombres grouillant autour d'eux, immobilisées par ce mur invisible. Ils se mouvaient toujours, griffant cette surface inexistante, leurs yeux jaunes les contemplant presque avec famine. Ils voulaient leurs coeurs, les dévorer.

Un frisson la parcourut à cette pensée et une lumière vint se loger en elle. Fermant les yeux, elle sut qu'elle changeait, que ses longs cheveux roses se ternissaient de noir, que son visage si harmonieux ne le serait plus autant, que sa vue se détériorait. Elle ouvrit ses paupières pour voir cette veste verte si banale, attrapant ses lunettes dans la poche de sa jupe pour y voir plus clair. C'était la première fois qu'elle se montrait telle qu'elle était aux deux jeunes gens. Ils n'avaient jamais vu la vraie Shiki, la voleuse d'apparence.

Beaucoup moins enthousiaste et beaucoup moins sûre d'elle, elle baissa la tête, observant sa peluche avant de lui gratter nerveusement l'oreille. Mr Mew penchant la tête en réaction, montrant qu'il appréciait le geste. La brune avait presque oublié qu'elle perdrait son frais d'entrée dans ce jeu maudit, s'étant habituée à cette apparence qu'elle jalousait de sa meilleure amie. Elle risqua un coup d'oeil vers Neku, avant de détourner de nouveau le regard. En réalité, elle ne savait tout simplement pas comment réagir. Elle avait retrouvé son apparence, lui ses souvenirs si elle comprenait bien. Par déduction, elle avait retrouvé son ami, son partenaire, celui qu'elle cherchait depuis des jours et des jours, celui qui lui avait donné la force de s'enfuir d'Illusionopolis.

Mais ses pensées s'obscurcissent rapidement sous cette image de ténèbres, envoyée par Joshua. Shibuya, cette si belle ville, où il faisait bon y vivre, où elle avait grandi, où elle avait ri avec ses amis, où elle avait fait la connaissance de Neku ... Cette chère ville emplie d'obscurité et d'ombres. Elle ferma les yeux, ce qui ne fut guère un remède à ses tourments, empirant même le Game Master envoya le son en prime. Elle eut un mouvement de recul, écoutant la mélodie. Elle n'avait pas besoin d'explication, elle comprenait que ces notes représentaient l'état actuel de Shibuya. Le jeune blond confirma ses pensées, expliquant qu'il devait retrouver une certaine Megumi pour pouvoir améliorer les chose. Aussi étonnant et inédit que cela soit, la jeune fille entendit une sorte d'appel au secours de sa part, si toutefois elle l'avait bien compris.

Soupirante, elle posa Mr Mew au sol, le chat en peluche restant immobile en regardant son amie s'éloignait. Malgré son apparence et une certaine timidité, elle s'approcha de Neku. Elle devait le convaincre de ne pas renier son statut de porteur, tout comme elle. L'adolescente se planta devant son partenaire, une mine compatissante. Là était sa mission spéciale, elle devait au moins tenter de le raisonner.

"Neku ... Il faut que nous fassions quelque chose. Nous ne pouvons pas laisser Joshua se débrouiller seul dans cette situation. C'est pour Shibuya ... Notre Shibuya ..." Résolue, elle tendit la main pour faire apparaître cette arme de lumière, la keyblade, la pointant vers les sans-cœurs les épiant sans lassitude. "Nous avons été élus pour les combattre, il ne sert à rien de le nier. On ne peut pas aller à l'encontre de notre destin. Tu l'as vu toi aussi, ces ombres ont envahi notre ville, on ne pourra jamais y retourner si on ne fait rien." Elle baissa la tête, l'air triste. "Je ne veux pas rester éternellement coincée dans ce jeu ..." Puis ses pupilles noisettes vinrent trouver l'océan d'azur. "Ensemble, on peut y arriver, ce ne serait pas la première fois que l'on gagne une partie non ?" Shiki tendit la main, espérant que son cher ami maintenant redevenu lui-même la saisisse, ne serait-ce que l'ombre d'une seconde, lui lançant un sourire timide mais sincère. "Au nom de notre amitié ?"




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬


Merci Arianne ♥️

Neku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 24
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Dim 9 Oct - 22:57





We are alive ! The end and the beginning of the Game †


Instable. Ce mot n’aurait pu décrire plus parfaitement l’état général du porteur. Instabilité du corps, tant cette journée ne lui semblait même pas avoir de fin, brouillant sa perception du temps qui passe. Tant qui peinait à contenir l’envie irrépressible, cette douce brulure au fin fond de sa poitrine, qu’il avait de pourfendre ces sans cœurs luttant vainement pour les atteindre. Tant il n’aspirait qu’à retrouver une certaine tranquillité, un certain repos. Instabilité de l’esprit, tant il ne savait très bien comment réagir face à ces personnes qu’il pensait pouvoir considérer comme ses amis, sans jamais en être tout à fait certain. Qu’il pense cela était déjà un petit exploit en soit, lui qui rechignait tant le contact avec les autres, passait maintenant la plupart de ses journées à se torturer avec le concept même de l’amitié. Il avait toujours un peu de mal à croire qu’ils pouvaient le supporter, surtout au vu du caractère exécrable qu’il avait à leur encontre dans ses maigres souvenirs. Mais le cœur se souvenait là où la mémoire lui faisait horriblement défaut. Car le cœur n’oublie jamais l’empreinte que les autres laissent sur lui. Jamais, quel qu’en soit les conséquences. Ce qui expliquait à quel point il était désynchronisé avec ce dernier. Instabilité du cœur. Obstinément, Neku se bornait à suivre à ce dont il se souvenait de lui-même, sans même chercher à jeter un coup d’œil sur ce que son cœur lui montrait. Devait-il vraiment se couper à ce point du monde extérieur ? Rechigner à la discussion, rester solitaire en toute circonstance ? Selon sa mémoire, oui. « All the World need is me », n’était-ce pas son mantra ? Selon son cœur, absolument pas. Son cœur qu’il avait tenté de masquer sous une cloche de verre hurlait sans cesse cette envie de voir ce qu’il y avait au-delà des frontières de son monde. Se confronter aux autres, à leurs idées, à leur manière, défendre ses valeurs. Ne plus avoir le cynisme de penser au masque d’hypocrisie que tous portaient. Juste, vivre.

Entre deux eaux si différentes, de bien sombres ténèbres avaient pris place, lovées en attendant l’heure de pouvoir s’attaquer à un porteur affaibli.
Pourtant, le capharnaüm qu’était devenu son existence était sur le point de se résoudre, du moins, en partie. La mission arrivée à son terme, celle qui les avait tous bloqué dans cet état pendant des semaines, voire même des mois, à cause de l’intervention de cette maudite confrérie obscure. Au final, ce n’était pas lui qui avait libéré sa partenaire, d’ailleurs, il ne savait toujours pas comment elle avait fait pour se sortir de ce pétrin et atterrir ici. Il devinait vaguement que cela devait avoir un rapport avec leur arme commune, bien qu’il refusait de lui accorder un quelconque bénéfice encore. Il devinait également que ce fourbe de GameMaster y avait contribué, bien qu’il n’eût même pas pris la peine de l’en informer. Comme d’habitude. Le résultat revenait au même, le pacte était conclu, le timer de six petites heures s’était effacé. Il ne restait plus que la conclusion du maitre de la partie pour qu’ils soient tous les trois libérés.
Evidemment, cela ne pouvait se passer sans un accro. A peine eût-il récupéré la maitrise de ses Avales-Rêves que Sudo, le plus turbulent d’entre eux, celui qui lui ressemblait le plus aussi, se manifesta de lui-même. Dire qu’il tentait de garder son attitude froide et détachée... Mais face à ses créatures des rêves, il ne put faire autrement que dévoiler qu’il avait changé, très légèrement. Avant, il ne se serait même pas arrêté pour écouter -ou plus pour tenter de comprendre- une créature telle que Sudo. Il se serait contenté de l’ignorer superbement. Mais plus maintenant. Aussi exaspéré par son apparition fortuite que par les mines amusées de ses partenaires de jeu face à la créature si semblable à son maitre, il se résolut à écouter ce qu’elle avait à lui dire. Et quel message. Quand il comprit par cette danse ridicule imitant celle de Neko, un autre de ses avales-rêves, qu’il avait perdu son cher ‘cutie beam’, il pesta contre lui-même. Dans le rush de la bataille à laquelle il avait dû assister, il n’avait pas remarqué qu’il avait oublié de reprendre son bien. Bien qui était désormais entre les mains d’un parfait inconnu. Génial. Juste Génial. Exactement la nouvelle dont il avait besoin en cet instant. Comment avait-il fait pour ne pas s’en rendre compte plus tôt ?! Un de ses plus fidèle avale-rêve disparaissait et lui n’avait rien remarqué. Génial. Il se retint de s’énerver plus que cela et fit part de la nouvelle aux autres, qui le regardait toujours avec cette pointe d’étonnement. Pourvu qu’ils ne se posent pas plus de question.

