Partagez|

Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Dim 27 Sep - 19:52
Le monde de pure noirceur, une fois de plus. Alors que l’instant d’avant, Neku se tenait en pleine lumière, il avait finalement glissé dans ce puit infini séparant chacune de ses parties. On ne pouvait pas dire qu’il était surpris, cette fois-ci, enfin, pas autant que la première fois. Il commençait à avoir malheureusement l’habitude des bizarreries. Malgré tout, avant que l’inconscience ne l’accueille pour un repos bienvenu, il ne pouvait s’empêcher d’imaginer le pire. Il avait beau tenter de comprendre quel était cet endroit qu’il foulait entre deux jeux, à chaque fois, il arrivait à une même et inquiétante conclusion : Tout ce néant et cette chute… c’était comme être au cœur des ténèbres.

C’était pour ça que ce sentiment d’impuissance étreignait son cœur, non ? C’était pour cela qu’il ne pouvait plus utiliser son arme, non ? Comment il se retrouvait là et comment il en sortait, il en avait aucune idée. Ça défiait toute logique. Et puisque son GameMaster restait muet à ses questions, il se devait de trouver les réponses seul. Il soupira. Il en savait si peu sur cet univers, s’en était décourageant. Et cette fois-ci, ce n’était pas entièrement dû à son amnésie. Il avait ce sentiment tenace que ces histoires de lumière, de guerre, de confrérie et de gardiens étaient quelque chose de nouveau dans sa vie, du moins, de relativement récent. Il pesta contre lui-même. Peut-être aurait-il dû plus écouter plus attentivement cette pipelette de Sora, mais il parlait tellement, impossible pour lui de le suivre, il finissait toujours par décrocher.

C’était faux. Et il le savait, tout au fond de lui.

S’il s’intéressait plus au monde qui l’entourait, aux personnes qui le composaient, s’il osait ne fusse qu’entrouvrir la bulle dans laquelle il s’était enfermé, cela résoudrait une bonne partie de ses problèmes. Il secoua la tête, comme pour appuyer un peu plus ce « non ! » catégorique qu’il avait crié au néant. Il plaqua ses mains sur sa bouche, sur sa gorge. Il était persuadé d’avoir élevé la voix mais ses oreilles ne percevaient rien. Non, plus rien.

Et puis, peu importait, il n’y avait de toute façon personne pour l’entendre. S’exposer ainsi aux autres ne pouvait que lui apporter des ennuis, que le blesser inutilement. Il supportait ses partenaires et leur faisait confiance, mais ça n’irait pas plus loin, il n’avait pas besoin de ça. L’humeur sombre, il accepta sans lutter ce sommeil lorsqu’il vint engourdir ses sens.

L’apprenti keyblade master se réveilla des heures plus tard -ou des jours ? Il ne pouvait jamais en être sûr- dans ce qui semblait être une petite maison. Couché sur le sol, son regard encore embrumé, il contemplait une chose impossible. Est-ce c’était une table dressée entièrement pour le thé qu’il voyait ? Il se frotta les yeux, mais elle ne disparut pas. Sans chercher à bouger, plutôt hypnotisé par l’illogisme de la scène, il regarda autour de lui. Le ‘plafond’ était couvert d’un carrelage en damier noir et blanc, un peu comme dans les cuisines des contes. Il pouvait voir une table sur laquelle reposaient trois tasses aux couleurs pastels remplies d’eau fumante et infusant chacune un sachet de thé. Au centre de cette scène, un énorme panier garnis de biscuits en formes de cœurs ou d’étoiles, sur lesquels on pouvait lire des petits mots, mignons mais au combien ironiques, comme « eat me », « tea party » ou « time for a break ». Le mobilier se complétait par un canapé blanc, une grande bibliothèque et une cheminée où brulait un feu. Il se redressa. Dans un coin, on pouvait même voir un escalier qui ne menait nulle part, mais qui eut au moins le mérite de le resituer spatialement. Ce n’était pas le plafond qui était bizarrement décoré, c’était lui qui était sur le plafond et cette maison était juste complètement à l’envers !
Lorsqu’il le réalisa, comme si le monde tout entier avait lu dans ses pensées, la pièce se retourna et Neku chuta donc lourdement sur le sol. Il se releva, massant son épaule douloureuse.

*Ok… Ça c’est une première.*

« Hey ! Toi ! Tu ne vois pas qu’il y en a qui dorme ! » Lança alors une voix inconnue avec un ton rude.

Il se retourna brusquement, mais ne vit personne. Il n’y avait qu’une porte large porte en bois sur ce mur.

*Personne… ?*

« Hey, l’ébouriffé ! Regarde-moi quand j’te parle ! Stupide humain. Plus bas ! »

Il baissa le regard mais ne vit qu’une toute petite porte, un peu comme celle que l’on voit dans les dessins animés et qui garde les maisons pour souris. Il s’accroupit et approcha sa tête de l’ouverture d’une dizaine de centimètre.

*Est-ce que une toute petite personne habite là-dedans… ?*

« Ça va, j’te dérange pas ?! Aucun respect… j’vous jure. J’t’ai demandé de faire moins de bruit, pas de venir m’espionner ! »

Surpris, il recula d’un bon mètre. La poignée de cette porte avait un visage ! Elle parlait et était même de très mauvais poil !

« Pas la peine de t’énerver, je m’en vais ! »

Passablement irrité, il se releva et se dirigea vers la plus grande porte en bois. Il tourna la poignée. Elle était fermée et la pièce n’avait pas d’autres sorties… pas d’autre, excepté celle derrière l’antipathique. Durant de longues minutes, Il regarda partout, à la recherche d’une clef. Mais apparemment, il n’y en avait pas. Il soupira, résigné. Dans quel monde de fou était-il encore tombé ? Une sonnerie familière retentit alors. Le game master devait enfin se souvenir de son existence. Il sortit son téléphone portable de sa poche et lut le message, à la fois soulagé et appréhendant la suite.

Joue à chat avec le Chat du Cheshire, c’est toi le chat♥  – game master

Et le timer se grava sur sa paume, lui arrachant une grimace de douleur. Qu’est-ce que c’était que cette mission ! 7 jours pour attraper un chat dans ce monde sans queue ni tête ! Il ne savait pas s’il devait en rire ou en pleurer tant tout ceci était ridicule ! Ce monde tout entier mettait sa logique à rude épreuve. Enfin, ce n’est pas comme si il avait le choix, au final. Il comptait bien sortir de cet endroit et se mettre à la recherche de Shiki. Si en chemin, il trouvait ce ‘chat du Cheshire’, tant mieux. Au moins, ce serait une mission facile.
Décidé, il s’approcha une nouvelle fois de la petite porte parlante qui, les yeux fermés, faisaient clairement semblant de ne pas le voir. L’apprenti keyblade master n’était pas dupe, lui-même était un maitre dans l’art d’ignorer les personnes l’importunant et au vu des petits coups d’œil que la poignée lui jetait plus ou moins discrètement, il se disait qu’elle avait encore beaucoup à apprendre. Il attendit.

« Tu ne comptes pas partir, c’est ça ? »

« La sortie est derrière toi »

« Et qu’est ce qui te dit que j’ai envie de te laisser passer ? »

« Plus vite je sors, plus vite j’te laisse tranquille »

Face à ce raisonnement implacable, la poignée ne put qu’acquiescer, à contrecœur.

« Va manger l’un de ces biscuits sur la table puis revient me voir. Aller, dépêche-toi avant que je change d’avis ! »

Devant le ton qu’elle venait d’employer, il n’eut pas le cœur à répliquer. Une absurdité de plus ou de moins, après tout… Il ne voyait pas encore en quoi cela allait l’aider à traverser cette porte minuscule mais bon. Il se dirigea vers la table et choisit l’un des cœurs couvert d’un glaçage rose pâle. Il l’avala en une seule bouchée. Il aurait préféré un truc salé mais ce n’était pas mauvais. Puis, une autre chose impossible se produisit. Son cœur manqua un battement et, à une vitesse incroyable, il se vit changer pour rétrécir encore, encore et encore. Désormais haut de dix centimètres à peine, il chuta - par chance- sur la table. Les yeux écarquillés et limite paniqué, Neku mit plusieurs minutes à comprendre ce qui venait de se passer et à se calmer.

*Ça l’aurait tué de m’expliquer… Ça ?! Et comment je descends moi, maintenant !?*

Il se pencha par-dessus le bord, impossible de sauter de cette hauteur sans de casser tous les membres, voire pire. C’est dans ces moments-là que ses avales-rêves auraient été bien utile, en fait. Mais sans partenaire, pas de pacte et sans pacte, pas d’avale-rêve et il doutait sérieusement que l’aimable porte veuille bien forger une alliance avec lui. Cette mission ne serait pas si facile que ça finalement. Il soupira et se mit à faire plusieurs fois le tour de la table, à la recherche d’une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Jeu 8 Oct - 23:10
C’était la sixième fois. La sixième fois que le jeune homme était de nouveau planté là, interdit face au même croisement. Six fois. Il avait d’abord tenté de prendre à gauche. Puis à droite. Sans succès. Mais à force de constater que ses efforts étaient inutiles, Ethan s’était montré plus inventif : il s’était éloigné du chemin pour s’enfoncer dans la forêt, et constatant un énième échec, il avait même tenté de grimper en haut des cimes des arbres. Sans succès : le troncs semblaient interminables, et réduit à la taille d’un insecte, Ethan était comme une minuscule fourmis blonde en train d’escalader le Mont Olympe. C’était sans issue, et à bout de patience, Ethan se laissa tomber de tout son long dans les herbes qui bordaient la route. C’était une horrible journée. Ses paupières se refermèrent sur son regard d’émeraude, et l’espace d’un instant, le garçon replongea dans cette drôle d’aventure : celle de son arrivée au Pays des Merveilles.

Toute cette histoire avait commencé au fond d’un terrier. Le portail de lumière s’était ouvert pour laisser Ethan entrer dans ce nouveau monde, mais dès les premières secondes, il avait sentit son corps basculer, tomber comme une masse inerte dans un gouffre sans fond. La chute avait été interminable, et même s’il avait encore du mal à l’admettre, Ethan avait certainement poussé le hurlement le plus lamentable de son existence. Il avait cru plusieurs fois que son heure était venue, mais contre toute attente, il avait survécu à la chute. Comme si son corps avait tout à coup perdu tout son élan, avant de tomber mollement sur le sol. Mais plus étrange encore, le jeune homme avait alors découvert le fond de ce terrier : un petit hall décoré et distordu aux teintes pastelles. C’était une situation incompréhensible, et encore hébété, Ethan s’était enfoncé dans cette étrange galerie, allant au-devant d’événements plus improbables les uns que les autres.  Il avait dérangé une poignée de porte, avait attendu une bonne dizaine de minutes avant d’oser lui demander son chemin, avait rapetissé en mangeant un gâteau, avait dû utiliser sa Keyblade pour descendre d’une table devenue géante, et s’était perdu dans une forêt, qui était dans des jardins, qui étaient dans une maison. Une aventure loin d’être banale.

Toujours allongé dans l’herbe, Ethan soupira, désabusé par cette interminable journée. Et tout à coup, une idée lui traversa l’esprit. Une idée évidente, mais grâce à laquelle il allait enfin quitter cette maudite forêt : son Planeur Keyblade. Convaincu de sa réussite, Ethan fit apparaître son arme sous la forme d’une moto argentée et grimpa dessus sans la moindre hésitation, oubliant que ce monde était tout sauf disposé à l’aider. Dans un bruissement métallique, le jeune homme s’éleva vers la cime des arbres, bien décidé à poser une vue d’ensemble sur ce monde sans queue ni tête. Mais à peine fut-il à mi-hauteur que les moteurs de son vaisseau se mirent à cracher une fumée noire, avant de trembler violemment. « Bordel ! » siffla Ethan, son véhicule devenu incontrôlable. Quand son regard tomba sur le lac en contrebas, ses yeux s’écarquillèrent. « Oh non non non non ! » lança-t-il désespérément. Mais il était déjà trop tard : la Keyblade disparue et le corps du jeune homme resta un instant suspendu dans le vide, avant de percuter la surface de l’eau avec violence. L’impact lui arracha l’oxygène encore présent dans ses poumons, et encore sonné, Ethan sentit son corps sombrer au plus profond des abysses. Il tenta bien de se débattre, mais ses mouvements étaient sans effet, comme si un courant invisible le tirait vers le bas. Après quelques longues secondes, le corps d’Ethan toucha le fond. Mais au lieu de s’immobiliser, son corps s’enfonça, traversant les tréfonds du lac comme il aurait traversé un vulgaire tamis. L’esprit d’Ethan était incapable de suivre, et sans comprendre comment, il se retrouva de nouveau tiré en arrière, son corps s’extirpant d’un tableau à l’effigie d’un étang. Complètement désemparé, Ethan jeta un regard par-dessus son épaule. Il était de nouveau dans l’entrée, là où il avait rencontré le bouton de porte. À plusieurs mètres du sol, tiré en arrière par une force invisible. Le jeune homme perdit l’équilibre, agitant frénétiquement les bras, tombant pour la énième fois de la journée. Dans l’élan de la chute, il fut incapable de distinguer quoique ce soit, excepté la masse informe et rose juste en dessous de lui.

« Whoa whoa whoa ! »

Puis, il percuta le monticule de gâteaux roses, son corps s’écrasant mollement dans cette marée de sucre et de glaçage. Son cœur battait à cent à l’heure, et sans chercher à comprendre, Ethan se débattit vigoureusement, jusqu’à s’accrocher sur le rebord du panier. Il parvint à hisser sa tête à l’extérieur, du glaçage dans les cheveux, une expression à la fois effarée et déconcertée.

« Qu’est-ce qui vient de se passer là ?! »

Ethan passa quelques minutes à se remettre, avant de remarquer le garçon à l’autre bout de la table. Le jeune homme tenta de se dépêtrer de son panier de gâteaux pour aller à sa rencontre, avant de se rendre compte que son corps était collé à cause du sucre et du glaçage. Exaspéré par sa situation, il posa son regard sur l’autre garçon.

« Eh ! Euh… Je veux bien un coup de main. »

C’était une rencontre pour le moins inhabituelle, et pourtant, Ethan était plus que ravi de croiser quelqu’un après toutes ces mésaventures. Toutefois, il ignorait encore que ses soucis ne faisaient que commencer…

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Mar 13 Oct - 22:23
Coincé sur cette table devenue incroyablement haute, Neku faisait les cent pas, cherchant un moyen de descendre sans se casser tous les os. Plusieurs fois, il avait essayé de se laisser glisser contre l’un des pieds, mais avait rapidement laissé tomber cette idée stupide à mi-chemin. Jamais il ne pourrait désescalader quelque chose d’aussi haut. Il y avait bien une chaise, qui ferait une bonne plateforme à mi-hauteur, mais il doutait sérieusement de pouvoir sauter aussi loin, alors il laissa également tomber cette solution. 
Il n’allait tout de même pas finir ces sept jours ici ? Au milieu de ces friandises sucrées et de ce thé infâme. Non, c’était beaucoup trop absurde ! Plusieurs fois, il pesta contre cette poignée de porte qui l’avait décidément bien eue. Si elle croyait qu’il n’avait pas vu son petit air satisfait quand elle remarqua qu’il était désormais impossible pour lui de l’atteindre… Si tôt son forfait accompli, elle s’était rendormie, ou du moins, c’est l’impression qu’elle donnait, à cette distance.
Encore une raison de plus de ne pas faire confiance aux inconnus, s’il avait vraiment besoin d’une supplémentaire. Oui, dans ce jeu cruel et sans fin, il ne pourrait que compter sur lui-même. Même si au fond, tout au fond de lui, il savait qu’il ne pourrait pas s’en sortir sans partenaire. Pourtant, à Shibuya, Shiki avait été plus qu’un boulet bruyant, elle était devenue une personne de confiance à ses yeux, son amie même. Mais, les choses étaient différentes maintenant. Elle n’était plus là, le laissant seul et en proie à ses tourments. Même si son horizon s’était agrandi au-delà de ce monde étriqué dont il avait du mal à se souvenir, il préférait étouffer son cœur sous un voile d’indifférence plutôt que de souffrir. Il préférait couvrir ses yeux, saturer ses sens, se couper des autres, plutôt que d’admettre qu’il y avait du bon dans ces mondes, qu’ils valaient le coût d’être découvert, de se heurter à eux. 

Rapidement, les minutes s’étaient écoulées et avaient fait place à des heures. Trois heures,… trois heures qu’il était coincé là-haut. Cela faisait un moment qu’il avait abandonné l’idée de descendre et, allongé contre l’un des tasses encore fumante –apparemment, leur chaleur ne faiblissait jamais-, il avait décidé d’attendre que ce biscuit ne fasse plus d’effet. Après tout, sa mission ne requérait que d’attraper un simple chat et ce n’était pas une ou deux heures de plus ou de moins qui allait changer quoi que ce soit, alors autant profiter de ces quelques rares moment de tranquillité et de solitude. Petit à petit, il se réhabituait à d’anciennes sensations qu’il n’avait pas expérimenté depuis…et ben, il ne le savait pas, ça aurait très bien pu être un mois comme un an. La faim, la soif, la fatigue, le froid… depuis ce jour à Traverse Town, c’était comme si il devait réapprendre à vivre. Un peu étrange au début, mais il s’y faisait maintenant.
Les paupières closes, emporté dans un demi-sommeil, il fut réveillé par un bruit…impossible. Un bruit d’eau tombant…beaucoup d’eau…Une cascade ? Las, il ouvrit les yeux et se releva, cherchant la source du bruit. Une image insolite vint perturber le coin de son champ de vision. Il releva la tête. De véritables trombes d’eau s’échappaient du plafond, ou plutôt, d’un tableau représentant d’une espèce de lac, ou un étang au milieu des bois. Un tableau qui flottait à plus de 3m du sol et qui-il l’aurait juré- n’était pas là plus tôt dans la journée. L’eau se rependait sur le tas de gâteaux, les transformant en bouille infâme et définitivement immangeable. Sans vraiment grand intérêt, il observa le spectacle insolite… quand tout à coup, ce qui semblait être un énorme poisson sortit également du tableau pour s’écraser dans le panier emplis de glaçage mouillé et collant.

« Whoa whoa whoa ! »

Un poisson, ça ne parle pas, enfin… pas de manière générale, mais dans cet endroit où les portes pouvaient le faire, pourquoi pas les poissons qui tombent du ciel. L’apprenti keyblade master attendit, sur ses gardes et les yeux rivés sur l’ancienne pile de sucreries. Celle-ci remuait, comme si quelque chose ou quelqu’un souhait en sortir. Une tête blonde, couverte de pâtes rose bonbon, finit par émerger avec difficulté. C’était donc un autre être humain. Les bras croisés, sans aucune intention de l’aider, il l’observa s’interroger sur sa situation et tenter, vainement, de sortir de là. Mais le conglomérat de sucre était tenace, très tenace. Après plusieurs minutes, l’inconnu, ayant enfin remarqué sa présence, s’adressa à lui. Sans doute devait-il être désespéré pour en arriver là.

« Eh ! Euh… Je veux bien un coup de main. »

Neku s’approcha mais ne fit aucun geste en sa direction. Ne lui répondant pas, il ne voyait pas très bien pourquoi il devait l’aider. Après tout, rien ne lui disait que ce jeune homme n’allait pas par la suite s’en prendre à lui. Pourtant, quelque chose…quelque chose émergeant au fond de sa frêle poitrine lui dictait le contraire. Une brûlure, ni agréable, ni désagréable, mais qui le poussa à changer d’avis. C’était étrange, Il devait aider cet homme. Dans un état presque second, il lui répondit enfin.

« Je m’en occupe. »

Sans attendre, il grimpa sur le panier et se mit à califourchon sur le bord, observant ce qui pouvait bien retenir le jeune blond. Il était complètement collé à cette substance rose, impossible pour lui de s’approcher sans se retrouver piégé à son tour. S’il pouvait ne fusse que trancher cette matière… ou s’il pouvait invoquer ses avales-rêves, ceux-ci pourraient ne faire qu’une bouchée de ça, littéralement. Mais, sans partenaire, pas d’invocation. Il devait donc trouver une autre solution.
 Puis, d’un seul coup, elle lui apparut évidente. Peut-être que sa drôle nouvelle arme, cette keyblade, pouvait l’aider, pour une fois. Peu convaincu mais à court d’option, le jeune asocial convoqua cette arme de lumière qui avait bizarrement choisit de se lier à lui. Bien qu’encore novice dans son maniement, grâce à son séjour au pays des mousquetaires, il savait désormais la tenir plus ou moins correctement. Il donna un coup dans la masse gélatineuse, puis un deuxième et enfin un troisième. Ceux-ci ne faisaient que rebondir mollement, sans causer le moindre dégât. Pestant, il leva son arme plus haut pour un quatrième et dernier coup. Il traversa en partie le sucre mais il se ressouda de suite autour de la lame, la piégeant.

Etonné et commençant légèrement à paniquer, l’apprenti keyblade master tira sur le manche, en vain, avant de le lâcher. Il soupira et commenta pour lui-même.

« Je comprendrais jamais l’utilité de ce truc, je pense. »

Neku n’avait encore jamais suivit la moindre formation ou même reçu le moindre conseil, alors il faisait à l’instinct et, dès qu’il le pouvait, il préférait recourir à l’utilisation de ses avales-rêves pour se battre. Pour lui, ils étaient bien plus pratiques et maniables, malgré qu’ils aient tous une personnalité et une indépendance propre. Mais pour cette partie, il ne voulait pas de partenaire. Il n’en avait pas besoin, pensait-il. Au moins, il avait encore le choix, sa dernière forme de liberté.
Se disant qu’il pourrait sans doute le dégager un peu en tirant sur ses bras, il s’approcha, toujours en équilibre sur le bord de l’osier. A peine l’avait-il effleuré du bout des doigts qu’une intense lumière blanche les enveloppa tous les deux. Elle dura à peine une seconde, mais, déjà en balance précaire, c’était plus que suffisant. Il chuta à son tour dans la masse collante et beaucoup trop sucrée pour lui, s’enfonçant jusqu’à la taille.

Il resta plusieurs secondes interdit, tentant de comprendre ce qui venait de se produire. Cette lumière…un pacte ?! Mais, il ne l’avait pas souhaité ! C’était impossible ! Pourtant, il ne pouvait repousser plus longtemps l’évidence. Déjà, il sentait le retour de ses créatures, désireuses de fouler le monde et d'accourir à son appel. Déjà, ce timer cruel rouge et noir devait s’être gravé sur l’autre jeune homme, apportant avec lui une douleur désagréable et le début des ennuis.
 
Extrêmement mécontent de la situation, pestant et râlant se ne pouvoir sortir de là tout seul, il fouilla ses poches et en sorti un badge. Il était bleu profond et marqué d’une image de fantôme rieur tirant la langue. « Aqua Ghost », c’était son nom, du moins, son ancien nom, car désormais, il était la demeure sur le plan matériel d’un avale rêve ‘Mangetout’. Répondant à son appel, un spectre blanc, coiffé ‘un bonnet de nuit vert et tenant des couvert en main, fit son apparition. Tirant son énorme langue sur une rangée de dents acérées, il vint se coller à Neku, le gratifiant de quelques léchouilles très peu agréables. Le jeune homme le repoussa avec ses deux mains, avant de lui donner ses directives silencieuses. Il pointa la masse de gâteau, lui ordonnant par geste de n’en faire qu’une bouchée. Un filet de bave sur les lèvres, ‘Mangetout’ commença à engloutir tout ce qu’il voyait, libérant les deux blonds en un rien de temps. Où allait tout ce qui atteignait son estomac vorace ? Il ne savait pas le dire, mais lancé comme il était, il lui était impossible, même pour lui, de le stopper. Bizarrement, ces sucreries n’eurent aucun effet visible sur lui.

Décidant qu’il avait perdu assez de temps, le jeune asocial récupéra son arme, qu’il fit disparaître de suite, et sortit du panier, sans même adresser un regard à son nouvel et infortuné partenaire. En partant, et parce qu’il ne voulait pas non plus lui faire subir l’horreur de l’attente sur ce meuble immense, il laissa tomber à ses pieds un autre badge. Il était d’une belle couleur mauve-bleutée avec un motif plutôt abstrait dessus. En un claquement de doigt de son possesseur, une créature rebondie en sortit. Ressemblant globalement à un croisement entre un chat et un chien bleu et blanc, elle semblait, malgré sur surpoids plus qu’évident, plus rebondir sur le sol que véritablement se déplacer.
Ces petits yeux en croix adorablement fixé sur l’inconnu, elle n’attendit pas une minute de plus pour passer sous lui, le prendre sur son dos et ensuite suivre son maitre vers le bord. Voyant Neku s’éloigner, son avale-rêve fantomatique et vorace délaissa son festin pour lui suivre, en profitant pour dévorer les dernières traces sucrées incrustées à sa tenue. Arrivé au bord de la table, il se tourna un instant vers son partenaire de jeu perché sur son ‘Miaou-Waou’ et le mit en garde.

« Accroche-toi »

Puis, il fit un pas supplémentaire et chuta, ses deux avales-rêves le suivant. Il savait très bien ce qu’il faisait et, nullement paniqué, il jeta sous lui un troisième badge. Celui-ci, couleur vert pastel et couvert d’une ombre d’oiseau couleur rose, était nommé « Bear Hug Magnum ». Il ne n’avait pas choisi ce nom mais cela n’avait aucune espèce d’importance. Tout ce qui importait c’était la créature qui avait choisi d’y habiter. Répondant à son appel, un rapace aux ailes bleues nuits apparut et l’attrapa in extremis sur son dos, juste avant qu’il ne touche le sol. ‘Plumacier’ était de ceux qui aimer frimer et se la raconter un peu. Pour preuve, la vrille et le looping qu’il réalisa, son colis bien accroché sur le dos, avant de venir le déposer près de cette porte, source de tant de problème.
Propulsé à une vitesse incroyable sur le sol, le chat obèse et son précieux cavalier rebondirent de nombreuses fois sur le sol, atteignant des hauteurs de moins en moins importantes, avant de finalement se stabiliser. Son travail accompli, l’avale-rêve laissa tomber sans ménagement le blond et alla rejoindre son chef avec enthousiasme.

Encore collant, couvert de bave par endroit, ayant failli rendre son déjeuner avec toutes ces acrobaties inutiles, passablement exaspéré et ne voulant que quitter cet endroit idiot le plus vite possible, Neku alla directement à la rencontre de la porte. Avant que celle-ci ne puisse dire quoique ce soit –excuse ou remarque désobligeante-, il força l’ouverture d’un coup de pied violent et sortit dans le jardin, ses avales-rêves sur ses talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Lun 2 Nov - 20:31
Le visage collant et un goût écœurant de sucre dans la bouche, Ethan avait triste allure. Ses cheveux étaient couverts de glaçage, et malgré ses efforts, impossible de s’extirper de cette mélasse épaisse dont il était prisonnier. Le preux chevalier dans toute sa splendeur. Aussi, au terme de vaines tentatives, Ethan remarqua le garçon à l’autre bout de la plateforme – ou plutôt de la table – et n’hésita pas à lui demander un coup de main. Cette journée dans le Pays des Merveilles avait déjà été suffisamment pénible, et aussi patient soit-il, Ethan n’était pas d’humeur à traîner dans cette bouillie sucrée. Pourtant, la réaction de l’inconnu fut loin de répondre aux espérances du jeune homme. Sans même esquisser l’ombre d’une réponse, le roux s’approcha nonchalamment. Pas le moindre geste de sa part, ni même une once de bonne volonté dans son regard. Ben voyons, soupira Ethan, une moue exaspérée flottant sur son visage. Pourtant, il ne tarda pas à ravaler ses complaintes. Il avait déjà une chance inouïe de croiser âme qui vive dans un endroit aussi improbable, et avec un peu de patience, il arriverait sûrement à convaincre ce garçon de l’aider. Retrouvant un semblant de raison, Ethan décida de patienter encore un peu, guettant une éventuelle réaction de la part du rouquin. Il était convaincu que celui-ci allait rechigner à la tâche, aussi, Ethan fut incapable de masquer son étonnement quand le garçon décida tout à coup de le tirer de là. Mais il était loin d’être au bout de surprises. Le garçon aux cheveux roux grimpa sur le rebord du panier, et à en juger par son regard, il semblait chercher une solution pour se débarrasser de cette masse rose et informe. Ethan le regarda un instant, quand tout à coup, une lumière irradia entre les doigts du garçon. Instinctivement, Ethan plissa les paupières. Mais quand il ouvrit de nouveau les yeux, son regard trahit sa surprise.

