Partagez|

Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Lun 18 Jan - 15:07
Halloween Town, un monde perdu en plein domaine obscur. Une ville terne qui ne montrait sa beauté que de nuit, une ville qui n'avait que pour seul et unique but préparer et fêter la fête annuelle d'Halloween. Cette ville avait une particularité intéressante, la plupart de ses habitants n'étaient ni de race humaine, ni de race animale. Il s'agissait pour la plupart de véritables monstres que l'on trouve habituellement dans les films, récits et contes. Peut-être que le terme monstre était exagéré, il s'agissait de créatures dont l'aspect pouvait faire éprouver quelques frissons aux non-initiés. Des squelettes, des vampires, des lycans et tout un ensemble d'autres races hautes en couleurs. Un endroit où les créatures cauchemardesques sont banales, c'était justement ce qu'il lui fallait.

Benjamin referma d'un coup sec le carnet de voyage qu'on lui avait fourni il y a peu. Il avait d'ailleurs récupéré tout un tas de livres et rapports qui pouvaient avoir un lien de près comme de loin avec sa mission. Retrouver une personne dont l'existence n'est pas certaine n'était pas une chose aisée, mais c'était son choix... Sa chance. Il souhaitait commencer sa recherche au royaume de Russie qui se trouvait quelque part dans les contrées de lumière. D'après de récents rapports, une étrange créature aurait fait du grabuge là-bas. Cependant, il voulait procéder méthodiquement. Il voulait savoir exactement ce qu'il cherchait car même en lisant les pauvres rapports qui pouvaient décrire la bête possédant une marque de princesse de coeur, Benjamin n'arrivait pas à mettre le doigt sur quelle créature elle pouvait bien être. Et c'est pour cela qu'il voulait d'abord se rendre à Halloween Town. Il comptait trouver quelqu'un qui pourrait lui apprendre comment nommer et reconnaitre l'espèce de la princesse. Après tout, il devait bien y avoir quelqu'un qui pourrait lui répondre dans une ville entièrement remplie de créatures. Courir après quelqu'un sans rien savoir sur lui. C'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Une aiguille qui piquerait très fort certes.

Le jeune gardien se releva lentement de l'arbre contre lequel il s'était appuyé pour lire ses notes. Il manqua aussitôt de tomber à cause des fourmis dans ses jambes et se rattrapa de justesse au tronc de l'arbre. Attendant patiemment que cette sensation désagréable se désagrège avec le temps il porta deux de ses doigts à sa bouche pour siffler un coup fort. Ne pouvant pas parler, il était devenu plutôt doué concernant les moyens de se faire remarquer. Peu de temps après ce sifflement perçant, un bruissement se fît entendre non loin de lui, à l'orée de la forêt. Un grand chocobo tout jaune portant différents sac ainsi qu'un étrange collier futuriste jaillit d'entre les arbres pour s'arrêter devant le jeune homme. Il lachâ le cri habituel des chocobos avant de mettre un petit coup de bec à l'humain. Benjamin soupira et sortit d'un des sacs une orange qu'il entreprit d'éplucher avant de donner à son frère. C'était plus qu'une simple amitié qui liait les deux compères, ils s'étaient promis de ne pas se quitter. Et ensembles, ils étaient prêts à affronter bien des dangers. Lorsque Chapi-Choco eût terminé son repas, Benjamin avait déjà rangé les différents livres dans les sacs que portait l'animal. Il caressa le bec de l'animal avant de grimper sur son dos.

Par le lien qui unissait les deux frères, Benjamin fît comprendre à Chapi qu'ils devaient se rendre dans la ville d'Halloween. Ils ne s'y étaient jamais rendus mais le gardien venait de lire les coordonnées et les inscrivits sur le collier de son ami. Ensembles ils s'éloignèrent des broussailes, des arbres et des ronces pour trouver une vaste plaine. Pour voyager entre les mondes, Chapi avait besoin d'atteindre une certaine vitesse de déplacement. Il avait donc besoin d'un grand espace pour atteindre cette vitesse de pointe.
Le chocobo entreprit alors de faire quelques petits tours pour se dégourdir les pattes avant de s'élancer à grandes enjambées à travers la plaine. Le collier commençea à scintiller d'une couleur orangée, indiquant que la vitesse requise serait bientôt atteinte.
D'un seul coup, les deux voyageurs disparurent laissant une trainée jaune derrière eux.

Sous la lune d'argent une détonation se fît entendre suivit d'un cri de chocobo. Non loin du cimetière, un chocobo surmonté d'un homme tentait tant bien que mal de freiner. C'était l'une des contraintes de cette machine futuriste que portait Chapi au cou. Lorsqu'il venait pour la première fois dans un monde, il pouvait appraraitre n'importe ou sur ce dit monde. Que ce soit face à un mur ou au bord d'une crevasse. Dans le cas présent, Chapi freinait pour essayer de piétiner le moins de citrouilles possibles. Benjamin s'en voulait un peu. Il savait très bien qu'il n'avait pas les fonds pour remplacer toutes les citrouilles perdues. C'est pour cela qu'une fois à l'arrêt, il contempla la magnifique trainée orange qui se répandait sur le sol. Il soupira et attrapa son carnet de dessin dont il arracha une page. Il sortit son stylo et écrivit.

[Je suis sincèrement désolé pour les dégâts causés. Je reviendrais payer avec les interêts lorsque je les aurais.]

Il signa cette rapide lettre de son nom et la glissa sous une citrouille. Il n'avait déjà pas vraiments les fonds nécessaires pour vivre convenablement et il devait désormais quelque chose à un quelconque cultivateur de citrouille. En plus de cela, il donnerait une très mauvaise première impression dans cette ville. Il fît signe à Chapi de le suivre en restant le plus loin possible des citrouilles encore intactes et se rapprocha d'un muret de pierre pour s'y adosser. Il essaya de se concentrer sur le but premier de sa visite et d'oublier ces citrouilles un instant. Le paysage semblait concorder avec la description donnée dans son carnet de voyage. Des décors se voulant effrayants, une énorme lune surplombant le ciel sans étoile, des citrouilles à perte de vue... Un décor d'halloween en somme. C'est ici qu'il trouverait les informations qu'il lui faut. Mais pour commencer, il allait devoir trouver la ville. Car il avait beau tourner la tête dans tous les sens en gardant le sourire d'un air confiant, la ville ne se dévoilait point à lui. La plaine était vide de vie. Il ne pouvait demander son chemin à personne. C'est alors qu'il entendit un petit soupire derrière lui.

Le gardien se retourna et passa sa tête par-dessus le muret pour y découvrir un jeune garçon qui semblait pronfondément endormi sur quelques fleures fanées. Benjamin essaya d'attirer son attention en sifflant et en tapotant le muret mais rien n'y fît. Le garçonnet continua de dormir à poings fermés. Le gardien grimpa alors sur le muret et s'y pencha que sa tête arrive au même niveau que celle de l'endormi. Alors qu'il allait pousser doucement l'épaule de l'enfant pour le réveiller et ainsi lui demander ce dont il avait besoin de savoir, Chapi le poussa d'un petit coup de bec et Benjamin chûta sur l'enfant qui dormait paisiblement. Il se releva dirèctement affolé tandis que le chocobo semblait désormais se moquer. Voyant que le choc ne pouvait qu'avoir réveillé le garçon, Benjamin arrêta de réflechir et fît la première chose qui lui passa par la tête. Il arracha une fleure fanée et la tandit à celui qu'il faisait face. Il esperait pouvoir faire comprendre qu'il était désolé. Décidement, on avait fait mieux comme premier voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 14/12/2015
Pièces d'or : 150
Dream Traveller
Lunastre
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Lun 25 Jan - 15:30



Quelle est la Différence
entre un Rêve et un But… ? ☆




Où suis-je… ? Il fait noir, complètement noir… Je ne vois rien, pas même ne serait-ce qu’à un pas devant moi… Je ne comprends pas… Lentement, je tends mon bras devant moi qui se perd dans l’obscurité totale. C’est alors qu’une douce lueur blanche inonde les alentours, m’éblouissant par la même occasion. Je me protège les yeux avec mes bras avant de les cligner plusieurs fois, essayant de m’habituer à la soudaine luminosité. Quand j’y vois enfin plus clair, je reconnais mon monde, non pas le monde où je suis né – dont j’ignore toujours le nom dû à ma perte de souvenirs – ni Halloween Town, mais bien mon monde personnel. Ce monde que j’ai créé… Ce monde régit par aucune loi… réalisant tout ce que je souhaite… Ce monde irréel, n’existant que grâce à mes Rêves, mais que je connais mieux que le monde réel lui-même…

Alors je suis de retour ici… La seule explication à ma présence dans mon monde imaginaire est que je me suis endormi dans la réalité… Je laisse échapper un soupir, à peine perceptible car mon souffle est bloqué par ma cape qui me monte jusqu’au nez. Je passe trop de temps dans mes Rêves… Non seulement, c’est dangereux pour moi dans le monde réel, mais aussi, je perds un temps précieux dans mes recherches pour sauver Lun… Je déteste ma maladie… Vraiment… Elle est insupportable… J’aimerais bien trouver un médicament… Mais j’ai également peur de perdre ma capacité de Voyager dans les Rêves en la soignant… Je serre mon médaillon dans ma main quelques secondes. Lun… Que dois-je faire… ? Je suis définitivement perdu…

Nouveau léger soupir. Je relâche mon collier et avance d’un pas lent dans mon Rêve. J’observe les alentours sans y prêter vraiment attention. Je connais cet endroit par cœur. Et si je souhaite découvrir de nouveaux lieux, seul moi peux les matérialiser. Mais à quoi bon créer ce qu’on imagine… ? Visiter un nouvel espace que j’ai imaginé, c’est inintéressant… J’entre dans une maison qui me rappelle lointainement quelque chose, mais impossible de rassembler mes souvenirs. Seul un trou noir répond à mes questions. J’arpente la petite maison. Pas grande du tout. Peu de gens pourraient habiter ici. Trois personnes maximum, probablement. Comme ma Famille…