Loin de ce qu’il attendait, surtout au vu des mots qu’il lui avait jeté au visage précédemment, Shiki se fit compatissante à son égard. A croire qu’il se fourvoyait vraiment depuis le début. Quand à Josh... Il resta égal à lui-même s’il pouvait parler ainsi. Un message signifiant « Told Ya ~ », qui n’eût pas vraiment le don de le calmer, au contraire, avant de le transpercer de part en part de son regard contre-nature et d’ajouter une remarque très... possessive. Il avait perdu une des reliques de Shibuya, mais... pour le GameMaster, c’était surtout qu’une espèce de bout de plastique sans grand intérêt, non ? Alors que pour lui, il renfermait un allié des plus précieux... Il ne lui connaissait pas une telle possessivité, mais, après tout, que savait-il réellement de lui ? Pas grand-chose. Et il ne pensait pas forcement à son amnésie, juste une impression tenace de rancœur mêlée à de la confiance. Etrange. Une chose était sûre en cet instant, il avait l’impression qu’il avait intérêt à retrouver ce Pin’s. Et plutôt rapidement. Pourtant, le prétendu adolescent reprit son air habituel, entre amusement et mystère, pour enfin passer à la conclusion de cette partie qui n’avait duré que trop longtemps.
Ses paroles le laissèrent...perplexe, une nouvelle fois. A croire qu’il choisissait exprès ses mots pour le perturber un peu plus. Sa mine désorientée qu’il arborait devait valoir tout l’or du monde. Tout se mélangeait en un désordre sans nom, sans qu’il ne puisse savoir s’il devait prendre ces paroles au premier degré ou non. « Supérieur ? » Il y avait d’autres personnes provenant de Shibuya qui avait survécu ? Des personnes au-dessus du GameMaster ? Pourquoi ne le mentionner que maintenant ? Pourquoi comme ça ? « Revenir à la vie ? », « Devenir des Reaper ? » ça n’avait même pas le moindre sens pour lui. Il était sur ses deux jambes, il respirait, c’est qu’il était en vie... N’est-ce pas ? Non, cela n’avait juste pas le moindre sens. Puis, il avait l’air plus de débiter son texte, comme une déclaration apprise par cœur. Neku jeta tout de même un coup d’œil discret à sa partenaire pour vérifier ses réactions. Elle ne lui semblait pas plus perturbée que cela, plutôt habituée même. Il décida donc de garder ses interrogations pour lui, les ajoutant à la liste qu’il pensait plutôt pouvoir diminuer à leur contact.
Après un rictus d’amusement, la sentence tomba. Le Jeu n’était pas terminé. Non, il allait recommencer prochainement, comme s’ils étaient condamnés à enchainer parties sur parties jusqu’à la fin de l’éternité. Au moins, ils auraient le droit de recouvrer leur ‘entry fee’... jusqu’à la prochaine partie. La nouvelle fut difficile à avaler pour le jeune porteur, qui crut qu’un poids énorme venait une nouvelle fois de s’abattre sur ses frêles épaules. Le Jeu n’avait-il vraiment aucune fin ? N’y avait-il autre chose à attendre de son existence que de survivre ? Son objectif avait toujours été retrouver sa partenaire, son ‘amie’, qu’ils puissent se libérer de ce Jeu cynique tenu aux mains de leur GameMaster. Mais ce n’était pas le cas. La raison ? Elle était plutôt simple à deviner, même avec ses souvenirs parcellaires : pour leur survie. Ils se devaient de rester dans l’Underground, la dimension du Jeu. Ce qui signifiait que Shibuya était toujours en proie aux ténèbres. La situation ne s’était-elle donc pas améliorée ces derniers mois ? Et pourquoi les inciter à finir cette partie, à prendre ce risque s’ils n’avaient pas la possibilité de rentrer chez eux... ? Il soupira longuement, ce qu’il pensait être une fin était en réalité un début. Shiki semblait aussi affligée que lui par la nouvelle.
A la fin de son discours des plus sibyllin, Joshua ferma les yeux et cinq sphères de lumières apparurent devant lui. Les ‘frais d’entrée’ à ne pas en douter. Mais pourquoi cinq, s’ils n’étaient que trois à avoir survécu ? Deux d’entre elles disparurent sans retrouver leur propriétaire, alors que les trois dernières flottèrent mollement vers eux. Le porteur observa l’étrange scène, sans même chercher à éviter le contact de ce petit astre volant. Avec une lenteur infinie, le spectacle se décomposa sous ses yeux. La clarté concentrée se fondit au travers son haut et disparut sous sa peau laissant derrière elle une douce trainée de chaleur. Il retint sa respiration.
Une seconde passa.

Puis, son cerveau explosa en un millier d’images.

Devant la force soudaine de l’impact, il tomba à genoux. Qu’est-ce que c’était que cette sensation horrible ?! Il enserra le plus fort qu’il put sa boite crânienne entre ses mains tremblantes, serra les dents fort, si fort pour s’empêcher d’hurler que sa mâchoire en frémit. Devant ses yeux grands ouvert sur cette herbe tendre qu’il ne percevait plus, un tout autre décor se jouait. La scène de sa vie. Une par une et à une vitesse ahurissante, les minutes de son existence lui étaient rendues, d’un bloc, sans aucune pause ni interruption. Tout à tour, il se voyait enfant, grandissant entouré d’un bourdonnement constant qui peu à peu se transforma en de longues séances de cris, d’hurlements, de reproches. Puis de longues heures passées à parfaire son éducation, encore et toujours, dans cette solitude sans nom qui l’accompagnait où qu’il aille. Tout ça à cause de l’étincelle d’une intelligence trop développée pour son âge, ce « pseudo-génie » dont il avait toujours refusé l’existence. Tout ça à cause d’un certain cynisme envers ces personnes. Toujours, toujours le bruit, sans cesse, sans arrêt. La ville était si bruyante, les gens étaient si bruyants... mais au milieu de toute cette négativité subsistait quelques ilots, quelques refuges. Comment avait-il pu les oublier ? Comment avait-il pu oublier cet ami parti trop tôt, de sa faute ? Comment avait-il pu oublier ses passions, l’art, CAT, la musique ? Les longues heures passées à remplir des pages blanches de tout ce que son imagination faisait naitre. Les longues heures passées à contempler la fresque murale isolée qu’il connaissait pourtant par cœur. Les longues heures à s’enfermer dans cet univers musical qui n’appartenait qu’à lui. Loin du bruit. Loin des autres. Dans une solitude calculée et souhaitée.
Jusqu’au jour où tout changea.

Comment avait-il pu oublier l’instant où tout avait basculé, où un tout autre destin lui avait été imposé ? Comment avait-il pu oublier son entrée dans le Jeu ? Comment avait-il pu oublier sa ville et ses règles ? Toutes ces boutiques, ces tendances fluctuants pour des causes souvent inconnues. Mais les étaient-elles vraiment ? Comment avait-il pu oublier toutes ces rencontres, toutes ces personnes qui l’avaient aidé à sortir de ce cocon trop bien tissé ? Pas seulement ses partenaires, mais tous, antagonistes ou non. Dire qu’il en avait même oublié Beat et Rhyme. Comment avait-il pu oublier à quel point il avait changé durant ces semaines de Jeu ? Comment avait-il pu oublier cette dernière semaine d’angoisse dans les rues désertées de Shibuya, en proie aux ténèbres. Ces jours passés à fuir, suivis d’autres passés à se battre... jusqu’à l’épuisement. Et tout ça pour rien.
Un autre jeu avait commencé, dans lequel il avait dû une nouvelle fois abandonner ce qui comptait le plus pour lui, sa mémoire.

Neku mit près d’une minute à comprendre ce qui venait de se passer. Immobile depuis l’instant où il s’était effondré, il força la fermeture de ses yeux pour couper court à l’illusion du flot d’image. Petit à petit, il reprit le contrôle de son souffle, de son cœur qui s’étaient emballés. C’était étrange... si étrange... Comme s’il venait de se réveiller d’un très long rêve, ou plutôt, d’un très long cauchemar. Ces semaines où il était privé de sa mémoire en devenaient presque impalpable, comme s’il avait été présent sans vraiment l’être. A ses côtés, il retrouva le pin’s sans vie de Sudo, de la marque ’Hip Snake’. L’invocation avait dû se rompre lors de la proclamation officielle de la fin du Jeu. Il le récupéra, plus question de perdre bêtement un autre de ses alliés en laissant un morceau de plastique derrière lui.

