Partagez|

Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 22/12/2015
Pièces d'or : 130
MessageSujet: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 1:44


Benjamin Von Armaderasson

Some Informations

Nom & Prénom : Von Armaderasson Benjamin
Âge : 22 ans
Lieu de naissance : Spacioport de Crescentia
Groupe : Gardiens
Arme : Courte épée de bois et keyblade de fer contondante
Pouvoir :
Magie bleue : Ben est capable d'utiliser les sorts et compétences des monstres et créatures sauvages proches de lui. Et plus cette créature est nombreuse dans les environs, plus la magie sera facile à lancer et puissante. Il peut de plus prendre leurs caractéristiques. (Par exemple dans un enclos à chocobo, le gardien pourra se mouvoir très rapidement et aisément.)
Esprit animal : L'ami des bêtes est capable de comprendre le langage des monstres et créatures sauvages. Il peut ainsi leurs demander de l'aide, ou du moins les forcer à ne pas l'attaquer.
Connexion mentale : Le gardien est relié par un lien fort avec son plus fidel ami, un chocobo répondant au nom de Chapi-Choco. Ce lien permet au deux amis de pouvoir se partager des pensées et de voir chacun dans les yeux de l'autre.
Fusion animale : Lorsqu'il est suffisament proche sentimentalement d'un animal, le jeune homme peut mélanger son essence avec la dite bête pour une durée de dix minutes. Selon l'animal, la forme prise et les compétences changent du tout au tout.
Race : Humain




Caractère • Inside of me

La première chose qui saute aux yeux (ou plutot aux oreilles) lorsque l'on converse avec Ben (si l'on peut appeler la chose une convesation) est le fait que le jeune homme est totalement muet. Non pour se donner un style de brun ténébreux charismatique, il n'arrive tout simplement plus à emettre le moindre son depuis un certain incident. Au contraire il est le plus souvent vu avec un grand sourire sur le visage et semble très sociable. Pour s'exprimer il utilise un carnet et un crayon, malheureusement rien n'est jamais simple. En effet le gardien, plutot que de s'exprimer par l'écrit préfère montrer son talent artistique aux travers de gribouillages plus que médiocre et le pire dans cela, c'est qu'il pense vraiment avoir du talent pour le dessin et s'offusquera certainement si on lui affirme le contraire. Heureusement, le jeune garçon ne fait jamais la tête bien longtemps, il finira obligatoirement par retrouver le sourire et rira silencieusement de bon coeur. Il reste la plupart du temps bon enfant et possède la facheuse manie à ébourrifer les cheveux de la personne avec qui il cause en affichant un large sourire niais. Bien qu'il puisse paraître insouciant voir naif la plupart du temps à cause de l'expression inquiète qu'il garde sur son visage, il n'en reste pas moins un adulte qui connait les lois qui régissent le monde. Il n'ira pas manquer de respect à quelqu'un juste pour se montrer important, il connait sa place.
Benjamin reste très porté sur la lumière mais avant tout sur son coeur, il aimerait pouvoir aider chaque âme de ce monde mais sait pertinemment que seul personne ne peut arriver à rien de si grand. De plus, il deteste se battre pour une raison bien particulière, il a peur de blesser voir même de tuer quelqu'un un jour et c'est pour cela que ces deux armes sont en bois. Jamais il ne pourrait achever quelqu'un en temps normal, pas pour se montrer superieur mais simplement car il a peur de vivre avec ça sur la conscience. Il n'hésitera pas à tendre une main amicale à quelqu'un dans le besoin, même si cette personne est affilié aux ténebres. Et dernier point qui semble important, l'ancien prince garde une phobie malsaine de la foudre depuis un certain jour. Il peut se recroqueviller au moindre son d'orage si son meilleur ami de toujours n'est pas avec lui. Son meilleur ami qui d'ailleurs n'est jamais bien loin de lui. En effet, Chapi-Choco avant d'être son moyen de locomotion reste son plus chère ami. Ben le considère comme son frère et inversement.
En somme Benjamin Von Armaderasson est quelqu'un de simple et généreux.

(Maintenant faisons sa description mais en y incluant un élément perturbateur : la princesse qu'il doit proteger.)

Benjamin souhaite se repentir de ses fautes. La princesse dont il à la garde désormais (une petite furie répondant au doux nom de Cyn'del Lanfear) n'est pas la première princesse dont il à la garde. La première étant morte de sa faute, il cherche désormais à faire n'importe quoi pour que cela ne se reproduise plus. Lorsque sa protégée entre en jeu, le gardien peut changer du tout-au-tout. Il faut bien savoir qu'il se fiche bien de ce qui pourrait advenir au reste du monde du moment que sa princesse reste saine et sauve avec le sourire. Pour faire simple, selon lui les interêts de la princesse passent bien avant ceux du roi ou de sa clique de gardiens et encore bien avant les siens.  Evidemment, il n'a rien contre le roi Mickey, au contraire. Mais si il devait se dresser face à l'armée du roi entière uniquement pour le bien de sa protégée, il lâcherait certainement un dernier sourire avant de se jeter tête baissée dans un combat perdu d'avance. De plus, il ne fera apparaitre uniquement sa Keyblade si Cyn'del est en danger et pourrait même aller jusqu'à abattre froidement quelqu'un qui pourrait vouloir du mal à la princesse dans le futur. Il serait prêt à prendre sur lui toutes les bassesses, tous les déshonneurs simplement pour voir l'âme de la princesse libre et surtout saine et sauve. Pour lui la liberté reste quelque chose de très important, simplement enfermer la princesse dans un château fort ne l'interresse pas, il est bien au courant qu'avant d'être une princesse il s'agit d'une personne qui vit, rit et pleure. Et c'est cette personne que Benjamin veut proteger avant la princesse. Maintenant que sa mission lui fût donné il ne reculera pas. Il pourrait se faire virer des gardiens ou encore se voir attribuer à une autre princesse qu'il hausserait simplement les épaules et continuerait de tout faire pour le bien de la métamorphe.


Histoire • On the tracks of my past

La salle était remplie d'animaux antropomorphes et d'humains qui débattaient avec vigueur de la culpabilité ainsi que de la punition envisagé pour le jeune homme assis au milieu de la salle sur une simple chaise. Toutes ces personnes criants dans tous les sens l'intimidaient un peu et pourtant il restait droit, les yeux rivés vers un homme. Cet homme qu'il fixait était plus important que les autres, bien qu'il n'en connaissait pas la raison l'homme était assis de façon à surplomber la salle de son regard inquisiteur. De plus à chaque fois qu'il cognait son marteau de bois sur le bureau qu'il siégait, la salle redevenait silencieuse l'espace de quelques instants. Benjamin l'avait compris, cet homme était celui qui était définit en tant que juge. C'était cet homme là qui tenait son destin entre ses mains, et quelque soit son destin, Benjamin l'accepterait. Il avait passé trop de temps à fuir ses résponsabilités et il était temps pour lui de payer. D'expier ses crimes, ses fautes, sa lâcheté. C'est ici, dans le tribunal du château disney qu'allait se jouait le futur.