Une Keyblade. Juste là, dans la main de l’inconnu. Ethan resta interdit l’espace d’une seconde. Ce garçon était un porteur… Malgré ses récentes errances entre les mondes, c’était la première fois que notre tête blonde était face à un de ses semblables. Une sensation étrange germa dans sa poitrine, comme une caresse à la fois douce et douloureuse. Un mélange désagréable de soulagement, et de remords. Ethan inspira profondément, chassant les souvenirs amers de sa vie passée. Il décida finalement d’interroger le garçon sur son arme, mais quand il posa son regard sur celui-ci, Ethan se décomposa. Ses gestes étaient maladroits, et sa posture discutable. Et autant dire que frapper à l’aveugle dans cette masse gélatineuse n’était certainement pas la meilleure manière de procéder. Sans un bruit, Ethan passa une main sur son visage. Un novice. Pourquoi était-il seul ici ? Normalement, il aurait dû être sous la surveillance d’un maître de la Keyblade. Mais à en juger par son manque de technique, difficile d’imaginer qu’il avait suivi une formation. Alors quoi ? Certaines histoires racontaient que, parfois, la Clef décidait elle-même de son porteur. Était-ce le cas ? Les questions se bousculaient, mais Ethan fut brusquement ramené à la réalité quand la Keyblade du garçon s’enfonça dans cette mélasse d’eau et de sucre. Ethan grimaça. Même si les efforts du rouquin étaient louables, notre jeune homme songea à s’extirper lui-même de la mélasse. Ses bras étaient encore libres, et une fois la bouillie sèche, il pourrait peut-être s’extirper en tailladant ce mélange écœurant. Mais plutôt que de renoncer, le garçon s’approcha, tendant ses mains en direction d’Ethan. Un sourire passa sur le visage de notre tête blonde, qui apprécia la persévérance de l’inconnu. Malgré son allure, il n’avait pas mauvais fond. Retrouvant un peu de bonne volonté, Ethan tendit sa main à l’inconnu. Mais dès que ses doigts touchèrent les siens, une lumière vive l’aveugla.

Confus, Ethan peina à retrouver ses sens. La première chose qui le tira de son égarement fut la brûlure qui s’éveilla dans la paume de sa main. Une sensation désagréable, comme une décharge douloureuse, à la manière d’une plume qui aurait gravé quelques lignes dans sa peau. Quand Ethan retrouva la vue, il découvrit alors l’inimaginable : un chronomètre incrusté dans sa peau. De gros chiffres noirs et rouges courraient sur sa peau, défilant à chaque seconde écoulée. Un élan de panique germa dans le cœur d’Ethan qui releva machinalement la tête, cherchant le garçon du regard. Mais il n’était plus sur le rebord du panier. Un frisson d’effroi parcouru notre jeune homme, à qui la situation échappait complètement. Il se tourna machinalement, et son regard ne tarda pas à tomber sur le rouquin. Il était à quelques mètres de lui. Juste là. Coincé dans la mélasse rose. Mais encore sous le choc de ce chronomètre dans sa peau, Ethan se contenta de l’interpeler brièvement, montrant sa paume grande ouverte où défilaient les chiffres. Mais aucune réponse ne vint. Le rouquin semblait trop occupé à fouiller ses poches pour se préoccuper d’Ethan, et un brin contrarié, celui-ci le fixa avec une exaspération non-feinte. Puis, il remarqua le petit badge dans la main de l’inconnu. Puis tout à coup, une étrange créature apparue – une sorte de spectre vorace – et sur ordre du rouquin, la créature commença à dévorer la mélasse rose dont ils étaient prisonniers. Une moue intrigué sur le visage, Ethan regarda un instant se drôle de fantôme. C’était une créature pour le moins étrange, mais à force de voyages, il avait fini par s’accoutumer à ce genre de surprises. Contre toute attente, le spectre ne changea pas de taille en avalant les morceaux de gâteaux imbibés d’eau, et Ethan le regarda faire sans grand appétit. Au moins, ils semblaient tirer d’affaire. Ravalant ses questions pour le moment, Ethan se tourna vers l’inconnu pour le gratifier d’un « merci » sincère. Mais déjà, le garçon s’était éloigné sans même un regard en arrière. Ethan soupira, avant de s’extirper du panier encore collant. Il se retrouva finalement sur la grande table de l’entrée, avec une folle envie de quitter ce monde. Mais ce chronomètre sur sa main était toujours là, et Ethan avait besoin d’une réponse. Ce n’était pas le genre de chose qu’il pouvait ignorer. Il se dirigea donc vers son compagnon de fortune, quand tout à coup, une drôle de créature surgit devant lui. Une sorte d’hybride bien portant entre un chien et un chat.

« Tu sais, t’es sûrement la chose la plus normale que j’ai croisé aujourd’hui, lança Ethan en gratifiant la créature d’une caresse sur la tête. »

Mais avant même que le jeune homme se redresse, la créature glissa sous ses jambes, chargeant Ethan sur son dos. Le porteur manqua de tomber en arrière, s’accrochant maladroitement à sa monture improvisée. La créature s’élança – ou plutôt, rebondit – à la rencontre de son maître, et en arrivant à la hauteur, Ethan croisa le regard bleuté du rouquin. Accroche-toi ?, se répéta Ethan, dubitatif. Puis, il regarda en bas. La table était à une hauteur vertigineuse, et quand il devina le plan de son asocial de compagnon, il ouvrit de grands yeux.

« Eh non ! T’es pas sérieux là ?! »

Trop tard. Il sentit son corps basculer en avant, le vide l’attirant irrémédiablement vers le bas. Ethan s’accrocha fermement à sa monture, toute trace de bravoure ou de courage s’évanouissant au fil de ses hurlements. Puis vint le choc. Ou plutôt, le rebond. Le corps mou et élastique de la créature percuta le sol avec force, mais au lieu de s’immobiliser, il s’éleva de nouveau dans le ciel dans un bond d’une hauteur ahurissante. Si ce premier ricochet causa des sueurs froides à Ethan, les suivants lui arrachèrent des cris euphoriques. Ce drôle de manège était loin d’être désagréable, et après la cascade d’émotion de cette journée, notre jeune homme avait grand besoin de se vider les poumons. Puis, les ricochets se stabilisèrent peu à peu, et Ethan risqua un regard vers le rouquin. Celui-ci était perché sur une troisième créature, un drôle d’oiseau visiblement joueur. Puis, sans crier gare, le chat-chien d’Ethan se déroba sous ses pieds, le laissant tomber lourdement sur le sol.

Une main sur l’estomac, encore un peu secoué, Ethan se releva péniblement et scruta les alentours. Il remarqua rapidement le rouquin qui filait déjà en direction du Bouton de porte. Sans la moindre somation, celui-ci ouvrit cette même porte d’un bon coup de pied, arrachant un soupir à Ethan. Sale caractère. Mais le Pays des Merveilles était un endroit où la patience était mise à rude épreuve, et Ethan préféra ignorer cette montée de colère. Il se contenta de presser légèrement le pas, afin de rejoindre l’autre jeune homme. Cette histoire d’horloge était loin d’être réglée, et quand bien même, Ethan aurait été incapable de laisser filer ce jeune porteur de la Keyblade sans le questionner davantage. Une fois à sa hauteur, il le regarda un instant avant de prendre la parole.

« Merci pour ton aide là-haut. Je m’appelle Ethan. Il hésita une dernière seconde. Puis, il décida de croire en ce garçon, aussi peu amical puisse-t-il être. Il se planta alors devant lui. Je crois qu’on a quelque chose en commun, dit-il avec sérieux, tout en faisant apparaître sa Keyblade dans sa main. Ethan planta un regard intense dans celui du jeune homme, avant de faire disparaître son arme. De ce que j’ai vu, tu n’as pas suivi d’entraînement. Je peux t’apprendre ce que tu as besoin de savoir, si ça t’intéresses. Mais avant, j’aimerais savoir ce que tu fais ici… Et surtout, ce que c’est que ça. »

Même si sa voix était particulièrement sérieuse, Ethan n’était pas le moins du monde agressif. Bien au contraire : il était prêt à écouter calmement ce que ce garçon avait à dire. Mais avant que le rouquin ne puisse répondre, Ethan entendit du coin de l'oreille des bruits de pas. Les gardes-cartes. Après sa brève excursion un peu plus tôt dans la journée, Ethan avait été confronté à ces drôles de personnages. Autant éviter de croiser les valets de la reine, et d’un mouvement de tête, Ethan indiqua la porte menant vers le labyrinthe.

« On sera plus tranquille pour parler. »

Ponctuant sa phrase par un sourire bienveillant, Ethan se dirigea vers ladite porte, curieux d’écouter l’histoire de ce garçon, et surtout, de connaître la signification de cette horloge gravée dans sa main. Aussi calme puisse-t-il être, les minutes qui défilaient sur sa peau le rendait un peu nerveux. Comme si quelque chose de terrible allait arriver à la fin de ce compte à rebours. Bien loin d’imaginer la triste réalité de ce timer  numérique, Ethan se dirigea vers le labyrinthe, convaincu que le garçon allait le suivre. Pourtant, cela était encore à décider… 

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Dim 29 Nov - 0:46
Comme à son habitude, Neku avait décidé de limiter un maximum les contacts avec son partenaire, il avait décidé tout simplement de l’ignorer. Tout simplement ? Sans doute pas. Bien que son visage arborait en permanence masque de l’indifférence, son cœur était le siège d’une tempête sans nulle autre pareil. Il avait beau tourner et retourner le problème dans tous les sens, il en venait à chaque fois à la même conclusion : Il était définitivement coincé. Il n’arrivait pas, malgré toute sa logique, à trouver une échappatoire à sa situation inextricable. Il ne voulait pas d’admettre, mais ce pacte fortuit, ce pacte qu’il n’avait pas choisi, avait été comme une espèce de coup de grâce. Lui qui se trouvait déjà au bord du gouffre, il n’avait fallu que cette simple poussée pour qu’il chute dans cet abysse d’incompréhension qui étreignait son âme en cet instant. Et comme d’habitude, il préférait garder tout ça pour lui, bien caché sous cette cloche de verre, au lieu de tout simplement en parler. Étouffant le problème comme il étouffait son propre cœur. De toute façon, qui pourrait l’écouter ? L’écouter jusqu’au bout sans le prendre pour un fou ? L’écouter jusque bout sans s’enfuir de peur ? Personne. Il n’y avait plus personne avec lui. Shiki était partie. Joshua était introuvable. Son monde était hors d’atteinte, pour peu qu’il ait l’envie d’y retourner de toute façon…

Que faisait-il ici ? Dans ce monde loufoque qu’il n’avait pas choisi, entouré de ces choses familières et inconnues à la fois, entouré d’objets qu’il n’avait jamais vu mais dont il connaissait cependant le nom et la fonction, que faisait-il ici ? La réponse était pourtant simple, quelque part : Il était ici pour remplir sa mission, et rien d’autre. Remplir sa mission, attraper ce chat, juste pour qu’une fois encore, la quiétude de la noirceur de ce lieu obscure ne puisse l’étreindre, ne puisse l’étreindre pour quelque heures de rêves et répits. Enfin et véritablement Seul. Juste Seul. Juste, coupé du monde, juste coupé des gens. Juste loin de tout ça, de toute cette lumière qui lui agressait les yeux, juste loin de ce bruit lancinant qui lui vrillait les tympans, ce bruit de la vie, juste loin de leur présence…Juste Seul. C’était tout ce qu’il avait toujours désiré…non ? C’était ce que lui dictait son cœur…n’est-ce pas ? 

N’est-ce pas ?! 

Seul, il n’aurait plus à s’occuper des autres. Seul, il n’aurait plus à s’inquiéter pour eux, il n’aurait plus à se lier à eux, il n’aurait plus à se battre pour eux, il n’aurait plus à verser des larmes pour eux. Et dans ce monde noir, qu’il aimait autant qu’il redoutait, il n’aurait plus qu’à fermer les yeux, le sourire aux lèvres. A fermer les yeux et à attendre. A fermer les yeux et attendre. A fermer les yeux et à espérer avoir la force ne plus jamais les rouvrir.
 C’était tout ce qu’il voulait, n’est-ce pas ?! 

Pour lui, pour Neku, les jours avançaient, cruellement décomptés par cette horloge, implacable, qui ne s’arrêtait jamais, les jours filaient mais se ressemblaient étrangement tous, tel une mécanique cynique et trop bien huilée, comme un piège parfait dont il ne pourrait jamais en sortir. Juste trop parfait. Aussi loin que remontait ses souvenirs brumeux et flous, les mêmes images lui revenaient à l’esprit, encore, encore et encore. Juste des images du Jeu, juste ça… Est-ce qu’il avait passé toute son existence ainsi ? Voguant de partie en partie, la mécanique trop bien pensée lui présentant un nouveau compagnon de voyage, un nouveau partenaire, qu’il perdait le plus souvent… Quel était l’intérêt pour lui de continuer ? Les jours ne faisaient que se répéter, encore, encore et encore, pour toujours et à jamais….alors, pourquoi continuer ? Plus ces jours recommençaient et plus l’éternel joueur s’en rendait compte : sa propre vie lui glissait entre les doigts.

 Il n’avait pas choisi ça, il n’avait pas choisi tout ça ! Il n’avait pas choisi de devenir un patin muet, subissant ces missions imbéciles et sans fondement ! Il n’avait pas choisi de se tenir en ce lieu, qui semblait lui rire au visage à chaque instant ! Il n’avait pas choisi de partager son souffle avec ces avales-rêves ! Il n’avait pas choisi de lier son cœur à cette arme tordue ! Il n’avait pas choisi ! Il n’avait pas choisi… Il n’avait pas choisi d’entraîner ce jeune homme vers une mort certaine… loin dans l’abysse des ténèbres. 

Pourquoi était-il ici ? Quel horrible destin avait décidé de mettre cet inconnu sur sa route ? Ce jeune blond devait avoir une sacré poisse pour être tombé sur lui… Le rouquin n’osait pas d’admettre, ou plutôt faisait semblant de ne pas le voir, mais déjà, il lui reconnaissait une certaine sympathie, sans trop savoir pourquoi, d’ailleurs. D’après ce qu’il voyait, il avait affaire à un jeune homme, plus âgé que lui, mais avec toujours ce petit sourire aux lèvres, ce petit grain dans la voix, celui qui semblait lui murmurer qu’il profitait de chaque instant de sa vie. L’apprenti Keyblade Master arborait son masque stoïque, mais cela ne voulait pas dire qu’il n’était pas attentif à l’inconnu. L’observant du coin de l’œil sans jamais se tourner vers lui, à l’écoute de ses paroles sans jamais le montrer. Il l’avait vu. Il avait vu son visage changer à la découverte de ce timer cruel, il l’avait vu s’occuper de son avale-rêve, nullement apeuré par cette nouveauté, comme s’il s’agissait du sien. Il l’avait vu, et même entendu, hurler à pleins poumon, la peur du vide s’étant rapidement mué en euphorie. Il ne comprenait pas pourquoi… Pourquoi lui était-il venu en aide ? Pourquoi continuait-il à l’aider ? Pourquoi semblait-il s’intéresser à lui ? Pourquoi ne s’offusquait-il pas de sa présence ? Pourquoi n’arrivait-il pas à le trouver énervant ? Pourtant, il montrait tous les signes de ces gens qu’il évitait comme la peste : Joyeux, amical, profitant du moindre moment d’amusement…sans soucis. 
Ce n’était pourtant pas son style, ce n’était pas logique, ce n’était pas lui. Il aurait dû le laisser dans ce panier, coincé dans sa bouillie sucrée. Il aurait dû le laisser tout en haut de cette table. Il aurait dû accélérer le pas, tenter de le semer, pour embrasser une fois de plus sa chère solitude. Car, c’était ce qui comptait, n’est-ce pas ?!

Faux.

C’était faux.

C’était faux et il le savait. Il était juste bien trop borné pour l’admettre. Le jeune homme, l’inconnu… quelque part, il lui rappelait Shiki, sa première partenaire…son amie…son amie qu’il n’avait pas pu sauver des griffes de l’homme en noir. Son Echec. Petit à petit, sa volonté de la retrouver, de la sauver, s’était étiolée. Elle était toujours présente, mais, nettement moins forte, son défaitisme l’érodant un peu plus à chaque seconde. Il se sentait tellement impuissant ! Tellement incapable de la sauver ! Depuis qu’elle lui avait été enlevée, il n’avait plus jamais entendu parler de cette organisation…il s’était comme envolé, venu de nulle part. 

Alors, accompagné de ses trois fidèles avales-rêves, Neku avait décidé de passer ses nerfs sur ce Bouton de Porte, en forçant la serrure avec violence, et était sorti, sans même jeter un coup d’œil à son infortuné partenaire, sachant pertinemment qu’il le suivait. Était-ce pour ça ? Était-ce parce que malgré tout, il ne voulait pas vraiment le laisser derrière que petit à petit, il avait ralenti sa marche, le laissant le rattraper ? Peut-être, peut-être pas. Il n’avait pas vraiment de réponse à fournir, il n’en avait pas vraiment ces derniers temps. Sans lui adresser un regard, sans arrêter sa marche, il l’écouta prendre la parole. Ainsi, son nouveau compagnon d’infortune s’appelait Ethan. Il saurait s’en souvenir. Mais avant qu’il ne puisse réfléchir plus longuement à la question, Ethan vint se planter face à lui, l’obligeant à se stopper, l’obligeant enfin à le regarder. 

Ainsi sorti de ses pensées, il faillit l’écarter de son chemin sans ménagement. Il n’avait pas vraiment envie de parler en cet instant, même s’il en avait bien besoin. Il n’était pas encore prêt à confronter son regard lorsqu’il découvrirait l’effroyable vérité dans laquelle il l’avait entrainé. Mais, pourtant, il n’en fit rien et, interloqué, il écouta ce qu’il avait à lui dire, à lui montrer plutôt. Une lumière. Une lumière aussi soudaine qu’aveuglante émergea de sa main, le forçant à plisser les yeux. Une lumière devenue tellement familière…Se pourrait-il… ? La lumière laissa rapidement place à autre chose, de plus consistant. Une Keyblade. Différente de la sienne, différente de celle de Sora. Impossible. Son cerveau se vidant d’un seul coup, il écarquilla les yeux, son indifférence se muant en étonnement. Il ne put s’empêcher de faire un pas en arrière, tant il n’arrivait pas à croire ce qu’il avait en face de lui. Un autre porteur ? Quels étaient les chances qu’il en rencontre un ici ? Cette « arme » était quelque chose de rare, non ? Et pourtant, il s’agissait du second qu’il rencontrait en si peu de temps…A croire qu’il avait le chic pour les dénicher…A moins qu’ils ne soient tout simplement attirés les uns vers les autres, reliés par un fil invisible, tous reliés par le destin.

 D’un claquement de doigt, il la fit disparaître et, le plus sérieusement du monde, lui proposa de lui apprendre ce qu’il savait, en échange de deux-trois informations, évidemment. Un entrainement ? On pouvait suivre une espèce d’entrainement pour maîtriser cette arme, d’après ce qu’il sous entendait. Il est vrai qu’il ne savait pas grand-chose sur la Keyblade, Sora lui ayant expliqué le strict nécessaire, et lui ayant dû partir avant de pouvoir lui poser plus de questions. En gros, il savait qu’il s’agissait d’une espèce d’arme de lumière qui choisissait plus ou moins son porteur selon sa valeur, sans vraiment lui demander son avis. S’il y avait un autre moyen de transmission, il ne le connaissait tout simplement pas. Il devait bien l’avouer, la proposition était plutôt tentante…Même s’il évitait le plus possible de recourir à sa Keyblade au profit de ses avales-rêves, le fait qu’il puisse l’invoquer en dehors du pacte était un avantage non négligeable…mais, il n’aimait pas tellement cette arme trop étrange pour lui. Il avait un mauvais pressentiment concernant toute cette affaire. Il ne voulait pas se faire une nouvelle fois embrigadé dans une histoire qu’il n’avait pas choisie et l’enthousiasme du blond à ce sujet n’arrangeait rien. Avant son interlocuteur avait besoin de réponses, des réponses qu’il était le seul à pouvoir lui fournir évidemment. Neku soupira, se grattant les cheveux. Par où commencer ? Pouvait-il vraiment lui faire confiance ? A peine cette interrogation émergea dans son esprit qu’elle fut balayée par une autre voix, différente de la sienne, inconnue et pourtant tellement familière. Une voix masculine, adulte, lui hurlant comme on sermonne un gamin, lui hurlant de tout simplement de croire. 

Croire en son partenaire.

C’est ce qu’il ferait.

Soudain, un lourd bruit de pas se fit entendre, brisant l’instant. Beaucoup, beaucoup de gens approchaient, et ils avançaient à un rythme cadencé, comme une troupe ou une armée. Ce n’était jamais bon signe un tel bruit. D’un mouvement de la tête, Ethan, souriant, indiqua une autre porte en bois, inerte celle-ci, du moins en apparence.

« On sera plus tranquille pour parler. » 

Puis, il se dirigea vers l’ouverture, y entrant le premier. Neku, ses avales-rêves toujours sur ses talons, se résolu à le suivre, non sans avoir tout d’abord pesé le pour et le contre. Avait-il vraiment le choix de toute façon ? Il préférait encore suivre cet autre porteur, plutôt que d’avoir affaire avec les détenteurs de ce rythme quasi-militaire. Une fois entré dans ce labyrinthe de végétation, et avant de se confronter à ce regard émeraude, il se tourna un instant vers ses trois créatures. 

Il n’était pas bon pour lui d’en maintenir un si grand nombre simultanément dans cette réalité. Chacun d’entre eux lui drainaient constamment une énergie folle et, déjà, il commençait à en ressentir les premiers effets, les premières fatigues. Il fit cependant un geste de la main vers son partenaire, lui indiquant de l’attendre un instant, le temps qu’il puisse leur dire « au revoir ». 
Un par un, sans aucune gêne, il les prit dans ses bras, leur chuchotant doucement d’inaudibles mots de réconfort, avant de les révoquer, récupérant alors ces étranges badges qu’il glissa dans sa poche. Les créatures semblaient réellement peinées de le laisser seul et lui, eût tout de même un pincement au cœur de devoir se séparer d’eux aussi vite. Il adorait ses avales-rêves. Dans ces moments sombres, dans ces bribes de souvenirs de cette dernière semaine Shibuya, ils avaient toujours répondu présent, ils avaient toujours pu lui faire oublier, même pour quelques instants, l’horreur de cette fuite de sept jours. Mais il n’avait pas vraiment le choix, à peine s’étaient-ils retrouvé, qu’ils devaient déjà se séparer. Il se tourna enfin vers Ethan, paraissant un peu plus apaisé, sans doute pour la première fois de la journée. Il n’était plus en colère, il n’était plus tourmenté…et bien que son visage restait plutôt fermé, il n’était plus aussi dur. Il soupira, ne sachant toujours pas par où commencer. Il y avait tant à dire… le croirait-il ? Il décida de commencer par le sujet qui devait sans doute angoisser le plus le jeune blond : l’horloge numérique qui défilait implacablement sur sa peau. Il est vrai que lui y était tellement habitué…Cela n’étreignait plus son cœur d’effrois comme avant…Cette habitude lui collait tellement à la peau qu’il le trouvait même…presque rassurant. Avant de commencer ses explications, il lui présenta la paume de sa propre main, elle-même gravée de rouge et de noir.

« Je participe à un jeu, appelé ‘ le Jeu des Faucheurs ‘... J’ai sept jours pour accomplir la mission que l’on m’a assignée. Passer ce délai… » Son regard se perdit un instant dans le vague. Il se rappelait très bien des conséquences que lui avait expliqué Joshua à Travers Town. « Passer ce délai et c’est la mort. » Il marqua un temps d’arrêt, lui laissant bien le temps de se préparer à la suite. « En entrant en contact avec moi, tu es devenu mon partenaire de jeu. Ce timer est là pour me…pour nous rappeler le temps qu’il reste pour terminer la mission. C’est pour ça que je suis ici.»

Détournant les yeux, il referma sa main. Il se demandait bien comment il allait bien pouvoir réagir. Allait-il s’énerver contre lui ? Allait-il pointer un doigt accusateur sur lui ? Voire même s’en prendre à lui, cherchant de cette façon, un moyen pour se libérer de la malédiction ? Il pouvait aussi très bien ne pas le croire, juste lui rire au nez, invoquant une quelconque folie adolescente ou même juste s’enfuir, en le laissant planté là. Mais ce serait inutile. Les participant aux Jeu ne pouvaient pas quitter la zone avant d’avoir réussi leur mission…ce serait trop facile… Revenant sur lui, il reprit la parole.

« Au fait, je m’appelle Neku et la mission de cette semaine implique d’attraper un certain ‘Chat du Cheshire’, tu le connais ? »

Il ne lui demanderait pas de l’aider, il ne pouvait pas l’obliger après tout, mais s’il avait l’une ou l’autre information, il devait le savoir. Sciemment, il omettait de revenir sur la keyblade, loin de lui l’envie de se retrouver mêler à plus d’histoires de lumières et de ténèbres. Il y avait déjà trop de choses dans sa vie qu’il ne maîtrisait pas pour se lancer dans tout ça.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Jeu 17 Déc - 19:42
Grâce à sa petite démonstration, Ethan était parvenu à attirer l’attention de l’inconnu. Durant un instant à peine, le masque d’indifférence de l’autre garçon s’était effondré, pour laisser transparaître sa surprise. Cette réaction le conforta dans l’idée que le jeune homme face à lui avait encore beaucoup de choses à apprendre sur la Keyblade. Pourtant, plutôt que de le bombarder de questions, Ethan préféra lui faire une simple proposition : celle de lui apprendre ce dont il aurait besoin afin de maîtriser cette arme. Mais avant toute chose, il avait besoin de connaitre la nature des chiffres qui défilaient dans la paume de sa main. Silencieux, le garçon semblait en pleine réflexion. Pourtant, la discussion fut interrompue quand un bruit sourd arriva aux oreilles d’Ethan. Comme une démarche lourde et régulière. Une troupe de cartes-soldats. Pour éviter de nouveaux problèmes, Ethan proposa donc de prendre l’issue la plus proche : le labyrinthe. Il s’assura d’un regard que le jeune homme était derrière lui, avant de pousser la porte. Quand ils furent à l’intérieur, le jeune homme fit signe à Ethan de patienter. Celui-ci s’exécuta, observant de loin son compagnon de fortune. Et le spectacle d’un jeune garçon enserrant les créatures qui l’accompagnaient dans son aventure lui tira un sourire sincère. Malgré son attitude, il était loin d’être un mauvais bougre. C’était désormais une évidence. Quand le garçon s’approcha, Ethan ne fit pas le moindre commentaire. Sans réelle raison, il le trouva plus calme, plus ouvert à la discussion. Et finalement, au terme de quelques dernières secondes d’hésitation, les aveux tombèrent, offrant enfin une réponse à Ethan.

Le « Jeu des Faucheurs ». C’était comme une plaisanterie grotesque, un jeu empreint de cruauté, dont les participants étaient victimes. Ils avaient exactement une semaine pour achever une mission. Un échec était synonyme de mort. Durant quelques secondes, Ethan resta parfaitement interdit, médusé par cette révélation. Inconsciemment, il regarda le chronomètre gravé dans sa propre main. Une panique profonde s’empara de lui, mélangée à une colère sans victime. Si jamais ils échouaient, si ce compte-à-rebours arrivait à son terme… Alors il serait condamné. Durant une seconde, il songea à un moyen de tromper la mort. Après tout, il était armé d’une Keyblade : peut-être que… Mais rapidement, la réalité rattrapa Ethan. Non, bien sûr que non… Les choses n’étaient jamais aussi faciles. Il ferma les yeux, et inspira profondément. Puis, son regard se planta dans celui de ce garçon. Neku. C’était son nom. Sa mission actuelle était de trouver le chat de Cheshire.

« Non. Je ne l’ai pas vu. »

Il fixa encore Neku quelques instants, parfaitement conscient des secondes d’incertitudes qui s’écoulaient. Il avait vu le comportement de ce garçon. Il avait vu ses tentatives maladroites pour l’aider, son attitude vis-à-vis de ses compagnons chimériques… Et surtout, il avait vu son honnêteté, au moment de lui avouer la vérité. Car plus les secondes s’écoulaient, et plus Ethan était persuadé que toute cette histoire était vraie. Une question, une seule, était encore sans réponse. La seule question qui avait encore de l’importance pour Ethan. Il expira doucement, se relâchant légèrement.

« Merci. J’aimerais juste savoir une chose. Pourquoi tu participes à ce jeu. »

C’était la seule chose. Était-il assez égoïste pour participer à ce jeu en toute connaissance de cause, impliquant ouvertement des gens dans sa course contre la mort ? Était-il prisonnier de ces règles injustes ? Cherchait-il à inverser le cours du destin ? Pour Ethan, c’était la seule chose encore importante désormais. Pour ce qui était du reste… Il avait déjà perdu son libre arbitre lorsque ce chronomètre s’était gravé dans sa peau. Désormais, chaque instant avait son importance. Ses craintes étouffées, Ethan était désormais assez lucide pour le comprendre : seuls survivaient ceux qui arrivaient à s’adapter avant la fin du temps imparti. Il s’était déjà suffisamment approché de la mort pour surmonter la terreur profonde qui était encore ancrée dans son estomac. Le jeune homme retrouva rapidement son attitude habituelle, offrant un sourire à Neku. Une amertume coupable dans la bouche, il réalisa qu’il s’était habitué à cacher une partie de ses sentiments.

« On devrait commencer à chercher. »

Considérant la situation, il était préférable de discuter en marchant. Ethan n’était pas assez familier avec le Jeu des Faucheurs pour rester inactif, alors que les heures allaient en diminuant dans le creux de sa main. Le labyrinthe était un enchevêtrement de passages, d’angles et de cul-de-sac, le tout dans un fond de verdure et de roses. Certainement pas l’endroit pour chercher un chat. Mais s’ils souhaitaient éviter la troupe de soldats, il était préférable de les contourner.