La tête un peu lourde, l’adolescent se releva, observant tour à tour ceux qu’il reconnaissait désormais comme ses amis, non plus comme de simples partenaires sibyllins. Etranges sensations, mais ce n’était pas la première fois qu’il subissait ce processus de récupération de ses souvenirs. Et d’après ce qu’il avait vu, tous ses souvenirs lui avaient été rendu cette fois-ci, en une seule fois. Même ceux plus... dérangeants, concernant le GameMaster, ou plutôt -car il s’en souvenait enfin-, le Composer de Shibuya. Ça... expliquait beaucoup de choses, et essentiellement cette sensation de toujours lui en vouloir pour quelque chose. En même temps, une balle entre les deux yeux n’était pas une « petite affaire ». Ses manipulations non plus. Mais l’heure n’était aux reproches. De manière incompréhensible, il crut un instant discerner l’apparence du prétendu adolescent vaciller. A peine une seconde, ou plutôt une demi-seconde.
Son regard passa du jeune homme à sa partenaire, Shiki. Du moins, à l’endroit où elle devait se tenir. Il ne put masquer son étonnement en voyant qu’à la place son amie se trouvait désormais une jeune femme aux cheveux court et noir, affublée de lunette et au look tellement plus passe-partout. Mais, il ne se trompait pas, la présence de MrMew ne trompait pas, il s’agissait bel et bien de la même personne, celle qu’il avait entraperçu à une ou deux occasions en fond d’écran du portable de l’adolescente branchée. Il croisa brièvement son regard mais elle le détourna rapidement. Il la devina gênée mais le porteur se fichait bien de l’apparence qu’elle pouvait avoir, celle-ci ou une autre, elle resterait toujours la même fille au final, une passionnée de couture et de mode très expansive, surtout selon ses standards. Elle resterait son amie. Un petit sourire amusé naquit à cette pensée. Dire qu’il s’était torturé l’esprit pendant des heures et des heures sur des questions aussi bêtes. Ce même sourire s’éteignit quand lui revinrent en mémoire les dernières paroles qu’ils avaient échangé. Odieux, il s’était montré odieux, en plus de l’avoir repoussé.

Dans son casque, une faible mélodie tonnait, une mélodie rythmée et plutôt rock qu’il n’avait jamais éteint ces dernières semaines, à l’exception de sa rencontre avec un autre porteur dans le monde loufoque du Pays des Merveilles. Rapidement, il s’empara de son lecteur Mp3 et le coupa. Il n’en avait pas besoin en leur compagnie. A peine avait-il lâché l’instrument blanc qu’une image s’imposa à son esprit, écartant toutes autres perceptions. Cette citée... il la reconnaitrait entre mille, même dans cet état. Shibuya, c’était Shibuya. Ou du moins, l’ombre de la ville. Jamais... Jamais il ne l’avait vue aussi calme et vide, même durant cette semaine supplémentaire infernale. Il n’y avait pour ainsi dire plus âme qui vive, si ce n’était ces ombres grouillantes, ces sans cœurs qui pullulaient véritablement.
Neku en avait mal au cœur. Il devait bien avouer, même s’il ne le ferait pas à voix haute, que son opinion sur la ville avait changée. D’environnement sans intérêt servant de décor sans gout, elle était devenue le théâtre de sa vie, et il ne voulait pas en changer. Ainsi, rien ne s’était amélioré, il devina même que l’état s’était aggravé. Même le Composer ne pouvait rien contre l’avancée des ténèbres et quand les dernières parcelles de l’UnderGround serait contaminée, ils pourraient dire adieu à leur cœur. Comme pour ajouter mauvaise nouvelle sur mauvaise nouvelle, Joshua esquissa une approche dans leur direction. Par reflexe, il fit un pas en arrière, non pas qu’il ne lui faisait pas confiance, mais plutôt qu’il était difficile de ne pas réagir ainsi face à son meurtrier après tout. Puis, il se figea, à son plus grand étonnement. Incapable de bouger, c’était sans nul doute l’œuvre du Composer. Ce qu’il pouvait détester quand il faisait des choses ainsi, comme si la notion d’accord, ou d’espace personnel lui était étrangère. S’il n’était pas paralysé, il lui aurait bien dit sa manière de penser, dans un langage des plus fleuris. Mais il dut se contenter d’un regard noir avant que la main fine et délicate du prétendu adolescent ne se pose sur son front.

Une dissonance s’imposa alors, venue de nulle part. Un son qu’il n’avait jamais entendu mais qu’il trouva étrangement familier. Mais aucun accord n’était en harmonie avec l’autre, donnant lieu à une cacophonie dont il se serait grandement passé. Il grimaça. Le commentaire du Composer ne tarda pas - Pour une fois. La discordance s’effaça alors qu’il s’éloignait, même si le porteur avait toujours la désagréablement sensation de la percevoir, au loin, comme étouffée. L’état actuel de Shibuya... Pour ce qu’il en restait.... Et ce n’était qu’en retrouvant l’ancien Conductor, Megumi, que la situation pourrait s’améliorer. C’était vrai... ‘Shades’ était bien le responsable de cette histoire, en ouvrant cette étrange porte au fin fond de la ‘Shibuya River’. Même si Joshua avait aussi une part de responsabilité non négligeable en poussant l’homme dans ses derniers retranchements.

Et... après ? Après, rien du tout, il s’arrêta juste de parler. Attendait-il leur réaction face à ces nouvelles si peu réjouissante de leur ville ? Il s’attendait à quoi ? Des rires, des larmes, de la peine ? Neku n’avait pas vraiment envie de lui faire ce plaisir maintenant. S’il lui était reconnaissant de les avoir maintenant en vie tout ce temps -il aurait très bien pu les laisser à leur triste sort-, il ne pouvait s’enlever de la tête que s’ils en étaient là, c’était aussi de sa responsabilité. Il y avait ça, mais aussi... aussi tout le reste. Durant des semaines et des semaines, il l’avait sans nul doute observé, ou il avait au moins gardé un œil sur lui -enfin il comprenait cette étrange sensation qu’il avait ressenti, comme si on l’observait de loin, très loin-, mais jamais il ne s’était présenté face à lui. Pourtant, il savait mieux que quiconque dans quel état de détresse il se trouvait, dans quel état de doute constant, celui d’un adolescent coincé dans un Jeu avec lequel il est forcé de faire avec, sans jamais comprendre pourquoi. Pourtant, il n’était jamais intervenu. Pas une seule fois. Il ne demandait de sa part qu’il l’accompagne dans ce pénible voyage -il se doutait qu’il avait d’autres choses à faire pour maintenir Shibuya-, mais... Juste lui dire, répondre à ses questions qu’il se posait sur lui-même, sur le Jeu, sur ses amis. Ah ! Il avait du bien s’amuser à l’observer, oui, il n’en doutait même pas une seule seconde, imaginant parfaitement le Composer pourvu de cet éternel sourire en coin rire doucement. Ce rire, ce sourire, ce qu’ils avaient le don de l’énerver, un peu comme une réaction épidermique de sa part. L’adolescent croisa les bras, se renfrognant légèrement.