Ma Famille… ? Non, non, non… ! Il ne faut pas que je songe à elle… ! Depuis que je suis allé dans ce monde désertique… Agrabah, il me semble… ? Je n’arrive pas à me rappeler du visage de mes Parents… Impossible de mettre un nom, un âge ou quoi que ce soit d’autre sur ces ombres censées représenter mes Parents dans ma mémoire. Encore ce fameux contrecoup dû aux Voyages via mes Rêves… ? Je secoue doucement la tête de gauche à droite pour me sortir ça de l’esprit. Ne pense pas à eux, ne pense pas à eux… De toute façon, rappelle-toi… Tes soi-disant « Parents » n’étaient que des types qui te gardaient prisonnier à leurs côtés. Oublie-les. Lun est la seule personne qui a de l’importance à tes yeux. Je ne peux pas oublier Lun, c’est juste impossible… Il est mon Meilleur Ami, mon Sauveur… Et c’est à mon tour de le sauver, de le ramener… Tu devrais commencer par te réveiller. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire…

Après tout, je suis parti pour dormir un bon moment… À moins qu’un évènement inattendu vienne me réveiller… Même en étant conscient dans mes Rêves, sortir de ce monde imaginaire reste vraiment galère… Ainsi donc, espérant un miracle qui me ramènerait à la réalité – que je déteste mais que j’essaye de rendre meilleure en cherchant un moyen de guérir Lun –, je monte l’escalier qui dirige vers une unique chambre, toute aussi petite que le reste de la maison. Sur le lit simple à l’étage, une peluche est posée sur l’oreiller. Inconsciemment, attiré par la peluche, je m’approche du lit pour la prendre dans mes bras et la câliner. C’est un ours blanc avec tellement de poils qu’on voit à peine ses yeux noirs… Entre les pattes, il tient une étoile jaune avec écrit « Joyeux Anniversaire » dessus. Il m’apporte une touche de réconfort dans mon cœur, il le réchauffe… Cependant, je ne parviens pas à savoir pourquoi… Qu’a-t-il d’exceptionnel… ?

[Dans la réalité, Halloween Town] Tandis que je réfléchissais au comment du pourquoi dans mon Rêve, mon corps s’est effondré au milieu de nulle part. En observant les alentours, on remarque direct le muret à côté duquel mon corps se trouve, et également le parterre de fleurs fanées que mon corps a écrasé en tombant. Toutefois, ce n’est pas le plus choquant. Mon endormissement n’était assurément pas prévu. Comment le sait-on ? Probablement à cause de la trace de sang sur le mur. Ma tête a dû le heurter pendant la chute de mon corps. Techniquement, j’aurais dû ressentir le choc dans mon Rêve, mais pas cette fois… C’est alors qu’une tête masculine apparaît par-dessus le muret. Il tape les briques froides, tentant peut-être de me réveiller, mais rien n’à faire. Alors il essaye autre chose. Toujours rien. Quand tout à coup…

[Dans mon Rêve, Monde Imaginaire] Des petits bruits… Je perçois des sons, très lointain. Le nounours dans les bras, je ressors de la maison en marchant et lève les yeux vers le ciel gris. Je plisse les sourcils, cherchant la source de la répercussion, car oui, ça ressemble à quelque chose comme ça… Mais même en utilisant ma « super ouïe », une magie que je peux utiliser dans mon monde, je ne suis pas en mesure de dire sa provenance. Je finis par deviner que c’est un bruit venant du monde réel. J’hausse légèrement les épaules, comptant retourner à mes activités quand quelque chose de lourd me tombe soudainement dessus et me réveille en sursaut. J’ouvre les yeux, regardant tout autour de moi, surpris et effrayé en même temps. Le temps que je reprenne mes esprits et que je m’assoie… le poids se dissipe. C’est alors qu’une énorme douleur me lance à l’arrière du crâne. Je laisse échapper un « Aïe… » plaintif, laissant la peluche tombée sur mes genoux, pour prendre ma tête entre mes mains.

Retirant l’une de mes mains pour la regarder, je réalise qu’elle est recouverte de sang en partie sec. Ça fait combien de temps que je dors… ? C’est alors que mon regard croise celui d’un jeune adulte brun derrière ma main, qui me tend une fleur fanée. De nouveau, je sursaute de surprise et, ignorant la douleur à ma tête, je me recule jusqu’à me retrouver dos au muret. Mon cœur bat la chamade. Dans un élan de panique, je ramasse la peluche et la tends au brun, espérant qu’il la prenne et qu’il s’en aille au plus vite… Je n’ai pas l’habitude d’être en présence d’autrui, et encore moins d’un total inconnu… Néanmoins, un détail m’intrigue alors. Il n’est pas comme les Monstres qui habitent Halloween Town. Au contraire, il me « ressemble »… Un Humain… ? Réalisant cela, j’abaisse un peu la peluche pour observer le brun aux yeux vert émeraude, avec un air semblant demander qui il est…




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« I will save you, Lun… I promise… I will bring you back… »


Mici Elsa ♥

Lunastre - Thème « Yodaka no Hoshi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Mar 15 Mar - 19:01
Le gardien lâcha resta confus quelques instants, tenant cette fleur dans la main. La situation en devenait presque gênante, laissant ces deux personnes se fixer sans un mot. Finalement, Benjamin se gratta l'arrière tête en jetant un regard tout d'abord à l'ourson. Il était presque sûr qu'il n'y avait pas cette peluche auparavant, mais après tout il avait du mal voir. Son attention se reporta sur le jeune garçon aux pupilles peu communes. Il baissa lentement la main tenant la fleur, laissant son bras se reposer et fixa en détail l'enfant. Il ne semblait pas bien grand, au contraire même plutôt chétif et affichait sur le visage une expression qui semblait lier intimement méfiance et curiosité. Benjamin afficha un sourire niais avant de se gratter la tête, esperant montrer qu'il était sincèrement désolé de ce petit problème. Il pouvait tout à fait comprendre le petit, personne ne pourrait se faire réveiller de la sorte en pouvant afficher un grand sourire. Lui-même qui était si enjoué aurait été totalement déstabilisé si il s'était retrouvé dans la situation du dormeur. Il approcha sa main de la tête de l'enfant pour lui donner un habituel ébouriffement du cuir chevelu mais s'arrêta juste devant le visage de l'ancien rêveur, à quelques centimètres. Son sourire se figa tandis qu'il fixait d'un air bête la trace sur le mur qu'il n'avait pas vu auparavant. Rapidement il commença à transpirer à grosses gouttes, essayant de garder un sourire bienveillant. Malheureusement, il faisait désormais plus peur qu'autre chose. Il cligna les yeux plusieurs fois comme pour essayer de se convaincre que ce qu'il avait devant les yeux n'était qu'une illusion et il remarqua au contraire le sang présent sur la main de l'enfant.

Il se releva d'un bond comme propulsé par une force divine et s'écarta un peu et se mît à faire des aller-retours de gauche à droite, lâchant parfois un regard furtif à l'enfant. Il était mal, très mal. Dans son esprit les choses étaient clairs, il avait du blesser ce pauvre petit en lui tombant dessus comme un sauvage. Si ça se trouve, c'était une blessure sérieuse, il ne connaissait rien en médecine mais voir tout ce sang ne lui disait rien de bon. Et si jamais l'enfant venait à mourir ? Et si jamais cette blessure le gênerait toute sa vie ? Il commença inconsciemment à se machouiller la main, tandis que son poing était fermé. Et qu'allaient dire ses parents ? Pour quel sorte d'individu  allait-il passer ? Un aggresseur d'enfant endormi ? Non, il devait faire quelque chose. Il était un gardien et il agirait en tant que protecteur du peuple. Il s'approcha donc de nouveau du garçon à coup de grandes enjambées. Il tendit ces deux mains à plusieurs reprises, essayant de faire comprendre à sa victime de ne pas bouger. Puis il enjamba le muret pour faire face à son frère à plumes qu'il attrapa par l'arrière du crane pour coller son front contre le sien. Il lui lança un regard qui en disait long obtint comme seul réponse un petit coup de bec sur le nez. Il failli alors entrer dans le jeu mais les souvenirs encore frais de l'enfant refîrent surface. Il ouvrit son donc le sac accroché sur le chocobo pour en sortir des bandages.

Il fouilla quelques instants dans son sac, les mains tremblottantes avant de s'arrêter telle une statue. Il pouvait chercher autant qu'il veut, il ne trouverait pas ce qu'il escomptait. Il se souvint alors d'un évenement particulier d'il y a seulement quelques jours auparavant. Il était avec Chapi, pour une obscure raison ils avaient commencer à jouer avec les bandages dans la forêt. Il s'écroula à genoux, attrapant sa tête entre ses mains tandis qu'une image distincte d'un arbre recouvert de bandages s'offrait à son esprit. Le gardien commença alors à se morfondre sur son malheur. Il était un crétin fini, comment voulait-il esperer un jour proteger une princesse de coeur, recherché par toutes les forces du mal imaginables alors qu'il était incapable de venir en aide à un jeune garçon qu'il avait lui même blessé ?

Il reçu alors un petit coup de patte, le sortant de sa stupeur. Chapi fixait le muret en lâchant un petit cri si particulier appartenant aux chocobos. Benjamin n'eut pas besoin d'une seconde de plus pour se relever. Il n'allait pas commencer à doûter alors que sa mission n'avait commencé que depuis peu, il n'en avait pas le droit. Et bien plus important, il y avait un blessé qui avait besoin d'aide. Il ouvrit sa sacoche pour en sortir une feuille et un stylo et en profita pour faire un signe de tête à son ami jaune. Trottinant, il repassa rapidement par dessus le muret pour de nouveau faire face à l'enfant. Cette fois-ci il afficha un sourire confiant et s'asseya face à l'enfant, lui signifiant qu'ils étaient d'égaux à égaux puis posa la feuille entre les deux. Il montra le stylo au jeune blessé longuement et l'approcha de la feuille. Il commença à écrire de son écriture presque illisible qui lui était si familière.

[Désolé. Sincèrement, je suis désolé. Je peux comprendre que tu ne veuilles pardonner ma bêtise mais tu as besoin de faire soigner ça. Il faut que tu me dises ou tu habites, je vais te raccompagner chez toi. En plus il faut que j'explique à tes parents ce qu'il t'es arrivé. Au fait, je m'appel Benjamin et je suis un gardien au service de sa maj des gens qui ont besoin de moi. Je sais que c'est justement les gens qui disent ce genre de truc à qui on fait le moins confiance mais pourtant. Enfin bref, j'ai une super idée ! Il faut rentrer chez toi pour te soigner, et pour me faire pardonner que dirais-tu d'une promenade à dos de chocobo ? On sera chez toi en un rien de temps.]