« Tu devrais être prudent. Surtout avec une Keyblade, avoua-t-il d’une voix sérieuse. Elle attire les Sans-Cœurs. Mais elle te sera aussi d’un grand secours, déclara-t-il d’un ton rassurant. C’est une arme chargée de protéger la lumière. Les ténèbres la craignent, mais la convoite… Elle, mais aussi le cœur de celui qui la possède. Si tu es capable de faire appel à elle, ce n’est pas par hasard. Elle t’as reconnu comme digne de la porter. Il marqua une pause. Les informations étaient nombreuses. Et la réalité de la clef n’était pas toujours agréable à entendre. Comment tu l’as obtenue ? »

Ethan était réellement curieux. Pourtant, même en discutant, il avait du mal à oublier le chronomètre figé dans sa main. Régulièrement, son regard tombait sur la paume de sa main, où les chiffres continuaient de défiler. Inlassablement. Comme pour lui remémorer que sa vie n’était plus la sienne. Existait-il seulement un moyen de quitter ce jeu ? Toutes ces questions étaient en train de prendre le dessus sur son esprit, et sans s’en rendre compte, Ethan questionna tout à coup son partenaire.

« Tu participes depuis longtemps ? Il réalisa son intervention brusque, et reprit. Désolé. J’ai encore du mal à m’habituer à toute cette histoire. »

Malgré ses efforts pour paraître serein, il était incapable de se cacher sous des faux semblants. Pas cette fois. Pourtant, ce n’était pas la crainte qui semblait étreindre Ethan. Mais plus l’ignorance. Il cherchait à comprendre. À donner un sens à tout ceci. À comprendre pourquoi il s’était retrouvé enchaîné à ce jeu, et dans quel but. Mais surtout, il cherchait à comprendre Neku, qui semblait habitué à cette existence en équilibre entre la vie et la mort.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Sam 26 Déc - 1:35
Un monde loufoque et étrange où rien de semblait être ce qu’il est réellement, une mission en apparence facile et complètement stupide, et un nouveau partenaire porteur de cette arme de lumière et un peu trop familière à son goût…Voilà donc ce que lui réservait cette session de Jeu…Voilà ce que lui avait réservé son cher GameMaster… Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il avait de l’humour et une imagination à toute épreuve, le tout saupoudré d’une bonne dose de fatalité cynique, en fait… S’il n’avait pas été son ami, s’il n’avait pas confiance en lui, malgré ce flottement étrange qu’il ressentait à chaque fois qu’il songeait à lui, s’il n’était pas coincé dans ce Jeu cruel et éternel, Neku aurait bien été le trouver en personne, histoire de lui faire savoir ce qu’il pensait de toute cette histoire. S’il était clairement habitué à voir sa vie décomptée sur un timer rouge et noir défilant, voire même un peu trop habitué, il avait encore du mal à avaler toute cette partie semblant n’être que l’œuvre du hasard. N’avoir aucune emprise sur sa vie et sur les évènements était quelque chose d’incroyablement angoissant, de savoir que, quel que soit l’énergie qu’on l’on mettrait à vouloir s’échapper, ou à vouloir renverser le cours du destin était complètement inutile… c’était encore pire. Et maintenant, il venait d’entrainer une autre personne dans son cauchemar éveillé. 

D’un bloc, non sans hésiter auparavant, l’adolescent lui avait tout avoué. Le Jeu, le timer, la mission…C’était beaucoup en une seule fois, mais il n’avait le temps de ménager Ethan, il avait devoir s’adapter, comme lui avait dû le faire…Du moins, il supposait qu’il avait dû le faire, puisqu’il ne s’en souvenait pas le moins du monde. Est-ce que lui aussi avait réussi à avaler, bien que  difficilement, ce nouvel état de fait comme le faisait le blond ? Ou avait-il laissé exploser une quelconque colère, un quelconque ressentiment ? A moins qu’une fois de plus, il n’ait laissé couler…Comment savoir… En tout cas, il semblait assez bien prendre la chose… Plutôt anxieux et tendu selon lui, Il ne l’avait pas attaqué, pas plus qu’il ne semblait lui mettre la responsabilité de cette histoire sur le dos…C’était déjà ça de pris et cela rassurait un peu l’apprenti keyblade master. Bien s’entendre avec son partenaire, c’était un point important du Jeu des Faucheurs…voire même un point crucial lorsque l’on voulait survivre plus d’une journée… Expirant lentement, comme s’il venait d’intégrer ces difficiles informations, Ethan fit une chose qu’il ne pensait pas vraiment possible : il le remercia. 

Est-ce…Est-ce qu’il le croyait ? Vraiment ? Il ne lui avait fourni aucune preuve pour étayer son propos et cette histoire n’avait pas de fondement…Et pourtant…Il le croyait ? C’était…tellement inattendu qu’il mit une à deux secondes à réaliser qu’il lui avait également posé une question. Et quelle question ! Pourquoi… Pourquoi tout ceci… Pourquoi voulait-il le savoir ? Voulait-il s’assurer de sa bonne foi ? S’assurer qu’il était bien tombé dans une cause ‘juste’ ? Neku ne savait que ce que Joshua avait bien voulu lui transmettre, que tant qu’il resterait dans le Jeu des Faucheurs, il serait protégé des ténèbres qui avaient englouti son monde d’origine… Il serait donc condamné à y rester, jusqu’à ce que Shibuya soit délivrée, si cela était seulement possible… Serait-ce une raison suffisante à lui fournir ? Il espéra que oui, il espéra avoir raison de croire en son partenaire. Avec son ton neutre, puisqu’il ne souhaitait pas vraiment attirer la compassion ou la sympathie, il lui déballa ce qu’il pensait être la vérité.

« Crois-moi, si je pouvais quitter ce Jeu, je le ferai » Il soupira avant de reprendre. 
« J’y suis coincé temps que les ténèbres règnent sur mon monde... »

Il se retint d’ajouter qu’il doutait que ce jour arrive, en fait… Tout comme il omit d’entrer dans les détails. De ce qu’il savait, déjà à Shibuya, il participait au Jeu, il n’était pas sûr d’en être totalement libéré ne fois de retour dans son monde d’origine… Il n’insista pas, il ne voulait pas que l’on s’apitoie sur son sort. Si bien que lorsque son interlocuteur lui proposa de se mettre en route, il acquiesça d’un mouvement de tête, avant de le suivre au travers du labyrinthe, un peu soulagé. Regardant tout autour de lui, attentif, il cherchait ce qui, de près ou de loin, pouvait les mener à ce satané chat. Une trace, des poils, des indices…N’importe quoi, il prendrait. Mais dans cet enchevêtrement de végétaux et de fleurs, ils avaient peu de chance de trouver quoique ce soit. Ici, il n’y avait rien de très intéressant pour un animal et les pieds des buissons ne semblaient pas dérangés, ils étaient même un peu trop parfait. Tout ça avait déjà comme conséquence d’abreuver son défaitisme naturel, de l’éloigner de ce qui aurait dû être sur son seul et unique objectif, la seule chose devant avoir de l’importance pour lui : retrouver Shiki.

Retrouver Shiki, pour qu’ensemble, ils puissent se libérer enfin du jeu…Pour qu’ensemble, ils puissent, avec l’aide de Joshua, trouver un moyen de retourner sur leur monde d’origine, ou qu’ils puissent, trouver un autre endroit où vivre. Tranquillement. Loin du tumulte dans lequel semblaient être plongé tous ces mondes. Loin de cette guerre de lumière et de ténèbres, dans laquelle il luttait pour ne pas être impliqué.

Combien de temps…? 

Combien de temps allait-il mettre pour se rendre compte qu’il y était enfoncé jusqu’au cou ? Combien de temps avant qu’il réalise que, quoi qu’il fasse, les ténèbres reviendraient toujours pour le chercher, lui…Porteur de Keyblade…Quelle douce malédiction dont il ne semblait même pas se rendre compte… douce destinée qu’il tentait d’occulter à sa vue, ignorant tous ces signes éclatants montrant pourtant qu’au final, il n’aurait pas le choix. Il ne l’avait plus depuis longtemps.

Il allait devoir se battre.

Et si ce n’était pas pour cette ‘noble mission’, celle  du combat infini de la lumière contre les ténèbres, ce serait pour son propre salut et celui de son monde. Porteur de Keyblade… Horrible, horrible fardeau qui avait échoué sur ses épaules déjà trop encombrées. Un ‘honneur’ teinté d’amertume et de violence. Sans doute son instinct avait-il eu raison de lui souffler de se méfier de cette arme. Dans ce cas-ci, l’ignorance était le plus beau cadeau qu’il pouvait avoir. Au moins, cela lui permettait de juste se concentrer sur ces missions, sur Shiki, cela lui permettait de juste ignorer, ignorer cette arme si solennelle.

Cette ignorance, Ethan la lui refusa.

Au beau milieu de cette marche au travers ce jardin bien ordonné, il revint une nouvelle fois sur elle…l’objet dont ils avaient à la fois le malheur et la chance de posséder. Cet objet dont Neku n’avait pas vraiment voulu parler, évitant sciemment ce sujet de conversation. Mais l’autre porteur n’en avait pas fini avec lui, loin de là. Sans doute se sentait quelque part un peu responsable de lui. Comme un ainé se doit de guider les plus jeunes sur le droit chemin, la voix à mi-chemin entre sérieux et douceur, il fit ce qu’il avait à faire, il le mit en garde, avouant cette vérité sur la clef sans détour. L’adolescent n’eut d’autre choix que de l’écouter, il n’arriva pas à se couper de ses paroles, de cette tirade qu’il devinait déjà comme être une espèce de sermon. Il l’écouta, jusqu’au bout, son cœur s’accélérant à chaque phrase. Il écouta ces mots, mais n’en fut malheureusement nullement surpris. 
Il…Il s’en doutait...Il avait bien remarqué que les sans cœurs, qu’il appelait auparavant ‘Noises’ semblait le retrouver où qu’il aille. Une arme conçue exprès pour protéger la lumière…même s’il ne l’avait pas dit, cela sous-entendait que son porteur se voyait chargé de la même mission, et avec cette guerre faisant rage en ce moment…Cela avait encore une signification plus lourde. Il s’en doutait… Il se doutait bien qu’une arme pareille ne pouvait apparaitre son apporter son lot de problème. Encore plus de problèmes, encore plus de poids pour ses épaules… Encore…Encore plus d’ennuis en perspective. Cela…tout cela semblait si important pour son partenaire ! Il semblait en connaitre un rayon, assez pour vouloir le prendre sous son aile, assez pour ne pas le ménager sur ses nouvelles responsabilités. Et lui…lui n’avait en réalité que des questions à lui poser. Il avait besoin, besoin de comprendre, besoin de savoir ce que cette histoire lui réservait.

 Il devait savoir, pourquoi, pourquoi lui ? Il en était ‘digne’ ? Mais, digne de quoi ?! Il n’avait rien fait, rien fait de particulier pour mériter une telle arme ! Digne de quoi ?! Digne de subir une nouvelle fois les affres du destin ?! Digne de prendre part de force à un conflit qui ne le concernait guère ? Digne d’avoir une encore plus grande chance de périr sous les griffes effilées de ces ombres au regard jaune et vorace ? Pourquoi ? Pourquoi lui ?! Il avait juste envie de hurler, de hurler encore, encore et encore…Hurler aux mondes qu’il ne pouvait plus…il n’en pouvait plus…Mais…Il n’en fit rien, son cœur avait envie de hurler sa détresse, mais il n’en fit rien, enserrant un peu plus ses mains autour de lui. Tentant un peu vainement de l’empêcher de s’exprimer. Néanmoins, plongé dans ses pensées, toujours un pas derrière son partenaire, ses épaules s’affaissèrent et son regard, perdu dans le vague, se voila. Il s’en doutait…Il se doutait qu’il ne pourrait pas échapper à ce conflit millénaire, même s’il était déjà englué dans ses propres problèmes. Il s’en doutait, mais avait toujours envie d’hurler…il avait envie d’hurler mais il n’en fit rien. Mécaniquement, il répondit une nouvelle fois à cette question posée, sans donner plus d’information que nécessaire. S’il se mettait à parler maintenant, il allait exploser.

« Elle est apparue d’un seul coup… ça doit faire presque deux semaines maintenant. »

En réalité, il n’en savait rien. Il n’avait même pas voulu épiloguer sur le contexte de cette apparition. Pourtant, ça devait aussi important que le reste, et en plus, il connaissait un autre manieur, cela devrait l’intéresser également…Mais…il avait autre chose en tête. Il ne savait pas tellement depuis combien de temps elle avait choisi de se coller à lui. Sa notion du temps commençait petit à petit à partir en vrille, un peu comme son esprit en cet instant. Et la question suivante de son partenaire n’arrangea rien, loin, très loin de là. Il ne savait pas, il ne savait pas, il ne savait pas. Encore une fois, il ne savait pas ! Il ne savait pas ! Il n’y avait rien ! Rien du tout ! Rien à quoi se raccrocher dans son cerveau ! Rien du tout ! Il ne savait pas, il ne savait pas ! Cela pouvait très bien faire un mois comme dix ans, il n’en savait rien ! Rien du tout ! S’en était trop ! Trop ! Trop ! Trop ! Juste Trop ! 

Son Monde, Le Jeu des Faucheurs…

La Keyblade.

Son amnésie, Shiki, l’homme en noir,…

La Keyblade.

Les ténèbres, la lumière, la guerre,…

La Keyblade.

La Keyblade ! La Keyblade ! La Keyblade !  

Cette arme à elle seule personnifiait tout ce qu’il ne maitrisait pas dans sa vie ! Comment avait-elle pu s’imposer à lui de cette façon ?! Il n’avait rien, rien demandé ! Trop. S’en était de trop ! Il s’arrêta. S’en était de trop. Il ferma les poings. S’en était de trop. Il les porta sur son visage, les planquant devant ses yeux. S’en était de trop. Ethan n’en pouvait rien, mais…s’en était trop.

Sa cloche de verre se fissura.

Il hurla.

S’en était trop.

Il hurla à s’en déchirer la gorge.

Puis, il se mit à courir. Sans ménagement, il bouscula Ethan et s’enfuit au travers du labyrinthe. Il ne savait pas où aller. Il ne savait pas. Il ne savait même pas pourquoi il faisait ça. Il voulait être seul, seul, seul…il devait être seul…Seul… Ses yeux restèrent secs…Ce n’était qu’une fuite en avant. Quelque part, cela n’avait pas de fondement. Ce dont il avait vraiment besoin, c’était de parler. Il s’enfuit au travers du labyrinthe, sans même se retourner un instant pour s’occuper de son partenaire, jusqu’à atteindre la sortie, qui n’était pas scellée par une porte, mais qui ouvrait directement sur une forêt immense, vraiment immense, lui rappelant alors que c’était plutôt lui qui était minuscule. Mais il s’en fichait complètement. A peine avait-il mis un pied dans cette foret qu’une troupe d’ombres se présenta face à lui, lui barrant la route. Haletant et en rage, il s’arrêta. Il n’avait pas de temps à perdre avec eux…pas de temps… ni de temps, ni l’envie d’ailleurs… Sans qu’il ne l’appelle, la Keyblade se matérialisa dans sa main. Dans un état second, il ne le remarqua même pas, il se mit juste à frapper, encore, encore et encore, comme si ce n’était plus vraiment lui qui guidait ses gestes. Un à un, les sans cœur tombèrent jusqu’à ce qu’il ne reste plus que lui…Seul… Lorsqu’il se rendit compte de ce qu’il avait fait, il lança son arme au loin, comme si elle venait de lui brûler les mains et alla s’écrouler contre un arbre, le regard au sol, fixant un point imaginaire. Comme d’habitude, la clef revint vers lui, il l’envoya plus loin, mais elle revint encore.

« Dégage !»

Il la balança le plus loin qu’il put…mais elle revint encore…et encore…et encore…

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Jeu 21 Jan - 20:34
Cette mission, ce Jeu des Faucheurs… Il avait encore du mal à se faire à cette idée. Une petite seconde avait été suffisante pour lui arracher son libre arbitre. Comme si sa volonté, comme si sa vie, ses efforts et ses décisions ne représentaient rien. Comme si tout à coup, quelqu’un avait décidé de son destin à sa place. C’était une situation bien désagréable, et malgré le calme affiché sur son visage, Ethan était secoué par un désagréable sentiment d’impuissance. Silencieux, il continua de marcher dans les méandres étriqués du labyrinthe, regardant fixement le creux de sa main. Lentement, ses doigts se refermèrent sur sa paume, ses phalanges se crispant légèrement. Pourtant, rien ne vint. Il ne soupira pas, et ne prononça pas la moindre phrase. Il était captif de son propre silence, se faisant lui-même prisonnier de craintes inavouables. Ses paupières se refermèrent, puis, desserrant le poing, Ethan laissa finalement son regard tomber sur la silhouette de Neku. Aussi déplaisante puisse-t-être cette situation, Ethan avait bien conscience qu’il n’était pas le plus à plaindre. Pour lui, tout ceci n’était que temporaire. Le temps d’une semaine qui serait sûrement trop courte, et pourtant interminable. À moins que ce Jeu ne l’emporte lui aussi ? Il en doutait, et n’avait surtout pas le cœur à poser la question à Neku, préférant conserver ses espoirs intactes. Mais pour lui, tout ceci était sans fin. Une boucle, des rencontres plus éphémères les unes que les autres, des semaines toujours plus pénibles que les précédentes. Il semblait pourtant habitué à cette vie, à la fois consciencieux et indifférent vis-à-vis de ce jeu sans récompenses. Mais n’était-ce pas cette même habitude qui allait lui faire perdre la tête ? Il suffisait de le regarder, lui et sa prison silencieuse, pour comprendre combien il souffrait d’être seul. Une sensation bien trop familière, presque amère dans la bouche d’Ethan. Et pourtant, il avait l’impression d’être incapable d’atteindre ce garçon, incapable de briser ce silence, et encore moins capable de l’aider. Toute cette histoire était en train de l’accabler, et le temps de reprendre ses esprits, Ethan préféra se taire et continuer de marcher.

Bien entendu, un autre sujet était au cœur de la discussion. La Keyblade. Même si le garçon était resté silencieux à ce sujet, Ethan avait décidé de lui partager les connaissances dont il aurait besoin. Les risques, les menaces, mais aussi les avantages qui allaient avec cette mystérieuse clef. Il avait donc choisi ses mots, pesé ses propos. Il s’était attendu à des questions, et même à beaucoup de questions. Et pourtant, tout ne fut que silence. Ethan risqua bien un regard en direction du garçon, mais celui-ci se contentait de marcher en arrière, le regard vide, préoccupé. Toute cette histoire était sans doute difficile à avaler. Après tout, Neku avait avoué que cela faisait seulement deux semaines que la Keyblade était apparue dans sa vie. Deux semaines à ignorer la nature de l’arme entre ces mains. Et visiblement, les réponses offertes par Ethan étaient loin de l’enthousiasmer. Mais il était encore jeune, et préférant lui laisser le temps de faire le point, Ethan décida de le laisser réfléchir en silence encore un peu. Les minutes passèrent, et incapable de mettre de côté toutes ses angoisses sur le Jeu des Faucheurs, Ethan avait finalement posé une dernière question à Neku. Une question qui resta sans réponse. Et quand Ethan se retourna, il réalisa que le garçon s’était figé quelques mètres en arrière, ses mains plaquées sur son visage. Inquiet, Ethan s’approcha doucement. Ses lèvres s’ouvrirent, mais avant que les mots ne sortent de sa bouche, il fut interrompu par un cri. Celui de Neku. Et avant même que le porteur ne puisse reprendre les choses en main, le garçon s’élança à toutes jambes dans le labyrinthe, bousculant Ethan au passage.

« Neku ! Attends ! »

Mais il était déjà trop tard. Pestant à voix basse, l’estomac noué par l’inquiétude et la culpabilité, Ethan s’élança à sa poursuite. Il était encore suffisamment proche pour ne pas perdre sa trace. Mais quand il arriva à l’orée de la forêt, il sentit un changement autour de lui. Comme un frisson dans les arbres, un murmure à peine palpable couvrant les alentours. Puis, les ombres jaillirent. Une flaque noire comme l’encre se forma à ses pieds, obligeant Ethan à reculer d’un bond en arrière. Des Sans Cœurs. Ils étaient aussi dans la forêt, et, volontairement ou pas, ils avaient réussi à séparer leurs cibles. « C’est pas le moment ! » tonna Ethan, sa Keyblade apparaissant dans sa main. Comme attirée par cette lumière si appétissante, la surface de cette étrange eau noire se rida. Un petit groupe d’Ombres. Ou du moins, c’était ce que s’était imaginé Ethan. Et pourtant, ce fut une énorme main qui émergea hors de la flaque noire, se posant lourdement sur le sol. Comme pour prendre appui, ses doigts s’enfoncèrent dans la terre meuble, laissant une trainée épaisse dans l’herbe verte. Puis, une seconde main émergea, et le gouffre s’écarta davantage, laissant passer une silhouette volumineuse. Un Rondouillard. Un Sans Cœur bien plus grand que la moyenne, et intouchable de front. La magie et la vitesse étaient les meilleures alliées d’Ethan pour ce combat. Mais il n’avait pas de temps à perdre. Pas en sachant que Neku était sûrement lui-même confronté aux Sans Cœurs, et que dans son état, il n’était pas bon de le laisser seul. « Hors de mon chemin ! » éclata Ethan, la voix sérieuse et tranchante.

Il avait voué sa vie à combattre ces créatures. D’abord sur son monde, puis dans le reste de ce vaste univers. C’était son rôle. Sa seule destinée. Combattre seul. Combattre encore et toujours. Lentement, ses doigts se refermèrent un peu plus sur le pommeau de son arme, et son regard se planta sur la créature. Comme un beau diable, il s’élança. Il n’avait pas de temps à perdre. Pas une seule seconde. Du coin de l’œil, il remarqua les frémissements du corps du Sans Cœur. Il était en train de se préparer à attaquer, et en remarquant la manière dont il était en train d’armer son bras, Ethan anticipa un coup sur sa droite. Quand il arriva face au monstre, celui-ci tenta d’abattre son immense main sur ce porteur bien téméraire. Ethan pivota pour éviter le coup, et agrippant son arme à deux mains, il frappa lourdement le dos de la main du Rondouillard. La Keyblade laissa une épaisse fumée noire dans son sillage, et profitant de son avantage, Ethan se glissa dans le dos de la créature. Deux coups en croix strièrent le dos du Sans Cœur, qui poussa un grognement rauque. Mais avant que le jeune homme ne puisse reculer, la créature le frappa violement du revers de son bras, repoussant Ethan qui ne s’était pas préparé au choc. Quand il se releva, le Rondouillard marchait dans sa direction, son regard froid et sans âme fixant le jeune homme. Ethan pesta intérieurement. Il était en train de perdre du temps. Sa main se resserra légèrement sur sa Keyblade, et d’un geste sec, il projeta une fine onde de lumière en direction de son adversaire. L’assaut magique s’écrasa sur le ventre du Rondouillard avec fracas, laissant une trainée épaisse sur son ventre protubérant. Stoppé dans sa course, la créature redressa la tête. Ethan en profita pour s’élancer, lançant deux autres assauts magiques en direction de la créature. Il était bien trop lourd pour les esquiver, condamné à encaisser les coups sans broncher. Et quand Ethan arriva de nouveau à sa hauteur, le Rondouillard semblait animé d’une colère farouche. Il pivota de nouveau, brassant l’air de ses deux bras pour faucher le jeune homme. Ethan en profita et esquiva en roulant sur le sol, arrivant sur la droite du Sans Cœur, pour mieux lui planter sa Keyblade dans le flanc.

Quand il arracha sa Keyblade, la créature éclata dans un nuage de fumée. Le jeune homme soupira doucement, l’adrénaline quittant son corps, avant de faire disparaître son arme. Il avait encore un goût de sang dans la bouche, et à en juger par les picotements dans sa lèvre inférieure, il devina que celle-ci était fendue. Préférant ignorer ce détail, Ethan porta machinalement son regard en direction de la forêt. Le plus dur était encore à faire, et sans perdre plus de temps, il se dirigea vers l’orée des bois. Là où les cimes des arbres semblaient culminer jusqu’aux cieux.

Dès son entrée dans la forêt, il remarqua la silhouette de Neku, écroulée contre un arbre géant. Même à plusieurs mètres, il entendit distinctement les éclats de colère dans sa voix. Une animosité farouche dans ses gestes, Neku lança sa Keyblade le plus loin possible. Mais dans une simple lueur, l’arme disparut, pour mieux revenir à son propriétaire légitime. Et cette scène se répéta encore et encore sous ses yeux. Inconsciemment, Ethan s’était figé sur place. Une amertume coupable s’était logée dans le creux de son estomac. Confronté à toute cette colère, à toute cette détresse exprimée dans les gestes de Neku, il était resté interdit quelques secondes. La Keyblade du garçon glissa de nouveau sur le sol. Puis une autre fois encore. Non. Il était incapable de l’abandonner à ses tourments, de le laisser être consumé par ses démons. Lentement, Ethan s’approcha. Ses propres pensées étaient confuses, et à ce moment, il n’avait pas la moindre idée sur la manière de réconforter Neku. Pourtant, maintenant que ces sentiments avaient explosé, il était convaincu que le garçon pourrait comprendre. Ou du moins, il l’espérait, peut-être un peu trop naïvement. Une nouvelle fois, la Keyblade de Neku s’écrasa sur le sol. Sans un mot, Ethan s’approcha, et se pencha. Ses doigts se refermèrent autour de la poignée de cette Clef, aux motifs si différents de la sienne. Puis, il la décolla doucement du sol. Il était lui aussi un Élu. Et même s’il était incapable de refuser la Keyblade à son maître légitime, il avait cette permission silencieuse de la tenir entre ses mains sans qu’elle ne le rejette. Puis, il continua à marcher, jusqu’à se retrouver face à Neku. Pourtant, il ne prononça pas un mot, se contentant de regarder les alentours. La forêt semblait paisible désormais. Rassuré, Ethan colla son dos contre le tronc de l’arbre géant, et se laissa glisser jusqu’à se retrouver assis sur le sol. Toujours sans un mot, il leva la Keyblade de Neku au niveau de son regard.

« Tu as deux manières de voir les choses. Tu peux penser que cette arme est un fardeau, un poids qui t’écraseras tôt ou tard. Ou alors, tu peux penser qu’elle est venue à toi, et qu’elle t’as offert une chance de te battre. »

Ethan fixa longuement la Clef dans ses mains, une expression sérieuse sur le visage.

« C’est peut-être une solution. Une opportunité. La Keyblade n’est pas venue par hasard. Et même si tu ignores pourquoi elle est venue, tu peux donner un sens à toute cette histoire. Cette fois-ci, il détacha son regard de la Clef, et observa Neku. C’est elle qui t’as choisi. Personne ne jugera tes choix, tes actes, ni tes décisions. Tu es un élu : c’est à toi de décider du combat que tu souhaites mener. Mais avec cette arme, tu as une chance de remporter n’importe quelle bataille. »

Une arme capable de pourfendre les ténèbres. Un monde plongé dans l’obscurité. Pour Ethan, c’était une occasion pour le garçon. Et pourtant, il resta silencieux à ce sujet. C’était à Neku, et à Neku seul de trouver sa réponse. Il était le seul capable de donner un sens à cette Clef qui l’avait désigné. Et il était le seul en droit de décider de son propre combat. Puis, il tendit sa Keyblade à Neku, lui laissant l’occasion de la reprendre entre ses mains. Pour réfléchir. Pour la faire disparaître. Pour la jeter au loin. Au fond, c’était sans importance. Ces paroles prononcées, le regard d’Ethan devint plus doux, un sourire amical apparaissant doucement sur ses lèvres. Puis, il laissa sa tête tomber contre l’écorce épaisse de l’arbre.

« Qu’est-ce que t’es arrivé ? »

Sa voix fut étonnamment calme. Après tout, c’était évident : Neku était écrasé sous le poids de son propre fardeau. Il lui offrait simplement une chance de parler. Pour l’aider. Pour lui donner un point d’ancrage, une occasion de se libérer de son poids le temps d’une rencontre. Ethan était prêt à l’écouter. Tout du moins, si Neku acceptait de lui raconter son histoire.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Jeu 4 Fév - 21:31
Craqué. Il avait complètement craqué. A force de tout garder pour lui, à force de tout retenir bien confiné derrière cette cloche de transparence, à force de serrer ce cœur fort, si fort pour qu’il se taise…à force…à force…A force de faire ça, la cloche avait fini par se fissurer, laissant s’échapper ces sentiments violents qui seyait pourtant bien à l’adolescent qu’il était. Car, il n’était que ça…Il n’était qu’un adolescent. Neku avait à peine 15 ans, et il était originaire d’un monde où la guerre et les conflits n’étaient que l’une de ces informations floues que l’on peut entendre au travers de la radio ou dans les images de la télévision. Dans son monde, il n’était qu’une personne parmi tant d’autre. Il n’était pas quelqu’un d’exceptionnel, malgré ce terme de ‘génie’ qu’on lui collait parfois et qu’il détestait, même encore maintenant. 
A Shibuya, il n’était qu’une ombre perdue dans cette masse grouillante de personne, essayant un peu vainement d’avancer sans se heurter à eux. Là-bas, il était juste…invisible. Juste un gamin, à peine un adolescent, même pas un adulte…son avis avait si peu d’importance, là-bas et pourquoi en aurait-il eu ? Il venait d’un monde relativement en paix, qui n’avait jamais entendu parler de la lumière et des ténèbres. Un monde de technologie qui n’y connaissait même rien à la magie. C’est de là qu’il venait, c’est dans cet univers qu’il avait été élevé, bien à l’abri dans ce cocon bruyant qu’il avait tant souhaité fuir, ce cocon oppressant dans lequel il ne voulait pas s’emmêler. Mais ça, il ne le savait pas. Il ne s’en souvenait pas. Oui, il se savait jeune, au moins en apparence. Oui, il avait bien remarqué qu’il n’était pas doté de la meilleure des conditions physiques. Oui, il avait bien remarqué qu’il avait plus ou moins de facilité mentale. Et après ? Était-ce ça qui justifiait sa situation précaire ? Ah…Comment savoir… Personne ne pouvait lui répondre. Il était seul. Seul et coincé dans un jeu mortel. Ce jeu qui était au final la seule chose qui le raccrochait à son monde d’origine et à ses amis introuvables. Cynique réalité, n’est-ce pas ? En arriver à un point tel qu’on en vient à considérer une telle chose comme ces parties cruelles et sans fin comme faisant partie de la ‘normalité’…
Ah ! Il y avait-il quelque chose de plus rassurant que ce timer cruel rouge et noir qui ne faisait que décompter le temps qui lui restait à vivre ? Oui et non… Depuis combien de temps cette chose était collée à sa main ? Combien de fois il avait vu les chiffres décroitre, jusqu’à s’approcher dangereusement de la conclusion de son existence ? En fait, il ne le savait pas. Il ne le savait plus et cela avait été une des causes de ce hurlement incontrôlable qui s’était échappé de sa gorge.