« Et donc ? Qu’attend le ‘grand Composer’ de deux simples joueurs ? Une tape dans le dos et des encouragements ? »

Il l’était persuadé, Joshua avait une espèce de plan en tête. Il avait toujours un plan à l’esprit, mais il prenait aussi un malin plaisir à observer d’autres tenter de comprendre ce qu’il avait en tête. Tout comme il appréciait garder ses informations pour lui. Too Bad, Neku ne se sentait pas d’humeur à réfléchir à ça, il y avait déjà passé trop temps, sans vrai succès d’ailleurs. Il préférait qu’il leur en fasse part directement.  C’est à cet instant que Shiki intervint. Elle qui avait chercher à l’éviter depuis la fin de la partie pose son fidèle ‘Piggy’ au sol avant de le rejoindre. Son apparence était vraiment étrange à prendre en compte. C’était elle, ses gestes, son regard, mais en même temps, elle était une autre. Le porteur allait avoir besoin d’un certain temps d’adaptation pour s’habituer à cette situation. Mais au final, il savait que ce maigre détail ne changerait rien entre eux. Il appréciait sa façon d’être, et non ces choses superficielles comme son apparence ou ses vêtements. Il était tellement à mille lieux de ça.
Il écouta ses arguments avec attention, de toute façon, elle ne le lâcherait sans doute pas avant d’avoir fini, donc. Il était plus qu’évident que Joshua avait besoin de toute l’aide nécessaire puisque, seul, il n’arrivait à rien dans la restauration. L’adolescent était plus que d’accord avec ça. Lui aussi avait ce désir ardent de rentrer dans leur ville sans sommeil. L’apparition de la Keyblade de sa partenaire le fit grimacer de désapprobation. ‘Evidemment’, on en revenait toujours à ça. Elle aussi avait été choisie pour porter un destin contre son gré, et il s’en désola intérieurement. Encore une fois, on lui demanderait d’user de cette arme qui lui avait été imposée. Il n’aimait pas ça, était-ce trop demander que l’on respecte ses choix ?! Il n’aimait pas cette arme, il n’aimait pas ce qu’elle lui forçait à faire, il n’aimait pas l’idée qu’elle puisse s’imposer ainsi à lui et qu’aucune méthode n’existe pour la déloger de son cœur. Était-ce trop demandé ? Et en même temps... Shiki avait mille fois raison. Neku ne connaissait pas de moyen plus efficace que cette lame-clef pour se débarrasser des ténèbres... Or, ces mêmes ténèbres rongeaient Shibuya jusqu’à l’os, aggravant cet mélodie doucereuse et dérangeante qui semblait passer en arrière-plan -était-il le seul à l’entendre encore ? Il y a encore quelques heures -ou jours ? Jamais certain, fichue téléportation, fichu monde noir-, il ne voyait pas d’issue favorable à sa situation, juste un long couloir qui le mènerait de partie en partie jusqu’à ce qu’il commette l’erreur de trop. L’adolescente face à lui devait elle aussi ressentir cette espèce de lassitude... Elle voulait tant rentrer... lui également, et il ne pouvait que deviner ce même désir chez le Composer. Sa partenaire lui tendit la main, invoquant l’amitié qui les liait pour qu’ensemble, ils puissent triompher d’une nouvelle partie. La mission, il la connaissait, « Sauver Shibuya ». Les semaines de flottements étaient terminées, son objectif n’avait jamais été aussi claire dans son esprit. Mais... Utiliser la Keyblade...Était-ce vraiment la seule solution ? Il soupira longuement et commença à mettre un peu plus en pagaille sa chevelure orangée. Il chercha le regard de l’ex-GameMaster.

« C’est si grave que ça ? » Il connaissait déjà la réponse. Bien sûr que c’était grave, pour les réunir ainsi et de manière aussi précipitée, cela ne pouvait être que grave. Et dans les situations graves, des solutions désespérées devaient être trouvée. La solennité de la scène avait de quoi le faire sourire, faiblement sourire. On aurait dit qu’ils étaient suspendus à sa décision. Soit, il n’était pas du genre à lâcher ses amis, encore moins sur une affaire d’une telle importance. Cette main tendue. Il était inhabituel que quiconque perde son temps à vouloir entrer en contact avec lui, surtout quand on connaissait sa propension à défendre son espace personnel bec et ongle. Mais là... C’était Shiki, et juste ça, c’était déjà quelque chose. Il attrapa sans hésitation cette main tendue. « Pas la peine de te la jouer aussi grave, Shiki, on dirait que t’as peur que je refuse. » Comme s’il aurait pu. « J’en suis. J’suis certain que cette clef ne trouvera rien à redire, au contraire. On sauvera Shibuya, ensemble. » Toujours cette manie de se dissocier de ce qui était imbriqué si profondément en lui, de cette brulure légère qui ne souhaitait qu’armer son bras contre les ombres griffant vainement le mur translucide. Il finit par lâcher la main de sa partenaire, faire un pas vers les autres était moins compliqué qu’il ne le pensait. Il soupira une nouvelle fois. Cette gêne dans sa poitrine ne partirait pas tant que la marée noire aux yeux jaunes était présente, n’est-ce pas ? Pourtant, il avait rempli son « devoir de porteur » -ce qu’il pouvait détester cette dénomination- au Manoir Oblivion, et ce n’était pas encore assez. A peine cette pensée naquit dans son esprit que sa propre arme apparue dans ses mains. Même en ayant perdu son statut de Joueur, le Player Pin’s restait ancré à sa Keyblade. Y avait-il un sens, une signification ou n’était-e qu’un hasard ? Presque comme à chaque fois qu’il la voyait apparaitre -surtout en dehors de sa volonté-, Neku pesta entre ses dents. « Hm, et si on commençait avec ces saloperies de faux-Noises qui nous espionnent depuis tout à l’heure ? » Il pointa la marée vorace du bout de son arme. En réalité, tous les moyens seraient bons pour se débarrasser de l’urgence de se battre. Désagréable.




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 25/02/2016
Pièces d'or : 24
Game Master
Joshua Kiryu
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Lun 31 Oct - 19:13



We are alive ! The end and
the beginning of Game †





Un court silence s’installe après l’exposition de mon plan. Si on peut appeler ça ‘’un plan‘’, car retrouver Megumi et l’arrêter, c’est quand même très vague. Serais-je même seulement capable de l’effacer comme les règles de notre Jeu le stipulent ? Après tout, il me voue peut-être un culte – qui, pour ne pas mentir, m’écœure – et un amour sans précédent à Shibuya, il n’en reste pas moins l’une des personnes en lesquelles j’ai accordées ma confiance. N’est-ce pas ce que dit toujours Sanae ? « Fais confiance à ton partenaire. » ? Et si je lui avais fait plus confiance, tout ceci serait-il arrivé ? Je soupire et hausse discrètement les épaules. Hé, hé. Depuis quand prête-je une quelconque considération pour quelqu’un ? Jusqu’à maintenant, je n’ai eu aucun remord lorsque je devais effacer des Joueurs ou des Reapers. Alors quoi ? Parce qu’il s’agit de Megumi, je devrais être plus clément ? Je devrais laisser Shibuya dans les Ténèbres ? Non. Tout comme moi, mon cher Conductor connaissait les termes du contrat, il les a acceptés en toute connaissance de cause. Il a perdu, je dois l’effacer. Je n’ai pas à être sentimental. Ah. C’est vrai. Je ne peux pas l’être. Ressentir est une capacité donnée aux humains.

Reportant mon attention sur les deux Joueurs justement humains, Neku prend la parole le premier, si bien que mon regard améthyste se pose sur lui. À la mention de mon vrai titre, un sourire sarcastique se dessine immédiatement sur mes lèvres, ignorant par la même occasion plus ou moins le reste de sa phrase. Ainsi donc, j’ai la confirmation qu’ils ont bien récupéré leur frais d’entrée respectif. Au moins pour ces deux-là, tout du moins. La dénommée Shiki, c’est flagrant à sa ‘’nouvelle‘’ apparence, qui est en réalité la sienne depuis le début. Quant à Neku, il se souvient à nouveau que je suis le Composer de Shibuya, ce qu’il avait probablement oublié au vu qu’il me nommait toujours Game Master jusqu’à maintenant. Eh bien, je ne doutais pas que ça fonctionnerait, j’ai confiance en mes Pouvoirs, même affaiblis. Et je sais encore rendre des frais d’entrée, même si c’était souvent Megumi qui s’en chargeait pour moi. Je suppose que les deux autres boules de lumière sont revenues à leur propriétaire légitime également.

Mon sourire s’élargit doucement, préservant sa pointe d’amusement. Et, croisant les bras, je compte rétorquer à mon cher Proxy : « Je te remercie de l’attention, mais je m’en passerai, très cher ~ ». Cependant, avant même que je n’aie le temps d’ouvrir la bouche, la jeune adolescente avec les cheveux anciennement roses s’intercale entre le garçon aux cheveux roux et moi, me devançant sans prévenir. Elle entame un monologue qui, je le devine, va être particulièrement long destiné à Neku. Je soupire avec un ennui profond, une main posée contre mon front. Pour une fois, j’aimerais m’éclipser dans un autre monde pour échapper à cette lassitude s’imposant sous mon nez. Malheureusement, je ne peux pas les abandonner ici sans les avoir ramenés à l’abri dans le Jeu au préalable. J’observe les deux humains tour à tour, gardant le silence et écoutant Shiki d’une oreille distraite. Honnêtement, je ne vais pas nier que j’ai été surpris. Elle a senti mon appel à l’aide et essaye de… convaincre Neku de m’aider ainsi que d’accepter son rôle de Porteur ? Vraiment, c’est une surprise. Ce n’est pas comme si on s’entendait à merveille, tous les deux. Eh bien, pas plus que je m’entends réellement avec mon cher, cher partenaire, mais whatever.