Il tourna ensuite la feuille et la poussa vers le jeune garçon avant de s'incliner bien bas, esperant que l'enfant pourrait lui pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 14/12/2015
Pièces d'or : 150
Dream Traveller
Lunastre
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Mar 12 Avr - 21:11



Quelle est la Différence
entre un Rêve et un But… ? ☆




[Dans la réalité, Halloween Town] Le choc contre le mur ne me fait plus trop mal… la douleur diminue peu à peu, aussi vite qu’elle s’est éveillée… le sang ne coule déjà plus, presque sec… alors rien de grave, tout va bien… je ne vais pas mourir de cette chute… de toute façon, je ne peux pas mourir maintenant, Lun m’attend toujours… et il est une priorité absolue… ! Mais encore faut-il que je trouve une solution pour le ramener… demander de l’aide à un guérisseur des morts et retourner… euh… dans mon ancien monde… la tâche se révèle plus difficile qu’elle n’en a l’air… beaucoup de problèmes s’ajoutent à mon idée de base… je commence à m’y perdre… dans quel ordre dois-je m’y prendre… ? Je ne sais pas… cependant… interdiction d’abandonner… ! J’atteindrai tôt ou tard mon objec–…

Ma tête flanche vers l’avant et ma vision se brouille. La douleur à l’arrière de ma tête refait surface sans prévenir. Ah… ce n’est pas bon tout compte fait… j’ai dû perdre un peu trop de sang… et le sommeil n’a rien arrangé pour rétablir le manque… ou quelque chose comme ça que Lun m’a expliqué une fois… que devais-je faire déjà, si ça venait à m’arriver une nouvelle fois… ? Rester éveillé par-dessus tout et soigner la plaie, je crois… ? Hein… ? Ça ne serait pas plus simple que je me rendorme pour aller chercher un médicament… ? Je ne comprends pas… ce n’est pas logique… Je me ressaisis néanmoins assez rapidement, secouant doucement la tête de gauche à droite pour reprendre totalement conscience. Si Lun l’a dit, dans ce cas, il n’est pas question que je retourne dans mon Monde Imaginaire, tant pis… !

Une main posée contre ma blessure, je lève les yeux vers le jeune homme brun qui fait les cent pas devant moi. Je penche la tête sur le côté avec un nouvel air interrogatif. Puis il semble avoir une illumination et il enjambe le muret. Je le suis du regard sans comprendre… Je tente de m’appuyer sur ma main libre, tremblante comme une feuille, pour me remettre debout, sauf qu’elle ne parvient pas à soutenir mon poids… alors je me rassois sur le sol. J’ai mal à la tête… mais ça ne m’empêche pas de percevoir un petit cri animal… enfin, je crois que c’est un animal… à vrai dire, je n’en sais trop rien, cet étrange piaillement m’est inconnu… il est tout proche… un animal sauvage peut-être… ? Il va m’attaquer… ? Ce n’est pas trop le moment… un peu inquiet, je me tourne lentement de nouveau dans la direction du cri, en somme derrière le mur, pour essayer de repérer la bestiole.

Contre toute attente, pile au même moment, je vois le grand brun bondir par-dessus le muret pour revenir face à moi avec un carnet et un crayon. Je peine à garder les idées claires… je voulais rentrer chez moi pour me reposer… dix secondes s’écoulent avant que je ne réalise ce que je venais de songer… dormir dans ma maison… dans une maison… entre quatre murs… comme si je pouvais supporter ça… oubliant le brun acrobate, je ramasse le nounours en peluche à côté de moi et me rallonge sur le sol. Désolé Lun, je vais te désobéir, mais je dois dormir… j’ai mal… pas sûr que je tienne sans médicament… Mais au moment où j’allais fermer les yeux, le grand inconnu pivote son carnet dans ma direction. Un pavé de lignes est écrit sur la feuille blanche…

Attisant ma curiosité, je me redresse sur l’un de mes bras tant bien que mal avant de me rasseoir et de me frotter les yeux. Puis sans chercher à avoir l’accord du jeune homme, je prends la feuille entre mes mains pour lire… difficile, mais pas impossible… après tout, d’après Lun, ma propre écriture était compliquée à déchiffrer… du temps où j’allais à l’école, du moins… je lis une fois… puis deux et trois fois, parce que je me sais lent à capter ce que je lis… ainsi donc, cet acrobate aux cheveux bruns s’appelle Benjamin, et c’est un Gardien… si je comprends bien, il croit que ma blessure à la tête est de sa faute, alors il veut me raccompagner chez moi pour me soigner et expliquer ce qui m’est arrivé à mes parents…

Le reste du texte me laisse perplexe et je regarde de nouveau le dénommé Benjamin avec un air interrogatif. Pas confiance en ce qu’il dit aux gens… ? Promenade à dos de Chocobo… ? Qu’est-ce que ça signifie… ? Pourquoi ne devrais-je pas lui faire confiance… ? Il a dit lui-même être un Gardien, je n’ai pas de raison de douter de lui… pourquoi il mentirait… ? Et puis, c’est quoi un Chocobo… ? Un animal… ? Alors… le cri bizarre de l’animal tout à l’heure… c’était un Chocobo peut-être… ? Je rebaisse les yeux vers la feuille quand une nouvelle question me traverse mon esprit de plus en plus embrumé. Pourquoi a-t-il écrit tout son dialogue… ? Est-il possible qu’il ne puisse pas parler… ? Comme moi… ? Sans savoir pour quelle raison, je me surprends à esquisser un sourire amical en direction du jeune Gardien, puis je lui fais signe de se redresser.

Avec son aide, j’ai peut-être une chance de rentrer chez moi… il pourrait peut-être vraiment me soigner… je plie lentement la feuille et la range dans une poche de ma veste. Prenant une profonde inspiration, je tente une seconde fois de me remettre debout, m’accrochant au mur pour m’aider. Mes jambes tremblent, me faisant tituber à chaque pas. Je ramasse le nounours avant de me retourner vers le jeune brun aux yeux émeraudes et acquiesce d’un signe de tête, signifiant que je suis prêt à partir. Cependant, je ne suis pas très confiant en l’idée de faire une « promenade à dos de Chocobo »… en attendant que l’ancien inconnu me dise quel genre d’animal c’est, je jette des coups d’œil autour de moi pour me repérer. Je finis très vite par reconnaître les environs. Nous sommes proches du cimetière qui marque la pré-entrée du village d’Halloween Town… ma maison se situe plus loin, près de l’immense forêt qui mène aux portes des autres villages… Reportant mon attention sur le Gardien, je désigne du doigt la direction à suivre…




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« I will save you, Lun… I promise… I will bring you back… »


Mici Elsa ♥

Lunastre - Thème « Yodaka no Hoshi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Ven 29 Avr - 22:22
L'enfant se procura le message laissé par le gardien et entama la lecture de celui-ci. Il semblait peiner à lire ce dernier, repassant lentement ses yeux  de gauche à droite à plusieurs reprises,  s'arrêtant parfois quelques secondes avant de continuer de nouveau. Le gardien restait agenouiller, proche du jeune garçon. Il attendait le temps qu'il conviendrait à son lecteur car même si il ne voulait pas forcément l'avouer, il savait très bien que son écriture pouvait être pénible à la lecture. De plus, le jeune garçon ne semblait pas dans le meilleur des états. Il perdrait certainement du temps dans la recherche des informations sur cette princesse-monstre mais il ne pouvait pas décemment tourner le dos à quelqu'un dans le besoin. Surtout quand ce besoin venait en partie de lui. Il en vint à se demander si c'était bien sérieux de vouloir continuer son entreprise. N'importe qui pourrait affirmer qu'il n'est autre que la risée de l'ordre des gardiens et pourtant même en ce moment il ne voulait pas abandonner. S'il baissait déjà les bras, alors ses erreurs passées l'emporteront sur ses promesses futures. Non il aurait du être plus sérieux, ne pas jouer avec les bandages, faire attention ou il mettait les pieds. Malheureusement pour lui, il agissait bien souvent comme un grand enfant et ne s'en voulait qu'après coup. Il était ainsi après tout, à quoi servait la paix si tout le monde restait sérieusement de marbre en toutes circonstances. La paix tout comme la liberté devait s’accommoder de joie, sans cela elles étaient inutiles. C'était un raisonnement des plus simplistes émis par un simplet.

Finalement le garçonnet lui afficha un sourire bienveillant pour lui faire signe de se relever, ce que le gardien ne tarda pas à faire. L'enfant se releva alors au prix de pénibles efforts, Benjamin restait sur le qui-vive pour le rattraper au cas-ou il ferait une mauvaise chûte. Le pauvre semblait tellement faible, à un point tel que le gardien commença sincèrement à prier pour qu'il ne lui claque pas dans les bras. Il avait du perdre beaucoup de sang pour avoir autant de mal à se remettre debout, et Benjamin se sentait fautif et responsable de ce qui lui arriverait. Sa vie était peut-être en danger ? Et ils perdaient du temps précieux ici. Les soins semblaient devenir vitaux pour l'enfant. Benjamin se décomposa sur place, son teint devint blanc instantanément lorsque la pire éventualité lui frôla l'esprit. L'enfant semblait d'accord avec son plan et lui montra une direction. Instantanément, Benjamin mis deux doigts au niveau de sa bouche pour émettre un sifflement strident. Chapi qui se savait concerné par cet appel ne tarda pas à bondir par dessus le muret pour se placer tout proche des deux garçons. Il fît un petit cri bien particulier au chocobo tandis que Benjamin lui gratta le cou.

"Kwoaaa !"

Benjamin n'eût pas le temps de prévenir le jeune garçon, le temps pressait et ils devaient faire vite. Il attrapa l'enfant aux yeux rouge par la taille pour le placer sur Chapi et fît un rapide signe au chocobo pour lui faire comprendre que l'heure n'était pas à la rigolade cette fois-ci. Donc pas question de faire tomber l'enfant en cours de route. Puis il grimpa à son tour derrière le jeune garçon. La direction en tête il sortit de son sac un chocolégume. Pour les non-initiés à ce magnifique légume, il s'agit sans doute du piment le plus fort existant que ce soit au goût ou à l'odeur. Et fait intéressant, les chocobos en raffolent. Non seulement ils en raffolent mais en plus ce légume semble accélérer leurs organisme une fois consommé pour un petit délai. Ils courent plus vite, creusent plus profondément et s'envolent plus haut si le chocobo est doré. Chapi lui était, simplement jaune. Peut-être était-il trop paresseux pour évoluer ? Peu importait au gardien, il aimait son frère tel qu'il était. Finalement, il jeta en l'air le chocolégume et saisît fermement le jeune garçon. Le voyage serait rapide mais sans doute mouvementé.