"Silence ! J'ai dis silence ou je fais évacuer la salle !" Hurla de nouveau le juge en frappant de toute force son marteau sur son bureau. Quoi qu'il en fût, cette méthode barbare était éfficace car une nouvelle fois le silence était revenu dans cette petite salle. L'homme balaya la salle d'un regard d'acier, mettant au défi quiconque de prendre la parole puis dit plus calmement. "Benjamin Von Armaderasson, vous êtes accusés des crimes suivants : Enlèvement de princesse de coeur ; Meurtre de princesse de coeur ; Fuite de la justice. Êtes vous conscient et d'accord avec vos accusations ?"
L'accusé n'hésita pas un insant, il acquiessa doucement sans s'arrêter de fixer le juge. La salle fût de nouveau pleine de bruits gênants. Les personnes assises derrière le jeune homme ainsi qu'une rangée de personne bien habillé sur sa droite hurlèrent à la punition, au châtiment divin. Tel une bande de fanatiques qui ne cherchaient qu'une quelconque soif de sang. L'ancien gardien en vint à se demander si il était vraiment dans un lieu de lumière. Il avait refusé le fait d'avoir un avocat, quelqu'un le défendant, il pensait n'en avoir nullement besoin. Il était présent pour dire toute la vérité et uniquement la vérité, pas pour s'en sortir avec quelques mensonges. Le juge frappa une nouvelle fois de son marteau qui semblait détenir un quelconque pouvoir divin car de nouveau la salle se tût.
"Je déciderais quelle sanction appliquer lorsque j'aurais entendue toute l'histoire et pas avant. Monsieur Von Armaderasson, je vais vous demander de me raconter la vérité. Toute la vérité, du début à la fin, mais faîtes attention à vous je saurais le reconnaitre si vous mentez. La chaise sur laquelle vous vous trouvez est très spéciale, en effet elle vous oblige à ne pouvoir raconter seulement et uniquement la vérité. Comme la technologie fait bien les choses de nos jours, bientôt il n'y aura même plus besoin de juge... Bien que je ne sois pas sur de si je dois m'en réjouir ou m'en inquieter. Mais peu importe, j'ai cru comprendre que vous êtiez muet alors qu'on lui apporte de quoi écrire ! Une feuille et un stylo, en vitesse."
Tandis que le reste de la salle bougonnait un peu et protestait contre le choix du juge, l'huissier apporta de quoi écrire au jeune Benjamin. Le jeune homme attrapa son moyen de communication et commença à tracer un large trait en plein milieu de la feuille. Il y ajouta des humanoides en baton et un soleil qui souriait. "Excusez-moi, monsieur Armaderasson ? Seriez vous en train de dessiner ?" Demanda incrédule le juge. Le jeune garçon fixa le juge avec un grand sourire et acquiessa de façon enthousiasme. Le juge porta sa main droite à son front et continua. "Bien... Bien, je ne doute pas de vos talent de... dessinateurs. Mais vous êtes ici pour être jugé. Nous n'avons pas le temps que vous fassiez un dessin explicatif. Je vous serais gré, monsieur Armaderasson, pour une fois que vous écriviez simplement les faits." Le juge essayait de garder son calme pour que tout se déroule dans le calme mais le reste de la salle se remit à hurler, protestant qu'il s'agissait d'un outrage à la cours. Benjamin, lui ne comprenait pas il souhaitait simplement expliquer de la façon la plus simpathique possible. Il haussa simplement les épaules attristé de ne pouvoir partager son esprit artistique et créatif, et retourna la feuille pour commencer un long récit, le récit de sa vie. De nombreuses minutes passèrent, on laissa le jeune écrivain seul avec quelques gardes le temps qu'il rédige son histoire. Il resta concentré tout le long et lorsqu'il eût terminé son travail il fît signe au garde royal le plus proche et attendit qu'il aille chercher les gens compétents. Peu à peu, le silence étouffant de la salle se tut pour laisser place au vacarme assourdissant du bruit des bottes et des chaises qui trainaient sur le sol. De nouveau, la salle se retrouvait comme auparavant, assourdissante de paroles diverses qui n'avaient qu'un unique but : Parler de la punition de l'accusée. Ils ne connaissaient rien de l'histoire que la pulpart avaient déjà tout décidé. Mais le juge lui, n'avait donné aucun verdict. L'huissier lui amena par la suite la feuille remplie de l'écriture peu classieuse de Benjamin. Il commença sa lecture.

[Moi, Benjamin Von Armaderasson certifie et jure sur mon honneur la véracité de mes propos. Je suis ou plutôt j'étais ce que l'on appelle un riche héritier princier. Le nom des Von Armaderasson ne doit certainement pas vous être inconnu. Les riches héritiers de la grande famille de marchands royaux. Je sais que bien que nous nous soyons établis au spacioport de Crescentia, nous ne venons pas d'ici. Toutefois, je ne saurais vous dire ou commence réellement l'histoire de ma famille car je ne m'y suis jamais interressé. De toute manière ce n'est pas très important pour la suite de mon récit. Tout ce qu'il y a à savoir, c'est que je n'étais proche de personne. Je vivais dans le luxe à l'interieur de mon propre palais payé par mes géniteurs. Je ne sortais jamais et passait mon temps à rabaisser les domestiques, à salir après leurs passages, à casser divers objets ou encore à les traiter comme des moins que rien. Ils ne se rebellaient pas, moi j'avais de l'argent, eux non. Et pour la plupart ils travaillaient pour survivre donc ils ne pouvaient se permettre de perdre leur travail. Comme vous le savez déjà, il est dur d'avoir un honnête travail dans ce repère de pirate et c'est pour cela que je profitais de leurs faiblesse.]
De nouveau, la salle se mise à hurler. Le sujet principal était le suivant : Comment quelqu'un comme cela à pu devenir gardien ? Cet homme était la honte des gardiens, il fallait l'emprisonner sur le champ. Le juge cogna son marteau de toute force sur son bureau comme à l'accoutumée. "Silence ! Silence dans la salle !" Le jeune garçon en vint à se demander si le vieil homme ne devrait pas investir dans un message pré-enregistré. Il répetait ces mots tellements souvent. Le juge continua sur sa lancée. "Tant que je serais seul juge ici, il n'en revient qu'à moi de décider le sens de ce procès. Je continue ma lecture, je ferais sortir le prochain qui m'interromps."