Son long monologue fini, je sens un regard se poser sur moi. Suivant la source, je croise des yeux bleu océan. Neku. Je me retiens vivement de détourner les yeux. Pourquoi un tel réflexe ? Sûrement pour ne pas lire tout son dégoût à l’idée de m’apporter un quelconque soutien ou sa haine à mon égard. Mais… je n’y trouve rien de tout ça. Alors, j’acquiesce simplement de la tête en guise de confirmation, toujours sans prononcer un mot. Pas la peine d’en rajouter, ça pourrait gâcher tous les efforts de Shiki dans le but de le convaincre. Une autre vague silencieuse passe durant laquelle Shibuya, elle-même, semble baisser sa Musique distordue comme si elle retenait son souffle… avant de repartir fortement, me causant une douleur soudaine à la tête, lorsque Neku accorde finalement son soutien. Shibuya paraît soulagée… Invisibles, j’étends mes ailes dans mon dos avant de les replier délicatement. J’ai l’impression qu’elles sont plus légères, comme si on leur avait ôté un terrible poids. Mais c’est probablement juste mon imagination. Néanmoins, je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire plus doux l’espace d’un seconde. Et pour une raison mystérieuse, la Musique de Shibuya s’apaise pendant cette courte seconde. Seconde à peine perceptible, et elle ressombre dans une Mélodie chaotique.

De nouveau, je regarde les deux Joueurs l’un après l’autre et croise les bras, avant de suivre le mouvement de la Keyblade de Neku vers les Noises des Ténèbres. Contrairement aux deux Porteurs, je ne ressens pas de quelconque besoin de les effacer. Peu importe l’acharnement des Sans-cœurs sur les murs invisibles, ça ne risque pas de les détruire. Et encore moins maintenant que j’ai mes pleins Pouvoirs de Composer. Bien, je sens quand même leur nombre augmenter tout autour de nous, mais ça ne changera rien. Ils ne parviendront pas à égratigner mes murs. Je reviens vers les deux adolescents déterminés à s’en débarrasser. Je garde mon calme face à leur envie de se confronter aux faux Noises et leur demande une confirmation orale :

« Vous êtes sûrs de vous ? Il y en a un certain nombre, prêts à nous assaillir de tous les côtés. »

À mes mots, quelque chose qui m’échappe complètement vient enserrer mon cœur mort. J’hallucine probablement, mais on dirait qu’il bat plus vite. Hum. J’hallucine à coup sûr. C’est juste impossible. Quand bien même, je fais de mon mieux pour ne rien laisser paraître de tout ça, cachant toute réaction involontaire derrière mon sourire ironique, je ne peux néanmoins réprimer un léger frisson glacé me parcourant le dos. Je perçois ma propre mélodie prendre un ton plus… tendu ? Je ne sais pas exactement. Je ne l’avais jamais entendue produire un tel son. C’est désagréable. Ça ne ressemble pas au sentiment que j’ai ressenti un peu plus tôt. Mais qu’est-ce que Shibuya essaye vraiment de me communiquer ? Ça commence à devenir assez dérangeant. Je passerai à la Room of Reckoning plus tard pour savoir ce qu’elle veut. Pour l’instant, je suis un peu occupé. À attendre une réponse silencieuse ou orale du duo à ma question. Je prends une profonde inspiration – chose ironique pour quelqu’un qui n’a pas besoin de respirer – et plonge mes mains dans mes poches.

Dans l’une d’elle, je touche mon téléphone portable avec son bracelet en porte-clés qui attend toujours que je lise le message de fin du Jeu. Tandis que dans l’autre, mes doigts frôlent un petit Pin. Je plisse les yeux, fouillant ma poche pour attraper le badge et le sortir à l’air libre. Il est tout blanc. Il me faut moins de dix secondes pour me souvenir de quel Pin il s’agit : l’Harmonizer Pin. C’est vrai. Durant le Jeu, Sanae l’avait donné à mon cher, cher partenaire pour l’aider à stabiliser son Âme, même s’il avait caché le véritable objectif de cette broche sous celui des attaques fusions. Je ris légèrement aux souvenirs de notre propre attaque spéciale, enroulant une mèche de cheveux autour de mon doigt. Je me demande si ce n’est pas le bon moment pour le lui rendre. Mais avant ça, je préfère faire un petit contrôle des capacités du Pin. Avec mes pleins Pouvoirs, les lire va être une simple partie de plaisir. Je ferme les yeux, concentrant mon énergie sur le badge, et, mentalement, une liste de capacités s’écrit. Je l’arpente rapidement pour n’y remarquer qu’une fonction ajoutée : celle de pouvoir l’utiliser même sans pacte. Dangereux ? Peut-être. Surtout que je ne sais pas quel niveau de puissance il peut atteindre entre les mains de Neku. Il fera un bon Pin de défense, en tout cas. Tournant la broche entre mes doigts habilement, j’interpelle le jeune roux et m’approche de quelques pas, restant à distance tout de même.

« Neku. » Et là, sans prévenir, je lui lance avec précision l’Harmonizer Pin dans les mains avant de continuer : « Un vieil ami m’a conseillé de te le donner. Il devrait être fonctionnel sans pacte, mais quand même avec un partenaire. Néanmoins, sans le Psych, je ne peux dire ses capacités exactes. Utilise-le avec Shiki pour voir. »

Plus qu’un vieil ami, plus que l’artiste très renommé CAT à Shibuya, plus que le Producer du Jeu, d’ailleurs. Beaucoup plus que ça pour moi. Mais ça, c’est une autre histoire sans importance. N’attendant pas de réponse de la part du jeune humain car il n’y en aura sans doute aucune, je m’écarte un peu du duo, passant devant eux. Je tends mon bras devant moi, avant d’effectuer un grand geste de la gauche vers la droite brusquement. Un son de murs effacés retentit dans l’air tout autour de nous, signifiant que ceux-ci disparaissent. Aussitôt, afin de ne pas déranger, je me téléporte dans un nuage de plumes que je fais se dissiper immédiatement d’un claquement de doigts, avant de réapparaître juste derrière les deux Porteurs. Si je cherche à me mettre à l’abri au lieu d’être en première ligne ? Pas vraiment. Je risque plus de les gêner qu’autre chose. Mes attaques n’ont pas la même efficacité que leur arme sur les Sans-cœurs. Je pense que j’aurais pu ‘’apporter‘’ la Lumière à ma propre façon grâce à la Musique de Shibuya… malheureusement, celle-ci est bien trop corrompue pour qu’elle puisse m’aider à nettoyer la mélodie de chaque Noises noirs.

Dois-je donc participer au combat malgré tout ? Veulent-ils de mon aide, de toute façon ? Probablement. Je ne peux pas rester les bras croisés à les regarder comme ça. En soutien au minimum ? La ‘’chose‘’ qui enserre mon cœur mort se raffermit, m’obligeant à faire quelque chose, à réagir, à intervenir si ça tourne mal. C’est vraiment désagréable. Je sors mon portable de ma poche et l’ouvre. Servant de catalyseur, j’appuie sur quelques touches rapidement, me permettant ainsi d’étendre ma barrière personnelle sur Neku et Shiki afin de les protéger de la tête aux pieds. Les faux Noises se rapprochent au fur et à mesure. Tournant plus ou moins le dos au duo, je choisis de veiller sur leurs arrières, au cas où certains Sans-cœurs les attaqueraient par surprise, pendant qu’ils s’occupent de tous ceux devant. Je prépare donc quelques rayons de lumière à balancer ou quelques obstacles à lâcher sur nos adversaires, guettant la moindre attaque pouvant aussi bien provenir du ciel que du sol.

Partenaires RP

Neku Sakuraba et Shiki Misaki

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« This is my city. I'm Shibuya's Composer. And you belong in Shibuya. »



Yoshiya J. Kiryu - Thème « Samuzora Messenger » ou Thème « Still Here »

Mici Lili ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 14/02/2016
Age du joueur : 28
Pièces d'or : 35
Keep Smiling
Shiki Misaki
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Sam 26 Nov - 15:45

We are alive ! The end and the beginning of Game †



La survie d'un monde. Un tel poids sur les épaules de trois adolescents ne devrait être permis. Mais pourtant, ils n'avaient pas le choix. Tous les trois étaient impliqués dans cet engrenage inévitable. Eux et leurs pouvoirs, leurs lame-clés pour deux d'entre eux. A leur âge, ils devraient être préoccupés par tout autre chose, mais pourtant ils avaient été élus. Les paroles de Joshua ne trompait pas, la situation était grave, et malgré le fait que la porteuse n'aimait pas réellement se montrer sous son vrai jour, sous cette apparence qui était la sienne, elle ne pouvait qu'intervenir. Remplir cette mission spéciale que le Game Master lui avait confié, ne connaissant pas encore l'état d'esprit de Neku après la récupération de son droit d'entrée.