Chapi-Choco bondît alors dans les airs pour avaler ce piment. Il cria de nouveau et se jeta sur le muret. Par la pensée, Benjamin lui indiqua la direction à suivre et en moins de temps qu'il en fallut pour dire ouf, le chocobo s'était déjà élancé à vive allure. Esquivant les quelques arbres sur le chemin, montant parfois à la perpendiculaire sur certaines buttes grâce à ses griffes, le voyage n'était clairement pas de tout repos. Heureusement pour les voyageurs, le gardien était habitué et s'assurait à ne pas perdre l'enfant en chemin. Finalement le chocobo s'arrêta net proche d'une route. Des tonnes de monstres semblaient défiler sur le chemin, peut-être une étrange coutume locale. Benjamin avait un peu peur de certains d'entre eux, mais il ne pouvait se permettre de leurs apporter trop d'importance. Le défilé bloquait leur chemin et ils perdaient du temps. Chapi fît demi-tour, ayant aperçu une large butte non loin d'ici il s'en approcha. Il commença à prendre de l'élan, beaucoup d'élan et Benjamin comprit alors ce que ce dernier avait en tête. Il comptait sauter par dessus la foule, c'était presque de la folie et le gardien n'eût pas le temps de protester que son frère s'élança en avant en criant de détermination. Le gardien resserra son bras droit autour de l'enfant, pressa fermement ses jambes contre le chocobo et se coucha avec l'enfant pour pouvoir agripper le cou de Chapi.

Finalement, le chocobo arriva au sommet de la butte à vive allure et se jeta en déployant ses ailes pour essayer de planer. Les têtes du défilés se levèrent un instant pour contempler le volatile qui par chance retomba à quelques mètres d'eux. Chapi continua de cavaler aussitôt avait-il posé le pied sur le sol et Benjamin se redressa en ébouriffant la tête de l'enfant, le saluant pour son courage. Même si le pauvre n'avait rien demandé. Finalement, le chocobo s'arrêta devant une sympathique maison en orée d'une forêt qui semblait profonde. Le gardien pointa le domicile en fixant l'enfant d'un air interrogatif. Ce fût fastidieux et sans doute très dangereux mais ils semblaient être arrivés, et aussitôt aurait-il la confirmation de l'enfant qu'il pourrait appliquer les premiers soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 14/12/2015
Pièces d'or : 150
Dream Traveller
Lunastre
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Lun 9 Mai - 2:49



Quelle est la Différence
entre un Rêve et un But… ? ☆




[Dans la réalité, Halloween Town] Sûr de ce que je fais… ? Pas vraiment… J’ai besoin d’aide, c’est certain… dans mon état actuel… je peine à garder conscience… je ne pourrai pas aller bien loin… sans personne… et ce jeune Gardien… qui prend le temps de s’occuper de moi… alors qu’il est certainement en mission ou occupé… pourquoi fait-il ça… ? Parce que, comme il l’a dit… il est au service des gens… ? Est-ce vraiment une raison suffisante… pour se préoccuper d’un malade qui a l’habitude de se blesser tout seul… ? Je ne sais pas… il est étrange… très étrange… mais d’un autre côté… il ressemble un peu à Lun… oui… comme Lun… qui est venu me sauver de l’emprisonnement de mes Parents… et pourtant… il ne me connaissait même pas… nous ne nous étions jamais parlés… mon Meilleur Ami aurait sûrement fait un excellent Gardien… lui aussi… Je presse mon médaillon porte-bonheur dans l’une de mes mains, et un faible sourire vient se dessiner sur mes lèvres. Pour lui… je dois tenir bon… pour lui… je dois trouver quelqu’un capable de le ramener à la vie… quitte à offrir la mienne en échange… parce qu’il mérite de vivre plus que moi… parce qu’il a tant fait pour moi durant toutes ces années… je ne peux pas abandonner… je ne peux pas le laisser tomber… je le sauverai, je le jure… !

Me tenant tant bien que mal au muret pour ne pas retomber par terre, je désigne finalement un point vague au loin. Ma tête me tourne de plus en plus… et je pose ma main libre sur l’arrière de ma tête… sur ma plaie… j’essaye d’appuyer dessus… mais je ne peux dire si ça empêche le sang de couler… ou si, au contraire, ça aggrave le saignement… ah… ça m’apprendra à ne jamais rien garder sur moi… pourtant, les objets de soin… ce n’est pas trop ce qu’il me manque, chez moi… je devrais arrêter de les laisser là-bas en pensant que tout ira bien… tout ne va pas bien, là… ! Le jeune homme brun émet un sifflement strident qui m’arrache une légère grimace. Aïe… mes oreilles… que cherche-t-il à faire… ? Il appelle les animaux sauvages pour qu’ils viennent me manger… ? C’est ainsi qu’il aide les habitants des mondes… ? Je ne comprends pas… je croyais qu’il était quelqu’un de bien… me suis-je trompé, encore une fois… ? Je perçois un martèlement sur le sol… quelque chose de lourd approche… un animal très probablement… je vais être dévoré… sans avoir accompli quoi que ce soit… Je serre l’ours en peluche plus fort dans mes bras. Je ne veux pas mourir… pas maintenant…

Un nouveau piaillement retentit. Le même qu’un peu plus tôt… qu’est-ce que cela peut bien être à la fin… ? J’obtiens rapidement ma réponse en voyant un gros oiseau jaune apparaître au-dessus du muret puis venir se frotter contre le Gardien… ce dernier commence à lui faire des grattouilles dans le cou… et je fais tout aussi vite le lien… ils sont amis, tous les deux… n’ai-je donc rien à craindre tout compte fait… ? Me suis-je fait plus peur tout seul qu’autre chose… ? Une seconde… le dénommé Benjamin me parlait d’une promenade sur le dos de Chocobo… est-ce que… est-ce que le « Chocobo » dont il parlait serait cet oiseau bizarre… ? Je lâche mon appui sur le mur pour m’approcher en titubant du gros oiseau, voulant le caresser. Malheureusement, avant que je ne puisse ne serait-ce poser la main sur son plumage, je me sens soulever de terre. Paniqué, le cœur battant la chamade à cause de ce contact humain, je regarde tout autour de moi et croise le regard émeraude du jeune homme brun. Et avant que je ne comprenne ce qui se passe, je me retrouve sur le dos du mammifère volant. Le garçon au carnet vient s’installer juste derrière moi, m’enserrant avec l’un de ses bras comme pour éviter que je tombe.

Et moi… moi… je suis terrifié… certes, l’oiseau est tout doux, comme je l’imaginais… mais la proximité d’un individu humain m’effraye bien plus que l’animal jaune… j’essaye de ne pas trembler pour ne rien laisser paraître, cependant, c’est plus fort que moi… je claque des dents également… et j’ai les larmes aux yeux… non, lâche-moi s’il te plaît… lâche-moi… j’ai peur… ne me touche pas comme ça… j’ai peur… Lun, au secours… je veux fuir, loin de cet inconnu… j’ai peur… il me fait peur… non… non… non… ! Libère-moi… ! Je ferme les yeux, étreignant plus fort ma peluche dans mes bras. Laisse-moi descendre, je t’en supplie… Lun, sauve-moi… j’ai peur… je ne veux plus être sauvé… oublie-moi… pars sans moi… ! Je peux me soigner tout seul… ! Tu me fais peur… je ne te connais pas… j’ai peur… j’ai peur… et finalement, les larmes commencent à couler sur mes joues tandis que l’étrange oiseau s’élance dans une course folle, me forçant à s’agripper à ses plumes. Ça va vite… beaucoup trop vite… faite-moi descendre… ! J’entrouvre les yeux pour tenter de regarder où on va, sauf que le décor défile trop vite… et ça me donne la nausée… alors je referme les yeux. J’ai mal au ventre… j’ai envie de vomir… j’ai la tête qui tourne de plus en plus… plus jamais ça, plus jamais ça… je ne remonterai jamais sur ces oiseaux… je le promets… S’il te plaît, je t’en supplie… laisse-moi descendre… ! Je peux marcher tout seul jusqu’à chez moi… !

Mon cœur bat plus fort… au point que je suis sûr que le jeune homme aux cheveux bruns peut le sentir sous ses doigts… Lun, j’ai peur… aide-moi… en réponse à mon appel silencieux, une sorte de douce chaleur arpente mon corps comme si elle cherchait à me rassurer… n’ayant aucune idée de sa provenance, je la lie à un effet secondaire de ma peur… aussi incroyable que cela puisse paraître, celle-ci parvient tout de même à me calmer un peu… quelques instants… jusqu’à ce que l’inconnu s’appuie sans prévenir sur mon dos pour s’accrocher au cou de l’oiseau, à vrai dire… la peur reprend le dessus en même temps que j’ouvre les yeux… nous volons… du moins, je crois… au-dessus d’un groupe de Monstres… je les reconnais assez facilement… ce sont des habitants de la ville d’Halloween… ce qu’ils font… ? Je ne sais pas trop… peut-être encore l’un de leurs défilés bizarres… et d’un coup, sans prévenir une fois de plus, l’oiseau retombe lourdement sur ses pattes, me provoquant un nouveau haut-le-cœur. Je pose une main devant ma bouche, me sentant à deux doigts de vomir. Heureusement pour moi, l’oiseau s’arrête enfin près d’une maison que je reconnais immédiatement comme étant la mienne. Je glisse du dos de l’oiseau et m’écarte un peu vers des buissons… là, je m’écroule sur les genoux… et je vomis sur le sol… pas grand-chose car je n’ai pas mangé récemment, mais je vomis quand même… je ne bouge pas de ma place pendant plusieurs minutes… et ma douleur au ventre finit par s’atténuer d’elle-même… contrairement à celle à ma tête qui s’accentue… je me relève péniblement, encore plus faible qu’à mon réveil… voyant à peine à deux pas devant moi tellement tout est flou…