[Je pourrais essayer d'utiliser quelques excuses, comme le fait que je faisais cela pour que l'on me remarque, que j'étais la seule victime ici, que j'étais tellement triste que je n'avais pas le choix. Mais je ne le ferais pas, pour moi ce genre d'excuses ne vaut rien. Je l'ai fait car à cette époque j'avais envie de le faire, c'est tout ce dont vous avez besoin de savoir. J'étais un sale gosse, un gamin capricieux, vous avez compris l'idée je ne m'étendrais pas plus sur le sujet. Maintenant que la situation initiale est posée, passons dirèctement aux moments importants.]
"Oui ! Comme ce que vous avez fait de la princesse, monstre !" Hurla un homme au fond de la salle. Et telle une réaction en chaîne une personne après l'autre se mise de nouveau à parler de plus en plus fort pour que sa voix surpasse celle des autres. Le juge du refaire une fois de plus son tour de magie qui imposait le silence dans la salle et il y vira même quelques personnes qui étaient trop réticentes à l'idée que le tribunal se déroule dans le calme. Une fois débarrassé des gêneurs, il reprit la lecture.
[Lors de mes huit ans, mes gêniteurs me forcèrent à embarquer avec eux dans un long voyage pour but de me marier avec une quelconque personne noble ou riche. Je n'en avais pas envie mais au moins, j'aurais quelque chose à faire. Je les ais donc suivis et ils payèrent un vaisseau ainsi qu'un équipage pour le manoeuvrer. Dans mes souvenirs ils avaient tous une tête de brisquard. Il s'agissait surement de pirates, de pirates fièrs de ce qu'ils étaient. Et pourtant il n'aura fallu qu'un gros chèque pour qu'ils se soumettent à mes parents. C'est drôle comme l'argent peut changer des personnes avec des convictions en simples esclaves. Je leurs ais rendu le voyage impossible. Les tournants en bourrique, leur cachant leur carte, leur volant des objets précieux, marchant sur le bois pas sec. Evidemment, je faisais en sorte qu'ils soient au courant de ma culpabilité. Je leurs affichais un large sourire et pourtant ils savaient pertinnement qu'ils n'avaient pas le droit de me toucher. Je les tenais en laisse avec seulement la promesse d'un gros chiffre. Je ne vous mentirais pas, j'eprouvais du plaisir à faire cela. Et cela aurait pu continuer longtemps, très longtemps. Cependant, je suis allé trop loin.]

L'homme qui menait le procès prit une pause pour lancer à celui qui le subissait un regard investigateur. Le jeune homme restait neutre face au juge et attendait que celui-ci termine simplement la lecture. Le silence assourdissant fût rompu par la toux d'une femme à l'arrière de la salle. Le juge soupira et reprit sa lecture.
[Lors du troisième jour de notre pépriple. Ou plutot de mon voyage de croisière, je fis quelque chose de stupide. Alors que nous survolions la steppe d'Archlyte, je me suis emparé d'un couteau et me suis amusé à faire plusieurs petits trous sur la voile solaire inférieure. Je faisais un trou à chaque chocobo que je voyais pour passer le temps. Le problème, c'est qu'il y avait beaucoup de chocobos... vraiment beaucoup. De toute façon, cette voile n'était jamais dépliée alors ou était le mal ? Elle n'était utilisée qu'en temps de tempête pour parvenir à maintenir le vol, et je n'avais vu aucun orage depuis le début de ce long voyage. De plus je pensais qu'une seule voile manquante ne pouvait pas changer grand chose de toute manière. Je sais désormais que je ne ferais jamais carrière à bord d'un bateau. Bien qu'aucune tempête n'était attendu, il y eût un imprévu. Nous nous sommes retrouvés en quelques secondes entourés par des flammes qui pouvaient se mouvoir, des bombos. Le pirate qui tenait la barre ne parvint pas à éviter le troupeau, sans la voile arrière, un virage sec en angle droit n'était pas vraiment réalisable. Nous sommes entrés droit devant dans la meute de bombos. Je pense que vous savez tous ici quelle est la particuliarité formidable des bombos, celle de se transformer en bombe vivante et d'exploser en soufflant une bonne partie du périmètre. Tout ne dura qu'un instant, j'avais l'impression que le monde avait arreté de tourner droit. Les secousses, les cris, la fumée, la chaleur,... Le silence. Tout ne dura qu'un instant. Un simple petit instant avant de me retrouver inconscient. Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai survécu en étant sur le pont. J'ai du me coincer un membre quelque part, ce qui à du me retenir à bord. Je ne sais pas exactement combien de temps je suis resté dans cet état second, mais lors de mon réveil douloureux les rares pirates qui arrivaient à rester debout me fixaient. L'un d'eux tenaient entre ces mains la fameuse voile qui nous avait causer cet incident contrariant. Je ne me souviens plus vraiment des détails, j'étais plutot secoué et cherchais un point de repère quelconque. Le vaisseau était posé au sol et une odeur cramoisie me piquait les narines. Les pirates n'y allèrent pas par quatre chemins. Ils m'annoncèrent la mort de mes géniteurs. Je ne comprenais pas. Je n'arrivais pas à accepter la situation, le fait que j'étais responsable de tout ça. Je me suis mis à rire, pensant qu'il s'agissait d'une simple blague. Si seulement cela avait pu être le cas. Le capitaine se mit à parler à ses hommes, je ne me souviens plus exactement de ses mots exacts mais le sens général de ses mots devait être quelque chose comme : Récuperez tout ce qu'il y a de valeurs sur les nobles, débarrassez vous de l'enfant. En seulement quelques secondes je me suis retrouvé sans un bijou, sans un jouet, sans rien. Juste un short et un haut. Ils avaient même pris mes chaussures. Je ne sais pas pourquoi, ils ne m'ont pas executé. A la place ils m'ont simplement jeté du bateau solaire avant de reprendre leurs route. Je suis resté derrière, sur cette plaine dépourvue d'une quelconque technologie. Je pensais être le seul humain à des lieux à la ronde. Ils n'ont pas réussis à trouver le courage de tuer un enfant, aussi mauvais soit-il. Je crois que pour la première fois depuis longtemps, je me suis simplement assis pour pleurer. Pleurer, encore et encore. C'était tout ce dont j'étais capable de faire.]