Pourquoi avait-elle détourné le regard lorsque Shiki avait croisé l'océan des pupilles de son ami ? Avait-elle honte qu'il la voit ainsi ? Pourtant, lui même lui avait signifié que l'apparence physique n'avait aucune importante. Mais il lui fallait le temps de se réhabituer à celle qu'elle était, à cette chevelure brune et courte, à cette vision un peu trouble nécessitant le port d'une correction. Mais peu importe son apparence, ses iris noisettes reflétaient toujours la même lueur, la même personnalité. Elle était Shiki Misaki, peu importe quelle image d'elle les autres voyaient.

Ces mots que l'adolescente prononçait à l'encontre de son partenaire de jeu, ils provenaient du plus profond d'elle-même, débordant de sincérité et de sens. Elle voulait rentrer chez elle, retrouver sa chère mère, retrouver ses amis, en particulier la meilleure, celle dont elle avait volé l'apparence pour droit d'entrée, Eri. La brune ne savait si ces paroles étaient nécessaires, mais elles s'échappaient sans réellement lui laisser le temps de réfléchir. Sauver Shibuya, se servir de leur rôle d'élus et rentrer chez eux. Shiki tendit la main en direction de l'adolescent roux, un sourire timide aux lèvres, en appelant à leur amitié, si chère à ses yeux. Retrouver son ami faisait aussi partie de ses objectifs, bien qu'elle ne le précisa guère, elle n'en avait nul besoin.

Lorsque la main de Neku vint à la rencontre de la sienne, la belle ne put que lui sourire, un sourire vrai, sincère, oubliant cette gêne d'il y a quelques instants, oubliant ces mots qu'il lui avait jeté précédemment au visage. La porteuse aurait presque eu envie de réitérer cette étreinte, sachant que cette fois il ne la repousserait pas, lui rendant de façon mal à l'aise, mais elle s'abstint. L'heure n'était pas réellement à ce type de débordement. Après avoir fait part de cette décision de sauver Shibuya, ensemble, il libéra la main de l'adolescente qui lui lança un regard empli de reconnaissance. Son ami était redevenu lui-même, avec ses qualités et ses défauts.

"Contente de te retrouver Neku. Allez, on a du boulot."

L'apprentie keyblade master serrait la poignée de sa lame entre ses fines phalanges qui se crispèrent un peu plus lorsque le roux proposa de se débarrasser de cette horde d'ombres qui les entouraient, les observant de leur pupilles jaunes et vides, avides du menu qui s'agitait sous leurs yeux. Shiki se tourna ainsi vers le Game Master, le fixant d'un air déterminé avant de simplement hocher la tête en réponse à sa question. Les porteurs devaient se battre contre ces choses, l'adolescente le ferait donc, ne serait-ce que pour écarter ce mal à l'aise qu'ils lui inspiraient. Le garçon au regard d'améthyste finit par interpeler le porteur, lui lançant ce qui semblait être un pin blanc. A ses explications, la jeune brune comprit qu'il s'agissait de l'Harmonizer pin, leur permettant d'unir leurs forces dans une attaque synchrone et plus puissante.

Observant Joshua se tourner vers la masse noire, l'Elue se mit en garde aux côtés de son partenaire, prête à en découdre. Alors qu'un bruit leur signifier la disparition des murs, les sans-coeurs se mirent aussitôt à avancer vers eux alors que le Game Master se téléporta, atterrissant derrière eux. La brune n'attendit pas que les premières ombres arrivent à leur niveau, suivant Mr Mew dans le combat. Avec précision, elle effectuait les gestes que lui avait inculqués le Capitaine Pirate sur l'Ile du Destin, se servant de son arme comme le prolongement de son bras. Elle apprenait vite, bien plus qu'elle ne le pensait.

Fauchant plusieurs masses noires, elle se retourna vivement lorsqu'une boule de feu arrivant droit sur elle. Elle n'aurait jamais le temps de l'éviter ... Mais au lieu de venir s'écraser sur elle, au lieu de venir entâmer sa chair, celle-ci explosa à quelques centimètres d'elle. Une barrière ? Instinctivement, son regard chercha l'Argenté des yeux. Mais elle n'avait pas de temps à perdre à le chercher dans la mêlée. Ainsi, d'une voix assez forte pour être audible au milieu de ce combat, elle lança une réflexion à son encontre.

"Merci Joshua !"

Attaquée de toute part, Shiki ne savait réellement où donnait de la tête, commençant à s'essouffler de ses efforts physiques dont elle était encore peu habituée. Mais elle ne devait relâcher son attention, après tout, elle avait pu faire face à un Dark Hide lors de sa précédente mission, ces petites ombres ne devraient être si difficiles à anéantir contrairement au mastodonte. Au delà de cela, des Crypto-ombres commençaient à apparaitre, beaucoup plus forts que ces petites boules de ténèbres qu'ils pouvaient neutraliser avec facilité.

Se stoppant un instant, l'adolescente fit un rapide état des lieux. Sans-coeurs, Crypto-ombres, Opéras Rouges n'hésitant à s'acharner sur eux malgré le fait que leurs boules de feu ne pouvaient les atteindre. Elle se jeta sur l'un d'eux, lançant sa lame afin de l'atteindre en vain. Celui-ci virevolta avant de foncer dans l'abdomen de la jeune fille qui eut le souffle coupé. Puis une ombre humanoïde s'en prit à elle, la faisant tomber au sol, sa keyblade volant un peu plus loin. Encore trop faible, trop inexpérimentée. Son regard noisette se fixa sur l'arme qui revint d'elle-même entre ces mains avant de transpercer son assaillant qui disparut dans une volutes de ténèbres. Elle jura entre ses dents avant de s'adresser à son partenaire.

"Neku ! Le pin ! Ils sont trop nombreux ! Il faut qu'on essaie !"


Ces ombres ne leur laissaient de répit, se reproduisant au fur et à mesure qu'ils disparaissaient. Ceci n'avait donc pas de fin ? Un instant, Shiki en regrettait presque les noises. Tant bien que mal, elle chercha à se rapprocher du garçon roux, passant à travers la foule d'ombres.




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬


Merci Arianne ♥️

Neku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 24
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ] Sam 7 Jan - 16:26





We are alive ! The end and the beginning of Game †


Désagréable. Vraiment désagréable. Était-il le seul à ressentir l’urgence du combat à venir ou est-ce que Shiki subissait elle aussi les « symptômes » de leur fardeau commun ? Stupide Keyblade... elle a vraiment que ça à foutre que de se choisir des porteurs parmi les plus jeunes ? Lier leur vie, leur cœur et leur destinée à une cause qu’ils n’ont pas décidé d’embrasser. Et tout ça pour quoi ? Pour faire triompher la lumière dans une guerre séculaire qui ne pouvait avoir de fin, puisqu’elle n’avait même pas début. Ce que Neku pouvait détester qu’on lui impose quoique ce soit. Maintenant qu’il avait enfin recouvré ses souvenirs -une seconde fois-, il savait que ces derniers mois, tout un tas d’épreuves lui avait été imposé. Et dire tout avait commencé avec sa propre mort. Rien que de songer à cette scène sortie d’une de ces mauvais films policiers -une ruelle déserte et sombre, quoi de plus cliché ?-, il frissonnait. Une douce amertume régnait en arrière gorge... Se savoir en vie et en relative sécurité -Shiki et lui, d’ailleurs- grâce à son meurtrier... Meurtrier également instigateur de la chute de son propre monde, du moins en partie. L’adolescent ne doutait pas que le coup de folie de ‘Shades’ n’avait pas été prévu, pas plus que leur situation actuelle. Néanmoins, il gardait en lui une rancœur certaine. Il l’avait toujours eue, même durant ces derniers mois, mais désormais, il était capable de mettre des mots, des images, des paroles sur ce qu’il ressentait. Il avait confiance en celui qui était son deuxième partenaire, une confiance énorme, mais il ne pardonnait pas. Les mensonges, les tromperies, les manipulations, il ne pouvait tout simplement pas passer au-dessus. Pas encore. Trop tôt, trop à vif, il n’avait même pas eu une seule seconde pour y songer calmement depuis ce funeste duel sans vainqueur. Plus jamais ça. Plus jamais il ne voulait sentir la déchirure d’être manipulé depuis le début, la froideur du métal sur sa peau.