D’un regard éteint de toute lueur, je distingue les ombres de jeune homme et de son compagnon l’oiseau jaune… le garçon pointe ma maison du doigt… je suis la direction indiquée des yeux, et me dirige lentement… très lentement vers le bâtiment… en arrivant devant la porte, et lorsque je pose ma main sur la poignée, je sens la barrière de protection se désactiver… j’ouvre la porte qui n’est jamais vraiment verrouillée en réalité, et entre à l’intérieur… enfin… c’était sans compter sur le fait que je bute le seuil d’entrée et que je m’étale de tout mon long sur le carrelage… je tente de me remettre debout, mais rien à faire… je n’ai plus de force dans les bras… et je ne sais pas si le dénommé Benjamin m’a suivi… et même si c’est le cas… dans ce bazar qu’est ma maison… comment sera-t-il en mesure de trouver l’un des objets qui soigne tout sans mon aide… ? Lun, aide-moi dans cette dernière épreuve… il faut que je me soigne avant de tomber inconscient… ne l’as-tu pas dit toi-même… ? Si je suis gravement blessé, il ne faut surtout pas que je m’endorme… de nouveau, je ressens l’étrange chaleur réchauffer mon cœur… ah… je comprends mieux… ça ne doit être qu’une hallucination… de ma part… mais grâce à elle, je réussis à me relever, me retenant aux murs, évitant de toucher aux piles d’objets qui pourraient s’écrouler au moindre mouvement… je circule difficilement jusqu’à ma chambre… et m’étale sur mon lit… parmi les objets éparpillés sur celui-ci, j’en attrape un ayant la forme d’un cœur rose avec des pansements… je le pose sur l’arrière de ma tête et ferme les yeux… l’objet émet une lueur rose pâle qui entoure toute ma tête, et je sens que la blessure se referme peu à peu, rétablissant par la même occasion mon énergie, ainsi que mes sens, dont ma vision qui s’éclaircit…

Une fois guéri, j’aperçois mon crayon au tube bleu transparent dont l’intérieur est parcouru de petites bulles fixes. Je le récupère et compte retourner voir le jeune garçon pour le remercier… enfin, je le vois à l’entrée de ma chambre, ce qui me fait sursauter. Puis je lui adresse un sourire amical avant de lever lentement mon crayon, songeant à un mot simple, et trace un trait dans le vide. Instantanément, des lettres noires se matérialisent formant le mot « Merci ».




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« I will save you, Lun… I promise… I will bring you back… »


Mici Elsa ♥

Lunastre - Thème « Yodaka no Hoshi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Dim 22 Mai - 15:06
Le jeune garçon ne tarda pas à se dérober de sa place sur l'animal. En un premier temps, Benjamin fût soulager de le voir se mouvoir par ses propres moyens. Il n'était pas très certain d'avoir utilisé la meilleur méthode, oui la situation était urgente mais tout compte fait, n'aurait-il pas mieux fait de prendre son temps et d'amener le jeune blessé sans le secouer ou lui faire de frayeur ? Un autre de ses défauts, il agissait trop vite sur le coup des émotions au lieu de prendre son temps pour réfléchir. Il n'avait jamais été un modèle de réflexion ou de sagesse et peut-être devait-il utiliser un peu plus sa tête à l'avenir. Le jeune garçon chuta sans crier gare et Benjamin voulût se jeter de son chocobo pour voir ce qui n'allait pas. Le jeune aux yeux de sang se mît alors à dégurgiter ce que son estomac contenait. Personne n'aimait être vu dans cette situation, aussi le gardien préféra tourner le regard et fît comprendre à Chapi d'en faire de même. Le monteur de chocobo n'avait pas son expression joyeuse habituelle, au contraire il affichait sur le visage un certain mal-être. Il n'était pas capable de ramener un jeune garçon blessé chez lui sans rencontrer la moindre encombre ? Pouvait-il vraiment prétendre à vouloir protéger tout le monde ainsi que cette princesse dont il ne savait presque rien alors qu'il n'arrivait pas à s'occuper du bien être d'un simple jeune homme ? Ce n'est pas comme-ci ils avaient rencontré sur le chemin de puissants ennemis. Non, le gardien l'avait blessé en lui tombant dessus, puis il l'avait surmené pour se rendre le plus rapidement ici. Un raté... Voilà ce qu'il était. C'était facile d'afficher un grand sourire pour inspirer confiance, mais il fallait encore que les actions suivent derrière. Depuis le début, il avait tout raté de toute manière. La première princesse dont il avait la charge morte par sa faute, incapable de s'occuper d'un jeune garçon blessé, incapable de rester sérieux bien longtemps. Peut-être devait-il revoir sincèrement sa vocation. Après tout, cette princesse qu'il devait retrouver désormais s'en serait sans doute moins en danger sans un boulet accroché à ses pieds. C'était sans doute la meilleure chose à faire, faire une lettre au roi, lui expliquant avec honte qu'il n'était pas fait pour avoir ce rôle...

Chapi mît alors un coup sec de son bec sur le crane du gardien perdu dans ses pensées. Sur le coup évidemment, Benjamin serra les dents et se massa le haut de la tête pour tenter de faire disparaître la douleur. Un bec de chocobo était capable de creuser dans la roche après tout. Benjamin lança un regard mêlant alors incompréhension et colère envers son ami et ce dernier tenta de lui remettre un coup que le jeune homme pu esquiver. Benjamin ne comprenait pas pourquoi une telle animosité venait de se déclencher et le chocobo secoua son dos pour faire tomber au pied du gardien l'un des deux sacs qu'il transportait, un carnet en sortit alors. Le gardien connaissait bien ce petit carnet blanc aux reliefs d'or. Il ne le montrait jamais à personne. C'était dans ce carnet qu'il consignait ses espoirs, ses rêves. Benjamin se baissa et le ramassa lentement avant de l'ouvrir. Il savait très bien ce que ce carnet contenait, mais il commença tout de même à le feuilleter. Il contenait tout plein d'informations sur comment se faire apprécier par les autres, comment se comporter en société. Il s'agissait aussi d'un journal dans lequel le gardien consignait ses aventures et ressentis accompagnant chaque jour d'un petit dessin. Depuis l'incident causant sa phobie de la foudre ainsi que son mutisme, le dessin était toujours le même. En petit, en bas à gauche de la page, se trouvait Benjamin aux côtés de Chapi le décor changeant parfois. Les deux personnages affichaient une petite mine. Le gardien continua de tourner les pages jusqu'à arriver à une page vierge. La journée n'était pas terminé donc cette page n'avait pas encore été remplie. Il continua de tourner machinalement les pages vierges jusqu'à arriver à la dernière page. D'ici quelques mois, il parviendrait à la dernière page et il devra sans doute acheter un autre carnet. Une feuille pliée tomba de la dernière page. Benjamin la récupéra et l'ouvrît alors. Il avait complètement oublié avoir placé cette feuille ici. La feuille était d'une taille correct et comportait un recto ainsi qu'un verso. Le recto montrait simplement le gardien ainsi que son frère à plumes exprimant la joie. Ils étaient tout petits par rapport au reste de la feuille entièrement blanche et ce n'est que lorsque Benjamin lu le verso qu'il se souvint de ce quoi il s'agissait.

[Objectif : Remplir ce dessin.]

Tel était la seule phrase écrite sobrement à l'arrière. Oui, depuis que le roi Mickey l'avait remis au travail, depuis qu'il lui avait accordé sa confiance, Benjamin s'était promis une chose simple. De tout faire pour que plus personne ne soit malheureux, de créer un monde ou chacun pourrait se lever avec le sourire. Il avait alors commencé ce dessin et comptait y ajouter tout ceux qui lui étaient chers et dont il voulait protéger peu importe le prix. Après y avoir ajouté Chapi, forcer de constater qu'il n'avait personne d'autre à ajouter, il avait commencé à se poser des questions. Concrètement, à part son frère. Avait-il un seul ami ? Il avait longtemps vécu seul après l'incident et n'avait désormais aucun proche. C'était pour cela que le dessin était vide, tout comme son cercle de proche. Evidemment il avait prévu d'ajouter la princesse lorsqu'il l'aurait trouvé. Il s'agissait là de son rêve, pouvoir vivre paisiblement avec un tas d'amis. Ce n'était pas quelque chose de très recherché ou encore de bien compliqué. Après tout Benjamin a toujours été une personne simple. Il compta rapidement le nombre de pages qui le séparaient de la fin du carnet et il dût rapidement se rendre à l'évidence qu'il allait devoir carburer pour terminer ce dessin avant la fin du temps imparti. Ce dessin serait en quelque sorte le bilan de tout ce qu'il aurait accompli et pour le moment ce bilan était proche du néant absolu. Le gardien replia finalement le dessin et le rangea à la dernière page du carnet avant de ranger se dernier dans le sac. Il n'avait pas le droit de faire demi-tour, de manquer à une promesse qu'il s'était faite. Il n'avait pas le droit d'aller se cacher dans un coin tandis que certains requéraient son aide, il ne pouvait décemment pas tourner le dos à cette princesse qui semblait vadrouiller sans aucun chez-elle. Il n'était certainement pas le meilleur gardien et peut-être même le pire de tous. Et pourtant il avait l'envie, la volonté de protéger chacun. Pour commencer à changer le monde il fallait commencer par se changer soi-même, à commencer par son attitude défaitiste de l'instant. Benjamin secoua la tête avant de retrouver sa bonne humeur. Il n'était pas question d'essayer de tout faire pour être un bon gardien, ce n'était pas un simple jeu, des gens ont et auront besoin de lui et même s'il est loin d'être le plus fort, le plus intelligent ou encore le plus adroit il les aiderait avec toute la bonne volonté dont il disposait. Il demanda intérieurement à la princesse de l'attendre encore un peu, il devait d'abord être sûr que le jeune garçon allait bien. Il remercia Chapi d'un signe de tête pour lui avoir remis les idées en tête puis il se tourna vers l'enfant... qui n'était plus présent. La porte de la demeure était grande ouverte, le gardien été donc resté plus longtemps que prévu plongé dans ses pensées. Il entra alors dans la demeure avec la conviction que lorsque le temps qu'il s'était accordé serait écoulé, son dessin aurait fier allure.