Le juge stoppa sa lecture pour fixer de nouveau l'accusé. "Je vais rajouter cela à la liste de crimes dont on vous inculpe. Êtes vous d'accord avec ça ?" Benjamin qui n'avait jamais détourné son regard du vieil homme depuis le commencement acquiessa lentement. De toute manière, la fin de son récit lui vaudrait certainement le pire des châtiments et il n'était pas ici pour fuir. Il se jura de faire honneur à la princesse qu'il avait perdu en acceptant toutes les peines que l'on pourrait lui infliger. Le juge nota simplement quelque chose sur une feuille avant de reprendre la lecture de la déposition de Benjamin.
[En une journée, j'avais perdu mes habits, mes géniteurs, mes objets, ma fortune. Oui, c'était un mauvais jour pour moi. Je ne saurais dire combien de temps je suis resté seul dans le vide de la plaine à me morfondre, à me rouler dans l'herbe en hurlant. A présent je sais que je fus énormément chanceux ce jour là. Mes cris auraient pu alerter un quelconque monstre et à part lui jeter mes habits à la figure et prier pour qu'il s'étouffe avec, mon existence aurait pris sa fin ce jour là. Et finalement, ce n'est pas le courage qui me fît me relever mais bien mon estomac qui criait famine. Je me suis donc levé, titubant à cause des évenement récents. Je pense être tombé pas mal de fois, et j'ai même recraché mon dernier repas. Ma direction était déjà choisie, le vaisseau avait perdu une bonne partie de son intégralité durant l'explosion et j'esperais trouver des vivres dans les debris que je voyais au loin. Ce n'était pas très loin, pourtant le voyage fut long, du fait que je me mouvais difficilement. Je suis donc arrivé face aux débris et je reconnus dirèctement une partie de la cale à vivres. Je me suis donc aventuré à l'interieur et c'est là que j'ai rencontré Chapi-Choco.]
Le juge s'arrêta pour demander : "Chapi...Choco ? Qu'est ce que c'est ?" Voyant que personne ne répondit au juge, l'huissier lui vint en aide. "C'est un chocobo monsieur, celui qui attend dehors dans l'écurie. Il semble appartenir à l'accusé." Benjamin secoua frénétiquement la tête ce qui obligea le juge à lui demander ce qui n'allait pas. Le jeune homme s'empara d'une feuille et y griffona les mots suivants.
[Chapi ne m'appartiens pas. C'est mon ami, mon frère. Je l'explique dans la suite de ma déposition.]

Le juge lut rapidement le message avant de déclarer. "Etrange... Je vais continuer la lecture de votre déposition dans ce cas." Et il s'enfonça dans son siège en vue de trouver un quelconque réconfort avant de continuer.
[J'ai trouvé un chocobo. Un tout petit chocobo, il pouvait tenir entre mes bras. Il semblait pleurer, être affolé. Rapidement, je mis le doigt sur ce qui n'allait pas. Les débris. Un rapide coup d'oeil suffisait à remarquer quelques chocobos immobiles sous les imposantes décombres. Il piaillait d'une force remarquable et essayait de tirer hors des décombres un autre chocobo. Il s'arrêtait, courrait un peu en rond et recommençait de nouveau. Encore et encore... Je me suis senti mal. Je ne sais pas pourquoi. Pour la première fois j'ai pleuré pour le bonheur de quelqu'un d'autre. Ma bêtise avait tellement coûté, pourquoi n'étais' je pas le seul à en souffrir. J'ai récuperé un sac et tous les fruits que j'ai pu trouver puis je me suis approché du chocobo. Posant un genou au sol pour me mettre à sa hauteur je l'ai simplement fixé et avant que je n'ai le temps de faire le moindre geste je fus propulsé en arrière. Une énorme patte d'adamantortue venait de s'écraser peu loin de moi, traversant la coque et me propulsant à cause du choc. Notre petit intérieur se brisa rapidement et la réalité s'annonça à moi. Nous étions entourés de ces immenses tortues. Elles marchaient paisiblement sans même nous avoir remarqués et à présent que j'étais propulsé loin d'elles, ils ne me suffisaient qu'à user de mes petites jambes pour m'enfuir loin d'ici. Ce que j'ai commencé à faire évidemment, cependant un cri m'arrêta net. Le petit chocobo ne savait plus ou donner de la tête. Il reusait de laisser ce que j'imaginais être son troupeau, sa famille. Pourtant ils étaient bien morts, il n'y avait rien à faire pour eux et si il continuait sa folie il n'y aurait plus rien à faire pour lui prochainement. Pour la première fois de mon existence, j'ai décidé d'aider quelqu'un alors que je n'avais rien à y gagner. Je me suis élancé entre les pattes des tortues le tout en criant et priant tous les dieux possibles et imaginables pour que je ne termine pas écrasé par ces horribles choses. Je suis arrivé à hauteur du chocobo que j'ai attrapé sans sommation avant de faire demi-tour. Cette experience m'a sincèrement appris quelque chose, la peur donne vraiment des ailes. Je ne sais comment je suis parvenu à sortir de cet enfer avec le chocobo dans les bras. Ce que je sais cependant, c'est que j'ai couru encore et encore jusqu'à m'effondrer par manque de force. Mes jambes me brulaient, mes pieds étaient douloureux, et pourtant j'étais encore tremblant. Mes épaules étaient pleines de bleus, le chocobo m'avait mis de violents coups de bec durant le trajet. Mais je ne les ressentais que maintenant, à présent que l'adrénaline s'en allait peu à peu. J'ai simplement tendu une poire au petit chocobo avant de m'endormir sous le coup de la fatigue. Mon corps était à son excès et je ne pouvais lutter contre. Mes yeux se fermèrent rapidement.]
"Monsieur Armaderasson, vous endormir sur cette plaine n'était pas l'idée la plus judicieuse qu'il soit." S'esclama le juge d'un air amusé. Il eut droit pour seule réponse un sourire niais de Benjamin qui se grattait l'arrière de la tête d'une manière totalement cliché. Le juge soupira et reprit sa lecture.