En ça, la lame-clef était différente. Neku ne savait dire de quelle matière elle était faite. Bien que d’apparence métallisée, son contact lui avait toujours semblé chaud. Elle n’était pas lourde, bien qu’elle constituât un fardeau insurmontable pour ses frêles épaules, elle n’était pas glacée. Elle était juste... elle. Indescriptible avec des mots, incompréhensible malgré toute sa logique, et tout ceci la rendait toujours plus énervante. Et cette brûlure ancrée si profondément, devenu si habituelle que s’en était dérangeant, il était temps pour lui d’y céder. Non qu’elle soit plus urgente en ce jour, juste... il devait le faire. Se vider l’esprit de toutes les informations qu’il venait à peine de redécouvrir. A peine sorti d’une bataille contre les ténèbres qu’il s’y replongeait, peut-être était-il plus ‘porteur’ qu’il ne le pensait ?
Shiki était de son avis et quel que soit sa raison de l’être, il souhaita secrètement qu’elle ne fût pas la même que la sienne, qu’elle ne ressente pas l’urgence similaire d’en finir avec ces engeances noires. Pourvu que ce ne soit pas pour cette raison, qu’elle ne se lance pas corps et âme dans une vendetta personnelle contre les ténèbres. Tête la première dans la gueule du loup. Si ses mâchoires cruelles se refermaient définitivement sur elle, sans qu’il n’ait pu agir pour la protéger, il ne saurait ce qu’il ferait. Il ne voulait juste plus perdre quiconque. Pas après Beat. Pas après Rhyme. Pas après Mr H. Pas après lui -sujet encore trop douloureux pour être énoncé à voix haute. Pas après ses parents. Pas après son monde. Tant avait déjà été arraché à celui qui clamait silencieusement ne rien posséder il y a peu.

Un vague mouvement de tête, et l’adolescent réaffirma au Composer sa volonté d’en finir avec ces parodies de Noise. Même ces êtres rampants et dangereux, il les préférait à ce que tous nommaient « sans-cœur ». Malgré leur nombre important, il n’avait pas peur. Non, loin de là, il était même des plus certain de pouvoir triompher et pour une raison des plus simples et logiques : il était accompagné de deux de ses partenaires. Ensemble, ils avaient abattu plus de créatures qu’une armée entière alors, que serait une bataille de plus ? Interpellé par Joshua, Neku se tourna légèrement dans sa direction et attrapa, par pure reflexe, l’objet inconnu qui lui avait été lancé. Il lança un regard interrogatif avant d’ouvrit son poing pour l’identifier, non sans une pointe de nostalgie. L’Hamonizer Pin’s. Semblable aux autres qui renfermaient désormais des avales-rêves, à l’exception qu’il n’arborait aucun dessin. D’un blanc immaculé, il était pourtant capable de déchainer des forces insoupçonnées, à condition de réussir à se synchroniser avec son partenaire. A condition de réussir à faire confiance à son partenaire. Et dans un Jeu où chaque erreur entraine la mort, cette condition est indispensable pour survivre.
Revoir ce qui s’apparentait à une relique à ses yeux lui comprima le cœur. Car celui qui lui avait transmis cette arme redoutable en premier lieu n’était autre que Mr H, ou CAT, au choix. Pour ainsi dire le premier adulte qu’il avait appris à respecter. Pour sa philosophie de vie, pour ses enseignements, pour tout ce qu’il était et tout ce qu’il représentait. La liberté, le choix. Tout. Et ces souvenirs de l’homme négligé à la vague odeur de café brulé était encore plus dur à retrouver en sachant qu’il n’était plus.

Vraiment ?

Car Joshua ne se contenta pas de -très- vagues explications sur le fonctionnement de cet objet qu’il connaissait déjà par cœur. Non. Il précisa sa provenance. Et à la simple évocation de ce « vieil ami », son regard s’écarquilla. Il n’y avait, à sa connaissance, qu’une seule personne capable de créer les pin’s -en dehors du Composer ? Comment savoir les capacités réelles de ce taré ? - et cette personne, c’était précisément Mr H. Est-ce qu’il était... ? Il est vrai qu’il ne l’avait pas vu succomber, ou même retrouvé son corps. Il avait juste tiré cette douloureuse conclusion en voyant le WildKat désespérément vide. Il ne pouvait... Josh’ ne pouvait avoir précisé cette information sans la moindre raison... Mais... et s’il se trompait ? Une seule personne pouvait le lui confirmer, mais l’adolescent savait qu’il ne le ferait pas. Pas aussi facilement, parce qu’il ne répondait jamais directement à ses questions. Une autre de ses habitudes détestables. Une autre de ses habitudes dont il eut la plus flagrante des preuves quand, le plus naturellement du monde -ce n’est pas comme s’il venait de lui remettre une véritable arme de destruction massive-, il dépassa les porteurs pour se poster face à son mur de transparence. Un geste des plus théâtral, et dans un bruit si souvent entendu, la protection disparut. Le Composer également.

Neku eut à peine le temps de resserrer sa prise sur son arme, de reporter son attention sur l’ennemis, que la masse obscure fondit sur eux. Nombres des troupes étaient composées d’ombres, mais, au milieu de cette multitude faible aux yeux voraces, d’autres sans-cœurs se frayaient un chemin. Presque humanoïdes, cette race qu’il n’avait jamais vue auparavant dégageait cette impression constante de danger. Dire qu’il y en avait près d’une dizaine face à eux. Simple instinct ou réalité dictée par la Lame-Clef, il ne le savait guère. Tout ce qu’il savait en cet instant, tout ce qui comptait pour leur survie était les enseignements d’Ethan. Ça, et sa maigre expérience glanée au fil des semaines. ‘Ne pas lutter contre la Clef, se laisser guider’. Le premier assaut qu’il reçut fut un coup vertical, parfait pour lui arracher le visage. Neku déporta son poids sur sa jambe arrière et plaça son arme au-dessus de sa tête, en position de parade. Le choc retentit. Il pesta à la force de l’impact, tremblant, et plaça son deuxième bras en soutien du premier, pour ne surtout pas basculer en arrière. Un jeu de force s’installa brièvement, un jeu qu’il ne pourrait pas gagner. Ainsi bloqué, sa garde était exposée aux attaques venant des flancs. Il le savait mais surtout, il le sentait. Plusieurs ombres mineures rampaient à ses pieds, prête à lui sauter à la gorge. Il aurait pu reculer, un pas en arrière pour mieux revenir en un coup d’estoc vers l’avant, transpercer l’être pseudo-humain. Mais agir de la sorte isolerait Shiki dans une arène de ténèbres et il ne pouvait la laisser ainsi. Il opta donc pour la seconde option. Il inclina légèrement son arme. Un angle suffisant pour faire glisser les griffes redoutables de son adversaire, pour le déséquilibrer. Suivant le mouvement, il fit un pas de côté, à l’opposé, et profita de l’ouverture qu’il avait créé pour assener la riposte : une estocade ascendante. ‘Ne pas forcer, ne pas se laisser entrainer par le poids de l’arme’. Une volute noire comme l’encre s’éleva en lieu et place de l’ombre. Mais la victoire fut de courte durée, car c’est à cet instant que ceux resté à l’affut, au sol, décidèrent de bondir sur lui. Deux ombres vissaient ses jambes au sol, alors que trois autres s’élancèrent, envieuses de leur futur repas. Enfin, deux en réalité, car un faisceau éclatant, apparu soudainement, pulvérisa l’imprudent qui avait choisi son dos pour cible. Neku repoussa le second avec son avant-bras tout en ignorant les griffures qu’il lui laissa. Quant au troisième, il regretta ne pas avoir porté son attaque plus tôt, avant d’être impitoyablement réduit en charpie. Le même sort fut réservé à ceux l’entravant.