A force de serrer fort, si fort ce cœur, il avait fini par se blesser lui-même.
Trop, c’était juste trop pour un seul être humain. Il ne le savait pas, mais il avait déjà tenu plus longtemps que la dernière fois, cette fois où il avait appris l’âpre vérité sur son ami. Mais celle-ci, il ne s’en souvenait plus non plus de toute façon… Tout ce qui comptait en cet instant, c’était partir. S’enfuir loin de tout ça et oublier. Oui, juste fuir ses responsabilités et tout faire pour ne pas affronter le nœud du problème. Alors, après ce cri si exceptionnel de sa part, il s’était enfui, en laissant son partenaire derrière lui. Les règles tacites du Jeu des Faucheurs n’incluaient-elles pas de faire attention à son partenaire ? De veiller sur lui comme on le ferait sur sa personne ? Car, après tout, temps que ce contrat invisible les liait tous les deux, leur destin ne formait qu’un. Peut-être aurait-il dû lui en parler, lui dire que si l’un ou l’autre venait à périr, l’autre le rejoindrait dans les sept minutes ? Oui, peut-être aurait-il dû. Comme il aurait dû lui fournir toutes ces autres informations qu’il cachait jalousement dans son cœur. Peu importait. Oui, c’était égoïste de sa part, mais il s’en fichait. S’il pouvait seulement faire taire ce cœur encombrant. Si seulement.

Alors qu’il avançait au hasard au milieu de ce labyrinthe végétal, son esprit s’était vidé. Plus rien. Plus de questions sans réponse. Juste du néant. Ce néant angoissant et pourtant réconfortant. Il avait toujours cette rage qui lui labourait les entrailles, qui lui faisait serrer ses poings, jusqu’à en blanchir ses jointures, mais son cerveau restait comme sur ‘pause’ et ses yeux restaient secs. Il avançait plus par automatisme que par réel commandement de sa volonté. Rage, colère, incompréhension, tels étaient les sentiments qui tourbillonnaient en lui. Tels étaient ceux qui avaient brisé la cloche. Incompréhension face à sa situation, celle qui faisait germer en lui toutes ces questions qui n’osaient pas franchir ses lèvres closes et bouffées de soucis. Colère de se savoir ainsi sans avenir, colère contre ‘eux’ de l’avoir mis la dedans. Secrètement, Colère contre lui-même de n’avoir pu empêcher la perte de son amie et partenaire. Rage de ne voir aucune issue à sa situation. Rage teinté de désespoir, puisqu’il avait l’objectif mais pas le chemin pour s’y rendre. Rage d’être trop borné pour voir qu’il avait déjà la solution dans les mains, personnifiée dans cette Lame-Clef qu’il honnissait pleinement. Neku n’était pas en état de voir cela. De percevoir cette solution qu’il détenait déjà. Non, trop de colère, trop de rage… trop de ces choses qu’il gardait pour lui, les laissant pourrir bien à l’abri au fond de son cœur. Trop pourrir. Jusqu’à le faire exploser devant ce presque inconnu. De toute façon, dans sept jours maximum, il ne le reverrait plus jamais. Ethan serait libéré de ce fardeau qu’il lui avait transmis bien malgré lui. Comme tous les autres, il l’oublierait.
A bout de souffle, il avait rejoint cette forêt immense. Il haletait, autant par fatigue que pour évacuer ce trop-plein qui le bouffait de l’intérieur. Et c’est là qu’elles étaient arrivées, c’est là, qu’elles revinrent lui barrer la route une nouvelle fois. Les Ombres, ces Noises étranges des ténèbres. Des ombres, encore des ombres…Des sans cœurs qui ne le lâcheraient jamais. Non, jamais. Pas parce qu’il participait au Jeu, pas parce que les ténèbres harcelaient les mondes entiers… Non, ces ombres étaient là pour lui rappeler si superbement sa condition. Porteur de Keyblade. Esclave de Sa volonté. Porteur de Keyblade… Il serrait les dents. Il savait ce qui se passerait. Il le devinait amèrement sans trop appréhender le phénomène encore. Son arme vint d’elle-même dans ses mains. Il ne l’avait pas appelée. Il ne le faisait presque jamais. Elle s’était invitée dans ses mains. Il ne pouvait pas l’en empêcher. Tout comme il ne pouvait arrêter cette envie nouvelle et irrépressible. 

Frappe !

Et il s’exécuta. Il frappa, encore, encore et encore. De toutes ses forces. Il frappa sans pitié ces ombres grouillantes et répugnantes, réduisant leurs yeux jaunes voraces à l’oubli. Dans cet état second, il ne contrôlait même plus vraiment ses gestes. C’était à peine s’il avait conscience de ce qu’il faisait. Il frappa, serrant le manche de son arme à s’en faire mal aux doigts. Encore et encore. Jusqu’à ce que le dernier sans cœur soit anéanti. Il cligna des yeux une ou deux fois, revenant peu à peu à lui. Puis, il les écarquilla presque choqué par ses propres actions. Tout à coup brulé par son contact, il envoya son arme le plus loin qu’il put et parti s’écrouler contre un arbre. La clef revint. Elle le faisait toujours… Il avait beau la renvoyer, elle revenait toujours auprès de lui. Lui et seulement lui. Porteur de Keyblade. Pris d’un nouvel accès de rage, il hurla une nouvelle fois contre cette chose qu’il n’avait pas choisie. Mais elle revint. Encore, encore et encore…

Elle ne le lâcherait plus jamais, c’est ça…?

Et puis…le vide. Il fut pris d’un tel sentiment de vacuité. Il avait beau s’énerver, ça ne servirait à rien, n’est-ce pas ? Inutile. Il s’agitait pour rien. Rien du tout. Comme d’habitude. Il déglutit difficilement. Il avait mal à la gorge. Il ne criait pas souvent. Il ne criait même pour ainsi dire jamais. Il avait mal à la gorge… Il n’aurait pas dû crier. Il n’aurait pas dû s’enfuir. Maintenant, il était encore plus seul…

N’était-ce pas ce qu’il voulait, après tout ?

Lentement, il calma sa respiration, et se mit à fixer le sol, l’air sombre. Quel idiot… Il n’était qu’un idiot et rien d’autre. Il venait à peine de se lier à Ethan que déjà il l’avait abandonné derrière lui, sans même lui fournir une once d’explication. Il allait le prendre pour un fou… Oh et puis… Quelle importance ? Au moins, il était seul maintenant, il n’aurait plus à l’écouter lui raconter le fardeau qu’était cette Clef… Au moins, il resterait dans l’ignorance, celle qui lui permettait de tenir plus ou moins debout. Il ne voulait pas de ça. Il ne voulait pas de cette chose. Il ne voulait rien savoir. Il voulait juste… être seul… S’enfermer dans son monde… Seul…avec ses pensées comme uniquement compagnie…Qu’on lui fiche un peu la paix, juste un petit peu… Il plaça lentement ses mains sur son casque qui ne le quittait jamais et ferma les yeux, comme si il pouvait se couper un peu plus du monde qui l’entourait, comme s’il pourrait enfin l’ignorer pleinement.

Il inspira lentement. Il devait calmer son cœur, le faire revenir à un rythme normal. Expirer. Oublier…Juste… Oublier… Tout ça n’était jamais arrivé… Oublier… Ce n’était pas vrai, il n’avait rien à voir dans cette guerre millénaire. Inspirer. Rien du tout. Il n’était qu’un gosse, seul le Jeu comptait. Expirer. Il allait oublier. Inspirer. Il oubliait tout de toute façon. Expirer. Il finirait par tout oublier. Inspirer. Tout, oui tout… Expirer. Tout… Inspirer…


Tout.


…Même Shiki ?

Non !

De nouveau, son cœur s’emballa. Non ! Il ne pouvait pas oublier quelqu’un de si important ! Shiki ! Shiki… Sa partenaire…son amie…sa faute… Il ne pouvait rien oublier ! Rien du tout…Cela reviendrait à nier son existence même…Pas Shiki…pas elle… l’oublier serait pire que la condamner à mort… Il ne pouvait pas faire ça… Il ne pouvait pas faire ça… Mais…que pouvait-il faire ? Il avait retourné le problème dans sa tête des dizaines et des dizaines de fois. Il ne voyait pas de solution à son problème…à leur problème… Comment faire pour la retrouver ? Comment faire pour ne pas sombrer dans les ténèbres rien qu’en effleurant sa main ? Comment faire… Il ne voyait pas, il ne savait pas…Ce n’était juste plus possible. Ah !...il était bien beau le ‘génie’…Incapable de sauver une simple fille… Il envoya sa keyblade au loin une dernière fois, plus par reflexe qu’autre chose, puis, se recroquevilla un peu plus.

Quel idiot…
Il se sentait tellement stupide en cet instant. Tellement seul aussi. A cet instant, il réalisa à quel point sa solitude lui pesait, en plus de tout le reste. Mais, c’était comme ça qu’il fonctionnait… Il finissait toujours par faire fuir les gens qui l’approchaient de trop près. L’une ou l’autre pique verbale, un masque d’antipathie sur le visage et le tour était joué… Cette fois-ci, sa méthode avait été pas très orthodoxe, mais elle avait eu le mérite de fonctionner. Il avait perdu son partenaire. Quel idiot… Il se sentait inutile, incapable de faire quoique ce soit de bien. Incapable d’aider son amie… Trop…Il avait trop de choses…Et cette Clef pesante qui s’était rajoutée à son fardeau…

Cette Clef qui ne semblait plus lui revenir…

Pourtant, d’habitude, elle lui revenait dès qu’elle touchait le sol.

Il osa lever un regard morne du sol, histoire de chercher au loin l’endroit où elle avait bien pu tomber. Mais à la place, il tomba nez à nez avec le regard émeraude d’Ethan. Quand était-il arrivé ? Il ne l’avait pas entendu approcher…Trop coupé de l’extérieur. Ses yeux dérivèrent vers cette fine coupure qui lui barrait la lèvre. Que lui était-il arrivé ? Il s’était battu ? Comme lui, en fait… C’est vrai…Lui aussi était un Porteur de Keyblade… Il le savait, il avait le même fardeau que lui à porter…Et pourtant, le sien ne semblait pas l’écraser. Pourquoi ? Coupable, Il détourna le regard de ce visage serein et il se mit à fixer un instant l’objet qu’il avait dans les mains, avant de revenir à l’observation tellement plus intéressante du sol. La Keyblade…Sa Keyblade. Il lui avait ramené… Il supposait plus ou moins qu’il ne pouvait pas la garder pour lui, ce serait trop facile… Et maintenant, Neku s’attendait juste à un sermon de sa part, à des réprimandes en tant qu’ainé, à une colère de l’avoir laissé seul dans le labyrinthe, de s’être enfuit comme un voleur… Et quelque part…Il le méritait. Mais non. Son partenaire resta silencieux. C’était peut-être pire en fait…Peut-être qu’il allait juste tourner les talons, le jugeant indigne de ce qu’il semblait considérer comme un honneur. Oui, ce serait pire.
Mais non. Non plus. A la place, le jeune homme s’assit à ses côtés et l’obligea à regarder cette Lame-Clef. Sans trop savoir pourquoi, il sut qu’il devait l’écouter. Vraiment l’écouter. 

Lentement, l’éternel joueur fit glisser son casque de ses oreilles. Il le laissa reposer autour de son cou. On pouvait entendre une faible musique s’échapper de cet accessoire qui ne le quittait jamais. Depuis quand écoutait-il de la musique ? Depuis tout le temps. Cette musique ne le quittait jamais. Le lecteur accroché à son cou était allumé en permanence. Faiblement, cette mélodie tonnait toujours dans ses oreilles, lui permettant, dès qu’il en avait envie, dès qu’il en ressentait le besoin, de se couper du monde extérieur. Il lui suffisait de se concentrer sur la musique pour se mettre à ignorer les gens qui l’entourait. Oui, c’était pour ça que parfois, il semblait avoir des réactions un peu étranges, que parfois, il semblait ailleurs ou qu’il n’entendait pas l’une ou l’autre parole qu’on pouvait lui adresser. Tout simplement, c’était pour ça. Mais cette fois, c’était important. Il devait entendre ce qu’il avait à lui dire. Bien qu’il fixait toujours le sol, bien qu’il n’osait même pas se confronter à ce regard d’émeraude, il écouta ce qu’Ethan avait à lui dire. Il écouta vraiment, sans perdre une miette de ses paroles.
Une chance de se battre, une solution, une opportunité. C’est donc ainsi qu’il voyait cette arme étrange… Donner un sens à tout ça… Oui, il comprenait ces mots, il en comprenait le sens, mais il n’arrivait pas à l’appliquer dans sa situation. Il ne voyait pas tellement comment la Keyblade pouvait l’aider. Il ne voyait en elle que tous ces aspects négatifs… Elle attirait les sans cœur, rendant ses missions plus compliquées encore, elle le forçait à s’impliquer dans une guerre où il ne voulait rien avoir à faire…

En cet instant, si Neku avait eu pleine possession de ses souvenirs, il aurait très bien compris cette ‘chance’ dont Ethan lui parlait. Oui, la Keyblade attirait les sans-cœurs et les ténèbres, mais, à Shibuya, le simple fait d’être un joueur, un participant du Jeu des Faucheurs n’attirait-il pas des hordes et des hordes de Noises, qui étaient à la fois obstacle et objectif ? Si, totalement. Maintenant que Shibuya n’était plus, les Noises avaient seulement été remplacées par des sans-cœur…A moins que ces deux entités ne désignent le même groupe, en réalité. Quand à ce conflit entre la lumière et les ténèbres, cette guerre qui semblait trop grande pour lui, qui déciderait du destin des mondes, il y était déjà impliqué avant de devenir un Elu. Il avait déjà combattu dans un contexte analogue, certes, à plus petite échelle, mais cela faisait déjà partie de sa réalité bien avant que son monde ne sombre. Mais comment le savoir…Il n’avait pas encore identifié l’homme en noir, responsable de la plupart de ses problèmes actuels. Comment le savoir, il avait oublié ce pour quoi il s’était battu. La Keyblade était bien une ‘solution’. Cette fois-ci, la providence lui avait fourni de quoi se défendre, de quoi se battre en dehors du Jeu pour aller secourir son amie. Mais ça, il n’en prenait pas vraiment conscience. Il n’avait pas encore décidé de la bataille qu’il devrait mener.

Pour le moment, il n’avait que cet objectif flou de secourir Shiki, sans trop savoir comment, et surtout, en essayant de survivre comme il pouvait seul dans le Jeu. Il subissait plus qu’autre chose les affres du destin, son défaitisme naturel et la perte de son amie, d’habitude si enjouée, l’empêchant de voir le bon côté des évènements.
« Personne ne jugera tes choix. » « Tu es un Elu : c’est à toi de décider du combat que tu souhaites mener. » Même s’il donnait l’impression de pas vraiment écouter, d’être perdu, la tête baissée, dans la contemplation du sol, il n’en était rien. Les paroles d’Ethan, réconfortante sans pourtant minimiser le sérieux du sujet, résonnait en lui, jusqu’à se répercuter dans le creux de ses os. Neku avait beau être relativement borné, il savait quand il avait tort et aussi quand il était temps pour lui d’écouter la sagesse de ses ainés. Et là, il avait eu tort. A la fin de ses mots, Ethan lui proposa d’un geste de reprendre son bien. Le regard de l’adolescent s’accrocha aux contours familiers de son arme. 
Quelque part, elle le reflétait tellement bien… Malgré tout ce qu’il avait contre elle, il ne pouvait nier qu’elle n’était pas désagréable à regarder. Il n’aurait pas pu imaginer design plus représentatif. Faite pour lui…C’était le mot. Elle avait été faite pour lui. Et uniquement lui. Il promena un instant son regard le long de la lame, sans pour autant osé l’effleurer ou s’approcher. Puis, il s’attarda sur le porte-clefs qui l’ornait. Un badge. Un badge noir frappé d’une tête de mort blanche-argentée et stylisée. Son « Player’s Pin » … C’était le symbole de son statut de joueur. Seuls les possesseurs de cet objet étaient reconnus comme participant au Jeu. Oui, cet objet là aussi réapparaissait dans ses mains comme par magie quand il souhaitait s’en séparer. Il en avait de vagues images de tentative, sans trop de détails, comme d’habitude. C’est aussi pour ça qu’il pouvait affirmer sans détour qu’aucun de ses partenaires temporaires ne pourrait être entrainé définitivement dans son enfer infini. Pas de badge. Ils n’en recevaient jamais. Avec une infinie précaution, il passa ses doigts sur le porte-clefs, avant de finalement l’attraper dans le creux de sa paume ouverte. Si ce « Player’s Pin » était le symbole des joueurs, il avait définitivement une autre signification pour Neku. Shiki et Joshua… Tous deux étaient des joueurs, comme lui, tous deux étaient ses véritables partenaires, tous deux en avaient un exemplaire qui ne les quittait jamais. Quelque part, c’était le symbole de leur amitié et du destin qui les liait tous les trois. C’était peut-être un peu simpliste, digne d’un enfant, mais c’était la vérité. Et ce symbole s’était lié autant à son cœur qu’à son arme. C’était peut-être un signe, ou peut-être pas, mais juste pour ne pas perdre ce badge, il accepta de reprendre son arme. Ses doigts se refermèrent sur le manche et il la posa sur ses genoux. Il ne la fit pas disparaitre, pas plus qu’il ne l’envoya balader plus loin. Non. Il la laissa simplement reposer sur lui tandis qu’il traçait distraitement le contour des crânes en reliefs qui l’ornaient. Juste pour ce symbole, il pourrait s’accommoder de son contact.

Maintenant qu’il avait repris son bien, il osa jeter un coup d’œil à son partenaire. S’il avait senti son regard pendant qu’il lui parlait, désormais, le jeune homme avait la tête contre l’arbre. Doucement, calmement, il prononça une phrase qu’on ne lui avait jamais dite. « Qu’est-ce qui t’es arrivé ? » De simples petits mots et pourtant, ils signifiaient beaucoup. C’était bien la première fois qu’on lui demandait ça… qu’on essayait de le comprendre. D’habitude, les gens ne s’encombraient pas de ce genre de chose. Trop pour avoir de réels soucis, n’est-ce pas ? L’éternel joueur avait un passif assez lourd et un fardeau énorme sur ses épaules. De plus, ce manque de sympathie flagrante chez lui n’amenait pas les étrangers à s’impliquer pour lui. A moins d’y être obligé. Peut-être l’autre porteur se sentait-il obligé de le faire ? Obligé à cause du pacte qui les liait… il espéra que non. Il avait besoin d’en parler. Juste d’énumérer cette succession d’évènements qu’il n’avait pas tout à fait digérés. Peut-être que mettre des mots sur eux l’aiderait. De toute façon, Ethan pourrait ainsi se faire sa propre opinion sur lui. Peut-être même aurait-il des conseils ou des réponses à lui fournir. L’imitant, il laissa reposer sa tête sur l’arbre, observant au loin cette cime qui paraissait tellement inaccessible. Il ouvrit la bouche une première fois, mais la referma rapidement, hésitant. Il cherchait ses mots.

« Je ne peux te raconter que ce dont je me souviens. » Il ne se voyait pas vraiment discuter de Shibuya avec lui, puisque de toute façon, il n’en gardait que des images floues. Il ne souhaitait pas tellement épiloguer sur son amnésie. « On est trois à avoir réchappé à la destruction de mon monde. Moi, Joshua et…Shiki. » Ah…Douce amertume qui s’empara un instant de sa voix quand il prononça son nom à elle. « On participait tous au Jeu des Faucheurs et ce sont eux, mes véritables partenaires de Jeu. On peut même dire qu’on est amis, je suppose. » Il se retint évidemment d’ajouter que cela ne faisait de lui qu’un des multiples remplaçants. « Je me suis réveillé à la ville de Traverse, seul et avec une mission : retrouver Shiki en sept jours, ou périr, comme d’habitude. Alors je l’ai cherchée. »

 Machinalement, il sortit un objet de sa poche, son téléphone portable qu’il ouvrit pour en regarder le fond d’écran. Une photo de lui accompagné d’une jeune fille aux cheveux rosés apparut alors. Elle avait environs son âge et portait une tenue dans le même style que le sien, urbain et jeune. Dans ses bras, un chat noir en peluche qui semblait presque vivant. Ils avaient l’air relativement proches, à s’amuser ainsi à faire des photos comme le feraient deux amis. Du moins c’est ce qu’il se disait. Si ses souvenirs de Shiki faisaient parties des moins brouillés, ils n’en restaient pas moins difficile à remettre en place parfois, surtout sortit ainsi du contexte.

« Je l’ai cherchée avec l’aide de Sora, que j’ai rencontré là-bas. Lui aussi est… un ‘Elu’, c’est comme ça qu’on dit, c’est ça ? » Il tourna un instant la tête vers lui pour chercher une quelconque approbation. «  Mais au dernier jour, on ne l’avait toujours pas trouvée. Et, un homme habillé tout en noir avec une capuche est venu me voir. Il m’a dit que si je lui permettais de rencontrer Sora, il me dirait où était Shiki… Et je l’ai cru. » Il marqua un petit temps d’arrêt pour déglutir. Il ressentait encore une légère gêne dans sa gorge quand il prenait la parole. « Je ne savais pas qu’il s’en prendrait à lui. Il a même fait apparaitre un de ces portails d’où sortent les sans-cœurs ! J’ai essayé de le défendre ! Mais mes avales-rêves… Sans partenaire, je ne pouvais pas les appeler… » Il continua, plus sombre, plus amer. « C’est là que la Keyblade est apparue. J’ai réussi à le faire s’enfuir mais… Il ne m’a pas rendu Shiki. Je ne sais pas qui était ce type, ni où il est parti mais, il a emmené Shiki avec lui ! » Il serra le poing et les dents. Il s’en voulait autant à lui qu’à cet homme en noir dans toute cette histoire. Petit à petit, il recommença à s’énerver. « C’est mon amie et quand elle a eu besoin de moi, Je n’ai pas pu l’aider ! Et maintenant, pour qu’on soit libéré de ce jeu de malheur, je suis sensé la retrouver ! Mais je suis coincé dans ces parties qui recommencent en boucle sans rien pouvoir faire pour en sortir ! Alors tu comprendras que j’ai pas le temps de m’impliquer dans cette guerre avec cette clef de malheur ! »

Une nouvelle fois et dans un pur geste de rage, il envoya sa Keyblade balader. C’était le geste d’un gamin en colère. Mais cette fois-ci, au lieu de la laisser revenir à lui comme elle le faisait si bien, il se leva, rangea son téléphone et alla la ramasser lui-même. Ce n’était pas encore ça, mais il y avait un mieux. Au moins, il osait la prendre en main maintenant. Il n’avait pas tellement le choix en fait. Il comptait retourner auprès d’Ethan, aller lui présenter de quelconques excuses ou lui demander son avis d’ainé sur comment gérer cette arme commune. Oui, il comptait vraiment faire ça. Mais soudain, il s’arrêta à mi-chemin, un frisson glacial lui parcourant l’échine alors que, dans sa poitrine, un feu intense s’alluma, le brulant littéralement de l’intérieur. Écarquillant les yeux, il plaça sa main libre sur ces flammes invisibles et articula avec difficulté, presque mécaniquement.

« ‘Ils’ arrivent. »

L’adolescent avait à peine conscience d’avoir dit ça. C’était presque…comme sortit de la bouche d’un autre. Pourtant, c’était bien sa voix. Il resserra la prise sur son arme et recula de quelques pas. Il savait… Quelque chose arrivait. Il ne savait pas quoi, mais une espèce d’instinct, mêlé à de la prémonition, soudain s’était réveillé. Malheureusement, il ne s’était pas trompé, puisque de multiples portails des ténèbres. Comme un gosse immature, Neku avait rejeté d’un bloc l’inconnu, se révoltant contre cette Clef sur laquelle il n’avait pas d’emprise, essayant de l’ignorer, de combattre le simple fait qu’elle s’était lié à son cœur. Mais c’était inutile. Il ne pourrait pas s’en détacher. Et, il l’avait bien compris dans son affrontement avec les ombres, il ne pourrait pas non plus l’ignorer. Alors, s’il ne voulait pas sombrer dans l’abime certain que les ténèbres lui préparaient, il allait devoir l’accepter.

Il allait devoir se battre.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Mar 23 Fév - 23:16
Les environs semblaient paisibles, et doucement, Ethan s'était installé prêt de Neku. Durant ce court moment de repos, peut-être l'un des rares de cette drôle d'aventure, il avait laissé l'opportunité au garçon de s'exprimer. Une occasion pour lui raconter son histoire. Ses problèmes. Juste un instant éphémère pour soulager son cœur. Du coin de l’œil, il remarqua l'hésitation du garçon. Pourtant, il ne le brusqua pas. Et doucement, les mots s'écoulèrent d'eux mêmes hors de la bouche de Neku, la mélodie sortant de son casque rythmant ses explications. Pourtant, la toute première phrase qui sortit de ses lèvres fut lourde de sens. Il ne pourrait raconter que ce dont il se souvenait... Donc, il avait perdu une partie de ses souvenirs. Ou du moins, une partie de sa mémoire était floue. Le jeune homme n'insista pourtant pas sur ce point, préférant continuer d'écouter silencieusement le récit de Neku. Ainsi, ils étaient trois partenaires, trois amis à avoir échappés à la destruction de leur monde. Joshua, et Shiki... Ethan hocha légèrement la tête, comme pour graver ces deux nouveaux noms dans sa mémoire. Puis, Neku avait rejoint la Ville de Traverse, comme de nombreux autres après la destruction de leurs mondes. Mais le Jeu des Faucheurs avait continué. Il avait eu pour mission de retrouver son amie, et comme pour affirmer son propos, il tira son téléphone de sa poche. Ethan avait déjà eu l'occasion de croiser ce genre d'appareil lors de ses aventures, et ne sembla pas particulièrement étonné. Il se contenta de regarder la photo montrée par Neku, découvrant le visage d'une jeune femme. La dénommée Shiki. Puis, l'histoire continua. Il avait donc croisé le chemin de Sora, un élu dont le nom était connu d'Ethan. Quand Neku chercha son regard pour confirmer ses propos, Ethan hocha doucement la tête, le visage sérieux. Élu. C'était bien le mot. Puis, le récit devint plus sombre. Le délai était presque arrivé à son terme, et en désespoir de cause, Neku avait décidé de faire confiance à la mauvaise personne. Mais quand tout semblait perdu, la Keyblade était venue à son secours. Mais il n'avait pas retrouvé son amie. Ethan ne manqua pas de remarquer la colère qui était en train de s'emparer du garçon, mais ne chercha pas à la refreiner, et encore moins à minimiser le drame de la situation. Puis, le garçon céda de nouveau. Mais cette fois-ci, il était évident qu'il était en colère contre lui-même. Il se sentait coupable de cette situation, et Ethan avait une idée assez précise de cette rage amère qui devait s'être logée dans sa poitrine. La Keyblade de Neku fut encore une fois projetée au loin, mais cette fois-ci, le garçon se leva pour aller la chercher lui-même. Sans bouger, Ethan le regarda. Il était encore tourmenté. Et pourtant, Ethan espéra que ces quelques aveux allaient remettre un peu d'ordre dans son esprit. Doucement, Ethan se releva. Il avait laissé Neku parler, pourtant, il aurait eu beaucoup de choses à lui dire. Pour le réconforter, pour l'encourager. Mais surtout, il devait lui apprendre à tirer partit de la Keyblade, à retourner cette arme à son avantage pour retrouver celle si chère à son cœur. Mais soudain, Neku se figea. Deux mots sortirent de sa bouche. Et aussitôt, Ethan comprit. Sa Keyblade apparut aussitôt dans sa main, et au même moment, de nombreux portails de ténèbres apparurent tout autour d'eux. Quelques enjambées suffirent à Ethan pour rejoindre Neku, et déjà prêt au combat, le jeune homme plaça dos au garçon. Ils étaient partenaires. Ils devraient se battre en tant que tels. Sans même lui lancer un regard, Ethan lui lança ses instructions.

« Les Sans Cœurs craignent la Keyblade, alors ne cherche pas à frapper de toutes tes forces. Tu ne dois pas te laisser déséquilibrer par tes coups. Ne réfléchit pas : c'est de l'instinct. Tu dois te battre comme si ton arme était le prolongement de ton bras. Je surveille tes arrières, alors concentrer toi sur ce qui est devant toi. Et si les choses se compliquent, invoque tes Avales-Rêves. On avisera après ! »

Il n'avait pas le temps de lui prodiguer davantage de conseils. Il aurait aimé avoir l'occasion de lui apprendre les bases, d'échanger quelques coups avant de le mettre en situation de combat réel. Mais ils n'avaient pas le temps, et visiblement, Neku avait déjà vécu son lot de batailles avant même de rencontrer Ethan. Alors il devrait apprendre sur le tas, quelques phrases et un partenaire comme seul soutien durant ce combat.