[A mon réveil, le chocobo était toujours là. Cette fois-ci blotti contre moi, il semblait avoir décidé de ne pas retourner tenter l'impossible. Ce fût le début d'une longue amitié. Les années passèrent et Chapi et moi sommes peu à peu devenus des frères. Nous n'avions personnes et  ne pouvions compter que sur nous mêmes. Nous sommes devenus une famille, une famille qui pouvait resister aux pires dangers de Gran Pulse. J'avais besoin de lui et il avait besoin de moi. Vous savez, je me suis rendu compte de quelque chose d'important. On ne se rend compte de ce que l'on a vraiment uniquement lorsque nous le perdions. Et nous avions tous les deux perdus, tout perdu. Et lorsqu'il n'y a rien à perdre, alors nous ne pouvions que gagner. Et j'y ais gagné beaucoup, quelque chose d'inestimable. Cela semble ridicule dit comme cela, mais j'ai appris que seul je n'étais personne et je ne pourrais jamais arriver à mes fins. J'y ais gagné un coeur, une conscience mais surtout. Un ami. Les années passèrent et nous grandissions chacun. Il en fallu peu de temps pour que Chapi puisse me porter sur son dos. Chapi m'enseignait chaque jour sur la nature, et j'enseignais à Chapi la ruse et la fourberie des humains. Nous faisions une belle paire et je peux vous affirmer qu'ensembles, nous avons du retourner Gran Pulse dans tous les sens. Je ne sais comment l'expliquer mais mon esprit et celui de Chapi sont entrés en communion peu à peu. Je peux voir à travers ses yeux tout comme il peut voir à travers les miens. Et peu à peu j'ai appris à copier les différentes créatures que nous rencontrions. Et finalement, nous nous mîmes à reigner sur Gran Pulse. Les seules limites qui se posaient à nous étaient l'infini horizon. C'est ensemble, à l'âge de quatorze ans qu'en réunissons nos éfforts que nous terrassions notre premier béhémot qui voulait nous délocaliser de notre point de repos. Le gamin qui se cachait derrière l'argent était loin à présent. Et le petit chocobo têtu était devenu courageux, rusé et combatif. Lors de nos seize ans, (je ne connaissais pas l'âge exact de Chapi, alors je l'ai calqué sur le mien.) nous avons fais la rencontre d'une meute de chocobos d'argents. Nous avons réussis les épreuves haut la main pour nous faire accepter en tant que membre du clan. J'étais un humain et Chapi un simple chocobo jaune, et pourtant nous n'avions aucun mal ensemble à surpasser les nobles chocobos. Dorénavant nous avions une grande famille. Une famille sur laquelle nous pouvions compter. Bien qu'à la base j'avais fais cela pour que Chapi puisse avoir des contacts avec d'autre chocobos, j'imaginais bien qu'il avait envie de voir des siens. Et pourtant, bien qu'il appréciait la compagnie de sa race, il ne me lâcha toujours pas d'une semelle. Ce jour là, je lui ais promis de ne jamais le quitter. Malheureusement pour moi, je vais surement devoir briser cette promesse à cause de ma condamnation. Mais que voulez-vous, je suis humain après tout.]

Le juge se racla la gorge avant de demander à l'accusé. "Vous ne dites pas cela pour esperer avoir une quelconque compassion de ma part, j'espère ?" L'ami des chocobos croisa les bras et secoua la tête pour annoncer un refus catégorique. Il savait que son ami s'en remettrait, il était le chocobo le plus courageux qu'il connaisse. Il attendit ensuite que le juge poursuive sa lecture.
[Lors de nos dix-huit ans, un événement imprévisible se produisit. Un vaisseau s'écrasa non loin de notre campement. Depuis le temps, j'avais abandonné tout espoir de rentrer un jour parmis les gens civilisé, mais surtout je n'en voyais pas l'utilité. J'étais plus utile ici qu'avec mes pairs et de plus... Je me plaisais beaucoup sur Gran Pulse. Toujours habillé comme un sauvage, je suis monté sur Chapi pour aller voir de plus prêt ce vaisseau. Si je pouvais les aider d'une quelconque manière alors je ne me gênerais pas. Je n'étais plus un pleurnichard et si je pouvais donner la chance à ceux qui ne l'avaient pas alors je le ferais. Le dernier écrasement de vaisseau avait arraché tant de choses à tant de monde. Je me sentais vraiment responsable de ce vaisseau nouvellement écrasé. Il ne fallut que peu de temps à Chapi pour atteindre le vaisseau. En le voyant, les souvenirs refirent peu à peu surface. Le vaisseau était fumant. Demandant à Chapi d'accellerer la cadence, nous nous sommes retrouvés en un clin d'oeil sur le pont. Une jeune demoiselle bien habillé titubait entre les flammes. Je me suis empressé de la faire monter sur le dos de Chapi et lui ais demandé de la mettre à l'abris. Il y avait forcément des gens coincé dans les flammes, je me suis jeté dans la cale pour aller y jeter un coup d'oeil. Des cris parvinrent à mes oreilles et je me suis mis à suivre cet appel à l'aide pour finalement arriver devant un écroulement des parties supérieurs du vaisseau. Coincés entre les débris et les flammes se trouvaient des gens. Certains étaient humains, d'autres étaient des animaux anthropomorphes. Ils essayaient vainement de dégager les débris pour ne pas finir incinerer. Je n'avais pas la force de dégager les décombres seul, je me suis donc empressé de prévenir Chapi. Je lui ais dis de déposer la fille quelque part en sureté et de revenir au plus vite. En l'attendant, je suis sorti du navire pour me placer à l'exterieur. Pile devant la coque, plus précisement à l'endroit ou étaient retenus prisonniers les passagers. Je n'eus pas besoin d'attendre bien longtemps, Chapi ne m'a jamais fait défaut. Il déboula et percuta dirèctement la coque à l'endroit indiqué. Il traversa le bois et désormais un trou béant menait vers l'exterieur. J'ai donc fais sortir tout le monde à l'interieur, certains étaient blessés mais heureusement il n'y avait presque pas de mort. Nous nous sommes tous écartés quand un renard s'écria qu'il restait quelqu'un coincé à l'interieur. Le navire était à présent impraticable mais je me suis refusé à laisser mourir quelqu'un si il restait une vaine chance de le sauver. J'ai fais signe à Chapi de conduire les réfugiés à l'abris tandis que je m'élançais de nouveau vers le navire. Une détonation me repoussa mais je me suis relevé telle une forte tête pour retourner au front. C'est là que j'ai rencontré son ancien gardien.]