A ses côtés, Shiki se débrouillait plutôt bien, il devait bien le reconnaitre. Elle était à mille lieux de cette adolescente terrorisée et privée de sa seule arme qui l’avait épaulée durant leur dernière semaine de survie à Shibuya. Sûr, elle était au moins aussi dangereuse que lui avec cette Keyblade. Deux novices et un pseudo-Dieu face à une marée noire, l’issue n’était peut-être pas aussi évidente qu’il ne l’aurait pensé. En arrière garde, une nouvelle volée de portail apparut. De petits sans cœur flottant, à la robe rouge vif et affublé de petits chapeaux en sortirent. Neku avait déjà eu affaire à ces créatures, même si leur nom exact lui échappait. Elles tirent des espèces de boule de feu, non ? A peine cette pensée émergea dans son esprit qu’une salve de flamme fut tirée en leur direction. Où, comment s’en protéger ? Il croisa ses bras face à lui, et se prépara à l’impact imminent. Mais il ne vint jamais. La chaleur incroyable s’écrasa à quelques dizaines de centimètres d’eux, repoussé, écharpé par une protection invisible, au grand étonnement du porteur. ‘Un mur... ? Mais, quand ?’. L’identité du responsable n’était pas difficile à deviner, surtout lorsque Shiki le lui confirma par ses mots. L’adolescent soupira brièvement, un mélange de reconnaissance, de soulagement mais aussi d’exaspération. Était-ce si compliqué de les prévenir avant de faire un truc pareil ? Evidemment que oui. Tout était toujours compliqué, quand on parlait de Joshua.

La bataille fit rage durant de longues, très longues minutes et, très franchement, les choses ne tournaient pas en leur faveur. La vague d’ennemis semblait continue, et, sans la moindre pause, elle les assaillait, encore, encore et encore. Que pourraient des êtres humains, à la fatigue grandissante, face à une armée d’être sans repos ? Trancher, tailler, parer, repousser, Neku s’acharnait sur la masse qui repoussait à chaque attaque, telle une hydre sans fin. Et il n’était pas le seul dans cet état. Il devina sa partenaire dans un état similaire. Il ne pouvait l’affirmer pour le Composer. Entendre ses ‘Jesus Beam’s ’ pulvériser les ombres ou apercevoir çà et là un vieux transistor et une barrière de chantier s’écraser lourdement lui indiquait qu’il veillait toujours sur leur arrière. Une fois, deux fois, trois fois, il faillit être séparé de son amie, mais nulle ombre ne pouvait séparer le trio de partenaires. Aussi, une fois, deux fois, trois fois, les porteurs, synchrones comme ‘à la belle époque’, l’épaulaient mutuellement. Une première fois, une faible lueur, accompagnée d’une douce chaleur, s’échappa du poing continuellement serré de l’adolescent. Elle lui indiqua l’état de recharge de l’Harmonizer pin’s. ‘Stade 1... encore insuffisant.’ Mais lui n’était pas éternel, mais eux n’étaient pas éternels. S’ils ne venaient pas à bout rapidement de ces sans-cœurs, toutes ces semaines passées à survivre, cette espèce de promesse pour sauver leur monde, n’auraient servi à rien. Au coin de son regard, une scène d’horreur attira son attention. Une vague plus importante que la précédente eut raison de leur solide entente. Ils furent repoussés, séparés, isolés. Sa partenaire, renversée, désarmée, en proie avec l’un de ces humanoïdes qui s’approchait dangereusement. Un burst d’adrénaline s’empara de Neku, concomitant avec l’accession au stade 2 du pin’s blanc. Elle n’était qu’à quelques mètres, il devait la rejoindre, il devait faire quelque chose ! C’était sans compter l’irruption d’un de ces êtres face à lui. Il lui barra la route, mais le porteur ne pouvait stopper son élan. Il devait la rejoindre. Arme en avant, même si cette dernière lui hurlait une toute autre stratégie, il perça la poitrine de l’engeance et la traina avec lui sur les quelques mètres le séparant de la scène de cauchemar. Quand les dernières volutes de ténèbres disparurent de son champ de vision, il constata avec soulagement que sa partenaire avait réussi à se débarrasser seule de son adversaire. Elle n’était plus vraiment sans défense et, l’espace d’une seconde, il ne put s’empêcher de penser qu’il s’agissait d’une bonne chose. Juste une seconde, le temps de se rappeler le pesant devoir que les liait.
L’urgence de ses mots confirma ce qu’il pensait également : Ils devaient utiliser l’Harmonizer Pin’s et ce malgré les risques. Après tout, ils étaient vivants désormais et aucun pacte ne les liait... Et si l’utiliser était dangereux pour eux ? Et si leur attaque synchrone n’était plus aussi efficace ? Ou devenait au contraire trop efficace ? Comme s’il avait le temps de penser à ça. Tout ce qui comptait était leur survie et leur survie à tous les trois.

« J’arrive ! Bouge pas ! »

Pour ne surtout pas risquer d’être à nouveau séparé. Pour ne pas risquer un mauvais coup en chemin. Mentalement, il prépara l’activation du pin’s. C’était un état difficile à expliquer avec des mots, celui de la fusion. Chacun puisait dans les ressources de l’autres, sans jamais tout consommer. Chaque geste devenait d’une synchronicité et d’une précision sans égale, comme s’ils partageaient le même esprit, les mêmes pensées. Très étrange, même trop étrange, surtout lorsque l’on savait que seule la confiance pouvait faire naitre un tel état. Surtout lorsque l’on savait qu’on avait partagé l’esprit d’une véritable entité « divine ». Sa confiance, Neku ne l’accordait qu’à de trop rare personne. Non sans mal, il finit par rejoindre Shiki. Sa présence douce et joyeuse, familière emplit son être. Ah, que cette sensation pouvait être étrange. Etrange, mais pas forcément désagréable. En un souffle, pour qu’elle soit la seule à l’entendre, il scella le début de leur attaque.

« ‘Come to my World »

Et à peine reçu-t-il la réponse, à peine sa main rejoignit celle de sa partenaire, qu’une explosion de lumière les aveugla. Tout de suite après, le porteur ressentit une sensation qui n’avait pas lieu d’être, impossible pour ainsi dire : l’éveil d’un de ses avales-rêves. Hors pacte ? Impensable. Juste impensable. Et pourtant, ils chevauchaient tout deux désormais une bête éclatante, un lion énorme et écarlate. Fièrement, il arborait la marque des esprits. Neku ne s’attendait pas à ça. Habituellement, c’était MrMew, l’espère d’étrange chat en peluche de Shiki, qui leur servait de monture. Mais pas cette fois-ci. Non, cette fois-ci, la poupée animée reposait sur l’encolure de l’incroyable créature : un Auralion. Parmi ceux que le porteur usait le moins, à cause de l’énergie qu’elle puisait dans ses réserves. Le contrecoup arriverait bien assez tôt, mais pas avant qu’ils n’aient anéantis tous ces ennemis. Un pas, la patte griffure éclata la tête ronde d’une ombre. Les sans cœurs s’étaient figés sur place, comme s’ils retenaient leur souffle. Une crypto-ombre brisa la première la scène et s’élança sur le trio insolite. Un coup de griffe implacable la trancha en deux. Ce fut le coup de semonce. Comme un seul homme, pour répondre à ce nouveau danger, les engeances des ténèbres se jetèrent sur les adolescents dans un grouillement ignoble. Le lion des rêves se ramassa sur lui-même avant d’émettre un profond rugissement. Un rugissement qui se transforma en une véritable explosion de lumière. Un rugissement si puissant qu’il en balaya les environs, qu’il força Neku à lâcher son arme pour mieux protéger ses tympans. Sur plusieurs mètres, l’onde choc trancha, broya, écrasa impitoyablement les sans sœurs en présence, et les réduisit à néant. Et l’adolescent mit de longues, très longues secondes avant de rouvrir les yeux pour constater ce massacre.

Rien. Il n’y avait plus rien. Plus la moindre ombre, plus le moindre portail, plus la moindre marée implacable. Comme dans ses souvenirs, l’attaque-fusion avait été d’une puissance inouïe... Non, même plus puissant que dans ses souvenirs. Parce qu’ils étaient vivants ? parce qu’ils étaient des porteurs ? Parce qu’il était épaulé par ces étrange créatures des rêves ? Il n’en avait pas la moindre idée et ne recevrait sans doute aucune réponse. Comme d’habitude. Aussi rapidement qu’il était apparu, l’auralion s’évanouit dans un nuage de fumée. Le porteur, le souffle quelque peu raccourcit, porta une main à sa poitrine, comme pour calmer les battements trop soutenus de son cœur. Il ouvrit cette même main, et observa l’Harmonizer pin’s y trônant, vidé de ses forces, tout comme lui.

« On l’a fait... C’est fini. » prononça-t-il lentement, tout en se tournant vers sa partenaire, un petit sourire aux lèvres.

Mais la présence de ce pin’s immaculé amenait d’autres questions. Des questions dont il brulait d’avoir les réponses.




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ]
Revenir en haut Aller en bas

We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» We are alive ! The end and the beginning of Game † [ PV : Neku et Shiki ]
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Paradis des farceurs-