Lentement, les vortex noirs s'élargirent, laissant s'échapper des silhouettes encore dégoulinantes de ténèbres. D'abord, ce furent quatre petites Ombres qui s'échappèrent de là. Puis, deux Soldats, couverts de cette lugubre armure clinquante, s’extirpèrent à leurs tours. Dans les airs, deux petites sphères apparurent, révélant des Nocturnes Rouges. Enfin, derrière cette petite troupe, deux Boules Noires émergèrent des portails, comme deux sourires de dents acérées jaillissant hors de l'obscurité. Ils étaient nombreux. Les Sans Coeurs formaient une ronde équitable autour d'eux. Toutes les pensées d'Ethan étaient tournées vers le combat, et pourtant, il parvenait à garder le contrôle de lui-même. Sans un mot, il s'élança. Le sifflement métallique de la Keyblade retentit, la lame s'abattant à la verticale pour pourfendre une première Ombre. Du coin de l’œil, Ethan remarqua la seconde de ces créatures, émergeant d'une flaque de ténèbres. Quand celle-ci bondit dans sa direction il pivota, la tailladant d'un coup oblique. La créature éclata dans une gerbe de fumée noire, mais au même moment, Ethan sentit un mouvement prêt de lui. Il se retourna aussitôt, bloquant les griffes d'un Soldat prêtes à s'abattre sur lui. La créature tituba maladroitement, et retrouvant son équilibre, Ethan prit appui sur le sol, avant de s'élancer droit sur la créature. D'un geste, son arme traversa le corps squelettique du Sans Cœur, qui disparu à son tour. Deux de moins.

Instinctivement, Ethan embrassa les alentours du regard, remarquant alors les deux Sans Cœurs mages qui flottaient au-dessus du sol. Ils devaient s'en débarrasser rapidement, avant d'être submergés par les flammes. Instinctivement, Ethan posa le bout de ses doigts contre la lame de sa Keyblade. Une lueur argentée illumina la clef, et d'un coup horizontal, le jeune homme projeta une onde d'énergie lumineuse droit en direction d'un Nocturne Rouge. La vague de lumière percuta de plein fouet le Sans Cœur, qui s'évapora dans les airs. La deuxième créature rouge se tourna aussitôt en direction d'Ethan, son corps frémissant sous les flux de magie. Et l'instant suivant, une boule de flamme germa près de lui, avant de filer droit en direction d'Ethan. Celui-ci tenta bien de contrer le coup, mais la sphère enflammée percuta avec force sa Keyblade, repoussant son arme et laissant quelques étincelles crépiter à hauteur de son visage. Il était indemne, mais ces boules de feu risquaient de l'empêcher d'affronter ces autres adversaires. Déjà, le Nocturne Rouge était en train de préparer un nouvel assaut. Il n'avait pas le temps de traverser les quelques mètres le séparant de la créature. Alors, il planta son arme dans le sol. Et à la même seconde, un gouffre lumineux s'ouvrit en dessous du Sans Cœur. Une chaîne de lumière en jaillit aussitôt, s'enroulant avec force autour du Nocturne. Ainsi immobilisé, il était incapable de lancer son attaque. Déjà, Ethan devina les flammes qui étaient en train de recouvrir son corps. Il était bien décidé à se libérer, et Ethan en avait conscience. Alors, son arme se nimba d'une lueur éclatante, avant de changer de forme. Dans ses mains, la clef devint arc. Deux grandes ailes d'argents, se rejoignant à leurs pointes. Sans perdre son sérieux, Ethan se positionna, bras tendu en direction du Sans Cœur. Ses doigts s'approchèrent de la corde, et quand il l'agrippa, une flèche de lumière se matérialisa entre ses doigts. Il inspira. Puis, il lâcha la corde dans un bruit sourd. La flèche alla se ficher dans le corps de sa cible, qui tomba à son tour. Quatre. Mais quand il sentit le frémissement sur sa droite, il était déjà trop tard. Il fut incapable de se remettre en garde, et une Boule Noire déchaînée le percuta de plein fouet. Ethan perdit l'équilibre, et se réceptionna en roulant sur le sol. Il devina l'hématome sur son bras, mais ne prit pas le temps de s'en inquiéter. La Boule Noire était en train de charger à nouveau, son corps comme saisi de spasmes violents. Son arme s'illumina de nouveau, mais cette fois-ci, ce furent deux lames courtes qui se matérialisèrent entre ses doigts.

Il était prêt. Mais au moment de l'assaut, la créature se déporta sur sa droite. Ethan pivota rapidement, repoussant le Sans Cœur aux dents acérées de l'une de ses lames. De la seconde, il parvint à taillader son flanc, arrachant une gerbe de ténèbres noires. Mais avant que le jeune homme ne puisse espérer frapper à nouveau, le Sans Cœur se recula soudain, le percutant de plein fouet. Ethan essuya ce second coup, incapable d'effectuer la moindre parade. Pourtant, il parvint à garder son équilibre, et quand la Boule Noire s'élança sur lui, son pied trouva appui sur le sol. D'un geste, Ethan s'élança vers l'avant enfonçant ses deux lames dans le corps ronds de la créature. Le Sans Cœur s'immobilisa, et quand le jeune homme retira ses armes, il disparut dans une explosion de ténèbres. Ethan recula d'un pas, inspirant profondément. Il ne restait que deux Ombres, un Soldat, et une Boule Noire. Toutefois, si Neku ne s'était pas déjà occupé de les vaincre.

« Tu vas bien ?  »

Instinctivement, Ethan se tourna pour poser son regard sur son partenaire, prêt à lui venir en aide, ou à accuser une nouvelle vague d'adversaires.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Mar 15 Mar - 19:23
Dans cette forêt immense, et où pourtant les sons de la nature sont absents, là adossé contre cet arbre, la gorge encore en feu d’avoir hurlé en vain, Neku s’était livré. Dans un flot incessant de paroles que son partenaire n’osa interrompre, il avait raconté ces embryons de souvenirs qui lui restaient. Il n’aimait pas parler, et encore moins de lui. C’est ce que ces images floues lui dictaient, et elles ne pouvaient qu’avoir raison, non ? Puisque sur l’écran brouillé  où il observait sa vie d’avant, d’avant la chute, il se voyait essentiellement les lèvres closes et l’esprit encombré. Donc, c’est ce qu’il devait être, ni plus ni moins… Même lui commençait à douter sérieusement de cet état de fait, sans pour autant oser ne plus se conformer à « ce qu’il avait été ». Rester accroché ainsi à des réminiscences incertaines de sa vie, celles qui lui revenaient dans le désordre, sans trop de moyen de les remettre sur sa ligne du temps interne, était tout ce qui lui restait.
Et que lui restait-il ? Que lui restait-il d’avant cette semaine de Jeu à Traverse Town en compagnie de Sora ? Que lui restait-il de Shibuya ? Exclusivement des flashs du Jeu des Faucheurs, et encore, uniquement des images amputées. Son enfance, écrasée, la raison de sa fermeture au monde, précipitée dans les limbes… l’apprenti Keyblade Master avait même perdu deux amis dans le processus. Deux amis qu’il pensait morts. Il se souvenait plus ou moins d’une fille aux cheveux rose, Shiki, toujours accompagnée de son « chat », même si pour lui, l’animal en peluche noir ressemblait plus à un étrange cochon qu’autre chose. Il se souvenait de quelques mots rudes à son encontre, il se souvenait avoir « supporté » sa présence, il se souvenait d’avoir été son partenaire par défaut plus que par envie. Dès lors, pourquoi la considérer comme une amie ? Parce que…Ces souvenirs en côtoyait d’autres, d’autres plus perturbant encore : Eux deux combattant côte à côte, elle se livrant sur un sujet « important », mais il en avait perdu le son, eux s’enfuyant face à des « Noises » -ce que les gens des autres mondes nommaient « sans cœurs »- et lui la protégeant, du mieux qu’il pouvait, jusqu’à en sombrer dans l’inconscience. Oui, la concernant, il lui ne lui restait que ça, mais il ne savait pas dans quel ordre remettre tout ça. Est-ce que aux débuts, ils étaient amis, s’épaulant l’un, l’autre, puis après avoir parlé de ‘ce’ sujet, cette amitié avait volé en éclat ? Ou le contraire ? Puis, il y avait cette photo, ce fond d’écran sur son portable. De quand datait cette photo ? Où la replacer dans le flot flou ? Shiki… dès qu’il songeait à elle, il gardait cette envie brûlante de la retrouver et pas seulement pour remplir cette mission en suspens. De ça, il en était sûr, il voulait la revoir, en toute connaissance des risques encourus. Il devait la revoir, confirmer cette amitié. Elle devait en savoir plus sur son passé, sur le contexte de sa vie. Dans le doute, il la considérait encore comme son amie, il s’accrochait à ça même, pour donner du sens à ses objectifs.
De Shibuya, il avait gardé également d’autres souvenirs, qui avaient encore moins de sens, sur un garçon nommé Joshua, celui qui était devenu leur GameMaster. Étranges images, étranges sentiments associés. Il se souvenait avoir été son partenaire -en tout cas, il avait combattu à ses côtés-, mais aussi qu’il devait lui en vouloir pour « quelque chose ». Malgré ça, malgré son statut d’organisateur du Jeu ou du moint des parties en cours, il savait également qu’il pouvait lui faire confiance. Et parmi toutes ces peintures en mouvement, il pouvait accéder à certaines « bandes sons » d’autres personnes dont le visage ne lui revenait jamais, les associant tantôt à du respect, tantôt à de la colère. Le respect s’accompagnant systématiquement de la représentation d’une immense fresque murale.
Sensations bizarres et tronquées. Neku supposait plus de sa vie qu’il ne savait réellement. Mais ça ne l’empêchait pas de se conformer à ces suppositions, plutôt que d’écouter les paroles de ce cœur qui jamais, lui, n’oubliait.

Cependant, pour une fois, il décida de se livrer à autrui, parce qu’il en ressentait le besoin, parce qu’il lui devait un peu ça, pour l’avoir laissé seul dans le labyrinthe. Il aurait bien aimé avoir son avis –même si ça ne voulait pas dire qu’il l’aurait forcement suivi-, mais, à la place, c’est de nombreuses volutes noires comme de l’encre qu’il reçut.
 D’où venaient ces mots qui s’étaient écoulés de sa gorge ? Deux simples mots, sonnant comme une prémonition, qui pourtant, n’en était pas tout à fait une. Il avait senti leur arrivée avant d’en avoir la confirmation visuelle et simultanément, c’est bien cette douce brûlure qui s’était allumée dans sa frêle poitrine. Porteur de Keyblade. Jamais il ne pourrait être tranquille. Où qu’il soit, quoi qu’il fasse, les ténèbres le retrouverait toujours, tout ça à cause de la lame qu’il s’était liée à son cœur, qui l’avait reconnu comme ‘digne’ de la manier. Si cette histoire le dérangeait encore, il savait désormais qu’il n’aurait pas tellement le choix. Ce serait l’accepter, combattre avec elle, ou succomber aux forces obscures qui ne lui laisseraient aucun répit. L’ignorance ne pouvait plus être une option, ça aussi, il l’avait compris. Tout comme lui ressentait l’envie brûlante de retrouver sa partenaire, la Keyblade, elle, avait un besoin impérieux de pourfendre les sans cœurs. Elle avait été conçue pour ça, c’était son fonction, son unique raison d’être. Et contraindre son porteur à l’aider dans cette tâche était de l’ordre du possible. 
Inlassablement, dès qu’il rencontrerait la moindre engeance des ténèbres, elle se matérialiserait. S’il avait le malheur de se détourner du chemin des combats, elle l’y acheminerait une nouvelle fois, guidant ses gestes avec force. C’est ce que Neku avait compris lors de son combat contre les ombres, c’est ce qu’il comptait demander à Ethan, avant l’apparition des portails des ténèbres. Ce dernier, alerté par sa phrase prononcée à la limite de l’inconscience, le rejoint rapidement, s’occupant de garder ses arrières.
De l’obscurité mouvante, différentes formes en jaillirent, certaines déjà connues de l’adolescent, d’autres, non. Les Ombres, il connaissait. Les êtres bleutés casqués, frappé d’un symbole noir et rouge, les petits ‘mages’ rougeoyants et ces sphères ouvertes en deux d’un sourire carnassier, absolument pas. Un frisson le parcourut, ils étaient encerclés, pas moyens de s’échapper autrement qu’en combattant. Et de toute façon, sa ‘compagne’ de lumière ne lui en laisserait pas l’occasion. Déjà, il ressentait cette force irrépressible le pousser à frapper. Et à frapper fort. C’est à cet instant que son partenaire de jeu intervint, lui prodiguant les derniers et seuls conseils qu’il pouvait lui fournir dans l’urgence de la situation. Ces créatures sont vulnérables à la Keyblade, ne pas se laisser emporter, utiliser son instinct, l’arme suivrait. Même si c’était peu de mot, l’apprenti Keyblade Master les écouta avec soin.
Même s’il mourait d’envie d’invoquer ses avales-rêves, de lâcher sa clef pour combattre avec eux, il n‘en fit rien. Autant pour se prouver qu’il en était capable que parce qu’elle ne le laisserait pas faire, Il resserra sa prise sur l’arme de lumière, prêt au combat. Tremblante, secouée de spasmes, impatiente, une boule noire se jeta sur son flanc, gueule ouverte, écrivant un arc de cercle dans les airs. L’adolescent se prépara à l’esquiver. Il pourrait profiter de cette descente pour riposter, pour la frapper à l’arrière. Il lui fallait juste attendre le bon moment.

 Frappe ! 

Mais non, l’envie irrépressible de la frapper était toujours là. Frapper…Frapper fort…Alors qu’initialement, il avait prévu de se reculer pour esquiver, histoire de profiter de son angle mort exposé pour lui asséné un coup puissant, ça ne se passa pas comme il l’aurait voulu. Trop tôt, trop fort, il avança d’un pas, souhaitant frapper à la verticale le visage nervuré qui s’approchait, au lieu de suivre son plan initial. Au dernier instant, la boule se décala sur la droite et Neku, emporté  par son arme avec laquelle il avait tant de mal à s’accorder, ne put se redresser assez vite. Le sans cœur fonça sur son épaule, avant de reprendre de la hauteur. Le choc fut inévitable et fit grimacer l’adolescent de douleur, en plus de le déséquilibrer un peu plus. Il eut toutes les peines du monde à ne pas tomber au sol, à la merci des autres engeances des ténèbres. Qu’est ce qui lui avait pris de suivre ainsi l’impulsion venue d’ailleurs ? Qu’est ce qui lui avait pris de vouloir frapper si fort pour un premier coup ? Bien sûr, il y avait là qu’une seule et unique raison. En conflit avec sa Lame-Clef, il avait du mal à obtenir d’elle ce qu’il voulait et inversement, d’ailleurs. Depuis qu’elle s’était liée à lui, c’est à peine si elle avait pu pourfendre les ténèbres. Il faut dire qu’elle était tombé sur quelqu’un de relativement borné, même s’il n’était pas totalement irrécupérable. Pour ce combat, ils allaient devoir faire avec, composer l’un avec l’autre, au risque de sombrer.
Il se redressa, pestant intérieurement contre une multitude de choses, comme d’habitude. Les ombres et le soldat se joignirent à l’assaut. L’engeance casquée lui fit face et se précipita sur lui en tourbillonnant sur lui-même. Se fondant dans le sol, les deux petits sans cœurs profiteraient de son attention détournée pour se jeter sur lui toutes griffes dehors. Au mieux prendraient-elles son cœur, au pire retourneraient-elles se cacher dans l’intangible. Une fois encore, Neku avait trouvé son plan : il se décalerait sur le côté, pour que ce petit être tournant continue sa route en ligne droite. Mais, il manqua d’inclure les deux ombres cachées et ça, l’instinct de conservation de son arme le pressenti. Ainsi décalé, il risquait d’offrir son dos à la voracité des intangibles. En conflit avec les intentions de son porteur, elle préféra le forcer à parer et à faire face. L’adolescent se vit donc lever son arme, offrant le plat à son adversaire, sa deuxième main venant soutenir le panneton. Le soldat frappa fort, mais l’acier absorba le choc. C’est cet instant que choisit l’une des ombres pour s’élancer sur son flanc droit. Dans un même mouvement d’arc de cercle, il repoussa son assaillant principal et tranchant la petite créature opportuniste qui s’évapora en une volute sombre. Il avait un peu de mal à croire ce qui venait de se passer, mais n’eut pas le temps d’y songer plus longuement, puisque la boule noire, ayant fini son demi-tour, revint à la charge. Une nouvelle fois, il tenta de suivre son plan initial, c’est-à-dire esquiver et frapper l’arrière de la créature.
Mais une nouvelle fois, il allait devoir composer l’instinct de combat de sa ‘compagne’ imposée. Aussi se vit-il rester immobile, à la merci de l’élément de l’ombre. Sans trop comprendre pourquoi, d’ailleurs. Pourquoi n’arrivait-il pas à bouger ? Pourquoi n’arrivait-il pas à agir ?! Il allait finir en charpie s’il continuait ainsi. Mais il n’arriva même pas à paniquer, comme si quelque chose lui susurrait d’avoir confiance, de se laisser faire. Puisque sa proie semblait avoir abandonné, la boule noire, affamée de cœur, prit de la vitesse. Elle arracherait sa substance d’un coup de dent. Mais, au tout dernier moment, alors que le sans cœur se trouvait à moins d’un mètre de lui, qu’il pouvait plonger son regard dans le jaune du sien, son bras se leva, tendu face à lui. Il offrit littéralement la clef à sa voracité, l’enfonçant dans sa gueule. Trop de vitesse, la boule ne put esquiver, ne put se reculer et fut percer de part en part. Néanmoins, avant de disparaitre, elle put refermer sa morsure sur son bras, lui arrachant une légère protestation douloureuse. Il ne comprenait pas comment, il ne comprenait pas pourquoi, il ne comprenait pas quoi, mais cet autre plan venu des abysses avait été plutôt efficace en fait. Instinct… était-ce de ça qu’Ethan parlait ? Juste… se vider la tête et laisser faire ? Plus facile à dire qu’à faire, Neku avait été habitué à devoir réfléchir durant les combats, à comprendre comment diriger ses avales-rêves, comment parvenir à se faire obéir alors que tous possédaient sa personnalité et son petit caractère. Comprendre et analyser les attaques de ses alliés comme de ses ennemis, savoir quand battre en retraite, quand changer d’invocation. Mais se battre avec Keyblade était différent.

Il massa ses plaies sur son bras et prit une profonde inspiration. Une chance que son partenaire prenait à sa charge une partie de leurs adversaires. Il n’aurait pas pu s’en sortir en vie sinon. Il expira longuement. Laisser faire l’instinct. Le soldat retenta son attaque tourbillonnante. Il savait ce qu’il avait à faire. Simplement, il se décala d’un pas quand son ennemi se jeta sur lui. Juste un pas, pas plus, de quoi  à peine esquiver, sans pour autant offrir son angle mort à l’ombre tapie dans le sol qui attendait son heure. Le sans cœur sauta. Il ne pouvait stopper son mouvement. L’adolescent en profita pour frapper, au lieu de le laisser s’effondrer plus loin comme le prévoyait son plan initial qu’il n’avait jamais pu mettre en œuvre. Un coup ascendant en plein visage, à la manière d’un joueur de base-ball renvoyant puissamment la balle. L’acier résonna fort sur le casque, l’enfonçant jusqu’à ce qu’il l’arrache promptement. L’engeance des ténèbres alla s’écraser sur un arbre proche, son petit corps éclatant contre le tronc. Neku avait toujours un peu de mal à retenir ses coups, ses mains tremblaient après cette frappe. Néanmoins, lorsque la dernière ombre, pensant profiter de sa faiblesse apparente, sortit de sa cachette pour l’attaquer. Grave erreur, il avait suivi son parcours du regard et, à la seconde où ces yeux jaunes s’échappèrent du sol, il y planta sa lame.

Et puis, le silence. Le combat était terminé. Sa respiration légèrement saccadée, le jeune apprenti Keyblade Master avait un peu de mal à comprendre le déroulement de ce combat. Trop étrange, sa tête fourmillait de questions sans réponses. Laissant son arme dans le sol, il se massa son épaule endolorie. C’est alors qu’Ethan l’interpela, s’inquiétant de son état. À son compteur, il avait une épaule endolorie, une morsure sur l’avant-bras, et environs un bon millier de question. A ça se rajoutait les muscles tendus et tremblants de ses mains qui avait serré bien trop fort le manche de son arme. Il lui répondit, tout en récupérant son arme plantée dans le sol.

« J’ai connu mieux. » Il étira son cou sur le côté et grimaça un peu. « Rien de grave et toi ? »

Il observa son partenaire. Il lui semblait avoir essuyé quelques coup, lui aussi, et était même un peu roussit par endroit. Du feu ? Il avait dû affronter des sans cœurs de feu en plus ? Lui avait déjà eu assez de mal à se débarrasser de quatre d’entre eux… Même s’il faut dire qu’il n’avait pas vraiment été aidé au début du combat. Un millier d’interrogation et, au final, un temps limité. Le Jeu ne s’arrêtait jamais, même pour leur permettre de se battre ou de se reposer. Finalement, il décida de poser la question qui lui brûlait les lèvres, au risque de paraitre étrange.

« Est-ce que la Clef est…’vivante’ ? » Se disant qu’il était un peu flou, il étaya son propos. « J’ai parfois l’impression qu’elle me pousse à changer mes plans et surtout, à me battre. »

Il avait toujours l’épisode des ombres en tête, auquel se rajoutait son dernier affrontement. Il était… perplexe, tout ça se rajoutait au mystère de la Keyblade mais surtout, ne plaidait pas en sa faveur. Si c’était bien le cas, il aurait un peu plus de mal à apprécier ce bout de métal intrusif. Il n’aimait pas trop être manipulé de la sorte et espérait qu’Ethan ait une bonne explication à lui fournir. Il comprenait maintenant qu’il ne pouvait plus simplement l’ignorer mais aussi que seul, il aurait bien plus de mal à appréhender cette nouveauté.

« Finalement, je veux bien écouter ce que tu as à me dire. »

Autant dire ce que c’était le maximum dont il était capable pour demander de l’aide. C’est qu’il se voyait mal lui demander une quelconque faveur après s’être enfuit comme un voleur dans le labyrinthe. S’il souhaitait lui enseigner quoique ce soit, il était prêt à l’écouter, s’il souhaitait juste remplir la mission pour être débarrasser d’un gamin un peu trop à fleur de peau, il comprendrait aussi. Il pourrait même le laisser seul pour effectuer la tâche imposée, il en avait tellement l’habitude, de toute façon.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Mar 29 Mar - 14:00
C’était déjà la seconde vague de Sans Cœurs à laquelle Ethan avait été confronté. Les ténèbres s’étaient insinuées dans ce monde, si bien que désormais, toute cette forêt semblait être un vaste terrain de chasse pour les sombres engeances. Heureusement, ses blessures étaient superficielles. Il avait déjà oublié que sa lèvre avait été fendu, se préoccupant davantage des traces de brûlures sur son corps. Son bras droit était endolori, un large hématome se formant sous ses vêtements, alors que son thorax était encore douloureux suite à l’assaut frontal d’une Boule Noire. Ses adversaires vaincus, Ethan s’était tourné vers son partenaire pour s’assurer de son état. Il constata alors que les derniers Sans Cœurs avaient disparu, et Neku ne tarda pas à lui répondre. Rien de grave. Rassuré, Ethan se détendit légèrement, faisant disparaître sa Keyblade, et s’autorisant une grimace tout en faisant rouler son épaule. Si les combats s’enchaînaient ainsi, mener à bien cette mission allait être un véritable challenge. Étirant ses muscles pour les dénouer, Ethan répondit à Neku d’un simple « Je vais bien », avant de reporter son attention sur le garçon. Il semblait légèrement ailleurs, soucieux ou pensif. Alors, Ethan patienta quelques instants, et Neku ne tarda pas à lui poser une question pour le moins inattendue. Est-ce que la Keyblade était une entité vivante ? Ce n’était pas la première question à laquelle Ethan s’était attendu, et l’élu laissa paraître son étonnement. Pourtant, son expression n’était ni surprise, ni confuse. Ce sujet ne lui était pas étranger. Bien au contraire. Calmement, Ethan croisa les bras, cherchant la meilleure manière d’aborder le sujet. Pourtant, Neku ne tarda pas à reprendre la parole, attirant le regard de jade d’Ethan. Et un bref sourire passa sur les lèvres du plus âgé des porteurs. Il était maintenant prêt à écouter. C’était une bonne chose. Doucement, Ethan se relâcha, tout à coup bien sérieux.

« On ignore beaucoup de choses au sujet de la Keyblade. Mais une chose est sûre : c’est elle qui décide de son porteur. Pas l’inverse. Ethan marqua une pause, avant de faire le lien avec la question de Neku. Elle possède sa propre volonté. Elle te poussera à te battre, c’est certain. Mais si elle a décidé de venir à toi, elle ne cherchera pas à te nuire. »

Il cessa de parler, le temps que le jeune homme enregistre cette information. Il aurait dû lui apprendre tellement de choses : les différents Sans Cœurs et les cœurs qui en étaient captifs, l’origine mystérieuse de la Keyblade, les Maîtres, les pouvoirs dangereux qui sommeillaient désormais entre ces mains, et l’attrait obsessionnelle des ténèbres pour cette clef. Mais en avaient ils le temps ? Et Neku était-il seulement prêt pour tout cela ? Pour le moment, Ethan décida de se contenter de l’essentiel. Il fallait que Neku apprenne à connaître sa nouvelle alliée. Ainsi, Ethan s’approcha, de fit face au garçon. Brièvement, il regarda le chronomètre dans sa main. Ils avaient encore du temps, et tôt ou tard, ils affronteraient d’autres Sans Cœurs. Il fallait que Neku apprennent les bases. Silencieux, Ethan hocha doucement la tête. Il tendit alors sa main droite, faisant apparaître sa Keyblade, la Gardienne de l’Aube dans sa main. Puis, il continua ses explications.

« Ne cherche pas à forcer les choses : tu dois apprendre à t’habituer à la Keyblade, jusqu’à ce que tu apprennes à la contrôler naturellement. Ensuite, tu pourras commencer à exploiter son potentiel, expliqua-t-il, sa propre arme s’enveloppant d’une lueur claire, avant de prendre la forme d’une épée longue. La Clef est capable de changer de forme, et de canaliser la magie. Mais d’abord, tu dois apprendre à l’utiliser sous sa vraie forme. »

Puis, Ethan se recula légèrement. Il était temps de passer à la pratique.

« Très bien, met toi en position, dit-il, sans vraiment laisser le choix à Neku. Garde les jambes souples, sans t’enraciner dans le sol. Reste naturel : tu dois être capable de bouger, et de parer les coups avec ton arme. Pas d’angles morts. Ok ? »

Et sans attendre, Ethan s’avança légèrement, abattant son arme à la verticale, droit en direction de la tête de Neku. Chaque geste était contrôlé de manière à ne pas blesser le garçon. Pourtant, la pression exercée par Ethan était bien réelle.

« Quand tu bloques un coup, ne reste pas statique. Si tu peux le repousser, fait-le. Sinon, incline ton arme pour faire glisser le coup, et profite de l’ouverture. »

Brièvement, Ethan recula en arrière, avant de s’avancer, impétueux, sa lame se dirigeant vers le flanc de Neku. Il fallait d’abord lui apprendre à se défendre, et à se familiariser avec son arme.

« La Keyblade est une arme dangereuse. Elle est capable d’ouvrir et de sceller n’importe quoi. Même les serrures des mondes. Il frappa de l’autre côté, avant de reprendre. Les Maîtres de la Keyblade sont même capables d’arracher le cœur d’une personne. Si tu dois utiliser ta Keyblade, pense toujours aux conséquences. »

Après un ultime échange de coup, Ethan se recula, et fit disparaître son arme. Il adressa alors un sourire à Neku, hochant doucement la tête en guise de félicitation. Pourtant, si le garçon souhaitait toujours maîtriser son arme, ce n’était que le début d’une longue série d’entraînements.

« Bien. On devrait se remettre en route. Tu as des questions ? »

Après tout, beaucoup de choses devaient encore sembler confuses. Pourtant, ils n’étaient pas en mesure d’ignorer le chronomètre mortel qui défilait dans le creux de leurs mains. Ils devaient continuer à avancer, ponctuant ce long trajet de leçons qui enrichiraient le jeune élu.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Lun 2 Mai - 3:16
Là, dans cette forêt immense où, en réalité, c’était lui qui était minuscule, Neku avait été contraint à se battre, encore. Se battre en compagnie de son partenaire pour cette session du Jeu…Et plus étrangement, en compagnie de sa Keyblade. Depuis qu’il était arrivé dans ce monde loufoque, il doutait de sa nature de simple objet. Une intuition renforcée par cette sensation lors de cet affrontement peu académique. Cette impression, tenace, que ses actions lui avaient été suggérées, voir guidées par un autre, plutôt d’être de son propre chef. Ça… Et cette espèce de… de… Il n’arrivait pas à mettre de nom dessus. Mais il avait juste l’impression d’avoir su, d’avoir pressenti l’arrivée des ténèbres. Juste de quelques instants. Quelques précieux instants. Rien qu’y songer le dérangeait profondément. Il le savait maintenant. Il ne pouvait plus ignorer simplement cette Lame-clef en espérant qu’elle n’apparaisse plus jamais dans ses mains. Malgré toute sa logique, malgré tout son ‘génie’, il ne pouvait comprendre et appréhender cette arme seul. Il allait devoir faire appel à d’autres, à contre cœur. La providence semblait lui sourire quelque part, en lui envoyant un élu confirmé à ses côtés. Lui semblait en savoir long sur le sujet. Lui semblait vouloir le pousser doucement vers un chemin pavé de clarté.
 