Le juge soupira. "Oui, enfin nous arrivons au domaine du connu. Messire Grégoire Relufic était l'ancien gardien de Lucie Tarkus, princesse de coeur. La cour ici présente sait déjà la suite des évenements. Votre incapacité à le sauver, le fait que selons vos dires il vous ait fait passé la cérémonie de succession car il se raccrochait à ce qui lui restait et vous à demander de veiller sur la princesse." Le jeune homme faisait de grand yeux. Il ne savait quelle attitude adopter et le juge continua. "Oui, je viens de résumer une énorme partie de votre témoignage, ce qui va soulager un peu mes yeux. Vous ne savez pas à quel point c'est essouflant de traduire votre écriture." Cette fois si Benjamin devint rouge. Il détestait qu'on sous-estime ces talents avec un stylo ou un crayon entre les doigts. En plus, le juge venait de casser toute la tension accumulé par son récit avec une simple phrase. Mais le juge ne s'en formalisa pas et continua. "Oui, donc il se trouvait que la jeune fille que vous ayez sauvé était en fait une princesse de coeur. Vous avez attendu avec les voyageurs le navire de secours et ils vous ont demandés si vous souhaitiez venir avec eux pour faire une fête en votre honneur. Vous avez accepté avec un but bien précis, celui de pouvoir rencontrer le roi Mickey et ainsi être assigné à la protection de la princesse. Vous vous êtes présenté à la fête avec votre chocobo et vous avez pu rencontrer le roi, et vous lui avez demandé de devenir gardien sans même savoir ce que cela impliquait vraiment. Juste parce qu'un homme mort vous l'avait demander.Vous n'aviez rien de ce qu'il fallait pour devenir un gardien. Mais vous, avec votre air niais... Vous veniez de sauver tout un régiment de nobles, vous veniez de sauver la princesse de coeur... Et vous aviez récuperer une keyblade grace au gardien. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas pourquoi vous arrivez à matérialiser cette clef. Tant de gens sont morts de votre faute... Je ne peux pas l'accepter. Lui il savait ce qu'il faisait. Le roi accepta que vous fassiez vos classes. On peut dire que c'est la seule chose que vous ayez réussie dans votre vie, en effet vos résultats étaient plutot impressionants surtout quand votre oiseau était là. Vous ne faisiez pas de vagues et vous écoutiez attentivement chaque consigne donnée sans jamais rechigner à la tâche. Vous avez terminé votre année d'entrainement avec les félicitations des examinateurs. Donc il est inutile de s'attarder sur tout cela... Alors dîtes-moi... Désormais. Qu'avez vous fais de ma fille ?!"
La salle était silencieuse. La révélation du juge venait de tomber comme un cheveu sur la soupe. Benjamin restait figé de peur face à cet homme. De toutes les personnes qu'il y avait dans ce monde, pourquoi fallait-il que ce soit cet homme qui se retrouve face à lui ? Et puis, il n'était pas roi ? Alors pourquoi faire le travail d'un juge ? Finalement, la seule chose que parvint à faire le dompteur fût de s'agenouiller, collant son front contre le sol en signe de pardon. Sur la colère, l'homme déchira ses notes et descendit de son fauteuil pour se rapprocher du jeune homme. Il fût arrêté par deux gardes. L'huissier haussa la voix. "Quel dommage monsieur Tarkus... Quel dommage. Après tout le mal dont vous vous êtiez donné pour pouvoir juger cet homme, il a fallu que vous réveliez votre véritable identité. Vous en convenez, monsieur le juge, que nous ne pouvons vous laisser à ce poste plus longtemps. C'est facheux... pour vous." L'ancien juge se mit à tempester de rage tandis que les gardes le menaient hors de la salle. Il lâcha une dernière fois. "Cela ne change rien ! Benjamin Von Armaderasson, vous êtes condamné ! Et même si vous vous en sortiez par je ne sais quel miracle, je payerais les meilleurs assassins pour vous retrouver ! Vous m'entendez ?! Vous êtes un homme mort !"

Benjamin, lui ne bougeait pas d'un pouce. En signe de respect ou par peur, il restait avachi sur le sol à demander pardon à cet homme dont les sentiments avaient pris le dessus sur ça raison. L'huissier haussa de nouveau le ton. "Bien, la séance est suspendue jusqu'à ce que nous trouvions un autre juge. Monsieur Von Armaderasson, je vous serais gré d'écrire un autre témoignage. Ce concentrant cette fois ci sur ce qui est arrivé à la princesse avant sa disparition. Nous savons déjà tout ce qu'il y a à savoir sur votre temps en tant que gardien."
Et une fois de plus, Benjamin se retrouva seul en compagnie de quelques gardes pour qu'il puisse s'adonner à l'écriture. Il n'avait pas aimé comment cette homme avait résumé son histoire comme si tout ce qui s'était produit était insgnifiant. Mais dans un autre sens, il ne pouvait pas lui en vouloir de s'être emporté ainsi. Il attrapa le stylo et commença à écrire.

Le temps passa. Il ne fallut que quelques heures à l'huissier pour trouver un nouveau juge, ils revenaient pile à temps pour lire la nouvelle déposition de Benjamin. Tout le monde se rassit dans un brouaha gênant avant que le nouveau juge, une marmotte anthropomorphe, n'hausse le ton. "Bien ! Nous allons pouvoir reprendre le procès de Benjamin Von Armaderasson." Elle parlait d'une voix fluette et d'une manière rapide. Le jeune homme devait rester concentrer pour suivre ce qu'elle disait. L'huissier amena au juge la déposition de Benjamin et de nouveau la salle écouta la lecture de cette feuille.

[Comme promis, je vais me concentrer uniquement sur la princesse et sur ce qui lui est arrivé. Il y a exactement deux ans, j'ai appris qu'elle souffrait d'une maladie rare qui l'empechait de sortir. Elle a bien failli mourir lors de son voyage au château Disney lors de notre rencontre. Elle rêvait de sortir, de découvrir le monde. Mais on le lui refusait catégoriquement et je passais mes journées placé devant sa porte à patienter. Un jour j'ai compris ce que je voulais faire vraiment lorsqu'elle tenta de s'échapper sous mon nez. J'étais un gardien, son gardien. Proteger la vie de quelqu'un n'a pas de sens. Je veux proteger le bonheur de tout le monde, pas seulement leurs vies. Et il en était de même pour la princesse. Pouvions nous vraiment parler de vie alors qu'elle restait enfermée du matin au soir dans sa chambre ? Je ne suis pas d'accord avec ça. Je pensais que je pouvais être en mesure de la proteger une fois dehors. Je ne suis pas un simple gardien de prison. Cette personne, justement était une âme en vie qui pouvait rire, pleurer, avoir peur... Pas seulement un objet précieux que l'on entrepose dans un grenier en attendant sagement que son utilité vienne un jour. J'ai appelé Chapi et je l'ai emmené sur Gran Pulse, je voulais lui montrer ma famille que je n'avais moi-même pas vu depuis à présent quelques années. J'ai récuperé un appareil très utile dans les laboratoires du roi. Un collier qui porté à une certaine vitesse crée un portail. Il allait parfaitement à Chapi alors je lui ais mis et nous nous sommes mis en route pour Gran Pulse. Je me souviens parfaitement. Il pleuvait, l'orage grondait comme jamais. Ce n'était pas un bon jour pour qu'elle sorte, j'allais lui proposer de visiter un autre monde quand quelque chose qui piqua mon attention. L'odeur du sang était répandue dans l'air. Je voulais être sur de quelque chose, alors je me suis rendu au campement de chocobos. L'herbe était rouge, rouge de leurs sang. Ma famille était disséminé dans ce champ vermillion. Chacun des pas de Chapi était accompagné d'un petit craquement ou d'un autre bruit qui me donnait envie de vomir. La foudre retentissait encore et toujours faisant apparaitre un troupeau de béhémoths qui se nourrissaient des restes de ma famille. J'aurais du laisser mes sentiments de côté et simplement rentrer au château. Mais je n'ai pas pu. Pourquoi devais' je tout perdre une fois de plus ? J'avais changé, je faisais tout pour aider mon prochain, je n'étais plus le même. Alors pourquoi devais' je revivre cela ? J'ai demandé à Chapi de m'attendre avec la princesse dans la grotte la plus proche. Il ne rechigna pas pour une fois. La princesse quand à elle était apeurée par ce qu'elle voyait. J'ai mis toutes mes pensées de côtés, j'ai attrapé mon épée en bois et me suis avancé seul sous l'orage grondant vers le troupeau de béhémoths. Je me suis ensuite réveillé sous le soleil, baignant dans un mélange de sang de chocobos, de béhémoths et de mon propre sang. Je ne veux plus me rappeler de ce qu'il s'est passé cette nuit là. Je sais que depuis ce jour je garde une grave sequelle, une phobie de la foudre. Je me suis levé péniblement pour rejoindre la grotte dans laquelle Chapi-Choco et la princesse se trouvaient. Je les ais trouvés. Chapi était là, debout... Donnant des petits coups de becs à la princesse qui n'était désormais plus de ce monde à cause de sa maladie, de la pluie et du froid. Il n'aura fallu que d'une nuit. Une nuit pour tout perdre. Mes convictions, ma promesse, la princesse, ma famille et finalement ma voix. Je n'ai pas osé refaire surface. Je l'ai enterré avec le reste de ma famille. Elle repose désormais quelque part sur Gran Pulse... Là ou se trouvaient avant les majestueux chocobos d'argent. Vous savez tous désormais. Ce n'est que dernièrement que j'ai enfin trouvé le courage de faire un pas vers l'avant de d'expier mes fautes. Je suis prêt à accepter n'importe quelle punition.]