Il referma la porte derrière lui et laissa ses chaussures à l'entrée. Chapi-Choco attendrait paisiblement dehors étant donné qu'il ne semblait pas pouvoir entré lui aussi dans la demeure. Benjamin eût l'impression d'être entré dans une version gigantesque de l'un de ses sacs. Un chaos qui semblait tout à fait ordonné. Enfin, il y avait des machins à gauche et des bidules à droites tandis que des trucs se trouvaient face à lui... La vérité était qu'il n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait bien être la plupart des objets qui peuplaient la maisonnée. Il ne semblait y avoir personne à l’intérieur, ou du moins pas dans ce qui semblait être le salon. Quoi que ça aurait très bien pu être aussi la cuisine. Le gardien fît un pas en avant et regardant méticuleusement ou ce dernier allait se poser. Son avancée à travers la maison n'allait pas être de tout repos. Il souffla un coup avant de faire un second pas, à sa gauche un grincement se produisit qui fît une frayeur au gardien. Il fixa directement la provenance de ce bruit et il vît une pile de diverses fioles posées en équilibre sur une petite étagère qui semblait crouler sous leurs poids. Benjamin en vint à se demander comment le château de ces fioles pouvait encore rester debout. Il soupira et fît de nouveau un pas en avant qui produisit un couic sonore. Il venait de marcher sur une peluche traînant sur le sol. Le son lui fît peur et il fît un bon en arrière, et ce fût le début de l'enfer.

Benjamin cogna l'étagère derrière lui et les fioles commencèrent à chuter. Lorsqu'il réalisa la chose, son sourire se décomposa et il se jeta en avant pour empêcher les fioles de tomber. Elles semblaient si fragiles et ce n'était pas le moment de mettre la pagaille chez ce pauvre garçon. Il réussit à attraper les fioles en les serrant fermement entre ses deux bras mais en se jetant en avant, son coude heurta une pile de livre qui commencèrent à basculer vers l'arrière. Horrifié, le gardien tourna sur lui même pour contourner la pile et empêcher leur fracas sur le sol avec son dos. Cependant, lors de son action il manqua de tomber, ses jambes se prenant dans ce qui semblait être une table basse qui portait deux vases avec chacun une fleur en eux. Benjamin se retrouva alors à lever d'un coup la table basse avec sa jambe gauche pour stabiliser les deux vases qui commençaient à tanguer dangereusement. Lorsqu'il leva la table, cette dernière qui retenait une pile de vêtement arrêta son emprise sur eux et ces derniers basculèrent en avant. Le pauvre gardien n'en pouvait plus, tout allait de pire en pire. Il donna un coup de dos pour redresser les livres, jeta en l'air la table basse pour y poser les fioles et rattrapa cette dernière avec ces deux mains, stabilisant ce qu'elle portait. Il fixa alors la pile de vêtement et fît un bond pour atterrir à côté et la stabiliser avec sa jambe droite. Désormais en sueur, il soupira longuement. Tout semblait sous contrôle désormais. Il posa lentement la table basse et fît quelque salutations à un publique invisible. Se frottant les mains, fier de son exploit il reprit son avancée dans la maison. De nouveau il entendit le couic sonore avant de glisser sur la peluche sur plusieurs mètres et de finalement s'écrouler dans une pile de livre. Désormais étendu sur le sol, le gardien soupira longuement. Tout ça pour finalement terminer ainsi... Il resta quelque secondes dans les livres, maudissant son attention qui venait de lui faire défaut. Il laissa tomber sa tête dans un livre qui s'était ouvert devant lui. Machinalement, il commença à lire ce qu'il avait sous les yeux.

[... capable de changer d'apparence pour tromper ses proies, l'Alrune fait partie des démons les plus dangereux...] Un dessin suivait cette phrase, plusieurs créatures avec des traits animales qui feraient certainement froid dans le dos si l'on pouvait les voir de nos yeux.

Benjamin resta de nombreuses secondes à fixer l'image sans vraiment réfléchir, toujours écroulé dans l'amas de livre. D'un coup son cerveau fît le déclic. Il bondît alors en faisant de gros yeux et s'empara du livre qu'il avait sous les yeux. Le livre semblait être un de ces livres pour enfant qui vous expliquait certaines choses de manière ludique. Il se nommait : [Habitants de la ville d'Halloween et autre monstruosités]. Benjamin le feuilleta rapidement et reprit sa lecture au début du chapitre sur ces démons. Il y avait tout un tas d'images et d'explications sur eux, juste à côté d'un chapitre réservé aux fantômes. Le gardien oubliant alors ou il se trouvait et ce qu'il était venu faire ici sous le coup de l'émotion, s'asseya et poussa doucement les fioles pour qu'il puisse y poser le livre. Il ouvrit son sac et en sortit son carnet qui contenait les recherches sur la princesse dont il avait la charge. Rapports sur tout ce qui pouvait s'apparenter de prêt ou de loin à elle, témoignages, photos ou elle pouvait sensiblement être dessus. Mine de rien, le roi avait de bons informateurs et il n'avait pas à rougir des espions de la confrérie. Il compara les informations qu'il avait déjà avec celles du livre, prenant note de tout ce qui coïncidait. Il avait enfin une bonne piste ! La raison pour laquelle il s'était rendu ici avant de passer ou le monstre avait été aperçu était simplement pour trouver des informations sur ce monstre après tout. Et dans cette maison, ici il avait trouvé un livre qui lui donnait tout ce dont il avait besoin. Le gardien en vint même à se féliciter d'être un peu gauche et d'être tombé de la sorte. Il s'agissait d'un livre pour enfant donc il ne tarda donc pas à recopier tout ce qui concernait les Alrunes. Par sûreté, il vérifia rapidement le reste du livre pour être certain qu'il n'existait pas une autre race qui pouvait correspondre. Mais les dessins ne mentaient pas, en comparant les informations du livre avec ses recherches dans les archives il avait désormais cette certitude : La princesse de cœur monstrueuse qui avait été vue à de nombreuses reprises était une Alrune.

Il rangea finalement son carnet de recherche et rangea le bazar qu'il avait occasionné. Heureusement, rien n'avait été cassé. Il continua alors ses fouilles dans la maisonnée à la recherche du jeune garçon ou de ses parents. Il du se rendre bien vite compte que ce dernier vivait seul. C'était moche, pauvre petit. Finalement Benjamin trouva ce qui semblait être la chambre du jeune garçon. Il inspira un grand coup prêt à donner les premiers soins, mais l'enfant semblait déjà pleinement en bonne santé. Ce dernier fît apparaître un merci flottant dans les airs avant d'afficher un sourire. Benjamin resta stoïque quelque instants. A part eux deux la maison était vide et pourtant il semblait entièrement remis sur pied, bien qu'il gardait un petit air pâlichon. Le gardien resta donc ainsi quelques instants se posant tout un tas de question avant de se rendre compte que la seule chose qui avait de l'importance était que le jeune garçon dont il ignorait toujours le nom allait mieux et que sa vie n'était plus en danger. Bien qu'il eût bien envie de poser tout un tas de question sur le stylo magique qui écrivait dans les airs il baissa la tête avant d'afficher un sourire gêné. Après tout il n'avait pas fait grand chose à part mettre l'enfant en danger. Il ne méritait pas ces remerciements. Il resta quelques temps ainsi et un silence gênant s'installa. Finalement, il sortit une feuille et y gribouilla quelques questions.

[Heureux que tu ailles mieux. Je suis sincèrement désolé pour la "promenade". J'ai paniqué alors que j'aurais du te ménager. Mais je t'assure que les chocobos sont des créatures fantastiques ! As-tu besoin de quelque chose en particulier ? Comment fonctionne ton stylo ? Ou l'a tu acheté ?]

Rapidement Benjamin était partit pour lui demander comment fonctionnait ce stylo. L'apparition de ce mot flottant semblait l'avoir émerveillé. Il tendit alors la feuille au jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 14/12/2015
Pièces d'or : 150
Dream Traveller
Lunastre
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Sam 10 Sep - 3:19



Quelle est la Différence
entre un Rêve et un But… ? ☆




[Dans la réalité, Halloween Town] À peine soigné, j’entends un son ressemblant de très près à celui de quelque chose qui s’effondre lourdement sur le sol… sous l’effet de surprise, je sursaute, le cœur battant à nouveau la chamade. C’est tout proche… vraiment tout proche de ma chambre… donc… ça ne peut pas venir de dehors, c’est certain… je prends une profonde inspiration, me rappelant tout d’un coup que j’ai laissé ma porte d’entrée ouverte, et que la maison n’a plus sa barrière de protection… un voleur s’est peut-être infiltré à l’intérieur… je commence à trembler de peur… je jette des coups d’œil partout autour de moi, cherchant un quelconque objet pour me défendre, mais rien de potentiellement dangereux ne traîne dans ma chambre… l’image du Gardien aux cheveux bruns me revient alors à l’esprit, et mon expression s’éclaircit. Mais bien sûr… ! Ça doit être lui et non un voleur… ! Il ne devait sûrement pas s’attendre à un tel bazar… et puis, s’il a pour objectif de veiller sur les civils comme moi, comme il dit, je peux compter sur lui si un voleur était venu… n’est-ce pas… ? Je souffle de soulagement à la pensée beaucoup plus rassurante. Maintenant guéri, je fouille sur mon lit pour dégoter mon crayon magique et me lève en douceur pour quitter calmement ma chambre.

Toujours lentement, je me retourne en douceur, par crainte de rouvrir la plaie malgré la guérison magique… mais très vite, un nouveau puissant sursaut me prend lorsque je vois le jeune homme à l’entrée de ma chambre… après quelques secondes, passant une main sous ma vieille et longue cape pour la poser au niveau de mon cœur, je soupire de soulagement, encore une fois… je relève la tête vers mon sauveur et lui adresse un sourire amical. Avec ma main libre, je pointe la mine de mon crayon dans sa direction, non pas pour le lancer sur lui, mais bien pour tracer un trait dans l’air… songeant au mot, les lettres noires écrivent le mot « Merci » avant de disparaître trente secondes plus tard… néanmoins avant ça… le garçon au carnet paraît assez perplexe, comme si quelque chose clochait… je penche légèrement la tête sur le côté, intrigué par son expression, ne comprenant pas ce qu’il a… j’allais écrire autre chose avec mon crayon pour lui poser la question quand il semble se ressaisir et me rend mon sourire. Je rebaisse mon bras contre moi tranquillement tandis qu’il sortit son carnet pour écrire qu’il me donne ensuite.