L’adolescent n’aimait pas ça. Demander de l’aide, poser des questions. Même s’il en avait des milliers en tête. Il n’aimait pas ça, mais savait quand il devait s’y résoudre. Il n’était pas borné au point de s’enfoncer dans l’ignorance en toute connaissance de cause. Aussi, quand le heurt arriva à son terme, décida-t-il de poser sa première question. Celle qui, selon lui, était la plus urgente. ‘Est-ce que la Keyblade est vivante ?’ Il l’avait choisi essentiellement pour une raison. Si la réponse était positive, s’il possédait une bien une entité vivante liée à son cœur, le poussant à se mettre en danger et à combattre les sans cœurs, il serait forcé de prendre cette donnée en compte pour le bon déroulement futur du Jeu. Ça ne lui plaisait guère, l’apprenti Keyblade Master ne souhaitait que retrouver Shiki, le plus rapidement possible, en enchainant ses missions. Mais cette nouvelle capacité risquait de le freiner dans sa quête. À quelque pas d’Ethan, il l’observa en proie à l’étonnement, puis à la réflexion, bras croisé. Aussi étaya-t-il son propos, lui assurant qu’il était prêt à l’écouter désormais. Le plus âgé des élus semblait satisfait de cette révélation. Il ne fallait pas être devin pour comprendre à quel point il devait tenir à leur arme commune, à quel point il souhaitait guider ce tout nouvel élu dans le droit chemin. Encore fallait-il que ce dernier montre un minimum de bonne volonté. 
 
Il ouvrit la bouche, sérieux, et commença ses explications. L’adolescent n’en perdit pas une miette. Il n’avait pas pris soin de remettre son casque sur ses oreilles, celui-ci reposait toujours sur ses épaules. Plus même, le doux bruit de fond de l’éternelle musique d’échappant des baffles avait cessé. Il avait attrapé son petit lecteur de musique blanc entre ses doigts et, pour la première fois depuis si longtemps, l’avait simplement éteint. Ce rythme entrainant et soutenu cessa donc, laissant place à un silence teinté d’une douce mélopée, qu’il n’avait encore jamais entendu, qu’il n’avait encore jamais voulu percevoir. Le son de la nature, simplement. Pour lui qui venait d’un monde complètement urbanisé, aseptisé, cela le frappa. Ça le frappa, presque comme un réflexe, car de son univers, il ne gardait que très peu de trace. Un peu comme si plus que son esprit, son cœur fut touché par la mélodie de la forêt. 
Ethan se voulut didactique avec lui ne se contentant pas seulement de répondre à sa question, mais expliquant ses propos, anticipant d’autres questions. La Keyblade possédait bien sa propre volonté, sans qu’il n’emploie le mot ‘vivant’, mais ne ferait, selon lui, rien pour lui nuire. Vraiment ? Ce morceau d’acier ne ferait rien à l’encontre de son porteur ? S’était… rassurant, il devait bien se l’avouer. Un léger poids en moins pour ses épaules trop fragiles. Il souleva un second point. Elle l’avait choisi. Lui et pas un autre. Ce n’était pas juste un coup du hasard. La Clef n’était pas parvenue jusque lui uniquement dans l’optique qu’il puisse empêcher cet homme en noir de s’en prendre à Sora, un autre élu.
 
 Il n’arrivait pas tellement à comprendre pourquoi. Qu’est ce qui faisait de lui quelqu’un de ‘digne’? Quelqu’un d’ ‘apte’ ? Il ne comprenait pas, car aucune de ces images brumeuses qui reflétaient, selon lui, son existence ne lui montrait une telle personne. Il n’était pas spécial. Il n’avait qu’à se comparer à son ami de Traverse Town, ou même à son partenaire actuel. Il n’avait rien en commun avec eux. Et ne lèverait même pas le petit doigt pour essayer de leur ressembler. Tout ça parce que…en réalité, sans qu’il ne s’en rende très bien compte, il possédait déjà toutes les qualités requises pour entrer dans ce groupe très fermé. Encore fallait-il s’en souvenir.
 
L’autre porteur s’approcha et inspecta un court instant son timer. Par reflexe, Neku fit de même. Non pas qu’il voulait vérifier ce compteur de chiffre incessant. Il savait qu’ils leur restaient encore beaucoup de temps avant que les ténèbres ne viennent les engloutir tous les deux. C’est vrai…Avec tout ça, il en avait presque oublié qu’il s’agissait de la première partie d’Ethan dans le jeu. Le jeune homme ne devait pas le montrer, il devait plutôt bien le cacher, mais il imaginait sans peine cette pointe d’angoisse qui devait étreindre son cœur. Simplement parce que cette sensation ne l’avait pas quitté depuis…depuis… Il ne le savait pas. Elle était là depuis si longtemps qu’il se demandait parfois s’il avait pu vivre sans l’angoisse, sans l’appréhension d’échouer sa mission. Telle une épée de Damoclès, le défilement gravé de rouge et de noir leur rappelait sans cesse, à chaque instant, que leur vie arriverait bientôt à leur conclusion. Une horrible et douloureuse conclusion. Il se sentait un peu coupable de cet état de fait. Après tout, le jeune blond n’avait pas demandé à être emmené de force dans un Jeu de vie et mort, il n’avait pas souhaité devoir parcourir ce monde en long et en large à la recherche d’un chat énigmatique, le tout en compagnie d’un adolescent trop enfermé pour montrer une quelconque sympathie. 
 
Mais c’était trop tard.
 
Neku lui-même ne l’avait pas voulu et subissait cette situation tout autant que lui. Malgré toute la bonne volonté du monde, il n’aurait pu défaire ce pacte qui les liait. Un simple hochement de tête, la Keyblade de l’autre porteur apparut dans sa main. Si différente de la sienne. Stylisée pour prendre la forme de ce qui pouvait se lire dans son cœur à lui. Fine, semblable à une épée, noble. Définitivement, tous deux provenaient d’univers si différents, et pourtant, devaient posséder les traits, le caractère, le cœur « digne de la Clef ». Digne.
La ‘leçon’ reprit alors après cette courte pause. Avec étonnement, il constata ce qu’il n’avait pu voir en combat. L’arme de son partenaire, illustrant ses propos, changea de forme, et adopta celle d’une longue lame effilée. Une véritable épée de chevalier. Il n’avait encore jamais vu ça… Il n’avait même jamais entendu parler d’une telle possibilité même ! Changer d’aspect, canaliser la magie, plus les explications avançait, plus il commençait à comprendre à la valeur réelle de cet artefact à la fois craint et adulé. Avec de l’entrainement, du moins c’est ce qu’il comprenait en sous-texte, il pourrait réaliser un tour pareil. Une arme fabuleuse, oui, il avait bien compris, mais ça ne l’empêchait pas d’avoir toujours une opinion relativement négative sur elle. Puis… « Devoir ». « Devoir  apprendre à l’utiliser ». Cette notion d’obligation, de contrainte… Oui, il avait bien demandé quelques explications et, apparemment, déjà, cette notion de « devoir » faisait surface. Ça ne lui plaisait pas, il possédait déjà assez de contrainte dans sa vie pour devoir supporter une supplémentaire. Il n’aimait pas ça… Mais avait-il seulement le choix ? Avait-il seulement le choix d’user ou non de cette arme ? Il avait essayé de l’ignorer, il avait essayé de la rejeter…en vain. « Digne » « Elu » « Devoir », tant de termes si…solennels, si lourds de sens. Tant de terme qui le dérangeait, au même titre que lorsqu’on le traitait de « génie ». Sans trop savoir pourquoi, il détestait cela, et il lui semblait que cette histoire recommençait. Mais il ne lui en fit pas part. Et ses impressions, une fois encore, resterait pour lui. Pour l’instant. Le temps de digérer tout ça, d’intégrer toutes ces informations, tout en sachant qu’elles n’étaient encore que parcellaires. 
 
Puis, l’élu improvisé professeur recula d’un pas et se mis en position de combat. L’adolescent en resta interdit un instant. Il allait vraiment l’attaquer ? Pour de bon ? Il comprenait un peu où il voulait en venir, apprendre par le corps, plutôt que par l’esprit, mais tout de même. Neku n’eut qu’à croiser ce regard d’émeraude pour comprendre qu’il ne pourrait se défiler de cette leçon. Après tout… si tordu et étrange que ce bout d’acier pouvait être, c’est bel et bien par la pratique du combat que l’on apprend à maîtriser une arme. Pour se défendre, pour attaquer. Car la Keyblade n’était que ça. Ni une relique, ni une pièce de musée, mais bel et bien une arme. Une arme presque consciente, avide d’apporter une unique solution à la marée des ténèbres : sa destruction. Dès lors, il se mit également en position, essayant du mieux qu’il put d’intégrer ces fraîches paroles à son positionnement. Ne pas s’enraciner, éviter les angles morts. Toujours plus facile à dire qu’à faire. Étrangement, il tenait sa lame à une main, la positionnant à l’horizontale. L’autre, restée libre, se plaça machinalement près de sa poche, emplie de ces badges, emplie de tous ses compagnons dévoreurs de rêves. Il s’agissait plus d’instinct qu’autre chose, mais, clairement, son attitude n’avait rien d’académique. On voyait très bien qu’il n’avait encore jamais manié d’arme tranchante, contondante ou même d’armes tout court. Un véritable novice en matière d’escrime, tout simplement parce que dans le Jeu des Faucheurs, « l’imagination » battait la « force physique ». Tout simplement parce que son monde d’origine n’enseignait pas ce genre de matière à ses enfants.  
 
Premier coup. Ethan s’avança et abattis son arme à la verticale. L’éternel joueur leva la sienne juste au-dessus de sa tête et amortit le choc. Un bruit d’acier résonna dans l’immense forêt, dérangeant le chant des oiseaux sans jamais le stopper. Car ce n’était qu’un son minime pour eux, un son émis par deux petits insectes. Si petits qu’ils ne pouvaient constituer un repas décent. Pour ne pas être déséquilibré par la différence de force, son « maitre » étant bien plus physique que lui, il soutint le plat de sa lame de sa paume libre. Il maintint le statuquo, écoutant la suite de l’enseignement. Apprendre à dévier, à déséquilibrer l’adversaire, à profiter de ses propres angles mort qu’il créait en attaquant. Encore une fois, plus facile à dire qu’à faire, mais il comprenait le concept et amorça l’inclinaison de son arme. Amorça seulement, car le jeune homme se recula une nouvelle fois avant de l’attaquer sur le flanc. Deuxième coup. Neku déporta sa lame en conséquence. Un nouveau statuquo, le temps d’une nouvelle leçon, ou plutôt, le temps de la mise en garde. Comme toutes les armes, la Keyblade possédait un aspect plus…dangereux, sans doute peu connu du grand public. Cette forme si particulière, en forme de clef, n’avait pas été formée par hasard. Une clef capable de tout ouvrir, que ce soit serrure normale, magique ou… un cœur. Il porta son arme à son autre flanc pour parer le troisième coup de son partenaire. Dans son monde d’origine, le concept de cœur était une notion assez peu connue, plutôt remplacée par la dualité esprit/âme. Mais, il avait appris à jouer avec ce nouveau vocabulaire depuis son arrivée à Traverse Town. Ce sujet était si sérieux, si lourd de sens. Si lourd tout court… Un « honneur » comme un « devoir ». Veiller à faire attention aux conséquences. Si lourd… Si lourd… Mais il n’avait pas le choix. Encore une fois. Un dernier coup, une dernière parade réalisée un peu par la force du miracle, et la petite joute se stoppa. Cela faisait…énormément d’informations à intégrer et le plus âgé des élus devait s’en rendre compte. Il devait se rendre compte que l’adolescent userait de la réflexion et du silence pour analyser tout ça. Et dans peu de temps, il s’adapterait. Il était encore jeune après tout. Il s’adapterait à la situation comme il l’avait toujours fait. Que ce soit lorsqu’il avait perdu la mémoire une première fois, quand il s’était retrouvé projeté dans un Jeu cruel et mortel, quand il avait dû apprendre à maîtriser les pouvoirs de sa Psych, quand il dût apprendre à se battre sans pour ensuite devenir le « maitre » mais surtout la batterie de créatures inconnues et bariolée, quand il avait de nouveau perdu la mémoire… 
Quand il avait perdu Shiki.
 
La Keyblade ne serait d’un événement de plus auquel il devrait s’adapter. Un de plus. Sans doute pas le dernier. A croire que les mondes entiers tenaient à le bousculer, à le faire ressortir de sa zone de confort où il se réfugiait un peu trop souvent. L’adolescent révoqua son arme à son tour, en sachant parfaitement qu’elle pourrait revenir de son propre chef à n’importe quel moment. En sachant parfaitement qu’elle répondrait à son appel s’il le désirait. Encore fallait-il qu’il le désire… Sérieux, il réfléchissait, jouant quelque peu avec l’un des pics composant sa coiffure si particulière. Un petit tic en somme, un petit geste inconscient. Finalement, il répondit un peu machinalement, le regard un peu dans le vague.
 
« Ok… » Il soupira, il est vrai qu’il se devait de penser à la mission également. Il se força dès lors à reprendre contact avec la réalité, observant son environnement pour choisir le chemin à parcourir. « Si quelque chose me vient, je te le dirais. » Penser au Jeu, penser à accomplir sa mission. « On devrait essayer de trouver quelqu’un qui connait ce chat, je pense. »
 
Ce n’était pas tellement une proposition. Juste le fil de ses pensées prononcées à voix haute. Aussi, il se mit en marche au travers cette forêt bien trop grande pour eux. Après tout, si son partenaire était un habituer du maniement de leur arme commune, lu était rompu à l’exercice de la survie au Jeu. A chacun son petit talent, quelque part. Néanmoins, l’adolescent n’était pas du genre causant, loin de là et encore moins avec une personne qu’il connaissait peu. Il se contentait de marcher en silence, ruminant un peu ses pensées, intégrants les données qu’il avait reçues. S’il avait d’autres questions ? Ah…Mais quelles questions n’avaient-ils pas ? Par où commencer pour lever le voile de l’interrogation ? Depuis son réveil à Travers Town, depuis la destruction de Shibuya, mais surtout, depuis qu’il avait la Keyblade, où qu’il aille, quoi qu’il fasse, ces engeances de l’ombres, les sans cœurs, le suivait partout. Elles poursuivaient tellement de personnes, elles persistaient dans tant de mondes…Y en avait-il un seul qui en soit dépourvu ? Y en avait-il un seul dans lequel il ne serait pas attaqué par ces bêtes féroces et voraces ? C’était une question, une de celles qu’il taisait. Une de celles qui le hantait.
Il en connaissait si peu sur tous ces autres mondes. Est-ce que ces ténèbres avaient toujours existées ? Est-ce qu’elles avaient toujours fait partie du quotidien des gens ? Et si oui, pourquoi avait-il cette impression qu’elles étaient quelque chose de nouveau dans son existence à lui ? Était-ce dû à son amnésie ? C’était une autre question, qu’il ne poserait pas à son partenaire, car celle-là, il la réservait à son GameMaster, pour le jour où ils se retrouveraient enfin.
 
 Et même sur propre monde. De Shibuya, il n’en gardait que des photographies floues associées au Jeu d’une part, associées à des sensations désagréables de bruit et d’oppression de l’autre. Séparé de ses deux anciens partenaires, il n’avait pas la possibilité d’en demander plus à ce sujet. Est-ce que ‘son’ monde était connu des autres ? Est-ce qu’une autre personne pourrait le renseigner sur celui-ci ? Une autre question, une autre qui ne franchirait pas ses lèvres, une autre qui ne ferait qu’encombrer un peu plus son cerveau. Toujours tiraillé entre le désir de comprendre ce qu’il était, ce qu’il avait été, mais repoussé dans celui-ci par ces étranges impressions peu agréables quand il songeait à cette ville constamment en mouvement. Et même s’il avait réellement voulu en savoir plus, encore fallait-il qu’il perce cette bulle de silence qu’il avait construit autour de lui. Soit. C’était une autre question, il ne la poserait pas.
 
Est-ce que les ténèbres avaient déjà gagné cette ‘guerre’ ? Au vue du déséquilibre des forces en présence, c’était encore une interrogation légitime, une parmi tant d’autres qui hantait son jeune esprit parfois si proche de l’implosion. Ah…Il ne voulait tellement pas le savoir…Neku ne voulait tellement pas s’impliquer dans ce conflit séculaire. Trop occupé avec ses propres problèmes pour résoudre ceux des autres. S’il s’agissait un souhait égoïste ? Oui…et non, car les véritables raisons restaient encore et toujours tapie au fond de son cœur. Il les savait, il les connaissait. Étrangement, même s’il ne se souvenait plus du pourquoi, il savait. Un trait gravé en lui au fer rouge, associé à un souvenir perdu à jamais dans les limbes. Il avait décidé. Et au beau milieu de cette marche, il desserra enfin les lèvres. Pour une seule et unique question.
 
« Est-ce qu’il existe un moyen de se séparer de la Keyblade ? »
 
En réalité, il doutait fortement qu’il en existe un, et encore plus depuis certaines des ‘révélations’ de son partenaire concernant l’arme intrusive. Une arme de lumière à la fois faiblesse et cible de l’obscurité la plus noire et angoissante. Une arme elle-même empreinte du désir d’effacer toute trace de ses ennemis. Une arme qui avait décidé de se lier à lui et à son cœur étouffé. Un très mauvais choix, donc. Une arme, une lame qui l’entrainerait à prendre part à cette belligérance, véritable toile de fond sur toutes les lèvres depuis qu’il s’était réveillé à Traverse Town. Une arme si lourde de sens, si solennelle qui l’avait choisi. Pourquoi ? Pourquoi lui ? Il n’avait rien de spécial. Il n’aimait tout simplement pas ça. Qu’on lui force la main, qu’on attende trop de lui. Ce statu « d’élu »…Un statut spécial qui, automatiquement, le ferait grimper sur une espèce de pied d’estale pour le reste de la population. Mais il ne voulait pas ça. Que l’on attende trop de lui… Que l’on attende même quelque chose de lui. Toujours la même chose… Pour lui, Il n’était pas quelqu’un de spécial et cette Lame n’y changerait rien. Cette lame ne justifierait jamais qu’on le traite différemment. Voilà la raison de cette question. La raison qu’il tairait, bien évidemment, au risque qu’elle soit mal interprétée.
 
Mais, alors que la terre meuble défilait sous ses pieds, une étrange odeur, acre, lui parvint. Une odeur de fumée et brulé. Il regarda autour de lui et…le vit. Là-bas, sur un énorme champignon à chapeau plat et aux couleurs bariolées attestant sans doute de sa dangerosité, une…Chenille. Une grosse chenille bleue. Après la poignée de porte parlante, il venait de tomber sur une nouvelle rencontre du troisième type. Dos à eux, l’insecte ne semblait pas les avoir remarqués et, dans l’une de ses pattes, trônait ostensiblement un calumet allumé. Voilà d’où provenait cette drôle de senteur. Il ne voulait même pas savoir ce que l’animal faisait bruler là-dedans. Les bras croisés, Neku tenta de l’interpeller…avec ce tact qui n’appartenait qu’à lui.
 
« Hey ! La chenille ! » Au diable les bonnes manières, ce n’était pas son style. « On cherche un chat, tu en aurait pas vu un dans le coin ? »
 
Avec une lenteur calculée, il tourna son visage vers les deux arrivants et tira une bouffée de son bâton de vapeur. Il les observa longuement et exhala sa fumée vers eux. L’adolescent protégea ses yeux avec son bras et toussa plusieurs fois. Puis, l’insecte bleuté se retourna de nouveau pour finalement les ignorer royalement. 

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Ven 20 Mai - 12:28
Sans grande surprise, même cette session d’entraînement improvisée ne parvint pas à arracher la moindre réaction à Neku. À peine un semblant d’étonnement dans son regard, avant de se résoudre à affronter la lame de son confrère. Ces brefs échanges de coups confirmèrent à Ethan que le garçon face à lui n’avait pas la moindre expérience des armes blanches, et il profita de ce court moment pour lui enseigner les bases rudimentaires. Un cours accéléré. Mais en connaissance du chronomètre dans leurs paumes, il était difficile de faire autrement. Cette leçon se termina quand Ethan fit disparaître son arme, prêt à répondre aux éventuels points d’ombre de Neku. Celui-ci se contenta d’un vague acquiescement, sans formuler le moindre commentaire ni la moindre question. Et sur ces mots, ils décidèrent de reprendre les recherches, en quête d’une personne susceptible de les renseigner au sujet du Chat de Cheshire. Ils s’enfoncèrent sans un mot dans la forêt, et du coin de l’œil, Ethan observa silencieusement Neku. Il était encore jeune, et trop renfermé sur lui-même. Il avait encore beaucoup à apprendre, et pas assez de recul pour considérer les choses autrement que comme une succession de petits malheurs accablants. C’était le propre de son caractère, et même s’il n’avait pas mauvais fond, il avait besoin de gagner en expérience. Un sourire compréhensif passa sur le visage d’Ethan, parfaitement conscient que son avis n’engageait que lui. Et, abandonnant son regard dans la voûte de jade formée par les cimes des arbres, il songea un instant à ce que lui-même était devenu. Chacun avait sa propre croix à porter, et depuis la destruction de son monde, il avait muselé le jeune homme au fond de lui, devenant corps et âme un Élu. Une forme de rédemption. Et même si une part de lui avait conscience de ce poids écrasant, il aurait été incapable de se détourner de cette course effrénée, bien trop désireux de donner un sens à cette triste histoire.

Durant cette marche silencieuse, Ethan observa les alentours. Ils étaient assez minuscules pour que ce bois semble s’étendre sur des kilomètres, et explorer les lieux sans se perdre allait être un véritable défi. Il inspira doucement, trouvant ses repères, quand la voix de Neku s’éleva à nouveau. Une simple question s’échappa de ses lèvres, cherchant à connaître un éventuel moyen de se séparer de la Keyblade. Le garçon avait déjà expérimenté le lien entre son cœur et cette arme, et pour renoncer à la Keyblade, il aurait fallu envisager de rompre ce lien.

« Je ne sais pas. Je pense que le sorcier de la Tour Mystérieuse pourra peut-être te répondre. Mais, Neku. Un bref temps d’arrêt. Malgré le calme de sa voix, il était évident que les mots de l’élu allaient être lourds, et sans doute désagréables. Pourtant, il était important que le plus jeune comprenne parfaitement ce dont il était question. Même si tu renonces à la Keyblade, les Sans Cœurs continueront à te chasser. Pour faire simple, la Keyblade est comme une balise. Les ténèbres la repère facilement. Mais ce que les Sans Cœurs désire, ce n’est pas la clef, mais ton cœur. Même si tu arrives à te séparer à la Keyblade, ils tenteront de te l’arracher s’ils te retrouvent. »

C’était une annonce brutale, mais il aurait été plus dangereux encore que Neku s’obstine à nier cette arme sans en comprendre les enjeux. Sa décision était légitime, à la seule condition que ce choix n’entraîne pas sa perte. Compréhensif, Ethan posa brièvement sa main sur l’épaule de Neku, lui adressant un maigre sourire, avant de continuer sa route. Il était sûrement trop jeune pour en prendre conscience, mais tous les habitants des différents mondes étaient sujets à la même menace. Personne n’avait rien demandé, et pourtant, tous couraient le risque de se faire arracher le cœur. Ceux qui avaient une Keyblade avait simplement un moyen de se battre, plutôt que de se laisser dévorer. Mais comme toute chose en ce monde, elle avait son lot d’avantages et d’inconvénients. Bientôt, une désagréable fumée vint caresser les narines d’Ethan, lui faisant froncer les sourcils. Et, progressant dans cette direction, ils tombèrent face à une étrange Chenille bleue, confortablement installée sur un champignon plat. La créature resta de dos, trop occupée à inspirer la fumée de son hookah pour noter la présence des deux porteurs. Le garçon décida de l’accoster, s’adressant à cette étrange chenille sans faire preuve de la moindre politesse. La créature se tourna un instant vers eux, cracha une fumée épaisse et colorée, avant de se retourner à nouveau. Du dos de la main, Ethan chassa les vapeurs qui arrivèrent dans sa direction. Puis, il s’avança d’un pas.

« Nous avons besoin de réponses. »

La chenille bleue se retourna lentement, affrontant de nouveau les regards des deux porteurs. Puis, sans se presser, elle s’allongea sur son support, croisant ses six paires de pattes.

« Et ai-je l’air de quelqu’un susceptible de connaître un chat ? déclama-t-il avec une nonchalance désagréable, accentuant chacune de ses consonnes. Quelle idée saugrenue. Et bien sachez que vous n’êtes pas les bienvenus ! »

Désespéré par ce monde, Ethan soupira, avant de s’éloigner. « On ne trouvera rien ici » renchérit-il à l’attention de Neku, laissant la chenille bleue se renfrogner sur son champignon. Et ils s’éloignèrent, continuant d’errer dans le Pays des Merveilles, à la recherche de la moindre piste.


Une après-midi entière s’était écoulée. La nuit était tombée sur le Pays des Merveilles, comme un drap sombre sur ce monde complètement fou. Ils avaient besoin de faire une pause, et pour cette raison, Ethan avait décidé de monter un camp provisoire. Ils étaient près d’une petite étendue d’eau, écoutant les crépitements paisibles d’un feu de bois. Pour seule nourriture, Ethan avait dû se résoudre à dérober un panier de petits gâteaux, retrouvé dans un jardin désert, où était dressé une table d’anniversaire. Ou plutôt, de non-anniversaire. Mais après une journée entière dans le Pays des Merveilles, Ethan avait cessé de s’interroger sur la logique de ce monde. Et il était là : au coin du feu, grignotant distraitement un gâteau, tout en grillant un marshmallow au bout d’une branche. Il était fatigué, usé par les recherches, et par le caractère éprouvant de ce monde.

« Pas le moindre indice sur ce chat… »

Après de longues minutes sans un mot, il leva enfin son regard sur Neku. Grâce à ces interminables recherches, Ethan avait eu le temps nécessaire pour prendre du recul vis-à-vis du Jeu des Faucheurs, mais aussi sur leurs multiples discussions au sujet de la Keyblade. Dans cette atmosphère plus détendue, moins solennelle, il songea que le moment était peut-être bien choisi pour discuter plus ouvertement de toute cette histoire. Mais avant cela, il revint sur la suite des événements.

« Demain, on essaiera de trouver quelqu’un pour nous renseigner. Quelqu’un de plus coopératif que la Chenille, dit-il dans un bref sourire, avant de mordre dans son marshmallow. On pourrait aller trouver la Reine de Cœur, mais je doute qu’elle se montre amicale… »

Ils étaient dans une impasse. Retourner à la fête de non-anniversaire ? C’était une piste, mais étrangement, il doutait que les fêtards en question soient en mesure de les renseigner. Il soupira doucement, avalant le reste de sa friandise. C’était un vrai casse tête, et le goût écœurant du sucre dans sa bouche n’arrangeait en rien les choses. Il restait bien les cartes-soldats. Sans doute les créatures les plus saines d’esprit de tout ce dédale, à ceci près que ces soldats de papiers exécutaient les moindres ordres de la Reine. Usé, Ethan soupira doucement. Puis, il décida de changer de sujet. Il posa de nouveau son regard émeraude sur Neku, un sourire doux passant au coin de ses lèvres.