La salle était désormais silencieuse, personne n'osait dire mot.

Benjamin était désormais appaisé, il avait enfin déballé tout ce qu'il gardait sur le coeur.

Les secondes ne tardèrent pas à devenir des minutes.

Et finalement, le juge prononça son verdict.

"Benjamin Von Armaderasson. Si cela ne tenait qu'à moi vous seriez déjà en train de pourrir derrière quelques barreaux de notre fameux donjon... Cependant, au vu de ce que nous avons appris aujourd'hui... J'imagine que l'on pourrait vous laisser une seconde chance."
La salle commença à emmettre des sons de protestations mais la marmotte frappa dirèctement son marteau sur le bureau d'une façon tellement violente que le marteau se brisa. "Silence ! Je n'ai pas fini, c'est fou non ? Qui tient le marteau du jugement, ici ? Non mais... Bon ou en étais' je ? Ah oui, votre seconde chance. Nous allons vous laisser un choix monsieur Von Armaderasson. Soit on vous envoies dirèctement dans le donjon, soit vous redevenez un gardien et ce sans toucher la moindre prime et sans avoir de retraite. Evidemment, nous n'allons pas vous remettre à une princesse, non ce serait trop simple. Le fait est que nous manquons de gardiens pour couvrir toutes les princesses, surtout celles qui s'amusent à courir loin de notre vue et dont nous n'avons pas conscience. Voyez-vous, monsieur Armaderasson, cela fait quelques années qu'une rumeur court sur une princesse qui serait capable de se changer en monstre et nous savons que vous avez quelques... facilités avec les bêtes. Nous n'avons presque aucun renseignement sur elle pour le moment mais nous aimerions que vous la retrouviez. Et que vous découvriez si cette rumeur est vraie ou non. Qu'en dites vous ? Redevenir un gardien et rattraper vos erreurs. Cela semble une bonne idée, non ? Evidemment, il va de soi que si vous ne vous attelez pas à la tâche qui vous a été consacré alors que nous vous remettons en liberté, votre tête se retrouvera sur beaucoup d'affiches. Le choix est votre. Et en un sens je vous conseille de ne pas vous rater, cette chance vous a été accordée par le Roi Mickey, je ne fais que lire ses consignes. Il pense que vous pouvez être utile et que vous avez droit à une seconde chance. Car mis à part ce petit incident vous étiez iréprochable durant vos classes et votre temps de Gardien. Il ne tient qu'à vous de rester du côté de la lumière désormais."

Benjamin ne perdit pas même une petite seconde pour y réflechir. Il acquiessa vivement. Il y avait une chance qui se présentait à lui. Une chance unique d'apporter l'espoir à ceux qui en étaient dépourvus. Peu lui importait que cette princesse soit difficile à trouver ou non, qu'elle ne soit qu'une chimère ou non. Il allait courrir après encore et encore. Et s'il venait à trébucher, alors il se relevrait pour continuer sa course. Il avait fait tellement de mauvais choix dans son existence, il était temps pour lui de mettre du poids sur la balance pour contre balancer tout cela. Tous ces gens qu'il avait vu mourir, tous ces gens qui avaient chacun leurs rêves et espoirs. Il était décidé, plus personne ne serait malheureux sur son chemin et lorsqu'il trouvera cette étrange princesse il fera ce qu'il faut. Pas seulement pour la garder à l'abris, il l'aiderait à réaliser ses rêves. Pour tous les rêves qu'il avait ôtés, il était temps pour lui d'en réaliser. Peu importe ce qui lui en couterait...

Benjamin quitta la cour avec un dossier sur cette princesse ainsi que cette promesse qu'il venait de se faire. Il rejoignit dirèctement son plus fidèle compagnon qu'il caresse doucement. Ensembles ils avaient un travail important désormais. Il n'y avait pas de temps à perdre avec du repos ou de la reflexion. Il allait agir et ce, dès maintenant !
Chapi-Choco lâcha un cri d'exaltation : "Kweah !"


Et derrière l'écran

Mon premier DC... C'est chouette. Razz Habituellement je suis sous Yami. Mon choix est fait, j'aime beaucoup ce forum et j'y resterais tant qu'il sera debout.

"Règlement lu et approuvé"
Informations à remplir

▬ Sorey ♫ Jeu vidéo : Tales of Zestiria = Benjamin Von Armaderasson ♣️ Gardiens {PRIS}

A-Lice | Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 9:54
Rewelcome ! xD
Courage pour la fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 166
Date d'inscription : 12/07/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 231
Pumpkin Princess
Cyn'del Lanfear
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 11:09
(Une fois n'est pas coutume...mais l'occasion est spéciale, donc...)

Re-bienvenue Yami/Ben o/

Alala, je suis tellement contente de t’accueillir de nouveau parmi nous, c'est la preuve que tu te plait vraiment beaucoup sur le fow et ça me fait plaisir ^^

Surtout pour un nouveau gardien...et quel nouveau gardien! Le pré-évent' t'as tellement traumatisé que tu en as fait un DC, ça rentre direct dans les annales du fow ça Razz 

Bon courage pour ta fiche et amuse-toi bien surtout Wink

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Cyn'del est rude en #ff0033 Cyn'del's theme song Kit réalisé par Elsa~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 11:23
Re bienvenue o/

Eclate toi bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 1564
Date d'inscription : 15/10/2015
Age du joueur : 20
Pièces d'or : 601
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 14:53
Hey rebienvenue !