Encore une fois, il me faut un long moment pour assimiler chacune des phrases écrites, relisant à plusieurs reprises pour être sûr de saisir le sens d’entre elles… j’acquiesce alors deux fois de la tête sans raison particulière et sourit de nouveau au jeune homme aux yeux émeraude. J’espérais qu’il comprenne que je lui pardonne, même si je ne lui en ai jamais voulu dès le départ… j’adresse également un remerciement mental pour le « Chocobo », probablement en train d’attendre à l’extérieur… je veux bien croire le dénommé Benjamin qui m’assure que ces « Chocobos » sont des oiseaux jaunes fantastiques, cependant, je doute fortement de retenter l’expérience aussi géniaux soient-ils… trop rapides à mon goût… peu à peu, je réalise que je suis dans ma maison, et mon malaise à l’idée d’être enfermé entre quatre murs refait surface… je recommence à trembler doucement et presse ma poitrine avec ma main sous ma cape… essayant de me ressaisir, de me dire qu’il ne va rien m’arriver, mon esprit s’embrouille de plus en plus… et je me mets à paniquer pour peu… sans répondre au Gardien, je me faufile à côté de lui et me dirige droit vers la porte d’entrée…

Une fois dehors, je me pose contre le mur et m’assois sur le sol, laissant l’air frais emplir mes poumons… mon malaise se calme peu à peu pour finalement disparaître, m’ôtant un poids dans la poitrine… je respire plus profondément et ferme les yeux un court instant. Lorsque je les rouvre, mon regard rougeoyant se pose sur l’étrange oiseau jaune qui m’observe d’une drôle de manière, certainement propre à lui… un sourire s’affiche sur mes lèvres et je glousse, amusé… oui, enfin, je rigole… sans un bruit… mais l’expression est présente, on va dire… maintenant que je suis guéri, ma mauvaise appréhension envers cette créature s’est envolée… hey… ! Tu entends ça, Lun… ? J’ai essayé de faire un jeu de mots… ! Tel que je te connais… tu aurais fait semblant de rire tellement mes blagues sont nulles… ! Cependant, tu n’es pas là… tu n’es pas à mes côtés actuellement… et ton rire me manque vraiment… c’est pour ça que je dois te ramener à la vie… ! Tu le mérites… ! Bien plus que moi… ! Tu m’as sauvé la vie, pourtant… je ne comprends toujours pas pourquoi… après tout, avec ma maladie, ma durée de vie est déjà limitée… pas la tienne… tu dois revenir… je te ferai revenir… ! Je te l’ai promis… ! Et je tiendrai ma promesse… ! Au même moment, je lève les yeux vers le ciel nocturne avant de les baisser vers la présence qui m’a suivi tout le long jusqu’à l’extérieur… sûrement surpris et inquiet par ma réaction un peu brusque…

Adressant un nouveau sourire calme et apaisant au jeune garçon aux cheveux bruns, je trace un nouveau trait devant moi dans le vide… les lettres noires se matérialisent sous son passage, inscrivant le mot « Désolé » avant de s’effacer environ trente secondes plus tard… le silence règne entre nous deux… à vrai dire, bavarder avec d’autres humains n’a jamais été mon point fort… ils m’effrayent un peu… je ne sais pas comment je dois réagir avec eux… je n’arrive pas à comprendre leur attitude… d’habitude, Lun était à mes côtés pour m’expliquer ce que je ne comprenais pas… malheureusement, ce n’est plus le cas… alors certains de leurs agissements sont un total mystère pour moi… un mystère que je suis incapable d’éclaircir… et autant moi, je suis inapte à parler… autant le dénommé Benjamin ne semble pas plus en mesure que moi de le faire… sinon, pourquoi utiliserait-il un carnet pour communiquer… ? Hein… ? Son carnet… oh, c’est vrai… ! Tout à l’heure, il m’a demandé comment fonctionne mon stylo… ! Il voulait savoir où je l’ai acheté aussi… ! Acheter… ? Qu’est-ce que cela signifie exactement… ? Mes parents… ont souvent mentionné ce mot également… ils l’utilisaient quand ils rapportaient de la nourriture à la maison… la maison… ? À quoi ressemble-t-elle d’ailleurs… ? Comme celles de mes Rêves… ? Peut-être bien…

Approchant mon stylo à bulles près de ma tête, je tapote le bout contre ma tempe gauche avant de pointer la mine vers l’ami de l’oiseau jaune… je trace un autre trait dans l’air et le mot « Pensées » apparaît presqu’aussitôt… déplaçant le crayon sous le premier mot, je prends une inspiration et ferme les yeux encore une fois avant de dessiner un long trait, bien plus long que pour un mot unique… il est extrêmement rare que je m’en serve pour écrire des potentielles phrases… mais pas impossible… ainsi, suivant de près la mine, la soi-disant phrase se peint dans l’espace devant moi : « Crayon… acheté… non… créé… moi-même… ».




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« I will save you, Lun… I promise… I will bring you back… »


Mici Elsa ♥

Lunastre - Thème « Yodaka no Hoshi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Dim 11 Sep - 18:57
De nouveau, il fût quelques temps au jeune garçon pour déchiffrer le message du gardien. Aucun des deux ne semblait être disposé à parler et bien qu'il était tout d'abord évident de penser que les deux garçons aient le plus grand des maux à converser, il n'en était étrangement rien. Chacun des deux semblait accepter la condition de l'autre et était disposé à faire les quelques efforts supplémentaires pour la compréhension du dialogue. Silencieux, phrases courtes écrites sur du papier, mots flottants dans l'air, si l'on prenait le temps de s'y impliquer quelque peu il s'agissait d'une discussion à même titre qu'une autre. Les expressions du visages, les signes des mains et de la tête pouvaient révéler bien plus qu'il était habituellement admit. Finalement, ils avaient tous deux fait fi de leurs problèmes et avaient accepter cette discussion peu orthodoxe, comme si il s'agissait d'une évidence même que cette discussion entre eux ne pouvait être que celle-ci et non autrement. Et pourtant, il s'agissait du seul trait qui pouvait les rapprocher, le jeune garçon était calme, posé, peut-être même un peu lent et fatigué tandis que le gardien était son opposé. Malgré cette différence, ils n'avaient désormais aucun problème à converser bien que leurs rencontre ne fût pas la meilleure possible. Le jeune garçon aux yeux rouges prouva cet état de fait en acquiesçant plusieurs fois de la tête avant de sourire de nouveau ce qui fît souffler de soulagement le gardien. Finalement, il y avait eu plus de peur que de mal et bien heureusement pour la carrière de Benjamin mais aussi surtout pour la santé du jeune garçon.

Malheureusement, une nouvelle frayeur survint alors. Le garçon aux cheveux sombres se mît alors à tressaillir, à trembler affichant une expression néfaste sur le visage. Il fît alors passer sa main derrière le tissus de sa cape pour se tenir au niveau du cœur. De nouveau le gardien se mît à claquer des dents, à supplier intérieurement qu'il ne s'agissait pas là de quelque chose de grave. Il semblait vraiment se sentir mal et Benjamin paniquait de ne rien pouvoir faire pour lui. Il n'était en aucun cas médecin ou connaisseur des arcanes de magie blanche. Il commençait à imaginer au sein de son esprit tous les pires scénarios qui pouvaient arriver au jeune garçon. Dans les faits, le gardien n'était pas capable de pouvoir appeler à l'aide et il ne savait guère l'emplacement des médecins du coin. Les monstres avaient-ils besoin de médecin en un premier lieu ? Fort probable, après tout la santé était importante pour tous et il ne fallait surtout pas la négliger. Quoi qu'il en fût le danger était présent. Par réflexe, il voulut poser ses mains sur les épaules du malade pour essayer de l'aider à se calmer. Cependant ce dernier ce faufila au dernier moment derrière le jeune homme sans plus de cérémonie et quitta la chambre dans l'instant. Benjamin se retourna alors pour lui courir après. Le suivant de près, il trébucha dans le salon à cause d'une peluche traînante. Il perdît alors de vue le jeune dormeur qui pu sortir de la maisonnée. Suppliant que rien ne lui arrive, il se traîna lui aussi hors de l’intérieur de l'étrange bâtiment.

Tout affolé, Benjamin se jeta hors de la maison. Il lança alors un regard au chocobo qui le comprenant, lui désigna de son bec l'enfant désormais assis sur le sol, appuyé contre le mur. Le jeune garçon semblait s'amuser, rire comme n'importe quel enfant, a cela prêt qu'il restait silencieux. Benjamin souffla de nouveau de soulagement, tout ce stress était bien trop grand pour son simple cœur d'Homme. Il s'agissait certainement là d'un simple petit malaise sans grande conséquence, enfin il espérait de tout cœur qu'il s'agisse de cela. Dans l'air frais de la nuit, le calme battait son plein. Il n'y avait plus de danger imminent, plus de course contre la montre, plus de palpitations, plus de survie en territoire mal-rangé. Non, seulement deux nouveaux amis qui n'avaient désormais plus de soucis pressant. Benjamin n'était pas quelqu'un de très compliqué, il considérait déjà le jeune garçon comme un ami. Il avait toutes les qualités requises pour être un ami après tout. Le gardien se calma alors entièrement et mit un pied devant l'autre pour se rapprocher du jeune garçon. Il caressa le bec de l'oiseau au passage, le remerciant d'avoir été au top même s'il n'oubliait pas qu'ils auraient une discussion vis-à-vis de son saut improvisé. Finalement, il arriva devant le garçonnet.

Ce dernier qui semblait être encore heureux utilisa de nouveau son fantastique stylo magique pour tracer ses excuses sous la forme du mot "Désolé". Qu'avait-il à se reprocher ? Benjamin s'empressa de secouer les bras et la tête pour lui faire comprendre qu'il n'avait aucune raison de lui tenir une quelconque rigueur. De toute manière, au moment présent tout allait bien pour chacun. Il n'était peut-être plus aussi utile que cela de se rependre en excuse. Le jeune garçonnet semblait ne pas tenir rigueur des bourdes monumentales du gardien et ce dernier avait enfin réussi à arrêter de s’inquiéter pour souffler un coup. C'était tout de même quelque chose d'assez comique, chacun des deux semblait avoir quelque chose à se faire pardonner de l'autre. Benjamin dans sa grande sagesse bien à lui se disait donc que cela s'annulait donc et qu'ils n'avaient tout deux plus rien à se faire pardonner et qu'ils pouvaient désormais discuter comme deux amis. Même si "discuter" était un doux euphémisme.