« Tu veux toujours te débarrasser de ta Keyblade ? »

Difficile de taire ce sujet indéfiniment. Mais cette fois-ci, le ton du jeune homme n’était pas le même. Plus calme, peut-être moins solennelle. Brièvement, Ethan leva son regard sur le ciel nocturne. Il faisait encore nuit, mais ils étaient au Pays des Merveilles. Il allait jusqu’à se demander si le ciel resterait sombre durant toute la nuit, ou s’il allait brusquement s’illuminer, le soleil décidant d’émerger sans aucune raison. Ce monde était complètement saugrenu. Puis, son regard se posa de nouveau sur Neku, une expression douce et amicale sur son visage.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Jeu 30 Juin - 16:32
Ce n’était qu’une simple question. Et pourtant elle lui semblait être la plus importante de la journée, peut-être même la plus importante depuis qu’il avait mis les pieds dans ce monde loufoque, depuis qu’il avait rencontré son compagnon d’infortune. Un compagnon devenu partenaire par la force des évènements, non pas qu’il l’ait voulu. Un partenaire se dévoilant comme ayant bien plus de point commun avec lui que ce qu’il n’aurait pu penser au premier abord. Un autre élu, un élu d’expérience, dont le ton de la voix, dont ses mots recherchés pour être rassurant se voulait mesuré, assuré. Comme si lui savait tout ce qu’il y avait à savoir. Alors que Neku en savait si peu… Sur toutes personnes qu’il aurait pu rencontrer, il avait fallu qu’il tombe sur un autre « choisi ». Quelles étaient les probabilités ? Lui qui avait compris la rareté de la Clef, il comprenait aussi le peu de chance qu’il avait eu de tomber sur le jeune homme.
Dire qu’il l’avait emprisonné avec lui dans ce Jeu cruel. Il lui semblait être quelqu’un de bien, toujours meilleur que lui, à n’en pas douter. Ce n’était pas si compliqué, d’ailleurs, mais ce n’était pas un coup porté à sa propre personne, juste une simple constatation. De toute façon, il préférait que les choses soient ainsi. Il préférait ne pas s’impliquer plus que nécessaire avec les gens. Pas parce qu’il se croyait plus important, pas parce que personne ne pouvait suivre le fil de ses pensées parfois plus élevée que le commun des mortels, simplement pour ne pas se lier à eux. Pour ne pas s’inquiéter, pour ne pas que l’on s’inquiète pour lui, pour ne rien avoir à attendre d’eux, pour que l’on attende rien de lui. Juste un statu quo d’ignorance dans lequel il lui semblait avoir vécu depuis un temps infini et en réalité si court. C’était si simple… C’était ce qu’il pensait sans pour autant le ressentir au plus profond de son cœur. Car ce n’était plus suffisant, car malgré tout, il s’inquiétait pour ses partenaires. Pas seulement pour Joshua et Shiki, non, pas seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui avaient eu le malheur de croiser sa route. Et pourtant, il continuait à garder cette attitude détachée, voire même glaciale. Que l’on n’attende rien de lui. Ça…ça ne changerait jamais.
Et au beau milieu de cette forêt d’immensité, il continuait son petit manège, faisant presque tout pour ne pas attirer la sympathie. Malgré qu’il se soitpourtant livré une première fois, lui qui se faisait d’habitude si avare en parole, cela ne voulait dire qu’il était prêt à tout lui dire. Ainsi gardait-il tout dans son esprit, comme d’habitude, laissant ses doutes et incertitudes creuser le trou qui shiftait son cœur. Un trou où s’était lové une substance impie et dangereuse. Toujours en sommeil. Du moins pour l’instant.

Néanmoins, une question lui brula les lèvres, plus que n’importe quelle autre. Aussi, se décida-t-il à la poser. Quelques mots si simples… et pourtant si lourd de sens. Peut-être que son partenaire le prendrait mal. Ou peut-être pas. Mais il se devait de savoir, même si la réponse s’imposait d’elle-même pour lui. Et pourtant, elle fut plus mitigée de la part de l’autre porteur, du moins dans un premier temps. En silence, Neku l’écouta. Attentif même s’il n’y paraissait rien. Un sorcier ? Une tour ? Était-ce comme une espèce de « super élu » ? Ou une espèce de sommité dans son domaine ? Qui était ce sorcier ? Et surtout, comment le rencontrer… Ainsi coincé dans le Jeu des Faucheurs, il n’était pas libre de choisir sa destination… Et il doutait que son cher GameMaster ne prenne en compte ses désir de voyage. Surtout si c’était pour se séparer de son arme. Ethan reprit la parole après un léger temps d’arrêt. Il ne fallait pas être devin pour comprendre que la suite ne lui ferait pas plaisir.
Et c’était vrai.
Même sans cette chose qui s’était collée à lui, les sans cœurs continueraient à le pourchasser… Ils en voulaient à son cœur, à son essence vitale en quelque sorte, à son « âme » s’il traduisait en termes de chez lui. Autant dire que ça ne l’arrangeait pas du tout. Le fait qu’il obtienne la Keyblade avait coïncidé avec l’attrait des ténèbres pour sa personne. Mais, apparemment, cela n’était qu’une drôle de coïncidence. Au final, est-ce qu’il n’essayait pas de lui montrer essentiellement le bon de cette histoire ? De le convaincre de ne pas rejeter ce qu’il ne pouvait rejeter de toute façon ? Peut-être. Ce serait logique. Lui avait l’air de considérer cette lame comme une chance quelque part, il n’était pas incongru de penser qu’il essayait de lui faire penser la même chose. Et pourtant, au milieu de tout ça, il réussissait à ne jamais amoindrir la charge qui incombait un élu. Sagesse et maturité… Et si lui-même avait songé à ces questions bien avant lui ? Le jeune blond était un élu de bien plus longue date que lui, peut-être que les mêmes doutes lui étaient passé par l’esprit en réalité ? Il est vrai que depuis que la fatalité avait fait de lui son partenaire, il n’avait eu le temps, ou l’envie peut-être, de s’intéresser à lui.
Ah ! quel idiot… Il se contenta d’acquiescer, plonger dans son mutisme habituel. Quel idiot ! Ce n’était pourtant pas son style de vouloir tout concentrer sur lui, mais avec une personnalité comme celle d’Ethan, qui lui avait quelque peu forcé la main pour qu’il se livre, c’est ce qu’il transparaissait de cette rencontre. Quel idiot… A force de se concentrer uniquement sur ce qu’il n’allait pas dans sa vie, il en venait à en oublier le monde l’entourant. C’était bien ce qu’il faisait de mieux. Avant, bien avant, il n’aurait même songé à ce genre de questions. Vouloir en savoir plus sur les autres… Ce n’était pas son style, après tout. Enfin d’après le peu qu’il savait de lui-même. Mais c’était légitime pourtant, de vouloir connaitre son partenaire de jeu.
Bien vite, ses pensées se stoppèrent d’elle-même, à l’approche d’un autochtone de ce monde. Du moins… c’est le seul mot qui lui venu pour le décrire. Une immense chenille bleutée, fumant on ne sait quoi d’acre et de désagréable. Un flegme à tous épreuves qui plus est. Neku l’apostropha en premier, mais l’individus l’ignora royalement. Contrarié et bras croisé, il laissa Ethan prendre le relais avant de se montrer en plus antipathique que d’habitude. Mais il n’en tira rien de plus, malheureusement. Soit cet insecte ne savait pas de quel chat ils parlaient, soit elle n’était aucune envie de leur venir en aide… Et, avec son attitude, les deux solutions étaient plus que plausible. Le plus âgé des porteurs se détourna alors, pour reprendre la marche et, avec un peu de chance, trouver une autre personne plus réceptive.
Mais la journée fut loin d’être riche en information. Les heures s’égrainèrent leur peau respective, diminuant sans cesse ce cruel timer. Et pourtant, pas le moindre indice sur ce chat énigmatique. A intervalle régulier, l’adolescent jetait un œil sur son portable. Non pas que l’heure l’intéressait, mais plutôt l’image en fond d’écran. Ça, et évidemment le fait qu’il guettait l’arrivée d’un message de son GameMaster. Il aurait pu lui en dire plus sur cette mission que simplement trouver un chat. D’accord, il avait peut-être une espèce de titre de noblesse mais tout de même. Chat de Cheshire, quel nom stupide. Il avait l’intérêt d’en valoir le coût ce chat de malheur, de valoir au moins le détour et de ne pas être qu’un ridicule chat de gouttière comme il en existe des milliers.

Le jour fit doucement place à la nuit, et à sa fraicheur ambiante. Puisque les recherches se révélaient infructueuses, puisqu’il n’était plus possible de les poursuivre sans la lumière de l’astre du jour, les deux partenaires décidèrent d’un plus ou moins commun accord de se stopper pour la nuit. Ethan avait allumé un feu, chose que Neku était incapable de faire, trop habitué à un monde bien plus technologique habituellement. Le jeune homme avait même pris la peine de leur trouver quelque chose à manger. Dommage que cela fut des aliments sucrés exclusivement. L’éternel joueur n’était pas connu pour les apprécier plus que cela, que du contraire. Il était neutre sur la plupart des aliments, n’aimant, ni ne détestant réellement les choses, mais pour les petits gâteaux sucrés et glacés, c’était autre chose. Trop de sucre, tout simplement. Il n’aurait pas dit non à un bon bol de nouilles fumantes d’une des boutiques de Shibuya… tout en ne pouvant se souvenir de leur aspect, gout ou texture. Néanmoins, il se résolut à manger, puisque son corps avait décidé de reprendre ses besoins physiologiques. Il ne pouvait se passer de manger, au risque des perdre des forces, mais le fit sans réel appétit.
Allongé sur le sol, le regard perdu dans la voute lointaine et céleste, il se laissait bercé par le craquement lent du feu de bois. Il reposait sa tête sur ses mains, et songeait encore une fois à ses amis. Ils devaient être par-là, au-delà des étoiles qui représentait tous les mondes. Tant d’endroits à parcourir encore… et si peu de temps pour le faire. Son partenaire s’était assis non loin et terminait son repas, grillant un autre marshmallow. L’odeur de caramel brulé le dérangeait, mais il ne lui en fit pas part. A quoi bon, de toute façon ?

Ethan brisa alors le silence le premier. Peut-être lui pesait-il ? Une première fois, quelques mots s’échappèrent de ses lèvres. Face à cette banalité résumant si bien leur échec quelque part, l’adolescent n’eut pas un mot. Et les minutes passèrent à un rythme si lent… Il reprit la parole, énonçant ce qu’il pourrait faire de la journée de demain. Il avait l’air de connaitre ce monde, du moins, plus que lui. Une Reine de cœur ? C’était un titre très étrange… mais apparemment, ce n’était pas une bonne idée d’aller la rencontrer. Neku n’avait pas le moindre avis sur la question et le laissait juste emplir ce silence de paroles creuses. Peut-être se sentirait-il moins seul en discutant avec l’air ? Il ne voyait pas l’utilité de lui répondre, la plupart de ses mots étaient pour lui que le fil de ses pensées prononcées à voix haute. Et pourtant, la troisième fois fut la bonne. La troisième fois décrocha son attention de la voie lactée inaccessible pour le faire redescendre sur la terre ferme. A cette question à laquelle il s’attendait, il se redressa avant de s’assoir pour mieux avoir son partenaire en visuel. Il réfléchit à ses mots. Cette question n’avait pas quitté son esprit de la journée. Il n’était pas certain de sa réponse et n’avait d’une théorie un peu étrange sur le sujet. Il se gratta la tête, pensif, et enroula quelques fois l’un de ses piques composant sa coiffure invraisemblable entre ses doigts. Puis, après ce moment de flottement, se décida de prendre enfin la parole.

« Disons que j’ai compris que je ne pourrais pas. » il inspira profondément et souffla lentement. Simultanément, il tendit le bras et fit apparaitre son arme dans ses mains. C’était… presque devenu naturel et c’était sans doute cela le plus dérangeant pour lui. « Tu vois ça ? il pointa le badge noir frappé d’un crane d’argent qui lui servait de porte clef. Dans mon monde, c’est ce qu’on appelle un Player Pin’s. C’est un objet que l’on remet uniquement aux participants du Jeu des Faucheurs. Il est impossible de s’en défaire. » Une théorie affreusement familière et pourtant tellement vraie. « Puisque tu n’en possèdes pas, je peux t’assurer qu’une fois la mission terminée, tu seras libéré et tu n’entendras plus jamais parler de moi. » Ce n’était qu’un petit aparté, pour pouvoir le rassurer à son tour, puisqu’il avait été très avare sur le Jeu et ses codes, le laissant dans le flou. « Puisque la Keyblade a décidé de se lier à cet objet en plus de squatter mon cœur, il m’est encore plus impossible de m’en défaire, je suppose… » Il révoqua alors son arme, puisqu’il avait fini sa démonstration. Et ajouta. « Je devrais en parler avec mon GameMaster pour en être sûr, c’est lui qui s’occupe des règles du Jeu. Son regard se perdit alors dans la contemplation des flammes. Mais pour ça, je dois encore le trouver ou plutôt qu’il daigne se montrer. »

Car Neku en était plus ou moins persuadé, Joshua l’observait. De près ou de loin, il l’observait, le surveillait. Cette idée pouvait paraitre dérangeante, surtout qu’elle empiétait allégrement sur sa vie privée, mais bizarrement, il trouvait cela assez… rassurant. Il avait une confiance presque aveugle envers cet individu si versatile, persuadé qu’il agissait réellement pour un but plus grand que de simplement le garder dans le Jeu pour son plaisir personnel. Oui, il combattait les ténèbres, sans doute en première ligne et maintenant, lui aussi, du moins un tout petit peu. L’adolescent sortit de sa torpeur et ajouta, comme s’il le devait.

« Je veux bien la garder, pour l’instant. » Il nuança directement ses propos « Mais n’attends pas de moi que je fasse quoique ce soit de constructif avec. Je ferai le strict minimum pour qu’elle me fiche la paix avec ces histoires de ténèbres et de sans cœurs. Et c’est tout. Je dois d’abord retrouver mes partenaires. »

Il y avait déjà un mieux, mais ce n’était pas encore tout à fait gagné. Au moins n’essayerait-il plus de jeter sa lame au travers du bois ou dans le feu. Donc oui, c’était bien un mieux. A nouveau, il se rallongea sur le tapis de mousse et de feuille, repartant un temps dans la contemplation du ciel. Puis, il amena sa main à hauteur de son visage et observa le timer et ses chiffres défilant. Une des seules choses qui avait de la constance dans sa vie… dommage qu’il s’agissait uniquement du temps qui lui restait à vivre et non pas du temps qu’il lui restait avant d’être délivré de cet enfer. Quoique…cela dépendait du point de vue en réalité. Ce fut à son tour de briser de lui-même ce silence, chose assez rare pour être soulignée.

« Tu sais… Ne t’en fait pas trop pour la mission, j’ai l’habitude de m’en occuper seul. Les joueurs doivent compter que sur leur partenaire pour avancer. On trouvera ce chat avant la fin du compte-à-rebours. »

C’était un drôle de tentative pour le rassurer, mais s’en était bien une. Une camouflée, évidemment. Il n’était pas du genre à aller prendre les gens dans ses bras pour les réconforter, loin de là. Ce n’était pas non plus des paroles en l’air. Ils trouveraient ce chat, pour que Neku puisse avancer sur la longue route qui le mènerait Shiki. Pour qu’Ethan puisse reprendre le cours de sa vie. Et…qui sait ? Peut-être retourner lui aussi auprès de ses propres partenaires de vie ? Retourner dans son monde ? L’adolescent ne savait rien de lui, peut-être était-ce le moment opportun pour s’y intéresser. Il referma sa paume et plaqua son avant-bras sur ses yeux, s’obstruant la vue. Il ne voulait voir une quelconque stupéfaction ou quoique ce soit dans ce genre apparaitre sur le visage de son partenaire à la suite de ses mots.


« Ça fait longtemps que tu portes la Keyblade ? Que tu combats les sans cœurs ? » S’il pouvait faire un semblant de parallélisme avec sa situation, peut-être pourrait-il mieux comprendre. Et pourtant, il occulta cette première question en posant une seconde, comme pour lui donner le choix de lui répondre ou non. « Et ton monde, comment est-il ? Différent de celui-ci ? »

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Ven 15 Juil - 17:20
C’était une nuit agréable, tout particulièrement après la longue et éreintante journée qu’ils venaient de vivre. Le Pays des Merveilles était un endroit éprouvant. Mais il l’était bien plus encore depuis que ce chronomètre était gravé dans le main. Toutes ces histoires de mission, le Jeu des Faucheurs… Parfois, Ethan aurait aimé oublier toute cette histoire, se contenter de mener cette tâche comme il en avait l’habitude. Mais pas cette fois. Le poids cette épée au-dessus de leurs vies étaient trop lourd pour être ignoré si facilement. Pourtant, il décida de ne pas aborder le sujet. Dans le crépitement des flammes, il fit le point sur cette journée, et sur le reste de cette prochaine semaine. Puis, Ethan décida de mettre le doigt sur un sujet plus sensible. La fameuse Clef qui semblait causer tant de tracas à Neku. Pourtant, cette fois-ci, il ne fut pas question de lui imposer ce fardeau, ni même de lui dépeindre l’importance de la Keyblade. Un sourire amical sur les lèvres, Ethan lui demanda simplement s’il avait toujours l’intention de se débarrasser de sa nouvelle arme. Quand la question tomba, le garçon se redressa enfin, visiblement plus intéressé que par les précédents commentaire d’Ethan. Un constat qui le fit doucement sourire. Néanmoins, il hésita. Cette fois-ci, pas besoin de scruter Neku pour comprendre combien cette question était compliquée pour lui. Ses gestes trahissaient sa confusion. Pourtant, il ne tarda pas à répondre. Il avait compris que sa vie était liée à cette Clef. Son aîné hocha doucement la tête, silencieux, en le regardant matérialiser son arme. Soudain plus ouvert, Neku désigna le porte-clefs accroché à sa Keyblade, un petit crâne d’argent. Ce même objet avait un rôle dans le Jeu des Faucheurs, et il était impossible de s’en séparer. Intrigué, Ethan détacha son regard du badge et lever un œil sur le garçon. Désagréable coïncidence. Mais ce petit badge était aussi la preuve que seul Neku était un membre officiel. Ethan n’était que de passage dans ce jeu infernal. Son explication terminée, le garçon mentionna un titre inconnu d’Ethan. Son GameMaster. Une personne capable de lui apporter des réponses. Écoutant les propos de Neku, le jeune homme comprit que rencontrer cette personne allait être difficile. Pourtant, à en juger par ses propos, celui-ci avait les réponses qui manquaient à Neku. Ce GameMaster avait son importance dans le Jeu des Faucheurs, mais refusait de se montrer… Ethan n’ajouta rien, ignorant encore beaucoup de chose. Pourtant, il soupçonna que la désagréable impression qui l’avait suivi durant la journée était étroitement liée à ce GameMaster. Comme si un regard constatant était braqué sur lui. Il avait préféré mettre cette idée sous le coup de la confusion. Mais plus les heures s’écoulaient, et plus il était dubitatif. Soudain, Neku retrouva sa langue, ajoutant que s’il voulait bien garder la Keyblade, il ne jouerait pas son rôle de parfait petit élu. Il avait ses propres problèmes. Un sourire passa sur le visage d’Ethan, qui acquiesça de la tête.

C’était une bonne chose. Visiblement, le garçon semblait retrouver un semblant de cohérence, comme s’il mettait de l’ordre dans le désordre de son existence. Parfois, il était important de prendre le temps de se ressourcer et de se retrouver. Une fois encore, Neku se décida à prendre la parole. Ethan fut contraint de ravaler son sourire, s’amusant silencieusement de cette soudaine envie de discuter. Il était évident que le garçon était bien moins distant que ce que son attitude cherchait à affirmer. Mais en écoutant ses paroles, Ethan fut incapable de réprimer une expression de surprise.

« Tu essaies de me rassurer ? »

Difficile de ne pas tomber des nues. Conscient que le caractère de Neku allait certainement rendre les choses difficiles à admettre, il décida de ne pas remuer le coup de la plaie, se pincement légèrement les lèvres avant de poser son regard sur la voûte nocturne. C’était une belle nuit. Les étoiles scintillaient doucement dans le ciel, comme des lueurs dans l’obscurité. Cette fois-ci, Neku lui adressa une question. Ou plutôt, une série de question. La Keyblade, les Sans Cœurs, son monde… Une expression sombre passa alors sur le visage du jeune homme. Il posa son regard sur Neku, le regardant avec calme et sérieux. Puis, il referma ses paupières. Quand elles se rouvrirent, son regard se posa sur les flammes crépitantes du feu de bois.

« C’est une longue histoire. Machinalement, il utilisa son bout de bois pour gratter la terre. Mon père était un élu. C’est une sorte de tradition chez nous. Depuis que je suis petit, j’ai été élevé pour maîtriser la Keyblade. Et mon monde… Un tressaut de nostalgie fit vibrer sa voix. Il était très différent d’ici, ajouta-t-il avec un sourire. C’était une sorte de grande ville, protégée par des murs. Les gens étaient bienveillants. Ils s’entraidaient les uns les autres et ils souriaient tout le temps… Quand j’allais en ville, j’adorais m’arrêter près de la fontaine pour regarder les gens passer. Mais la mélancolie des beaux jours s’évanouit, et le regard plus sombre, Ethan passa mécaniquement ses bras autour de ses genoux. Mais de l’autre côté des murs, tout était plongé dans les ténèbres. Les Sans Cœurs étaient partout, alors la Keyblade était notre meilleure protection. C’est pour ça que je tenais tant à être comme mon père. »

Quelques secondes s’écoulèrent. Quand il reprit la parole, sa voix sembla plus distante. Son regard était devenu froid, accusant bien des sentiments. Brièvement, il posa son regard sur Neku.

« Mais tout a basculé. Les ténèbres et les Sans Cœurs, ajouta-t-il, comme c’était une explication suffisante. Quand je suis revenu à moi, je ne savais pas où j’étais, ni ce que je devais faire. J’avais une Keyblade, mais je n’avais sauvé personne. J’ai eu besoin de temps avant de me décider à reprendre la route. Recommencer à être un élu. Il soupira, cherchant à dédramatiser son histoire. Tu sais tout. J’espère que ça t’apportera des réponses, termina-t-il en le regardant. »

Il passa sa semelle sur le sol pour faire disparaître les traces de son bout de bois, avant de regarder le ciel. Triste histoire. Pourtant, ce genre de récit permettait parfois au plus jeune de comprendre les choses, de prendre du recul pour mieux appréhender l’existence.

« Tu n’as pas besoin de jouer les sauveurs. Utilise ta Keyblade pour protéger ceux que tu aimes. »

Il avait décidé de reprendre les propos de Neku, lui délivrant ce conseil lourd de sens suite à ses précédents aveux. « On devrait se reposer. » ajouta-t-il enfin, offrant une occasion à Neku d’en rester là, s’il souhaitait mettre un terme à la conversation.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Dim 9 Oct - 22:53





Everybody wants to be a cat !



Une voute étoilée dévoilée comme jamais, un feu rassurant crépitant avec une lenteur presque calculée, la pénombre comme seul horizon dans cette forêt de géant, et, au milieu de tout ça, deux âmes désaccordées liées par le cynisme de la destinée. Quels étaient les probabilités que l’un et l’autre doivent se supporter le temps d’un Jeu rodé à la perfection ? Presque aucune, presqu’autant que l’existence d’un tel passe-temps mortel quelque part. La fatalité était de ces maitresses cruelles, tantôt douce comme une sainte, tantôt ignoble et innommable comme la plus terrible des guerres. Mais nul ne pouvait se soustraire à son emprise délicate et subtile. L’analogie est plaisante à faire, surtout quand on peut la raccrocher à une situation réelle. Et quelle comparaison ! L’adolescent était balloté par son ‘destin’ tout autant que par son espiègle GameMaster. Un duo redoutable jonglant avec la vie et la mort, quelle serait la conclusion à apporter à ce chapitre ?

Allongé sur l’herbe tendre, le jeune porteur profitait de cette soirée, de cette nuit même, pour faire ce qu’il n’avait jamais osé auparavant : Faire le point. S’arrêter plus de quelques minutes pour réfléchir à sa situation, avant que celle-ci ne le dévore purement et simplement -ce qui avait bien failli se passer plus tôt dans la journée, quelque part. Perdu dans une immensité trop grande pour lui, il s’était jeté corps et âme dans une bataille sans but réel, sans objectif défini, tout ça pour qu’à chaque mission accomplie, une autre lui soit envoyé. Encore, encore et encore. De quoi rendre fou. De quoi l’avoir rendu presque fou. Pour l’aider à organiser le fil de ses pensées, le hasard avait fait qu’il lie un pacte avec un partenaire particulier. Un autre porteur, tel que lui, qui avait ce don de toute simplement savoir écouter, de savoir voir ce qu’il y avait au-delà de son attitude d’apparence détachée. Il ne l’avait ni jugé, ni véritablement sermonné, et ce malgré qu’il en ait toutes les raisons du monde. Parfois, c’est tout ce dont les gens ont besoin pour se sentir mieux, pouvoir parler de ce qui ne va pas, sans attendre autre chose qu’un regard compatissant, sans véritablement chercher de solution. Juste parler. Et quand on connaissait le mutisme presque constant du jeune garçon, on pouvait se rendre compte de la tâche titanesque à accomplir. Après une longue journée à tourner en rond sans trouver l’animal facétieux, le temps de la discussion était venu. Celui on l’on s’intéresse véritablement à l’autre, sans autre intérêt que celui de vouloir à en savoir plus. Petit à petit, Neku s’était rendu compte qu’il ne connaissait pour ainsi dire rien de son partenaire, rien à part son nom, à part son « rôle et devoir » qu’il rechignait lui-même à accepter. Il y avait réfléchi, longuement, comme à son habitude. Sans rien savoir, il n’avait pas hésité à lui venir en aide, même après s’être montré aussi sympathique qu’une porte de prison. Alors, quand il lui posa cette simple question, même si ce sujet le dérangeait encore, il en profita pour prendre la parole, véritablement prendre la parole. Mais pas seulement. Il en profita également pour tenter de rassurer Ethan, de manière un peu détournée. Nul ne devait se prendre de compassion pour lui, se prendre de sympathie pour sa personne. Nul ne devait s’attendre à quoique ce soit de lui. Jamais. Plus Jamais.

Mais l’autre porteur n’était pas dupe. Il s’était bien aperçu cette tentative maladroite et, ce discret sourire aux lèvres, n’avait pas hésité à le lui faire remarquer. Pris en défaut, l’adolescent s’était arrêté là, reprenant sa position allongée, masquant son regard pour ne plus voir l’amusement de son partenaire. Pas facile d’assumer cette tentative de réconfort quand on clame partout haut et fort que les autres nous indiffèrent au plus haut point. Aussi, il décida de changer de sujet, que de lui, la discussion se tourne plutôt vers le plus âgé des garçons. Il y cherchait un repère, un parallélisme à faire peut-être. Mais aussi, et surtout, à connaitre celui qu’il avait jeté en enfer sans le vouloir.
Le court silence qui s’en suivit le fit décoller son bras de son visage et tourner la tête vers son interlocuteur. Il avait perdu son petit sourire et, les yeux clos, donnait cette impression de sérieux et de gravité. Était-il allé trop loin ? A moins que ces informations ne le regardaient tout simplement pas. Après tout, libre à lui de ne pas lui répondre, il n’en mourait pas -Etrange pensée. Le silence de la nuit lui irait tout aussi bien. Le regard d’émeraude se dévoila une nouvelle fois, se perdant dans l’orangé des flammes. Neku se redressa, s’installa en tailleur. Il allait parler. Il avait cette impression qu’il allait lui parler et que lui, se devait de l’écouter attentivement. Juste, pour une fois, oser mettre un pied en dehors de la cage de verre. Juste une fois, voir le monde qui s’étendait au-delà du sien.

La première partie du discours du porteur fut consacré à cette ville qui était la sienne, à ce monde lumineux et pourtant menacé où les porteurs se transmettent leur devoir -enfin, leur fardeau selon lui-, à ces gens qu’il côtoyait, le sourire aux lèvres. L’adolescent n’avait jamais mis les pieds dans un tel endroit. Lui qui en avait oublié jusqu’à l’aspect de son monde, de ses habitants, imaginer une ville entourée de hautes murailles étaient assez difficile en soit. Il imaginait un grand rassemblement de personne, vivant tous plus ou moins en harmonie -c’est l’impression que les mots d’Ethan lui laissaient-, en sécurité derrière des défenses impressionnantes et des espèces de gardes armés de Keyblades. Oui, son imagination vagabondait sans doute un peu trop, mais il en avait toujours eu une particulièrement débordante. Au moins, cela confirmait ce qu’il savait déjà : Le jeune homme n’était pas seulement un porteur « plus expérimenté », il avait été élevé dans cette optique. Cette idée seule ne l’enchantait guère, ne pouvant s’empêcher de penser que s’il avait été dans la même situation, il se serait révolté de toutes ses forces pour ne pas se voir imposé un tel destin. Ah, toute l’ironie était là. Il savait désormais que tous ses efforts pour se soustraire à l’emprise de la Lame-clef serait vains. Et lui... ? Essayait-il aussi de se rapprocher de ce père dont il avait oublié toute trace, ou, est-ce qu’au contraire, il n’essayait que de s’en éloigner le plus possible ? Difficile à déterminer quand les maigres racines de son ascendance vous sont arrachés. Peut-être qu’essayer de trouver des réponses à ses propres questions dans l’histoire d’un autre était impossible. Impossible de faire un parallélisme quand on ne possède aucun point de comparaison. Leurs situations étaient différentes, c’est tout ce qu’il pouvait plus ou moins affirmer, sans même savoir si oui ou non, Shibuya possédait un fonctionnement analogue à ce monde inconnu. Peut-être, peut-être pas, la certitude était un luxe qu’il n’avait pas, malheureusement.