Les gardiens vont être content x) En tout cas amuse toi bien et bon courage pour la suite de ta fiche. (;


▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

~ Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. I can not wait to dance upon your grave. Waiting for the dawn to come and sang a song to save us all.
I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 15:40
re bienvenue! Déjà dit sur la chat box mais tout les deux on va se battre pour Cyn fait gaffe ça va chauffer!XD
Sinon ba ravi que tu continue à envahir ce fo d'autres comptes^^ c'est vrai que ce forum est génial!
Bonne chance pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 1537
Date d'inscription : 01/05/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 5645
Admin suprême
Moogle
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mar 22 Déc - 18:43
Bonjour à toi et re-bienvenue sur le forum !!

Je suis vraiment contente que tu apprécie autant le forum pour créer un deuxième compte dès que la période a été validée ! Bon courage en tout cas pour ta fiche et je te souhaite de bien t'amuser avec ce nouveau personnage ! Si jamais tu as la moindre question surtout n'hésite pas nous restons à ta disposition !! ♥

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Moogle Style
Kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo. Kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo ! Oppa kupo style !


Florissone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-h-reload.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 30/05/2015
Age du joueur : 19
Pièces d'or : 380
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mer 23 Déc - 20:09
Re bienvenu Yami ^^

J'ai hâte de voir ce que donnera ce nouveau perso en tout cas j'ai hâte de voir comment tu vas interpréter ce personnage car comme Yami il a une vision bien à lui des choses et il est tout aussi chou ^^ courage pour ta fiche ^^

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Rien n'est vrai, tout est permis
Une partie de moi veut se battre et repousser l'envahisseur, l'autre partie de moi est l'envahisseur. Nous agissons dans l'ombre pour éclairer le monde. Nous sommes des assassins.©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 1537
Date d'inscription : 01/05/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 5645
Admin suprême
Moogle
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Lun 28 Déc - 13:59
Coucou mon chou !

Je trouve très intéressant que tu es fait un personnage muet, une particularité que personne n’a pour l’instant ! Et en plus tu as même déjà ta princesse à protéger c’est parfait ! Il a l’air tout gentil et tout naïf par rapport aux autres gardiens mais bon si tel est son caractère x). Par contre petit détail qui me chiffonne, je vois qu’il peut être capable de faire apparaître une keyblade, un gardien peut en être capable oui, mais elle doit forcément être en métal et pas en bois. Il est impossible de la faire apparaître dans le cas contraire et il ne s’agirait que d’une simple réplique en bois. Du coup je te laisse choisir si tu veux qu’il soit capable de manier la vrai keyblade mais que celle-ci soit en métal, ou bien qu’il possède une simple réplique en bois.

Pour ce qui est de l’histoire, je trouve ça super original de le faire sous forme de procès ! En revanche il y a plusieurs choses qui ne vont pas. Pour ce qui est de la keyblade, il ne peut pas reprendre celle d’un autre, il doit avoir assez de lumière en lui pour pouvoir être digne d’être un porteur et faire apparaître la sienne. Dans le cas contraire il ne peut manier la vrai Keyblade.

Ensuite pour ce qui est de la première princesse qu’il a eus, le roi ne porte aucun jugement sur les personnes qui se présentent pour devenir gardien, il refuse rarement des recrues qui veulent essayer. Mais cependant, il faut pour devenir gardien, faire ses classes et entraînement pendant un an avant d’en devenir un, hors dans ton histoire tu n’en as pas parlé, il faudrait rectifier ça. Après pour être protecteur d’une princesse et non pas simple soldat et gardien d’un royaume, il doit faire partie des meilleurs du régiment et être sélectionné parmi les plus forts. Tu n’en parle pas tellement dans son histoire, du coup tu dois appuyer le fait qu’il fasse partie des meilleurs et le mettre en évidence dans ton histoire.

Et enfin dernière petite chose à modifié, le choix de reprendre un gardien dans ses rangs après des fautes ou même lorsque la première princesse à eut un accident, ne revient qu’au Roi Mickey, lui seul décide si oui ou non il peut confier à nouveau la charge d’une princesse à un gardien. Du coup il faudrait que tu mettes bien dans ton histoire que le roi à accepter de lui mettre en charge une nouvelle princesse. Ah oui, et même si ça a déjà été fait avec ton DC, il faut tout de même le remettre avec celui-là que tu as lu et accepté le règlement ^^.

Sinon à part ça le reste est bon ! Je t’invite à modifier ce qui ne va pas et rajouter les passages manquants. Si tu as des questions n’hésite pas !

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Moogle Style
Kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo. Kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo ! Oppa kupo style !


Florissone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-h-reload.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Messages : 1537
Date d'inscription : 01/05/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 5645
Admin suprême
Moogle
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis. Mer 30 Déc - 23:26



Félicitations Benjamin !
C’est bon c’est parfait cette fois-ci !! Désolée de t’avoir demandé autant de modifié mais là ça avait tout de même son importance dans le contexte x). Mais du coup c’est très bien comme ça il y a tous les renseignements qu’il faut ! Je t’ajoute sur la liste en tant que gardien de cyn’ alors ^^. Le règlement est lu et approuvé tout est bon ! Amuse toi bien avec ce personnage ^^.

Bravo à toi ! Tu as réussis a terminé ta fiche avec brio et tu es maintenant validé ! Ton aventure va enfin pouvoir commencer ! Mais avant ça nous avons quelques indications à te donner. N’oublie pas de créer ta fiche de lien ici au cas où des personnes souhaiteraient se lier à ton personnage ! Surtout n'oublie pas de créer ta fiche d'activité RP, c'est obligatoire et très important, sans ça tu pourrais être supprimé si tu ne la met pas à jour ! C'est ici que ça se passe ! Tu peux, si tu le souhaite, demander un rang spécial à cet endroit-là. Histoire que tu sois unique tu vois ! Et puis enfin si tu veux des partenaires pour tes RP rien de mieux que de venir le faire ici. Si tu as la moindre question ou la moindre hésitation demande à un des admins, ne t’en fait pas on ne mord pas, du moins pas souvent ~ Puis si le cœur t’en dis viens te défouler dans le flood qui se trouve juste . Encore bravo pour ta validation et amuse-toi bien sur Kingdom Hearts Reload !

© Narja - Never-Utopia

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Moogle Style
Kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo. Kupo kupo kupo kupo kupo kupo kupo, kupo kupo kupo kupo kupo kupo ! Oppa kupo style !


Florissone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://k-h-reload.forumactif.org
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis.
Revenir en haut Aller en bas

Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kweah ! Benjamin : trente millions d'amis.
» ROCKY CANICHE MÂLE MOYEN 10-12 ans Montauban (82)
» POUTCHY CANICHE 11 ANS (86) S/S 30 MILLIONS D'AMIS
» 30 millions d'amis
» 30 millions d'amis [Norving]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Identification :: Fiches validés-