Le garçonnet posa alors son étrange stylo contre sa tête à plusieurs reprises avant de pointer de la mine devant lui. Traçant donc de nouveau un trait dans l'espace qui séparait les deux garçon, il pu de nouveau changer ce trait en un mot. "Pensées", tel était le mot apparu aux yeux du gardien. Benjamin frappa alors dans sa main gauche montrant sa compréhension. Le jeune garçon n'avait pas besoin d'écrire le mot, il lui suffisait de tracer un simple trait qui prendrait la forme du mot qu'il avait en tête. C'était vraiment un stylo fantastique. Le gardien se demanda si le stylo pouvait aussi produire des dessins mais il garda la question pour lui. Le jeune garçon fermait alors les yeux et sembla se concentrer activement, bien plus qu'habituellement. Ce fût finalement au prix d'un effort plus important qu'il pût tracer un long trait qui ne forma pas une phrase mais cinq mots. Sujet, adjectif, négation, verbe, complément d'objet direct. Il avait occulté tout ce qui n'était pas prioritairement utile à la compréhension du message qu'il souhaitait faire passer. Le gardien n'eut pas de réel problème à comprendre l'astucieux petit garçon. Il voulait dire qu'il n'avait pas acheté le stylo magique, mais l'avait créé de lui même. Benjamin fût surpris de la tournure des événements, il ne s'attendait pas à entendre ceci et s'imaginait désormais le jeune garçon en blouse blanche dans un grand laboratoire contenant des tas de fioles qui faisaient des bulles dans tous les coins. Dans ce laboratoire sans doute mal-rangé, le jeune garçon mélangerait divers contenus à bulles et des éclairs surgiraient alors en fond ! Il commencerait alors certainement à rire silencieusement en soulevant sa nouvelle création. Absolument terrifiant.

Chassant ces idioties de ses pensées, Benjamin secoua la tête. Quoi qu'il en était, il voyait mal l'enfant en savant fou dans une cave. Il était peut-être un inventeur de génie, mais il n'était certainement pas aussi effrayant. C'était fascinant en un sens. Comment pouvait-il s'y prendre pour fabriquer un stylo aussi fantastique que cela ? Le gardien se dît que de toute manière il pouvait très bien rester un peu avec son nouvel ami, ce n'était pas quelques heures de plus qui l’empêcherait de retrouver cette princesse dont il avait la garde après tout. Il ne savait pas ou elle se trouvait et pourrait très bien apparaître ici ? Et puis il fallait qu'il s'assure que son ami ne fasse pas une rechute. Oui, il se cherchait potentiellement des excuses pour pouvoir rester un peu. Finalement il agrippa de nouveau son carnet et commença à y écrire.

[Ils sont de ta propre création donc. C'est vraiment fantastique, comment t-y prends-tu pour les concevoir ? D'ailleurs, quel est ton nom ?]

Benjamin lui tendit alors le carnet pour qu'il puisse lire. Il voulait aussi le nom de l'enfant pour mettre une annotation sous le portrait qu'il lui dessinerait bientôt. Il allait très certainement terminer sur le dessin final de son carnet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 14/12/2015
Pièces d'or : 150
Dream Traveller
Lunastre
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆] Ven 18 Nov - 0:52



Quelle est la Différence
entre un Rêve et un But… ? ☆




[Dans la réalité, Halloween Town] La vague phrase sans sens finit par disparaître de mon champ de vision… mais le Gardien dénommé Benjamin semble en avoir saisi le sens, vu son expression perdue dans un mélange entre la surprise et la fascination… j’esquisse un petit sourire enthousiaste, heureux d’être si facilement compris par quelqu’un… si heureux… ce n’est pas tous les jours que je rencontre une personne avec laquelle je peux ‘’discuter‘’ aisément… peut-être que c’est plus simple pour lui, étant donné qu’il a l’air d’être dans les mêmes conditions que moi… j’ai un peu plus de mal à interpréter immédiatement ce qu’il écrit sur son carnet… il me faut toujours du temps, à relire plusieurs fois, avant que je n’assimile correctement ses paroles… mais au final, j’y parviens à chaque fois… ! Et nous parlons… ! Comme ça… ! C’est amusant… ! Pas besoin de forcer, juste continuer par nos propres moyens de communication… « Rien n’est impossible quand on le souhaite vraiment »… Lun me disait souvent ça… notamment pour m’encourager à surmonter ma maladie… pour ne pas la laisser gagner sur moi… ne pas perdre espoir… ne jamais abandonner… tout ça, ce sont des petites phrases qu’il me répétait beaucoup… il veillait tout le temps sur moi, puisque j’avais refusé l’aide qu’il pouvait m’apporter avec son pouvoir assez particulier… je ne voulais pas échanger mon âme avec quelqu’un d’autre, pour que quelqu’un ait à supporter ma maladie… c’est la mienne, je la garderai jusqu’au bout…

C’est alors que je vois de nouveau un carnet tendu sous mon nez. Je sursaute légèrement, sous l’effet de surprise… quittant mes pensées, je lève les yeux vers le jeune homme aux cheveux bruns… et penche un peu la tête sur le côté, avant de prendre le bloc-notes entre mes mains pour lire les mots inscrits dessus… je les arpente du regard une première fois, quand mon attention est attirée par un courant d’air frais qui traverse tout Halloween Town… je jette un coup d’œil aux arbres desséchés entourant ma maison dont les branches s’agitent plus ou moins fortement à cause du vent… je plisse les yeux en voyant quelques chauves-souris s’envoler à tire-d’aile… bien que je n’en panique pas le moins du monde, je vis ici depuis suffisamment longtemps pour savoir que ce n’est pas un bon présage… je sursaute à nouveau lorsque j’entends soudainement une porte claquer à cause de la puissance du vent. Je tourne la tête vers la porte d’entrée de ma maison désormais fermée… vraiment pas bon signe…

Tenant toujours le carnet dans mes bras, je me remets debout lentement pour venir poser ma main sur la poignée. Aussitôt, sans même la tourner ou quoi que ce soit, un bruit de serrure se verrouillant résonne dans l’air environnant et un léger scintillement d’une courte seconde entoure ma maison avant de disparaître… ce bête son m’indique que la barrière s’est réactivée comme je le lui ai demandé… mieux vaut être prudent, surtout dans ce monde… puis, je reviens m’asseoir près du jeune homme aux yeux émeraude, lui adressant un nouveau sourire d’excuse… je reporte mon attention sur son carnet et relis au moins cinq fois les quelques lignes écrites… je m’arrête sur la dernière question, me demandant l’espace d’une seconde quel nom il cherche à connaître… je secoue doucement la tête… je suis stupide… ! Je n’ai qu’un nom, et c’est Lunastre… ! Je me penche un peu en avant, observant le Gardien à côté de moi, faisant un plus grand sourire, avant de me redresser et récupérer mon crayon magique posé sur le sol… Fixant toutes mes pensées sur mon ‘’seul et unique‘’ prénom, je dessine une courte ligne dans l’air entre le Gardien et moi… mon nom – non pas Astre, mais bien Lunastre – s’inscrit en lettres capitales noires avant de s’évaporer en une multitude de petites bulles que je suis attentivement du regard, captivé…

Puis, je rebaisse mon bras, réfléchissant à comment expliquer la création de mes objets… et donc de mon Pouvoir des Rêves… beaucoup plus facile à demander qu’à raconter… personne ne m’avait jamais posé cette question auparavant… bon, ce n’est pas comme si j’avais vu énormément de monde avant non plus… je me passe une main derrière la tête, me frottant les cheveux, et songeant que des mots ne seront certainement pas suffisant pour comprendre ce que j’essaye de dire… je ferme les yeux un instant et souffle, bien que mon souffle soit coupé par le col de ma cape… j’imagine un petit nuage blanc dans lequel le mot ‘’Rêves‘’ est écrit, nuage flottant au-dessus de ma tête… presque immédiatement, je me vois ajouter une sorte de crayon dans le nuage, avant que celui-ci ne disparaisse… puis une flèche part du nuage jusqu’à ma main… oh… ! Oui… ! Comme ça… ! Je peux expliquer de cette façon… ! Un grand sourire illumine tout à coup mon visage, alors que je rouvre les yeux, brillants d’idées. Je rempoigne mon stylo à bulles pour créer le nuage quand…

Un profond… profond… malaise me saisit le cœur… ma gorge se serre, m’empêchant presque de respirer… mon estomac forme un nœud, me donnant envie de vomir à chaque fois que j’avale… ma tête tourne, me faisant perdre le sens de l’orientation… mais ce n’est rien… rien d’autre qu’une mauvaise sensation… sensation qui passe en prenant une bonne inspiration… bien qu’il en reste toujours des résidus… alors j’inspire longuement, jusqu’à ce que mon ventre ne puisse plus et je souffle lentement par la bouche, recrachant plus ou moins toute cette désagréable sensation… je rouvre les yeux pour porter mon regard à l’horizon, lointain… très lointain… mais je ne peux pas dire… je ne peux pas… je ne sais pas d’où ils vont venir… je les sens juste approcher après tout… je serre les poings et les dents… il ne faut pas rester là, sinon on sera leur cible directement… ! Je me tourne légèrement vers le jeune homme aux cheveux bruns et, mon stylo en main, trace deux petites lignes dans l’air, aussi vite que je le peux… les mots « Sans-cœurs » et « Venir » se matérialisent, tandis que je me mets debout lentement… ils arrivent… au moins… ça explique le mauvais présage… Halloween Town les a sentis aussi… je me demande si Jack et les habitants de la ville se battent déjà contre eux… mais je ne peux pas les aider… je suis trop faible pour ça… tout ce que je peux faire est me contenter de fuir… fuir loin d’eux avant qu’ils ne me sautent dessus… et je dois emmener Benjamin avec moi… ! Au loin, quelques silhouettes noires mouvantes se distinguent déjà…




▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

« I will save you, Lun… I promise… I will bring you back… »


Mici Elsa ♥

Lunastre - Thème « Yodaka no Hoshi »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆]
Revenir en haut Aller en bas

Quelle est la différence entre un rêve et un but ? [☆Lunastre☆]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Zebron. [Vagabond et voleur]
» Chronique de voyage d'un albinos.
» Quelle est la base du développement ?
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Halloween Town-