Un silence de quelques secondes s’installa. Neku était suspendu à la suite du récit. Elle était tragique cette histoire, n’est-ce pas... ? Il ne fallait pas vraiment être un génie pour le deviner, juste avoir deux sous de logique. Si son monde était sous la menace constante d’une horde de « Noises des ténèbres », pourquoi se trouvait-il dans cet endroit loufoque ? Pourquoi ne pas plus le presser de le libérer de ce jeu maudit s’il était attendu ailleurs ? La réponse était simple, il n’y avait plus « d’ailleurs » où retourner. Il soutint la froideur de son regard, y voyant la douleur qui accompagnerait la suite de son récit. La première phrase confirma ce qu’il avait pressenti. Pas besoin d’explications supplémentaires. Il courrait assez au travers des mondes pour comprendre ce qu’il s’était passé. Les ténèbres avaient gagné la bataille, et Ethan avait survécu, sans doute un peu par hasard. L’adolescent avait ce gout amer dans la bouche. Même s’il n’avait pas de souvenir des évènements ayant précipité la chute de son monde, cette histoire lui donnait une impression de déjà-vu. Sans doute parce qu’une autre, similaire, lui avait déjà été racontée. Cette... guerre était plus étendue qu’il ne l’aurait cru. Ce n’était pas qu’une forme de malchance que s’était abattue sur Shibuya, mais bel et bien un point d’un plan plus grand. Les ténèbres possédaient cette espèce de volonté de s’étendre au détriment des gens, au détriment de la lumière. Et ces terribles évènements l’avaient laissé en proie au doute. Même lui, même lui, pourtant l’incarnation du « parfait élu de l’inconscient collectif » avait douté.
La fin de ce récit l’avait laissé l’adolescent pensif, mais aussi et malgré tout, en peine. Quelques instants, il songea à prononcer ces quelques mots que l’on prononce dans ces cas-là. ‘Je suis désolé’, ‘j’espère que tu parviendras à retrouver ton monde’ -car lui avait encore cet espoir ténu de retrouver le sien-, mais rien ne sortit de sa gorge. Ce n’était pas ces banalités qui lui rendraient ce qu’il avait perdu. Il le regarda sans le voir effacer les lignes abstraites tracées sur le sol, écouta son dernier conseil, sans montrer qu’il y faisait attention. Mais il ne put masquer ce froncement de sourcil, comme s‘il ne s’attendait pas à cette conclusion. Il... n’y était pas obligé ? Il n’était pas obligé de courir au-devant du danger pour sauver des illustres inconnus, juste parce que le hasard avait voulu qu’il se retrouve avec une arme dans les mains ? C’était... plutôt rassurant. Même s’il restait toujours quelque peu contraint de combattre des ténèbres, au risque de voire celles-ci l’engloutir. En somme, c’était un peu « Fait ce que je n’ai pas pu faire, sans te soucier des autres », un conseil qu’il comptait bien mettre en œuvre. Ethan conclut ensuite la discussion et Neku acquiesça d’un signe de tête. Une longue journée les attendait demain, voire même, une longue semaine. Ils allaient devoir partager l’existence de l’autre pendant encore un certain laps de temps.

« Hm, ouais, t’as raison. » Il se rallongea sur l’heure tendre et décida de tourner le dos à l’autre porteur, avant de lancer un simple « ‘Nuit. »

Discrètement, il tira son portable de sa poche et l’ouvrit. Une faible lueur éclaira son visage découvrant l’image hantant l’écran, la photo de Shiki et de lui. Il ne savait pas d’où elle venait, ni de quand elle datait, mais s’y accrochait quand même. Si fort... S’il ne souvenait pas précisément d’elle, peut-être que l’inverse n’était pas réalité. Peut-être qu’elle savait qu’il était, ce qu’ils étaient l’un pour l’autre. Au bout de quelques minutes, il referma son appareil, ainsi que ses yeux sur cette longue journée.
Un jour de passé, encore six avant la fin.

******

Les jours ont passé. À la fois courts et longs, les heures s’égrenant cruellement, sans la moindre pause, décomptée par le Timer de rouge et de noir. Il n’y avait aucune pause dans ce Jeu de la Mort et il n’y en aurait jamais aucune. Et, plus le temps passait, plus le point d’ancrage réconfortant, la seule stabilité de son existence se transformait en un angoissant défilé de secondes. L’épée de Damoclès se rapprochait dangereusement de leur nuque exposée car désormais, l’effacement était presque à portée de main, entamant l’humeur déjà bien sombre du jeune porteur. Presque de manière cyclique, il passait de phase de volonté, d’habitué des codes du Jeu, de ses vices, à autres, des phases d’abattement, nées de son défaitisme naturel exacerbé par sa situation précaire. Mais rien qu’un simple coup d’œil sur son portable ne pouvait effacer. Toujours, sans arrêt, son véritable objectif en tête le menait à se relever. Trouver Shiki. La retrouver, quitter ce Jeu de malheur, mais surtout... Surtout pouvoir confirmer ce que l’un était pour l’autre.

Aucune journée ne ressembla à la précédente, car il semblait que dans ce monde, aucune loi énoncée le jour même survivait jusqu’au lendemain. Ce Chat n’avait fait que leur échapper. Existait-il seulement dans cet univers sans queue ni tête ? Selon les dires, il était bel et bien réel, mais pratiquement impossible à saisir. Intangible, la bête passait son temps à échapper à tout et tout le monde, ne se montrant que pour taquiner, observer et poser des énigmes sans queue ni tête. Bien loin de l’idée de chat de gouttière à ramener à son maitre que Neku s’était faite le premier jour. Au bout d’un ou deux jours, la rumeur d’un duo insolite s’était répandue dans le monde, colportée apparemment par des fleurs bavardes. La réaction de la Reine de Cœur ne se fit pas attendre, puisqu’elle ameuta ses Cartes-Soldats pour partir à la recherche des deux porteurs. Son but ? D’après ce que l’adolescent avait compris, les capturer pour les juger. Juger de quoi ? Et bien... Sur ça, il n’était pas sûr, ayant entendu d’un des piques parler à un cœur de « vol de flamants roses indispensables pour jouer au croquet ». C’était tellement loufoque qu’il mit plusieurs secondes à comprendre la signification même de la phrase. Mais, plus rien ne le surprenait ici. Entre les gâteaux rétrécissant, les portes parlantes, une Reine complètement cinglée-de ce qu’il avait entendu-, des cartes qui marchent, une chenille qui fume, difficile de s’étonner encore de la moindre bizarrerie, quand tout ce que l’on côtoie n’est que bizarrerie.
Les périodes de recherche furent parfois interrompues par l’irruption de l’une ou l’autre meute de sans-cœur, ou par la marche quasi-militaire de cartes-soldats dont il fallait se cacher. La forêt géante, le labyrinthe trop bien entretenu et aux roses blanches couvertes de peinture rouge, la table d’anniversaire abandonnée qui pourtant semblait s’animer dès qu’ils lui tournaient le dos, la maison devenue gigantesque, presque tout avait été passé au peigne fin. Presque. A la fin du sixième jour, c’est à proximité d’une maison bucolique, au toit de paille et entourée d’un petit muret de pierre, qu’ils s’étaient arrêtés pour la nuit. La propriété, bien que verrouillée, avait l’avantage de posséder également un potager empli presque exclusivement de carottes et un petit verger. Neku n’était pas forcément un adepte du vol, mais s’il devait manger encore un seul petit gâteau couvert de sucre glace, il était persuadé que son cerveau allait fondre. Trop de sucre, il n’avait plus le moindre plaisir -pour peu qu’il en ait déjà eu- à manger un dessert. Pourquoi s’étaient stoppé là ? Car la maisonnée se situait en lisière d’une partie de la forêt qu’ils n’avaient pas encore exploré, et pour cause : Les fleurs -c’était des pensées, non ?- ne cessaient de dire que tous ceux qui y entraient s’y perdaient à tout jamais, que les arbres même prenaient un malin plaisir à se replanter quand on détournait le regard, et que tous les panneaux de signalisation à l’intérieur se servaient qu’à perdre de plus en plus l’imprudent qui avait osé franchir l’orée du bois. Une mise en garde plutôt sérieuse.
Comment s’emparer de ce qui passe son temps à disparaitre ? Une question à laquelle il n’avait pas de réponse, malheureusement. Une question qui l’avait fait resté éveillé une partie de la nuit. Allongé sur le sol, il s’éveilla en sursaut. Quand s’était-il endormi ? Il n’en avait pas le moindre souvenir. Son regard chargé se perdit dans la contemplation des flammes mourantes de la nuit, prêt à l’emmener de nouveau dans les bras de Morphée. Avec lenteur, le soleil se profila à l’horizon, marquant le début de la dernière journée. Ses yeux dérivèrent avec la paume de sa main. Moins de vingt-quatre heures, son cœur ne réagit même pas à cette mention, depuis longtemps trop habitué à cette désagréable sensation. La dernière fois qu’il s’était retrouvé si proche de l’effacement, c’était à Traverse Town. Mais la dernière fois, il était seul dans cette galère sans nom. Ce n’était plus cas. Ses parties étaient-elles toutes destinées à se terminer à la dernière minute ? La tête lourde, il se releva et frotta son visage pour tenter dissiper le sommeil. Il n’était pas temps de se complaire dans le marasme. Trop peu de temps, il restait trop peu de temps pour ça. Il regarda autour de lui. Personne. Où était passé Ethan ? L’adolescent se leva alors, inspectant les environs avec plus de précision. Mais rien. Il s’arrêta pour y réfléchir. Impossible qu’il ait quitté ce monde, avec le pacte, il l’aurait ressenti tout de suite, il devait donc se trouver dans les parages... Et s’il avait été emmené par les cartes-soldats ? Non, non, il l’aurait entendu si des dizaines de gardes s’étaient approchés d’eux quand même... Peut-être qu’il était parti « emprunter » de la nourriture à leur hôte qui ne semblait pas être rentré chez lui depuis la veille. Il partit donc en direction du petit verger-potager. Lui aussi aurait bien besoin d’un petit-déj’ de toute manière.

Il ne savait pas pour son partenaire, mais Neku avait développé une certaine forme de respect pour le jeune homme. Un respect mêlé à de la confiance, qui avait fini par se développer au fil des jours. Il est vrai qu’ils possédaient des personnalités assez éloignées mais, au final, l’équipe formée n’était pas mauvaise du tout. Dommage que la mission fût des plus retors. L’adolescent avait pu apprendre, il avait pu se détacher de ce rush incroyable dans lequel il s’était plongé depuis des semaines. A vrai dire, il lui était même légèrement reconnaissant, même si jamais il n’oserait l’affirmer à voix haute, gardant son apparence détachée. Cet attachement se traduisait par le fait qu’il n’était plus aussi muet qu’avant, énonçant bien volontiers ses idées, répondant aux questions posées. Depuis les révélations de son partenaire sur son monde d’origine, il avait par contre soigneusement évité ce sujet. D’une part parce que lui ne pouvait rien lui dire sur Shibuya, et qu’il n’aimait pas trop amener sur la table son amnésie, mais aussi pour ne plus lui faire ressasser de mauvais souvenirs.
Arrivé au verger, il haussa le ton, assez fort pour être entendu de loin.

« Hey, Ethan, t’es là ?! »

Puis, il s’approcha d’un des arbres fruitiers et s’empara d’une pomme qui, heureusement, ne protesta pas. Enfin, une chose normale dans cet univers.



▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 638
Date d'inscription : 17/09/2015
Pièces d'or : 718
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Ven 28 Oct - 2:32
Durant ces six jours, le temps était devenu comme un murmure ténu à son oreille. Parfois, au plus profond de la nuit, aux heures où le monde était endormi, il imaginait  les grattements d’une plume noircissant une page blanche. Comme si toute son existence était déjà tracée, comme si le moindre de ses mouvements avaient déjà été décidé par une force invisible. Plus les heures s’amenuisaient dans le creux de sa main, et plus cette idée gagnait de l’envergure dans son esprit. Il avait vécu sa vie en portant la conviction que la moindre décision avait son importance, que seuls ses choix étaient susceptibles de forger son avenir. Mais maintenant que la mort était devenue palpable, il était en train de douter. Il réalisait que toutes ses convictions n’étaient que des chimères, rien de plus que la projection de ses espoirs dans un monde dont il ignorait tout. Ce fut sur cette pensée au goût âcre que le jeune homme observa le soleil se lever. Avec une infinie lenteur, l’astre du jour s’éleva dans les cieux. Ses rayons brûlants irisaient le monde de mille couleurs, comme si le ciel n’était que le prisme de ses flammes. Peut-être était-ce là la véritable nature de ce monde, un aperçu de beauté et de paradis, sans autre signification que l’instant présent dans sa saveur la plus brute. Un maigre sourire passa sur le visage d’Ethan, qui porta une poire à ses lèvres. Ses dents se plantèrent dans la chair tendre et juteuse, dont le goût sucré s’épancha dans sa bouche. Rien de plus que l’instant présent… Ses paupières se refermèrent sur ses grands yeux, un air serein adoucissant son visage.

Une voix familière le tira de ses songes. Une voix devenue partie entière de son quotidien depuis plusieurs jours déjà. Neku. Visiblement, l’absence de son aîné n’avait pas inquiété le jeune garçon. Il lui suffisait d’entendre le timbre de sa voix pour le comprendre. Et tout en réalisant pleinement cette pensée, Ethan se fendit d’un sourire. Visiblement, il s’était plus habitué à la présence de l’adolescent qu’il ne l’avait imaginé. Mais cette idée n’était pas pour autant désagréable. Paisible, Ethan inspira profondément avant de se redresser. « Ici. » répondit-il à voix haute, afin d’attirer l’attention de son partenaire. Il jeta un bref regard en arrière pour s’assurer que le garçon approchait, puis reporta son attention sur l’horizon. Quand le garçon arriva à sa hauteur, Ethan reprit la parole. « Bien dormi ? » son ton était calme, une légère pointe amicale faisant vibrer sa voix. « Vu d’ici, on dirait presque que tu avais faim. », affirma-t-il, amusé, en découvrant la pomme dans sa main. Il n’avait pas la moindre envie de souligner combien la journée allait être difficile, ni même de mentionner les heures du chronomètres qui se faisaient bien rares désormais. Pas pour le moment. Il préféra égarer son regard sur le vaste horizon, sur le ciel de feu et d’azur, contemplant le vaste monde. Et ce fut à ce moment précis que cette idée le frappa. Une idée saugrenue. Une idée improbable. À l’image du Pays des Merveilles.

« Eh, Neku… Notre mission, c’est de jouer à chat avec Cheshire, pas vrai ? Il se redressa, une lueur d’espoir brillant dans ses pupilles alors que son regard était rivé sur l’horizon. Mais il disparaît à la moindre occasion, avant même que l’un de nous puisse s’en approcher. Donc, on doit trouver une solution pour attraper un chat intangible. Tu es d’accord ? »

Son sourire s’étira. C’était grotesque. Durant un instant, Ethan lui-même se demanda si le Pays des Merveilles ne l’avait pas rendu complètement fou. Et pourtant, il n’avait jamais été aussi lucide.

« Je ne connais qu’une seule solution pour capturer une chose immatérielle… il laissa planer un court silence, parfaitement conscient du plaisir puéril qu’il prenait en faisant patienter Neku de la sorte. Ton téléphone peut prendre des photos, pas vrai ? »

C’était sa seule idée. La seule et unique piste d’Ethan pour réussir une tâche complètement impossible. Il regarda Neku un instant et sa joie s’effaça, son visage devenant plus grave.

« Je sais que c’est tiré par les cheveux. C’est tordu, mais… On est au Pays des Merveilles après tout. Et pour être honnête avec toi, si ça ne marche pas, je n’ai aucune autre solution. Il croisa les bras, pensif. Mais si on doit tenter le coup, il faudra faire apparaître le Chat… Le meilleur moyen serait de causer du grabuge. Il ne pourra pas s’empêcher de venir… »

Ses pensées se bousculaient dans un flot brouillon et diffus. Après quelques secondes, il posa un regard profond sur Neku. Sous ce regard sérieux, ses lèvres s’entrouvrirent pour lui parler d’une voix claire et décidée, la voix d’un homme parlant à son égal.

« Tu penses que ça pourrait marcher ? De nous deux, c’est toi qui connait le mieux le Jeu des Faucheurs. Si jamais on se plante, on n’est pas sûr d’avoir le temps pour une autre tentative. »

C’était à Neku de trancher. Non pas car toute la responsabilité était désormais sur ses épaules, mais plutôt car son expérience, son instinct seraient décisifs dans les prochaines heures. C’était avant toute chose une preuve de confiance. Un sourire amical, presque affectueux passa brièvement sur les lèvres d’Ethan. Confiance… Oui, et totalement. Mais au-delà de cette simple confiance s’étendait davantage l’amitié solide et la tendresse sincère que le jeune homme avait noué envers Neku. Ils étaient deux désormais, et ils marcheraient ensemble vers la fin de cette partie.

▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Kit réalisé par Arianne | Paroles : #b8860b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 532
Date d'inscription : 10/09/2015
Age du joueur : 23
Pièces d'or : 260
Noise Filter
Neku Sakuraba
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz Ven 25 Nov - 2:12





Everybody wants to be a cat !


Quand sa vie se voit décomptée par un timer sans repos, le temps n’a plus la même valeur, encore moins la même saveur. Chaque instant devient immédiatement précieux, se décomposant à l’extrême tout en devenant des plus rapides. C’est le paradoxe des joueurs de ce Jeu sans réelle fin, ni véritable début, d’ailleurs. Le temps devient à la fois horriblement concret, aiguisant le couperet de la faucheuse, mais il échappe également de l’emprise des jouets qui jouent contre lui. Au final, ce Jeu n’est que ça. Il n’est, n’a et ne sera jamais qu’une si simple course contre la montre. Les obstacles n’étaient guère des barrières -quoi que, parfois, il y en avait de translucides qui se dressaient, sans autre raison d’exister que le hasard-, mais plutôt l’esprit retord et bien trop imaginatif d’un organisateur facétieux. Quant à la récompense, pouvait-on réellement dire qu’il y en avait une ? Nulle médaille, nul bouquet de fleur, nulle marque de triomphe n’attendait le vainqueur de cette compétition contre le temps lui-même. Non, loin de là. Car le vainqueur n’avait le droit que de participer de nouveau, que de former -contre son grès, un certain adolescent ajouterait dans un grommellement- un nouveau duo. Encore, encore et encore. Dans un univers où chaque instant est décompté, précieux et pourtant volage, ce qui pouvait être remis au lendemain, ne le pouvait désormais. Quand chaque seconde se voit attribué d’un poids lourd, d’une menace constante et planante, ce qui mériterait que l’on s’arrête plus d’une seconde n’a plus la moindre valeur. Dans le Jeu, tout bouge, mais rien ne change au final. Et cette partie ne ferait malheureusement pas exception. Le lieu était différent, les protagonistes étaient différents, l’objectif était différent, mais tout restait identique, semblable à une éternité figée et néanmoins mouvante. De drôles et dérangeantes pensées synonymes pourtant de réalité. Une fois encore, Neku n’avait pu s’occuper de cette mission avant que le décompte des jours n’atteigne zéro, laissant place aux ultimes heures et cette ultime journée. Une dernière journée d’éternité qui ne durerait qu’une seconde.

Tout pressait, car rien n’avait encore été fait. Le chat intangible est et restait introuvable, la manière de le capturer également. Et pourtant, il n’y avait plus d’urgence dans ses pas. L’adolescent avait depuis longtemps perdu cette ‘habitude de débutant’ de s’efforcer à tout résoudre dans les premiers jours, ou même les premières heures. Ce n’était pas une course contre la montre, mais en réalité un marathon contre le temps. Et un marathon ne commence pas par un sprint, au risque de s’effondrer avant la fin, pour attendre la fin. Inquiet, il ne l’était pas, pouvait-on réellement l’être encore quand le stade de la peur et de la terreur a depuis longtemps été dépassé ? Il ne l’avait pas été en constatant la ‘disparition’ de son partenaire du moment, pas plus quand les premiers rayons du soleil percèrent sa potentielle dernière nuit. Mains dans les poches, son estomac s’ouvrant à la faim, il s’était rendu vers l’un des lieux les plus probables pour y retrouver un autre être humain : un garde-manger à ciel ouvert. Au diable la morale, elle n’avait plus vraiment cours depuis un moment en ce monde sans queue ni tête. Tout en appelant le jeune homme avec lequel il était forcé de partager ses ‘aventures’, Neku s’empara du fruit le plus normal et banal qu’il lui avait été donné de voir ici. Si banal qu’il en devînt exceptionnel. La réponse à ses courtes recherches vint d’un seul mot prononcé à voix haute. Il tourna la tête vers sa provenance pour mieux croiser un visage marqué d’un doux sourire. Ethan. Ethan dont la présence et les conseils lui avaient plus apporté qu’il n’oserait jamais l’admettre à voix haute, ou même se l’admettre à lui-même. De toute manière, à la fin de ces dernières heures, leur chemin se séparerait, pour ne plus jamais se croiser et ce, quel qu’en serait l’issue. L’immensité des mondes, et l’inconnu s’ouvrant aux pieds de l’adolescent au terme de chaque semaine rendait pour ainsi dire impossible un rendez-vous futur.
Puis... n’avait-il pas un autre rendez-vous à honorer avant cela ?
Vague impression qui se dissipa quand il fit le premier pas en direction de l’autre porteur, pour finalement le rejoindre. Sur son perchoir en hauteur, endroit parfait pour dépasser les obstacles obstruant la vision, l’horizon était dégagé. Il dévoilait un lever de soleil clair, annonçant une météo des plus clémentes, pour peu que l’une des lubies de ce monde ne vienne pas déchainer une tempête un jour sans le moindre nuage. Aussi irréaliste que plausible dans cet environnement sans queue ni tête. L’air amusé et la première question d’Ethan lui indiqua -et confirma en fait- que plus d’un épi avait pris place dans sa chevelure hérissée. Sa main libre la rejoint à cette pensée pour ajuster son casque sur ses oreilles.

« Je pète la forme, ça se voit pas ? » Le peu d’heure de sommeil marquait encore légèrement ses traits, mais ne le rendait pas assez bougon que pour être plus désagréable que d’habitude. Obtenir une réponse simple et positive de sa part tenait parfois du miracle, mais le simple fait qu’il réponde à des banalités aussi triviales étaient déjà quelque chose en soi. Neku porta le fruit sucré à ses lèvres et le croqua, simultanément à la seconde phrase de son partenaire. Un temps passa. « Ouais, même si je commence à me dire qu’on est juste en train de délirer à cause de tout ce sucre qu’on ingurgite. Dommage, c’est la réalité. »

Toujours ce goût sucré -un autre morceau de fruit vint calmer son début de faim- mais bien moins que ces horribles gâteaux glacés. Ah ! Il tuerait pour quelque chose de salé, comme... comme quoi déjà ? Une vague sensation de saveurs chaudes lui revint, avant de glisser entre les doigts de sa compréhension. Et rien. Juste une simple envie d’un aliment devenu inconnu en tout, jusqu’à son goût précis. Un silence confortable s’installa entre les deux porteurs. Cette réalité était-elle si horrible que cela ? Dans la bouche de Neku, tout prenait un tour négatif, mais cela ne l’empêchait de profiter de ces quelques instants si rares où il pourrait presque penser qu’il est sorti d’affaire. Presque. Car un tintement inaudible résonnait toujours au creux de ses tympans, à peine voilé par le volume sonore de sa musique. Tic, tac, tic, tac... Comme si un cadrant numérique -et magique de surcroit- pouvait émettre un son si proche d’une horloge murale. Mais en ce simple instant de quiétude, ni l’un, ni l’autre ne semblait avoir le courage d’amener le sujet du jour sur la table. Quelques secondes... l’adolescent savait qu’il se devait de prendre la parole, énoncer ce que chacun savait déjà, au risque d’étendre une chape de plomb de leurs épaules. ‘Après le déjeuner ’ se dit-il alors, repoussant l’échéance de quelques instants de plus. Le soleil commençait sa course ascendante lente et lancinante. Ses rayons encore timides réchauffaient doucement l’atmosphère plus frais de la nuit. Et lorsque le fruit fut réduit à l’état de trognon, il le lança au loin sans plus de cérémonie, ne se souciant pas le moins du monde de sa zone d’arrivée. Ce n’était pas comme s’il pouvait seulement s’en débarrasser à la première poubelle venue après tout.

Il se frottant les mains encore collantes de l’essence sucrée et s’apprêta à prendre la parole. Mais il fut coupé dans son élan par un enthousiasme plutôt singulier. Son regard se fixa sur celui brillant d’une lueur géniale -et folle ?- d’Ethan. Il acquiesça silencieusement à la première affirmation. En six jours, ils n’avaient en effet jamais pu approcher ce chat diabolique... Mais où voulait-il en venir ? Capturer une chose immatérielle... Neku fronça les sourcils, essayant de comprendre où il voulait en venir. Allait-il ménager encore longtemps cet interminable suspense ? Et avaient-ils vraiment le luxe de perdre le temps en conjonction ? Jusqu’au moment où le mot ‘photo’ fut prononcé, il se demandait si réellement, le sucre de ce monde n’était monté au cerveau de son partenaire. Son visage s’illumina à l’instant où l’étincelle de compréhension naquit dans son esprit. Simultanément, le visage d’Ethan perdit son éclat pour reprendre un air plus sérieux. Il continua son raisonnement, bien que l’adolescent eût parfaitement compris où il voulait en venir, ainsi que les implications et les conséquences d’échafauder un plan aussi... loufoque. À l’image du Pays des Merveilles.
Neku n’en fit rien paraitre, mais il appréciait être consulté, ne pas être traité de manière ‘inférieure’ par son partenaire que ce soit à cause de son âge ou de son inexpérience vis-à-vis de leur arme commune. Car c’était justement ça, des partenaires. Deux personnes collaborant dans un but commun et plus grand qu’eux, faisant fi de leur différence d’origine, d’opinion, de statut pour placer leur confiance l’un dans l’autre. Et sa confiance, le Joueur ne l’octroyait pas si facilement. Il avait confiance en Ethan, pour son expérience, pour sa compréhension, pour son intelligence et cette confiance, également teintée de respect pour sa part, était réciproque. Il s’octroya quelques instants de réflexion durant lesquels ses doigts virent s’entortiller autour d’un des épis de ses cheveux. Puis, comme si la solution venait de s’imposer à son esprit, il claqua des doigts tout en souriant légèrement.

« Cette idée est tellement tarée qu’elle pourrait... non, qu’elle va fonctionner ! » Cette solution de ‘capturer l’intangible dans une image’ était non seulement parfaitement adaptée à ce monde sans queue ni tête, mais également à l’esprit tordu du GameMaster. Une solution bête et simple ne saurait être suffisante pour un individu pareil, Neku en était depuis longtemps persuadé, sans jamais vraiment réussi à noter sur l’échelle chronologique le ‘quand de ce longtemps’. « Et je sais parfaitement comment l’amener à se montrer. Je connais une certaine Reine qui va détester qu’on dérange son jardin. » Sans compter qu’elle adorerait leur mettre la main dessus. Une chance que son armée fût tout bonnement risible. C’était un pari, et un pari risqué. Mais qu’avaient-ils à perdre ? Ou plutôt, n’avaient-ils pas tout à y gagner ? Un quitte ou double, un de plus. « Pas une seconde à perdre, on a une mission à finir ! »

Et il prit la tête de l’expédition, direction le labyrinthe de la Reine. Il expliquerait les détails de son idée de grabuge en chemin. Cette fois-ci, ce n’était pas de la couleur de ses roses que la Reine de Coeur allait devoir s’inquiéter.

********

Arrivé à l’entrée de ces haies trop bien taillée, le même amas de plantes qu’ils avaient exploré le premier jour, l’adolescent fouilla un instant ses poches. Il avait deux créatures toutes désignées pour ce genre de ‘travail’. Sa main se referma sur deux badges très différents. Le premier était sombre et paré d’une rose pourpre, le second était coloré et une marguerite rouge sur fond rose, provenant du dessin d’un enfant, y était visible. « Black Rose et Sparkle Charge » songea-t-il immédiatement, sans trop réellement savoir d’où lui venait ces noms. Soit les demeures de Malysse et de Toupifleur, encore deux appellations d’origine inconnue. A peine les avait-il effleurés qu’il pouvait ressentir leur désir de sortir de leur cage de plastique et de métal. Une autre bizarrerie qui n’appartenait qu’à lui cette fois-ci, mais dont il s’accommodait trop bien. Un simple souhait de les voir apparaitre, et les Pin’s disparurent pour laisser place à deux avales-rêves flottant de taille réduite. Une marguerite rouge pourvue d’un visage enfantin, de bras en feuille et surplombant un étrange socle en forme de cœur de la même couleur de ses pétales et une ronce aux mains de bouton de fleur violette fixée sur une base semblable. Les deux créatures arboraient le même emblème, celui des avales-rêves. Durant quelques instants, les deux apparitions tournèrent sur elles-mêmes, mais aussi autour des porteurs. Un geste discret de Neku et elles se stoppèrent net, prêtes à écouter ses instructions. Toutes ses invocations n’étaient pas aussi dociles et, en réalité, Malysse était de celles qui ne lui obéissaient que rarement. Mais, la ronce savait, sentait que le temps était un luxe que l’adolescent n’avait plus.

« Lâchez-vous, redécorez-moi ce jardin. »

Les deux plantes des songes se regardèrent un instant avant qu’opiner du chef, très enthousiastes. Ce n’étaient pas tous les jours qu’elles avaient carte blanche ! Puis, elles partirent à l’assaut des buissons. A peine y avaient-elles pénétré que d’immenses ronces émergèrent du sol, s’y tressant pour les déranger et les abimer. Une telle décision allait couter cher, très cher en énergie à l’adolescent. Ses avales-rêves pouvaient se montrer voraces, surtout quand ils déchainaient leurs forces insoupçonnées. Mentalement, il leur autorisa à puiser toute l’énergie dont elles auraient besoin pour leur tâche. Avec un tel bazar, et si proche du tribunal de la Reine, il donnait pas plus de cinq minutes avant que les Cartes-soldats n’arrivent leur faire la peau et, avec un peu de chance, ce maudit chat serait de la partie.



▬▬▬▬▬▬ KINGDOM HEARTS RELOAD ▬▬▬▬▬▬

Neku se sociabilise en #ff3300 - Emptiness and - Spirits - ]I got no time
« If I don't Clash, I don't Change ! The World ends at my borders and the best moments slip away! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz
Revenir en haut Aller en bas

Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Everybody wants to be a cat ! - feat. Ethan Schwartz
» Le hasard nous entraîne vers le destin qui nous attend. [PV: Ethan Schwartz]
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Mazon [terminée]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom hearts reload  ::  :: Pays des merveilles-